background preloader

Troubadour

Troubadour
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un troubadour (de l'occitan trobador, prononcé [truβa'δu]: « trouveur ») est un compositeur, poète, et musicien médiéval de langue d'oc, qui interprétait ou faisait interpréter par des jongleurs ou des ménestrels ses œuvres poétiques. Les femmes qui pratiquent l'art du trobar, sont appelées des trobairitz. Les trouvères et trouveresses sont leurs équivalents de langue d'oil au nord de la France. L'image d'Épinal du baladin à grelot (c'est plutôt le rôle des bateleurs et jongleurs qui l'accompagnent et parfois chantent leur composition à leur place) ou du frivole poète courtisan n'a qu'un très lointain rapport avec la réalité. L’œuvre elle-même des troubadours et des trouvères est conservée dans plusieurs manuscrits et codex en France, Espagne ou Italie, et a été analysée par les philologues, et les musicologues à partir du XIXe siècle. Aire géographique[modifier | modifier le code] Thèmes[modifier | modifier le code] 1-L'origine limousine.

INSTRUMENTS POUR JOUER LES MUSIQUES DU MOYEN AGE Littérature française du Moyen Âge Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La littérature médiévale en France correspond à des œuvres écrites entre l'an mil et l'an 1500 dans diverses langues issues du latin, langues d'oïl au nord et en langues d'oc au sud. Chronologiquement, on retient d'abord le genre épique des chansons de geste qui exaltent les exploits des chevaliers (ex. la Chanson de Roland, XIe siècle), puis vient la littérature courtoise, apparue au XIIe siècle, qui voit trouvères et troubadours chanter l'amour parfait dans leurs poèmes et Chrétien de Troyes qui a écrit les Romans de la Table Ronde, alors que la fin de la période offre une poésie lyrique authentique avec Rutebeuf, au XIIIe siècle, et surtout François Villon, au milieu du XVe siècle. D'autres genres existent aussi comme le genre semi-littéraire de la chronique historique avec Joinville ou Froissart. Présentation[modifier | modifier le code] Évolution de la langue française du Ve au XVe siècle[modifier | modifier le code]

troubadour Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire. Français[modifier | modifier le wikicode] Étymologie[modifier | modifier le wikicode] (1575) Doublon de trouvère propre à la langue d'oïl, de l'ancien occitan trobador (« poète, celui qui trouve des rimes »), issu de trobar (« composer des rimes, trouver ») probablement issu du latin populaire *tropare (« composer, inventer un air » d'où « composer un poème », puis « inventer, découvrir »), dérivé de tropus (« figure de rhétorique » → voir trope). Nom commun[modifier | modifier le wikicode] troubadour /tʁu.ba.duʁ/ masculin (Histoire) (Poésie) Ancien poète de langue d’oc. Dérivés[modifier | modifier le wikicode] Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode] Traductions[modifier | modifier le wikicode] Voir aussi[modifier | modifier le wikicode] troubadour sur Wikipédia Références[modifier | modifier le wikicode] Anglais[modifier | modifier le wikicode] Du français troubadour.

Amour courtois Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Courtois. L’amour courtois (aussi appelé fin'amor ou fol'amor) est la façon réglementée de tenter de séduire une femme de qualité sans l'offenser et surtout sans avoir de rapport avec elle, dont on retrouve des traces au Moyen Âge dans la poésie et la littérature[1]. Origines[modifier | modifier le code] Cour d'amour en Provence, Manuscrit du XIVe siècle, Bibliothèque nationale de Paris L’expression d’amour courtois a été forgée en 1883 par Gaston Paris, grand historien de la poésie médiévale[2]. Interprétations[modifier | modifier le code] Il existe différentes écoles quant à l’interprétation de l’amour courtois. Le sentiment de l'amant est censé s'amplifier, son désir grandir et rester pourtant en partie inassouvi. Cette codification du jeu amoureux est étroitement lié à la codification de la chevalerie. Bibliographie[modifier | modifier le code] Liens internes[modifier | modifier le code]

Histoire du théâtre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Départ des comédiens italiens en 1697, gravure de L. Jacob d'après Watteau. Antiquité[modifier | modifier le code] Ensuite, le théâtre latin se tourne davantage vers la farce et le mime. Théâtre au Moyen Âge[modifier | modifier le code] La pratique du théâtre semble inconnue du Haut Moyen Âge : si les œuvres dramatiques de Térence ou de Sénèque ne sont pas totalement oubliées, elles sont envisagées indépendamment de toute pratique scénique, à tel point que dans ses Étymologies, Isidore de Séville (vers 570-636) commet un contresens sur ce que devait être le théâtre antique : il pensait que le texte et le jeu étaient dissociés, qu'un récitant prenait en charge l'ensemble des répliques de la pièce tandis que d'autres intervenants se contentaient de mimer les actions[2]. Les mystères sont joués dans le cadre de fêtes liées au calendrier liturgique. La Renaissance[modifier | modifier le code] Le XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Chrétien de Troyes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Chrétien de Troyes Œuvres principales Ses œuvres majeures sont Érec et Énide, Cligès, Lancelot ou le Chevalier de la charrette écrit probablement en même temps que Yvain ou le Chevalier au lion, et Perceval ou le Conte du Graal, œuvre inachevée. Ses romans reflètent les idéaux politiques et culturels du milieu pour et dans lequel il écrit. Ils mettent en scène un idéal aristocratique mêlant l'aventure chevaleresque, l'amour courtois et les aspirations religieuses que symbolise l'esprit de croisade. Biographie Nous ne savons que peu de chose sur la vie de Chrétien de Troyes, si ce n'est ce qu'il en dit lui-même dans ses ouvrages. Certitudes sceau de Marie de Champagne La mort de Chrétien est tout aussi peu connue que sa naissance, et si l'on en croit Gerbert de Montreuil, celle-ci est responsable de l’inachèvement du Conte du Graal[9]. … et suppositions On[Qui ?] Son œuvre Traductions d'Ovide Les romans arthuriens Érec et Énide Cligès

ressources textes du Moyen-Age : index Les très Riches Heures du duc de Berry Janvier >>[html] ; [pdf]. Février >>[html] ; [pdf].. Mars >>[html] ; [pdf]. Avril >>[html] ; [pdf]. Juillet >>[html] ; [pdf]. Octobre >>[html] ; [pdf]. Théâtre au Moyen Âge Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le théâtre au Moyen Âge se présente sous des formes multiples et souvent peu institutionnalisées : quasiment aucun édifice réservé à cet art ne nous est parvenu et les gens de théâtre (acteurs, dramaturges) n'étaient pas considérés comme des artistes de premier plan. Histoire[modifier | modifier le code] Le théâtre fut un art important pendant tout le Moyen Âge, mais peu de traces nous en sont restées, les textes étant peu (et mal) édités et les équipements éphémères. Nombre de ces genres sont des descendants plus ou moins directs de genre théâtraux antiques, plus ou moins influencés par des cultures nordiques ou est-européennes. Auteurs[modifier | modifier le code] (La plupart des auteurs de théâtre médiéval ne sont pas connus, ou sous des pseudonymes.) Par types[modifier | modifier le code] Le théâtre religieux[modifier | modifier le code] La comédie[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le Moyen Âge : l'art et l'architecture L’Europe est au Moyen Âge imprégnée d’arts issus d’un Empire romain relayé par la jeune puissance chrétienne et byzantine, et d’une civilisation islamique, dont la culture va rester longtemps influente à la porte des Pyrénées. Les esprits de Byzance soufflent aussi en Italie vénitienne et à Ravenne, ceux de l’Islam en Sicile. Du Nord et de l’Est, l’art des migrations et l’esprit anglo-saxon viennent se fondre aux traditions celtes refugiées à l’Ouest, dans les îles britanniques. Les sept arts libéraux, dans Hortus deliciarum de Herrad von Landsberg, XIIe siècle.

Les Pies : Théâtre et Musique du Moyen Age

Related: