background preloader

Les différentes formes d'association

Les différentes formes d'association
Accueil Guide juridique et fiscal Principes généraux Les différentes formes d'association Les différentes formes d’association Tri des articles : par date | par titre | par popularité L’association "de fait" ou "non déclarée" Dernière modification : 25 février 2016 - popularité : 9 % "Avantages" : Une association de fait est légale : elle peut se constituer sans autorisation, ni déclaration. Le droit local des associations en Alsace-Moselle Dernière modification : 11 février 2016 - popularité : 21 % Les bases juridiques relatives aux associations situées en Alsace et en Moselle trouvent leurs sources dans la période mouvementée qu’a connu cette (...) L’association déclarée Dernière modification : 11 février 2016 - popularité : 10 % La procédure L’association déclarée régie par la loi du 1er juillet 1901 acquiert la capacité juridique dès lors qu’elle a été rendue publique par ses (...) L’association reconnue d’utilité publique Dernière modification : 12 novembre 2015 - popularité : 4 % Related:  Types et exemples d'organisation

EPIC -Etablissements Publics à Caractère Industriel et Commercial- : la liste Rôle des EPIC Alors que les activités des EPIC pourraient éventuellement être assumées par des entreprises privées, c'est le législateur qui décide de réserver certains secteurs d'activités aux EPIC, et ce pour des impératifs liés au respect de l'intérêt général. Il existe deux types d'EPIC, les structures qui ont été, dès leur origine, qualifiées d'EPIC et d'autres structures qui se sont devenues des EPIC au fil de leur existence. Le fonctionnement d'un EPIC est très largement basé sur le droit privé. Liste des anciens EPIC Ces EPIC sont désormais officiellement dans le secteur privé.- ADP (Aéroports de Paris), depuis 2006- L'Agence pour la diffusion de l'information technologique (ADIT)- EDF- Gaz de France- La Poste (depuis mars 2010)- RTE (filiale d'EDF)- Seita (aujourd'hui Altadis, totalement privé)- Eau de Paris (aujourd'hui régie) Liste des principaux EPIC

Michel et Augustin : « Diriger à deux exige autant d'efforts que pour un couple » Crédits photo : Benoit Decout Augustin Paluel-Marmont : Augustin : « Nous tirons notre force de la complémentarité de nos personnalités et de nos talents. Michel a un esprit rationnel, analytique et structuré, alors que je suis un créatif qui marche à l'intuition. » Pourquoi avoir choisi de créer une entreprise à deux ? Crédits photo : Michel et Augustin Michel de Rovira : « Nous avons essayé d'instaurer une égalité dans la prise de décision. Comment fonctionne votre duo ? Comment consultez-vous l’avis de l’autre ? « Une fois par semaine, nous discutons 2 à 3 heures des différents chantiers en cours » Augustin Paluel-Marmont, co-fondateur de Michel et Augustin Tout n’est pas non plus gravé dans le marbre : l’autre doit pouvoir faire des incursions constructives. Crédits photo : Les Echos Business Michel de Rovira : " L'écoute des autres, mais également de soi-même fait partie de l'ADN de l'entreprise." Comment gérez-vous les désaccords, notamment face aux salariés ?

Organisation d'entreprise: Les théories du management des hommes [modifier ( modifier-219-section-7.cours)]E. Mayo (1880-1949) : Le père des Relations Humaines Son expérience qui a abouti à la découverte des facteurs sociaux, qui a duré 5 ans, s'est déroulée dans une entreprise de fabrication de téléphones "Western Electric", dans l'atelier d'Hawton. Au départ, son étude portait sur les causes de la fatigues, des accidents de travail, des hausses d'absentéisme... en bref, les conditions physiques de travail. Le groupe A est le groupe expérimental et le groupe B le groupe témoin. Le groupe A connaissait une croissance de la productivité. En général, lorsqu'un sujet est observé, il modifie son comportement. Lorsque la participation et la discussion s'établissait, les conditions physiques de travail avaient peu d'importance.

La notion de service public <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> La notion de service publicService publicActivité d’intérêt général prise en charge par une personne publique ou par une personne privée mais sous le contrôle d’une personne publique. On distingue les services publics d’ordre et de régulation (défense, justice...), ceux ayant pour but la protection sociale et sanitaire, ceux à vocation éducative et culturelle et ceux à caractère économique. De plus, l’expression service public désigne deux éléments différents : une mission, qui est une activité d’intérêt général, et un mode d’organisation consistant, de façon directe ou indirecte, à faire prendre en charge ces activités d’intérêt général par des personnes, soit publiques (État, collectivités territoriales, établissements publics) soit privées, mais sous le contrôle d’une personne publique. Plusieurs fonctions selon un régime juridique bien fixé

Copy of nutella by Meryem Raji on Prezi Qu'est-ce qu'une PME? - Petites et moyennes entreprises (PME) - Entreprises et industrie Les «PME» sont les «petites et moyennes entreprises» conformément à la définition établie dans la législation européenne (recommandation 2003/361 de la Commission Les principaux éléments permettant de déterminer si une entreprise est une PME sont les suivants: le nombre de salariés et le chiffre d'affaires ou le total du bilan. Ces seuils ne s'appliquent qu'aux chiffres des entreprises autonomes. Pour une entreprise faisant partie d'un plus grand groupe, il sera peut-être nécessaire d'inclure les données relatives au nombre de salariés, au chiffre d'affaires ou au bilan du groupe. Pour en savoir plus: Quelles sont les aides dont peuvent bénéficier les PME? Une entreprise qui remplit les conditions peut éventuellement bénéficier de deux grands types d'avantages: Contrôle de l'application de la définition des PME La DG Entreprises et industrie contrôle régulièrement l'application de la définition des PME.

La valeur partagée Michael Porter, professeur de management à Harvard, voudrait que les entreprises prennent en main le management de leur responsabilité sociale, avec un nouveau concept : la shared value (valeur partagée). La RSE, une contrainte pour les entreprises Pour les libéraux purs et durs, la responsabilité sociale de l'entreprise (RSE) reste une obligation imposée par l'extérieur : la société civile, les médias, les dirigeants politiques. Michael Porter, professeur de management à Harvard et l'un des consultants les plus influents des Etats-Unis, si ce n'est du monde, avait montré il y a quelques années comment une grande firme pouvait intégrer cette RSE à sa stratégie[1]. Porter constate que le capitalisme est en crise, et que les entreprises sont perçues par beaucoup comme des entités égoïstes prospérant aux dépens de leur environnement naturel et humain. Intégrer la responsabilité sociale de l'entreprise à sa stratégie Le gourou de Harvard ne renie pas ses convictions. En savoir plus Marc Mousli

journées du management octobre 2012 Qu'est-ce qu'un homme ? (1/2) Le troisième chapitre se veut plus théorique, il interroge ce qui fonde les hommes et les femmes qui font l'entreprise, que ceux-ci soient en position de manager ou d'être managés. Quels sont leurs ressorts inconscients... Je [Lise] voulais vous faire part d'un désir. Les pyramides (des âges) de Toyota Tous les DRH des grandes entreprises sont attentifs à la pyramide des âges des salariés. Chez Toyota, on ne se contente pas de la surveiller : on la fabrique. On croit tout connaître de Toyota et de son système de management, le fameux « TPS » (Toyota Production System). La production à flux tendu, le juste-à-temps, les cercles de qualité, l’amélioration continue des méthodes (kaizen), la philosophie de la « lean production », ou production au plus juste : faire plus (de voitures) avec moins (de ressources). On a aussi beaucoup glosé sur l’emploi à vie, avant de s’apercevoir qu’il s’agissait d’un concept japonais difficilement traduisible, qui n’avait pas grand-chose à voir avec le véritable emploi à vie des fonctionnaires français, par exemple. Un travail récent d’un chercheur du Gerpisa (Groupe d'étude et de recherche permanent sur l'industrie et les salariés de l'automobile) éclaire d’un jour nouveau les vrais ressorts du système Toyota[1]. Le « keiretsu » pyramidal de Toyota Notes

Services en ligne CCI Aisne

Related:  PFEG