background preloader

Quatre façons de penser les TICE

Quatre façons de penser les TICE
La lecture de nombreux articles publications et livres depuis près de 25 années sur les TIC dans l’enseignement (tous niveaux) invite à dégager une typologie des approches, des postures, des conceptions présentes dans ces textes. Au delà des querelles, je propose de distinguer quatre catégories : Approche techniqueApproche systémiqueApproche pédagogiqueApproche culturelle L’approche technique Fondée principalement sur l’informatique (mais avec les évolutions, l’audiovisuel et la télématique l’ont rejoint) cette approche vise à mettre en avant la nécessité technicienne pour penser les TICE. Que ce soit pour ceux qui apprennent comme ceux qui enseignent, la dimension de la maîtrise technique est considérée comme première. Cette approche trouve en permanence un écho dans le monde scolaire, en particulier dans l’univers des responsables techniques qui y voient outre une nécessité pour un meilleur usage, un moyen de situer leur reconnaissance et éventuellement leur pouvoir. A débattre Related:  Les usages du numérique - Blogs et sites personnelsUsages

Exploiter le Mind (video) Mapping en classe : un exemple en Finlande Présentation de l’outil Mind Map comme technique d’enseignement à part entière, dans une école de Finlande. Comme le rappelle le début du reportage, la Finlande est le pays où le niveau scolaire des élèves est le plus élevé, selon une étude comparative réalisée dans 41 pays. Le Mind Mapping, ou carte mentale, explique le journaliste, montre aux enfants comment apprendre par soi-même. On pourrait d’ailleurs imaginer ce scénario sans la présence du professeur : ainsi, lors d’une recherche au cdi, une restitution demandée sous forme de carte heuristique ne serait-elle pas un excellent moyen d’éviter le copier-coller(-voler) qui pose souvent problème ? Le travail scolaire au moyen de cartes heuristiques est encore peu développé (car peu maîtrisé par les enseignants eux-mêmes…à quand une formation des maîtres en IUFM ?)

Une tablette n’a jamais révolutionné l’enseignement… pas plus qu’un TBI Après l’ordinateur, Internet, le TBI, les réseaux sociaux, etc… Va-t-on retomber encore dans le piège de l’outil qui révolutionne la pédagogie, l’enseignement voire l’apprentissage ? La réponse est OUI, malheureusement. Et c’est la tablette qui va s’y coller. Une nouvelle fois on va voir se développer les gourous de l’objet technique qui vont venir nous vendre les vertus pédagogiques de la machine. Ce sont parfois les mêmes qui à chaque nouveauté technique sont venus nous vendre la dernière coqueluche des commerciaux dont ils relaient allégrement le discours et qu’ils enrobent d’un pseudo discours pédagogique qui semble disqualifier tous les précédents, car on n’a jamais vu ça. Entre colère, dérision, ignorance, opposition, il faut réagir contre cette « nouvelle vague » qui n’est à nouveau que la répétition des précédentes (et ce n’est pas la septième, celle dont on dit qu’elle est mortelle, dangereuse, qu’elle emporte tout son passage, presque scélérate !!!). A suivre et à débattre

Écrans de veille en éducation » Archives du blog » TICE, enseignement et apprentissage Les TIC à l’école sont en question depuis le début de leur arrivée, et ne cessent de faire l’objet de recommandations, d’investissements, de rapports divers (le dernier en date : rapport Fourgous), de prises de position variées, etc. Trois documents mis en ligne ces derniers temps peuvent être mis en regard. Il s’agit de deux articles publiés sur le site de l’an@é (Association nationale des acteurs de l’école) et un rapport publié par l’OCDE concernant la formation initiale des enseignants anglais et les TIC. Le premier article intitulé « Le monde virtuel et le monde scolaire » distingue les apprentissages explicites (qui ont lieu essentiellement à l’école) des apprentissages implicites (dont font souvent partie ceux qui ont lieu dans le monde virtuel). Pour l’an@é, l’éducation aux média est encore plus nécessaire pour ouvrir le champ des investigations, sinon le fossé entre les enfants qui ont une culture numérique et les autres se creusera davantage.

Veille et Analyse TICE Les nombreuses lectures critiques sur le développement du numérique dans nos sociétés mettent en avant mais souvent de façon incidente, le rôle de l’économie dans l’évolution globale de l’organisation sociale à l’échelle locale comme à l’échelle globale. Or si ce que l’on nomme les « modèles économiques » de ce secteur numérique est effectivement une donnée essentielle, il faut aussi aller voir du côté de l’humain pour tenter de comprendre comment il intègre l’économie dans sa forme de vie, voir son projet personnel. Dans son livre, « la civilisation du poisson rouge » (Grasset 2019), Bruno Patino associe, à l’instar de Yves Citton et dans un autre axe Dominique Cardon, économie et attention. Mais il faut revenir à ce qui fait l’humain. Les modèles économiques qui tentent de s’imposer avec le développement de l’informatique et du numérique ne dérangent finalement pas grand monde, comme si chacun espérait pouvoir en tirer profit et avantage, individuellement bien sûr.

Google Drive | Outils collaboratifs Travailler avec des applications en ligne est aujourd’hui chose courante avec la généralisation des terminaux mobiles. Google offre, depuis plusieurs années, une panoplie d’applications devenues aussi performantes que les applications dites lourdes. Cette prouesse technologique s’est accompagnée de possibilités de travail collaboratif qui ont multiplié l’intérêt des pratiques pédagogiques en ligne. L’objet de cet article n’est pas de faire de la publicité pour Google, il est destiné aux enseignants soucieux d’enrichir leur expérience avec les outils en ligne. Introduction Depuis avril 2012, Google Doc est devenu Google Drive. Avec l’arrivée de Google Drive, le stockage et de partage de fichiers en ligne est devenu d’une grande simplicité avec un espace de stockage par défaut de 5Go. Google innove en permanence, essayant de distancer ses concurrents (principalement Yahoo et Microsoft), ou d’intégrer le fonctionnement d’autres solutions existantes (comme Dropbox par exemple).

1. Wordle - Beaux Nuages ​​de mots Jean-Luc Raymond | Calepin (notes de veille et pensées agencées) StepRep veille gratuitement sur la réputation des petites entreprises L'application pour PME réalise une veille des commentaires faits sur une marque ou un produit sur Internet. Intérêt : autoriser plus de réactivité et une meilleure gestion de leur image. De nombreux logiciels dédiés s'occupent de réaliser une veille des commentaires faits sur Internet à propos des entreprises.

Plume! Trouver et évaluer une source en ligne Martine Mottet met à disposition sur son site (déjà présenté sur éduscol) une rubrique spécifique de partage de ressources pédagogiques qui s'étoffe régulièrement de nouveaux contenus : affiches couleur pour la classe, capsules vidéos de formation et documents d'accompagnement, journal de recherche de l'élève, grilles d'évaluation d'un site Internet, témoignages vidéos d'élèves, activités éducatives (une activité par étape du processus, une activité d'intégration pour l'ensemble du processus, des dizaines de ressources et de documents d'accompagnement). L'auteure publie ces différents contenus sous Licence Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage des conditions initiales à l'identique 2.0 Canada. Chacun est donc libre de reproduire ou d'adapter les textes et les ressources éducatives disponibles sur le site, sans omettre la mention de responsabilité « de sorte que le travail des personnes qui ont contribué à la création des ressources soit reconnu ».

Blog de M@rcel : des technologies et des pédagogies qui travaillent ensemble Introduction : répondre ou débattre Ce billet portera sur la contribution de deux collègues, Alain Beitone et Margaux Osenda, qui ont publié « La pédagogie inversée : une pédagogie archaïque » (des extraits de cet article seront proposés en bleu ci-dessous) Il ne s’agit pas pour moi de « répondre » à leurs arguments ou de les démonter en tentant de démontrer combien le propos serait incorrect, inapproprié, fallacieux … Je l’ai souvent dit : en matière d’innovation (gardons ce concept pour le moment), il me paraît important de considérer tous les points de vue même ceux envers lesquels, personnellement et subjectivement, on ne peut d’emblée marquer son accord. Je reprendrai donc certains éléments de l’article en question (en bleu), non pas pour les démonter, mais pour les mettre en dialogue (socratique) avec d’autres interprétations permettant ainsi au lecteur de progresser et pourquoi pas d’expérimenter à son tour en praticien réflexif. La classe inversée n’a rien d’innovant ! I.1. I.2.

Le social bookmarking, pour la formation tout au long de la vie - 1 Première partie de l'entrevue avec Michèle Drechsler Les enseignants se forment et progressent avec le socialbookmarking Michèle Drechsler, qui êtes-vous ? Je suis inspectrice de l'éducation nationale, chargée de mission pré-élémentaire pour le département de l'Indre. J'ai été enseignante pendant de nombreuses années, puis directrice d'école dans un village de Moselle (Est de la France). Qu'est-ce qui vous a amenée à vous intéresser aux TICE ? Cet intérêt est né très tôt, comme en témoigne notamment mon parcours de formation. Parlons de cette thèse, justement. Son titre exact est : "Pratiques du socialbookmarking dans le domaine de l'éducation. Il est temps de définir le socialbookmarking... Le socialbookmarking est une pratique visant le partage de signets ou "bookmarks » qui permet la mémorisation, le captage des adresses d’un site web que l’on peut alors retrouver et réutiliser. Les sites les plus connus de social bookmarking sont Delicious et Diigo. Oui. En France, ce n'est pas le cas.

Related: