background preloader

Aux dîners du Siècle, l’élite du pouvoir se restaure, par François Denord, Paul Lagneau-Ymonet et Sylvain Thine

Aux dîners du Siècle, l’élite du pouvoir se restaure, par François Denord, Paul Lagneau-Ymonet et Sylvain Thine
Publié aux Etats-Unis en 1956, en pleine guerre froide, L’Elite du pouvoir de Charles W. Mills a suscité d’intenses controverses. Ce livre démontrait en effet que le pays censé incarner le pluralisme démocratique était en réalité contrôlé par une étroite minorité d’individus juchés aux postes de commande des plus puissantes institutions de la société moderne (Etat, grandes entreprises, armée, médias, etc.). Le sociologue reconnaissait que « l’élite du pouvoir » se laisse difficilement circonscrire : « Les hommes des sphères supérieures sont impliqués dans un ensemble de “bandes” qui se recoupent et de “cliques” unies entre elles par des liens compliqués (1). » Dans la France contemporaine, les choses sont plus simples : un mercredi par mois, vers 20 heures, l’élite du pouvoir s’attable dans les salons cossus de l’Automobile Club de France pour le dîner du Siècle. De l’aveu même de l’ancien président de cette association, on y mange plutôt mal (2). Les « importants » autour d’une table

http://www.monde-diplomatique.fr/2011/02/DENORD/20132

Related:  De l'élitisme ou la ploutocratie au nouvel ordre mondialApproche critique de l'actualité 2013-2014

Le dîner du siècle, le rendez-vous des élites que le blogueur Alain Lambert ne pouvait pas filmer L'affaire s'est déroulée sur le web en plein coeur de l'été : le sénateur UMP, Alain Lambert, a publié sur son blog des vidéos du dîner du Siècle. Ce dîner se déroule une fois par mois à Paris et réunit discrètement les élites politiques, économiques et médiatiques du pays. Sauf qu'il est interdit de filmer ce club très sélect où journalistes politiques et ministres dînent en toute cordialité. Alain Lambert a été contraint de supprimer les vidéos. Retour sur une petite affaire d'auto-censure.

Archives - lesoir.be Scoop : Fabiola est toujours vivante Page 4 Mardi 17 novembre 2009 L’histoire d’un incroyable dérapage provoqué par… l’agence Belga on fils ingénieur en aéronautique vient de recevoir aux USA le premier prix Award 2009 ; Le bourgmestre de Ans inaugure le Salon des vignerons et des métiers de bouche ce samedi. » Voilà le type d’« informations » que les médias abonnés à l’agence Belga reçoivent depuis lundi dans le flux de leurs dépêches, sous le label AVE. Emmanuel Ratier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Ratier. Il anime le Libre Journal de la résistance française toutes les 4 semaines sur Radio Courtoisie, et écrit son propre journal bimensuel Faits & Documents. Biographie[modifier | modifier le code]

Le Conseil d’Etat annule la mutation-sanction de Marc Robert, procureur général de Riom Le Conseil d'Etat, en annulant jeudi 30 décembre la mutation d'office d'un haut magistrat, a rendu une décision lourde de sens: c'est un camouflet pour Rachida Dati, l'ancienne garde des sceaux, un message appuyé à l'Elysée et un coup de pied de l'âne au Conseil supérieur de la magistrature (CSM), qui termine son mandat dans une absolue déconsidération. La haute juridiction administrative a annulé le décret de mutation de Marc Robert, procureur général à Riom depuis neuf ans et dernier magistrat à avoir été nommé à une cour d'appel par la gauche, envoyé en surnombre à la Cour de cassation, le prestigieux cimetière des éléphants judiciaires. Marc Robert avait déplu.

Société du Mont-Pèlerin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Société du Mont-Pèlerin (en anglais Mont Pelerin Society, MPS) est une organisation internationale composée d'économistes, d'intellectuels réunis pour promouvoir l'économie de libre marché et la société ouverte auprès des hommes politiques . Histoire[modifier | modifier le code] La Société du Mont-Pèlerin a été créée le lors d'une conférence organisée par Friedrich Hayek au Mont Pèlerin, village suisse surplombant Vevey. La qualité, aussi importante que l’audience Médias/Télé Allons-nous sortir de la dictature de l’audimat ? Si le gouvernement français a chargé l’Ina de trouver une solution pour mettre l’accent sur la qualité à la télévision, le groupe France Télévisions est le seul à s’être doté en 2004 d’un baromètre de satisfaction des téléspectateurs.

Le Siècle "Le Siècle" est un "club de réflexion" (ou "think tank") qui réunit les membres les plus puissants et influents de la classe dirigeante française. On y retrouve des politiciens de droite et de gauche, les patrons des plus grandes entreprises françaises, des journalistes de premier plan dans les médias qui "font l'opinion", et quelques universitaires. Le Siècle compte un peu plus de 500 membres choisis par cooptation, auquels s'ajoutent 200 invités renouvelés chaque année. Une fois par mois, les membres du Siècle se réunissent au très sélect Automobile Club de France, place de la Concorde. De 20h à 21h, un apéritif permet de choisir librement ses interlocuteurs. A 21h vient l'heure du dîner.

La leçon du vrai Keynes LE MONDE | • Mis à jour le | Par Paul Jorion (économiste et anthropologue) Que dirait Keynes revenu parmi nous des politiques économique et financière qui sont les nôtres ? Je parle ici du véritable John Maynard Keynes (1883-1946), et non des économistes contemporains que l'on appelle, par facilité de langage, « keynésiens », et dont la pensée est très éloignée, pour la plupart, de celle du Keynes historique. Il serait consterné, comme il le fut toujours, devant les politiques d'austérité et rejetterait avec horreur notre invocation sentencieuse d'un impératif de « compétitivité », l'aimable euphémisme auquel nous recourons pour désigner la politique cynique du « moins-disant » salarial. Le Siècle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Siècle est un club d’influence fondé en 1944 par Georges Bérard-Quélin[1]. Cette association mondaine regroupe nombre des principaux dirigeants politiques, économiques, culturels et médiatiques de la France[2]. Historique[modifier | modifier le code] L’association Le Siècle est fondée à la Libération le 2 septembre 1944 et déclarée le 2 février 1946[3] par d’anciens résistants réunis autour de Georges Bérard-Quélin.

Douteuse instrumentalisation de la justice internationale au Liban, par Géraud De Geouffre de La Pradelle, Antoine Korkmaz et Rafaëlle Maison Qui va inculper les assassins du premier ministre Rafic Hariri ? Les négociations entre la majorité, regroupée derrière le gouvernement de M. Fouad Siniora, et l’opposition, composée notamment du Hezbollah et du Courant patriotique libre du général Michel Aoun, se poursuivent. Mais la méfiance est profonde entre les deux camps, et le Liban s’est installé dans une guerre civile silencieuse.

Denis Kessler Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Kessler. Denis Kessler, né le à Mulhouse, est un économiste, chercheur et dirigeant d'entreprise français. Syrie : une « deuxième révolution » contre les djihadistes Une nouvelle alliance de rebelles syriens a lancé cette semaine une « deuxième révolution », dirigée non pas contre le président Bachar Al-Assad, mais contre les djihadistes affiliés à Al-Qaida, accusés d'avoir « volé » la révolution lancée il y a près de trois ans. En ligne de mire de l'Armée des Moujahidines, du Front islamique et du Front des révolutionnaires de Syrie, trois des principales coalitions rebelles : l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), une émanation d'Al-Qaida alliée jusqu'il y a peu à la rébellion face aux forces du régime de Damas. Face à la multiplication des enlèvements et des décapitations attribués par les militants à l'EIIL depuis l'été 2013, dont le récent assassinat d'un médecin rebelle, des bataillons insurgés ont déclaré une guerre ouverte au groupe extrémiste sunnite, conduisant à de violents affrontements.

Un médecin au service des labos vide son sac C’est un témoignage coup de poing qui va faire mal à l’industrie pharmaceutique, à peine remise des scandales du Mediator ou des pilules contraceptives. Dans un livre qui paraît mercredi, le Dr Bernard Dalbergue, 55 ans, dénonce les «pratiques douteuses» d’une industrie où il a passé deux décennies, dans plusieurs firmes différentes. C’est la première fois en France qu’un ancien cadre dissèque de l’intérieur, documents et histoires vécues à l’appui, la manière dont les labos manipulent les médecins, voire les autorités.

Related: