background preloader

Les entreprises ne valorisent pas assez le travail bien fait

Les entreprises ne valorisent pas assez le travail bien fait
Un an après l'affaire des suicides à France Télécom, 1.300 entreprises de plus de 1.000 salariés ont conclu des accords sur les risques psychosociaux et mis en place des plans de prévention du stress. Pas suffisant toutefois, pour Yves Clot, titulaire de la chaire de psychologie du travail du CNAM * : "les employeurs se contentent du diagnostic sans prendre de vraies mesures". Capital.fr : Il y a un an, le ministère du Travail publiait sur son site la liste des bons et des mauvaises élèves en matière de stress au travail. Cette pression médiatique a-t-elle été efficace ?Yves Clot : Les accords sur les risques psycho-sociaux permettent surtout aux employeurs de s'abriter derrière l'évaluation des risques pour faire semblant d'agir. Dans les bureaux, rien n'a changé. Capital.fr : Les entreprises en ont-elles conscience ? Capital.fr : La question du stress au travail est donc loin d'être résolue… Yves Clot : Ecouter ne suffit pas pour soigner. Propos recueillis par Sandrine Chauvin

http://www.capital.fr/carriere-management/interviews/les-entreprises-ne-valorisent-pas-assez-le-travail-bien-fait-583625

Related:  Yves ClotSouffrance au travailYves ClotMotivation professionnelle/

Yves Clot, Vygotski maintenant 1Lev Vygotski (1896-1934), psychologue pour enfant, pédagogue, et intellectuel russe, diagnostiquait en 1926 une crise dans la psychologie1, du fait de l'extrême division de ses conceptions (idéaliste, matérialiste), de ses méthodes (expérimentale à tendance mécaniste réduisant le psychologique au biologique, introspective à tendance subjective...) et de ses objets d'études (le comportement, la conscience, l'inconscient...). Il proposait de solutionner cette crise en avançant une psychologie matérialiste, qui considère la relation corps/esprit non comme dualiste, mais moniste, et qui considère « l'individuel chez l'homme non pas comme le contraire du social, mais comme sa forme supérieure ». Qu'en est-il aujourd'hui des constats et solutions apportées par Vygotski, presque un siècle plus tard ?

Les Rencontres des Pilotes de Processus Par Yves Clot, titulaire de la chaire de psychologie du travail au CNAM. Écoutez le podcast de la conférence d’Yves Clot : Soigner le travail pour sortir du désordre actuel des organisations Télécherger la conférence d’Yves Clot : le travail pour sortir du désordre actuel des organisations Lorsqu’on aborde la problématique de la santé au travail, on est souvent tenté de s’attacher aux phénomènes les plus visibles tels que le suicide sur le lieu de travail ou le développement croissant des troubles musculo-squelettiques. Pour ma part je considère que c’est dans les situations les plus ordinaires du travail que se révèlent les phénomènes les plus profonds. Exemple de situation de formation à La Poste.

Yves Clot : le travail souffre, c'est lui qu'il faut soigner ! Suicides, souffrance au travail : alors que les risques psychosociaux sont devenus un enjeu dans les entreprises comme dans la société, Yves Clot, professeur de psychologie du travail au Conservatoire National des Arts et Métiers qui a publié récemment Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux revient sur ce qui lui apparaît comme une impasse dans un entretien exclusif pour Metis. Vous êtes responsable d'une filière de formation de psychologues du travail. Pourquoi la prise en compte des risques psychosociaux (RPS) est-elle une fausse piste ? Je regarde sans aucune arrogance le travail de tous ceux qui sont engagés dans une approche en termes de RPS ou de stress.

Un milieu de travail convivial Accueil » Ressources et Outils » infoRH » Un milieu de travail convivial » Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Pour créer un milieu de travail sain, il ne s’agit pas simplement d’éviter le rhume ou la grippe! Il faut aborder la question d’un point de vue holistique pour considérer la santé de vos employés sur tous les plans : physique, spirituel, environnemental, intellectuel, émotionnel, professionnel et mental. Yves Clot : Vygotski et le pouvoir d’être affecté Yves Clot interprète de son point de vue la question du colloque : pour lui, on ne peut que marquer l’ampleur du développement de la crise… de la psychologie, devenue une «puissance sociale» qui, paradoxalement, parasite la vie sociale, notamment en pyschologie du travail, parce qu’elle « empoisonne le travail ». S’occuper de la crise de la psychologie, c’est socialement vital. « La manière de faire de la politique de Vygotski, c’était de développer la science. Comme lui, nous sommes comptables du développement de la psychologie : si on ne s’occupe pas de la psychologie, elle s’occupe de nous ». Pour Yves Clot, même quand Vygotski critique Piaget dans Pensée en langage, il utilise les résultats du psychologe suisse en les interprétant : « au sein de la collectivité d’enfant, c’est dans la dispute que se créent les éléments fonctionnels qui déclenchent le développement de la réflexion » y écrit-il. Typologie du travail : concept de métier

La dissonance émotionnelle au travail A l’instar de la plupart des organisations, vouées à la rationalité, la recherche en management porte un intérêt grandissant aux émotions au travail. Au regard des diverses recherches sur le sujet, d’une part, un être considéré dans sa globalité ne peut être dissocié de ses émotions, d’autre part, les émotions ressenties jouent de nombreux rôles au travail."... les émotions sont une partie intégrante et inséparable de la vie organisationnelle de tous les jours. Depuis les moments d’anéantissement ou de joie, de peine ou de peur, jusqu’à la sensation permanente d’insatisfaction ou d’emprisonnement, l’expérience au travail est saturée de sentiments" (Ashforth et Humphrey, 1995, 97). Or, parce que l’organisation ne peut imposer le ressenti des émotions, elle les néglige ou elle normalise les expressions issues des émotions ressenties par les employés afin de s’assurer les comportements attendus.

"s'attaquer au métier, c'est engager la controverse" Yves Clot possède une qualité singulière, celle d’enchanter ses auditeurs. A l’issue de sa conférence, un sentiment rare, partagé, quel que soit le parcours professionnel des auditeurs présents. Des qualités humaines, certes, mais aussi le fruit d’un travail exigeant qui lui permet de manier des concepts exigeants dans une langue limpide, voire savoureuse.

Un monde si cruel Puisque, désormais, s'amorce une gouvernance planétaire, il est essentiel d'en comprendre la logique. Et d'abord d'en décrypter le processus de décision. Alors que, dans chaque pays démocratique, la majorité fixe la règle commune et que, dans les institutions internationales, ont été mises au point des procédures de vote très complexes où se mêlent les exigences de souveraineté (un pays = une voix), de démocratie (un homme = une voix) et de pouvoir (un dollar = une voix), dans le G 8 ou le G 20, rien de tel : l'hôte propose un projet de communiqué qu'on doit approuver à l'unanimité. Mais peu de gens se demandent ce qui se cache derrière cette règle. Chacun des participants a-t-il un égal droit de veto, ce qui voudrait dire que le résultat des négociations ne peut être que le plus petit commun dénominateur commun ?

Article Usine Nouvelle Professeur de psychologie du travail au Cnam, Yves Clot a écrit avec le sociologue Michel Gollac "Le travail peut-il devenir supportable ?" aux éditions Armand Collin. Ils y décryptent la crise du travail et proposent des pistes pour le rendre à nouveau créateur. Pour eux, il faut redonner au travail sa dimension de création collective. Yves Clot nous explique pourquoi.

Travail & risques psychosociaux - I. Yves Clot (2010) - maj 23/03 - Autogestion Materiaux & Debats Je crois que nous aurions été davantage désarmé par "l'épidémie de suicides" si dans les mois, sinon les années qui précédèrent les syndicalistes n'avaient été alertés sur les affaires de harcèlement moral. Pour la psychologie la question du pouvoir, et donc aussi du pouvoir dans l'entreprise, du pouvoir sur des hommes et des femmes est un sujet de choix que les nouvelles méthodes de management - sans même évoquer l'effet des nouvelles technologies de communication - en déplacant l'objet de ses préoccupations du travail vers le travailleur devenu "autonome" et "responsable" a rendu encore plus pernicieux. Sur cette question nous reviendrons ultérieurement. L'essentiel des réponses apportées dans un premier temps à ces formes de violence, dans l'urgence donc, formulées par Hirigoyen ou Leymann(a), appartenaient à ce que Clot definira comme des réponses "hygiénistes", comment s'améliorer pour être en capacité de faire face à ces agressions. Voir aussi : "Et voilà le travail" (blog)

Yves Clot, Le travail à coeur Texte intégral 1 Selon Thomas Philippon, Le capitalisme d'héritiers. La crise française du travail, Paris, Seuil, 20 (...) Centres d'appels : la VAE pour valoriser les compétences Publié le 24-FEB-08 par ANACT | Imprimer Responsabilité sociale... la formule n’est pas vaine chez Arvato qui a souhaité accompagner dix salariés dans une démarche de validation des acquis de l’expérience (VAE). Constituée autour d’un partenariat institutionnel, l’action a jeté les bases d’un accord de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

Une conférence ''Le travail empêché ... Publié le 14-FEB-11 par ANACT | Imprimer Lors d'une conférence organisée à Clermont-Ferrand, Yves Clot a développé la thèse de son dernier ouvrage, « Le travail à cœur ». Pour le titulaire de la chaire de psychologie du travail du CNAM, il convient d'instituer le conflit sur la qualité de travail dans les entreprises. Le respect du « travail bien fait » est la meilleure prévention contre les risques psychosociaux. Les idées, Travail, Pascal Chabot, williams, Burn out « La généalogie du concept de burn-out est passionnante. Le terme est inventé par le psychiatre américain Herbert J. Freudenberger dans les années 1970. Celui-ci travaillait à New York avec des toxicomanes, à qui le terme “burn out”, une “consumation de l’intérieur”, était parfois appliqué.

Related: