background preloader

La philosophie à l’école primaire

La philosophie à l’école primaire

Débat interprétatif et discussion à visée philosophique à l’école (...) La littérature comme expérience de pensée En insistant sur la portée philosophique de la littérature (de jeunesse) en général et des œuvres de la liste, les programmes de littérature à l’école primaire ont ouvert la voie à des débats réflexifs dans laquelle tous ceux qui jugent nécessaire une initiation précoce à la philosophie ont pu s’engouffrer. Ces programmes visent absolument à éviter la dérive techniciste de l’approche des textes. Inspirés par les théories de la réception et les réflexions de Umberto Eco et Paul Ricœur, ils insistent pour que l’étude des œuvres ne soit jamais un prétexte à un décorticage formaliste mais l’occasion d’une rencontre poétique et intellectuelle. La didactique de la littérature et de la philosophie pourraient ainsi se rejoindre aujourd’hui par la préoccupation commune de redonner sens et saveur à leur enseignement. Un exemple de dispositif. À mon sens, ce dispositif présente les avantages : Bibliographie Un exemple Quelques réflexions d’élèves

L'atelier philo Le blog d'Edwige Chirouter (chroniqueuse à Siné Hebdo) Présentation de l'ouvrage "Apprendre en philosophant" « La philo à l'école : Pour quoi faire? Comment faire? On retrouve de nombreuses collections destinées à l'introduction de la philosophie avec des enfants : • « Les contes philosophiques », Actes Sud Junior (11 titres). • « Les Philo-fables », Albin Michel, Ces fables sont constituées de courtes histoires issues de toutes les cultures du monde, et sur des thèmes très variés.

Cinq approches pour philosopher avec des enfants par Sylvain Connac En France, la pratique de la philosophie en école élémentaire reste encore une innovation et sa référence est sporadique. Pourtant, et certainement parce qu'ailleurs de telles pratiques sont plus répandues (Québec, Brésil, Belgique, etc.), les quelques praticiens ne se reconnaissent pas de la même école. Tous sont en accord pour aborder la question philosophique par la discussion mais les repères sont différents sans jamais être farouchement opposés. Chaque méthode présente un dispositif, non pas opposé aux autres mais complémentaire. Voici en résumé, quelques caractéristiques de ces principales méthodes utilisées. L'ordre de présentation suivant est aléatoire et n'indique en aucun cas une quelconque hiérarchie. Matthew Lipman, outre toute sa réflexion sur la possibilité de faire entrer des enfants dans le philosopher, a proposé un dispositif qui s'appuie sur l'utilisation de sept romans philosophiques pour déclencher les discussions. La méthode Lipman se décompose en cinq parties.

Textes philosophiques gratuits et libres de droits Ils pensent ... donc ils sont "Vouloir comprendre le monde qui l’entoure est naturel à l’enfant : tout le questionne. Les « pourquoi ? » et les « comment ? » si fréquents chez le petit enfant disparaissent trop vite à l’école pour céder la place aux questions du professeur. Le désir s’éteint. La classe, l’établissement, le centre de loisirs, l’atelier du soir ou du mercredi doivent permettre à tous de vivre des moments réguliers de réflexion. Voilà l'éditorial du dernier numéro du Nouvel Educateur, revue du mouvement Freinet, consacré à tous ces espaces de pensée pour l'enfant dans la classe, dans l'école et hors école. Nouvel Educateur Vous y trouverez la refonte d'un article pratique que j'avais écrit sur les ateliers de réflexion collective en classe : Les Ateliers de réflexion collective Ils sont intégrés dans l'emploi du temps de ma classe, au même titre que les activités de lecture ou de mathématiques, et se présentent de façon hebdomadaire, sur vingt minutes, environ. L'objectif est donc triple :

Philosophie pour les enfants à l'Université Laval Philosophie pour enfants : le débat d'idées L’anneau de Gygès Gygès était un berger qui avait trouvé sur le corps d'un homme mort une mystérieuse bague. Or, un jour qu'il était convoqué par le roi en compagnie de tous les autres bergers, il joua avec sa bague et en tourna machinalement le chaton. Quelle ne fut pas sa surprise de constater que ce simple geste le rendait invisible ! Les jours suivants, il renouvela l'expérience et fut alors convaincu du pouvoir magique de sa bague. Il retourna au palais où il fit en sorte de séduire la reine. Légende grecque racontée par Platon (IV° siècle avant J.C.) dans La République Questions des enfants : 1- Comme Gygès, auriez-vous pris l'anneau sur l'homme mort ? 2- Comme Gygès, auriez-vous profité de la même façon du pouvoir de l'anneau ? 3- Si vous possédiez l'anneau, que feriez-vous avec ? Autre questionnement possible ( d'après Les Philo-fables) : - Évitons-nous de faire le mal parce que nous pensons que c'est mal ou est-ce par crainte des punitions, du châtiment ?

Related: