background preloader

La montée du “crowdsourcing”

La montée du “crowdsourcing”
Par Hubert Guillaud le 01/06/06 | 74 commentaires | 28,494 lectures | Impression Après la mode de l’externalisation (outsourcing) qui, pour beaucoup d’entreprises high-tech a consisté à faire réaliser leur travail en Inde et en Chine à coûts réduits, voici venu le temps du crowdsourcing, qu’on pourrait traduire par “l’approvisionnement par la foule”. Le principe de fonctionnement de ces nouvelles entreprises est simple : utiliser le temps disponible des gens pour créer du contenu, résoudre des problèmes, voire même faire de la R&D, explique Jeff Howe pour Wired. Au travers de quatre exemples, il montre comment le monde du travail se transforme à l’heure des réseaux et se redessine, en partie, dans son management et son économie. Le succès est au rendez-vous : les revenus d’iStockphoto augmentent de 14 % par mois et le service indexe déjà quelques 10 millions d’images. “Chaque année, les budgets de recherche augmentent plus vite que les ventes. 1. Qu’en conclure ? Hubert Guillaud

http://www.internetactu.net/2006/06/01/la-montee-du-crowdsourcing/

Finance participative Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La finance participative (en anglais crowdfunding) est une expression décrivant tous les outils et méthodes de transactions financières qui fait appel à un grand nombre de personnes pour financer un projet. Ce mode de financement se fait sans l'aide des acteurs traditionnels du financement, il est dit désintermédié. L'émergence des plateformes de finance participative a été permise grâce à internet et les réseaux sociaux. Cette tendance s'inscrit dans un mouvement plus global : celui de la consommation collaborative et du crowdsourcing. La finance participative comprend différents secteurs tels que le prêt entre particuliers (aussi appelé « P2P lending »), le crowdfunding (collecte de dons), l'investissement en capital (« equity crowdfunding »), ou encore la microfinance en P2P.

Le crowdsourcing de l'innovation, pilule contre le biais de l'expertise Nous tendons traditionnellement à confier l'innovation aux experts du domaine où l'on veut innover ou aux experts de l'innovation. Une autre démarche commence à se généraliser : chercher l'innovation partout - ou presque. Par Klaus-Peter Speidel, co-fondateur de hypios et enseignant à Science Po Poitiers. Pour donner de l’envol à l’innovation, de plus en plus d’entreprises ont entamé une démarche de crowdsourcing de l’innovation, ou innovation "par la foule". Celle-ci peut avoir lieu sous forme de concours ou d’appel à propositions avec les employées d’une entreprise ou, mieux encore, de façon ouverte sur le site de l’entreprise ou à l’aide d’intermédiaires qui anonymisent la provenance des problèmes et organisent le concours.

Crowdfunding : comment financer son projet même quand les donateurs manquent à l'appel Le crowdfunding a le vent en poupe. Entre 15.000 et 20.000 projets par an seraient lancés en France grâce au financement participatif. Les sites Kisskissbankbank et Ulule, les deux leaders sur le marché hexagonal, se développent à une vitesse fulgurante. Alors que le crowdfunding n'existait pas en France il y a encore 4 ans, il permet aujourd'hui à des milliers de projets artistiques, humanitaires ou professionnels de se réaliser. L'idée est simple: un internaute dépose son projet sur un site de crowdfunding et indique l'argent dont il aurait besoin pour le mener à bien. Toute personne est alors libre d'y contribuer, moyennant une rétribution symbolique, généralement de petits cadeaux en nature.

L'idée d'octobre : le laboratoire d'intégration Ce type de laboratoire regroupe un vivier de professionnels qui s'interrogent sur les usages émergents pour créer de nouveaux produits. Le modèle de l'innovation contemporaine ? Dans un article paru le 7 octobre, Monsieur Thierry Semionoff-Bru, PDG d'@ctis-Ingénierie nous parle du CIU-S(Centre Innovation et d'Usages Santé). J’en retiens trois caractéristiques. Vincent Ricordeau : "Les valeurs du crowdfunding sont tellement fortes, qu'elles sont contagieuses." Au coeur d'un nouveau modèle économique, le crowdfunding, également appelé financement participatif, est adopté aujourd'hui par de plus en plus de photographes. Vincent Ricordeau, co-fondateur et CEO de la plate-forme KissKissBankBank (KKBB), nous explique le fonctionnement de ce modèle et les différentes étapes à suivre pour mener à bien sa collecte de fonds. Jean-Christophe Hanché a fait appel à KKBB pour financer son projet Afghanistan Kapisa 2011. (Projet réussi) Photographie.com : Comment la plate-forme KissKissBankBank est-elle née ?

Le crowdsourcing sert aussi aux projets d’urbanisme Afin d'associer dès l'origine les architectes, les responsables et les riverains, Betaville les rassemble en ligne, et leur permet à tous de visualiser l'environnement en 3D, et de s'exprimer. Pour mener à biens des projets d’urbanisme, il faut parvenir à associer en amont responsables, architectes et citoyens, estime une équipe de l’université polytechnique de New York. En collaboration avec la faculté des Sciences appliquées de Bremen, en Allemagne, les scientifiques proposent une solution logicielle de modélisation 3D sur la Toile. Kickstarter, le roi du Crowdfunding [infographie] Fondée en avril 2009, la startup new yorkaise Kickstarter est l’un des piliers du Crowdfunding sur internet. Déjà 3 ans d’existence, 50 000 projets hébergés et 200 millions de dollars en promesses de financement. Des chiffres encourageants et qui laissent penser que n’importe quelle personne avec une bonne idée a sa chance grâce au soutien financier des internautes.

Et si vous conceviez votre voiture ? « Le concept de Local Motors est simple : développer des véhicules de niche adaptés à un marché très spécifique, généralement géographiquement très localisé, en utilisant le maximum de composants ou de matériaux locaux, et en construisant localement ses véhicules sur leur lieu d’utilisation. Mais là ou nous différons d’autres constructeurs, c’est que nous travaillons en Crowd Innovation, c'est-à-dire qu’une communauté de designers et autres ingénieurs ou techniciens férus de technologies automobiles, vient aider notre bureau d’études, qui ne comporte qu’une dizaine de permanents », explique Damien Declercq, un français responsable du développement de Local Motors. Et cela semble intéresser, puisque la communauté de Local Motors, The Forge, compte aujourd’hui plus de 14 000 membres actifs répartis dans 132 pays. Les véhicules envisagés restent simples.

Crowdfunding : les financements collectés ont presque triplé en 2013 - mardi 18 février 2014 18:07 Les chiffres-clés du crowdfunding en France montrent une explosion des sommes collectées à 78,3 millions d'euros en 2013, un total 2,9 fois supérieur à celui de 2012. Le financement participatif en capital croît le plus vite, le prêt collecte la majorité de sommes et le don réunit 95% des contributeurs. Les trois grandes familles du crowdfunding attirent chaque année une foule d'internautes plus nombreuse. Onze logiques économiques qui changent le monde Source image : Tout changement social doit concevoir son économie. Et alors que s’ouvre aujourd’hui à Paris le OuiShareFest, premier événement européen entièrement dédié à l’économie collaborative, j’avais envie de donner suite à ce billet et faire le point sur un ensemble de termes qui reviennent souvent dans l’actualité pour qualifier les modèles économiques émergents et à venir qui cherchent à fournir des réponses aux enjeux du siècle. L’économie coopérative Commençons avec le plus ancien de ces modèles, qui relève de l’économie sociale et solidaire.

Pays émergents : le crowd-sourcing est un moteur économique comm Les employeurs proposant à des travailleurs des pays émergents un emploi via Internet ne sont pas les esclavagistes souvent décrits, affirme un chercheur d'Harvard. Ce système est même une chance pour les pays en voie de développement. Les sites de type Amazon Mechanical Turk, centrés sur l’externalisation via Internet de micro tâches, permettent à des travailleurs dans des pays émergents d'entrer en relation avec des employeurs de pays occidentaux - et de participer au développement d'un projet. Problème : ils sont régulièrement pointés du doigt pour les nombreux abus réels ou supposés qu’ils engendrent. Une étude publiée par un chercheur d’Harvard montre pourtant que les employeurs présents sur ces sites sont mieux perçus que leurs homologues dans la vie réelle. Mieux, son auteur explique que ces plates-formes sont une opportunité pour toute une classe de travailleurs des pays émergents.

Related: