background preloader

Enigma Simulation

Enigma Simulation
Related:  GAMBERGE

Internet Archive: Digital Library of Free Books, Movies, Music & Wayback Machine matrices Each element of a matrix is often denoted by a variable with two subscripts. For instance, a2,1 represents the element at the second row and first column of a matrix A. Applications of matrices are found in most scientific fields. The numbers, symbols or expressions in the matrix are called its entries or its elements. The size of a matrix is defined by the number of rows and columns that it contains. Matrices are commonly written in box brackets: An alternative notation uses large parentheses instead of box brackets: The entry in the i-th row and j-th column of a matrix A is sometimes referred to as the i,j, (i,j), or (i,j)th entry of the matrix, and most commonly denoted as ai,j, or aij. Sometimes, the entries of a matrix can be defined by a formula such as ai,j = f(i, j). In this case, the matrix itself is sometimes defined by that formula, within square brackets or double parenthesis. Schematic depiction of the matrix product AB of two matrices A and B. whereas Ax = b

Le Libre Accès ou le retour de la Grande Conversation par Jean-Claude Guédon Et ce processus de découvertes et d’inventions, que l’on trouve dans la science et la technologie d’ailleurs, repose sur la facilite de converser, d’échanger et de construire sur la base de choses antérieures et ainsi de site. Or on est dans une situation où pour des raisons multiples, complexes et historiques largement, la conversation a été entravée, empêchée, diminuée, ralentie, rendue plus exclusive pour certains au détriment d’autres et ainsi de suite. Et tout le mouvement du Libre Accès vise quelque part à restaurer les conditions optimales de cette Grande Conversation. C’est-à-dire de permettre à n’importe qui a les moyens de lire ces textes d’une façon ou d’une autre, d’aller chercher ces textes facilement, de les consulter facilement, de travailler avec eux, d’élaborer d’autres textes, d’autres recherches, d’autres résultats, et ainsi de suite. Le Libre Accès à lui tout seul ne résoudra pas tous les problèmes de la science contemporaine. Loaded: 0% Progress: 0%

4-sound matrix The Sound Matrix was a clever bit of flash that was mailed to me some time back. I later discovered that the file was originally composed by Andre Michelle. As per original instructions “Press SPACE key to clear. Right-Click for Copy & Paste to your blog, happy days, good time, comment if you LIKE!”. Add This to Your Site : Copy This Code <div align="center"><object width="600" height="600" codebase=" classid="clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000"><param value=" name="movie"><param value="high" name="quality"><embed width="600" height="600" type="application/x-shockwave-flash" pluginspage="

Le cycle d’adoption des réseaux sociaux Accueil Tech Le cycle d’adoption des réseaux sociaux La courbe en cloche (ou cycle d'adoption) a été définie par Everett Rogers en 1962. Elle décrit le processus d'adoption d'une innovation. La voici désormais appliquée aux réseaux sociaux. La courbe de Rogers stipule qu'il y a cinq profils de personnes qui vont adopter une innovation au cours de son existence : les innovants (2.5%), 'early adopters' (adoptants précoces ; 13.5%), la majorité précoce (34%), la Majorité tardive (34%) et enfin les retardataires (16%). Geoffrey Moore a par ailleurs défini le "chasm" qui se situe entre les "adoptants précoces" et la "majorité précoce". Voici ce que cela donne si on l'applique aux réseaux sociaux ; c'est le site vincos qui a effectué ce travail. Données SNS (provenant des 'Sites des Réseaux Sociaux' ou 'Social Networking Sites) utilisées pour définir la courbe en cloche : Voici également l'adoption des réseaux sociaux en fonction des pays (données de juin 2011): [vincos]

Stop ACTA ! Six Reasons Why I’m Not On Facebook, By Wired UK’s Editor | Epicenter  “David, you’re sounding like an old dude!” Matt Flannery, who runs social-lending website Kiva, couldn’t understand when I explained that, no, I wouldn’t be keeping in touch with him via Facebook. “What are you worried about?” he teased in a break at the PINC conference in Holland. Well, Matt, I admit I’m the wrong side of 30, and that I still avoid using emoticons in formal correspondence. 1) Private companies aren’t motivated by your best interests Facebook and Google exist to make money, by selling advertisers the means to target you with ever greater precision. 2) They make it harder to reinvent yourself “When you’re young, you make mistakes and you do some stupid stuff,” President Obama warned high-school students in Virginia last September. 6) And besides, why should we let businesses privatize our social discourse? Don’t take my word, Matt — young internet users themselves are increasingly wary of the social networks’ use of their private data.

Créer un serveur FTP sous Debian Installer ProFTP L’installation de ce serveur est extrèmement simple. Il suffit de lancer cette commande dans un terminal : sudo apt-get install proftpd Il vous sera alors demandé si vous souhaitez lancer proftpd indépendamment ou via inet. En tant que service indépendant proftpd sera lancé en permanence et à l’écoute sur le port 21 (par défaut). Le service FTP accepte deux modes de fonctionnement : actif et passif. Je n’entrerai pas dans le détail du fonctionnement de ces deux modes, aussi je résumerai. mode actif Le mode actif représente la méthode utilisée à l’origine par le protocole FTP pour transférer des données à l’application cliente. mode passif Le mode passif, tout comme le mode actif, est engendré par l’application client FTP. Alors que le mode passif résout les problèmes d’interférence du pare-feu côté client avec des connexions aux données, il peut rendre plus complexe l’administration du pare-feu côté serveur. PassivePorts 1024 1124 MasqueradeAddress XXX.XXX.XXX.XXX Port 21

Le souci des geeks (avec la politique) Journaliste à France Culture, Xavier de la Porte s'est fendu de la traduction d'un billet récent de Cory Doctorow, activiste, auteur de science-fiction et co-éditeur du site Boing Boing. Publié initialement sur The Guardian puis sur Internet Actu pour la version française, nous rééditons cette réflexion politique et philosophique sur la place des "geeks" dans la marche du monde. Richard Stallman (aka RMS) - Photo CC Andrew Becraft Depuis le début des guerres de l’information, les gens soucieux de liberté et de technologie ont dû naviguer entre deux écueils idéologiques : le déterminisme geek et le fatalisme geek. Déterminisme “Le déterminisme geek consiste à mépriser toute mesure politique dangereuse et bête, toute tentative de régulation abrupte, sous prétexte qu’elle est technologiquement irréalisable. “Par exemple, en Europe ou aux États-Unis, la police exige que les exploitants de réseaux insèrent des “portes dérobées” en cas d’enquêtes criminelles. Fatalisme

Related: