background preloader

Entreprise 2.0 : gestion de la connaissance, innovation et produ

Entreprise 2.0 : gestion de la connaissance, innovation et produ

Hello ! Je suis ton ERP et je te parle ! | Bloc-Notes de Bertran Je voudrais vous parler ici de ce que pourrait être notre environnement de travail dans un avenir relativement proche si ce que j’identifie comme étant deux tendances majeures venaient à arriver à maturité. La première est l’ »ambient awareness », terme que je préfère à microblogging qui n’est que son incarnation du moment en termes d’outils. Il s’agit tout simplement de la capacité de capter en permanence des signaux faibles émanant de son environnement de travail, afin d’avoir de quoi se comporter non plus comme un acteur isolé mais comme un acteur au sein d’un écosystème, permettant de mettre en cohérence les actions et décisions de l’un et de l’autre. La seconde est constituée des « activity-specific social application » ou encore social software 2.0. Avant tout je vais partir d’un présupposé : on recherche (et on recherchera toujours) à automatiser tout ce qui est automatisable. Un des terrains d’expression favoris de ces pratiques nouvelles est la « bouteille à la mer ». ou encore…

Chipwrapper Blog Comment utiliser Twitter dans mon entreprise ? Très utilisé dans la sphère privée, Twitter est un service de "micro blogging" qui permet d'échanger des messages de 140 caractères avec son réseau social. D'abord réservé aux internautes, il est de plus en plus utilisé par les entreprises. « Twitter pourrait connaître un avenir aussi massif et brillant que le SMS dans les années 90 », estime Fabrice Epelboin, éditeur de ReadWriteWeb France, l'un des principaux blogs dédiés au web 2.0. Mais attention, « l'outil, sous une apparente simplicité, est particulièrement complexe », met en garde le spécialiste. Raison de plus pour explorer ses différents usages sans plus attendre. S'informer et suivre ses concurrents Le premier intérêt de Twitter est de s'informer en suivant les messages postés par un ou plusieurs utilisateur(s) du service. « On suit alors un fil Twitter comme on suivrait un fil Reuters sur un sujet précis. Alerter ses clients Tester des idées auprès de ses clients Fidéliser et vendre Trouver ou proposer un emploi Collaborer

La diffusion d’une innovation D’après les théories relatives à l’innovation, une innovation se diffuse dans la société en suivant un processus qui touche différentes catégorie de consommateurs, des plus enthousiastes jusqu’aux plus réticents face à la technologie. E.M. Rogers a modélisé ce processus par une courbe de diffusion (dite courbe en S ou courbe en cloche) en y associant les différents profils de consommateurs correspondant aux différentes phases du processus d’adoption. Le challenge étant d’arriver à passer d’une diffusion confidentielle (innovators et early adopters) à une diffusion de masse (majorité avancée et retardée) qui représente plus de 60 % du marché potentiel. Ainsi, plusieurs facteurs conditionnent la rapidité d’adoption par les consommateurs et de diffusion de l’innovation dans la société. Ces facteurs peuvent être de deux natures différentes : Le modèle de diffusion d’une innovation Les facteurs endogènes qui facilitent l’adoption Les facteurs exogènes qui créent un contexte favorable Everett M.

Réseaux sociaux, messagerie instantanée, messagerie unifiée : tous ces nouveaux usages, parfois regroupés sous l'étiquette commode du 2.0, peinent à faire leur trou dans les entreprises françaises. A l'inverse, les utilisateurs (le panel choisi par Jemm pour son étude sponsorisée par IBM se composait à 50-50 d'utilisateurs métiers et d'informaticiens) continuent à plébisciter les outils traditionnels, notamment l'e-mail . "Sa suprématie n'est absolument pas remise en cause, observe Christophe Toulemonde, directeur du cabinet. Il y a un consensus autour des outils traditionnels et la méconnaissance des outils modernes ne plaide pas pour le remplacement d'Office ou du mail". Si le constat est brutal, il masque tout de même la lente progression des outils 2.0 dans les organisations... ou, à défaut, leur usage via des terminaux mobiles (qualifiée "d'informatique souterraine" par Jemm). "La DSI impose ses choix" Un état de fait que les utilisateurs ne remettent pas vraiment en cause.

CHIC&FATAL 20 chiffres étonnants sur la révolution 2.0 Eric Qualman, ( entre autre ) rédacteur du célèbre blog Socialnomics , a diffusé une vidéo sur les aspects « révolutionnaires » du 2.0, et notamment des médias sociaux. Il propose de répondre à la question favorite des contempteurs de la puissance du web social : « Is social media a fad ? », à travers des comparaisons et des chiffres étonnants. Certains sont plus ou moins connus (le nombre de membres sur Facebook…) mais d’autres invitent réellement à réfléchir… Voici donc une retranscription des chiffres les plus étonnants que j’ai pu y voir. (NB: je ne connais pas les sources exactes utilisées par E. Quelques chiffres intéressants… : 1) Les médias sociaux ont supplantés l’industrie de la pornographie en ligne, en devenant l’activité n°1 sur le web. 2) Le nombre de followers de Ashton Kutcher et Ellen DeGeneres sur Twitter dépasse la population entière de l’Irlande, de la Norvège et du Panama 3) Youtube est le 2ème plus grand moteur de recherche au monde . Le cas Facebook : Côté vie privée :

Post Mortem – 3 ans à l’incubateur HEC Il y a 3 ans jour pour jour, le 1er septembre 2008, je débarquais sur le campus HEC avec pour mission de monter l’incubateur HEC. Nous sommes aujourd’hui le 1er septembre 2011, et j’entame une nouvelle aventure, avec (enfin) le retour à ce que je préfère, le lancement de startup. Ce combo « date anniversaire + page qui se tourne » m’a donné envie, autant pour moi que pour le partage, de faire un bilan de ces 3 années… Beaucoup d’apprentissage(s)… Si je fais le bilan de mon passage à la tête de l’incubateur HEC, je retiens d’abord l’incroyable chance en termes de formation pour moi : passer trois ans à décortiquer les clés du succès des entrepreneurs, à apprendre de leurs erreurs, à vivre aux côtés de plus de 80 startups, à rencontrer des entrepreneurs qui ont réussi et fait grandir de belles pousses… forcément qu’il en reste quelque chose ! Nous avons enfin un écosystème de startups : la machine est en marche ! Si vous passez de temps en temps par ici, c’est un thème que j’aborde souvent.

Management 2.0 : l’intra Vendredi dernier Marc de Fouchecour m’a invité (encore merci) aux Arts & Métiers Paristech pour échanger avec Tarik Lebtahi le maître d’oeuvre de l’intranet 2.0 de Dassault Systemes (entreprise dont j’ai déjà parlé ici ). Vous retrouverez les échanges sur twitter autour de cette conférence avec #sysico14 . Cela a été un moment très riche, tant par l’enthousiasme dont Tarik a fait preuve, que par la diversité des supports qu’il nous a présenté et l’intérêt des échanges. Ce billet fait suite en quelque sorte au retour d’expérience sur SFR, dont j’avais parlé ici . Là encore plus que l’intranet en tant que tel, c’est bien aux usages que je vais m’intéresser. D’ailleurs, nos échanges avec Tarik ont beaucoup plus porté sur ce sujet, que sur les différents briques (entièrement développées en interne) qui composent cet intranet (3D, forum, blog, wiki, video…). Le maître mot étant « usage ». En effet, cela permet de capitaliser de manière rapide. Travail collaboratif en entreprise

enFemenino.com : Moda, Tendencias, Belleza, Astro, Adelgazar, Te doc clé Mettre en place son comdoc clé: munity management : internalisation vs ex L’essor du social media marketing et des métiers qui y sont liés, en particulier le community management, nécessite pour les annonceurs une réflexion sur leur organisation marketing. Je croise de plus en plus de responsables communication online ou de directeurs marketing qui s’interrogent sur l’intégration de community managers en interne, ou sur le recours à des ressources externes. Suite à ma participation sur l’excellent groupe Linkedin sur le Community Management, animé par Luc Legay, voici une tentative pour fournir une réponse, qui réside dans un mix entre l’interne et l’externe. Je suis bien sûr preneur de vos remarques. Externe 1er niveau : La 1ère brique concerne la stratégie vis à vis des communautés. C’est un travail conjoint avec les équipes de la com et du digital, mais l’expertise d’une agence peut apporter des idées et visions nouvelles, via les expériences et benchmarks réalisés sur d’autres secteurs. 3è brique : la formation. Interne : 1. Interne ou Externe :

The Client Consultant Innovating Dilemma In the UK there has been an excellent study looking specifically at the client and consulting relationships through the provision of innovation services. It was published in October 2011 entitled “Management innovation in the UK consulting industry”, by Dr. Joe O’Mahoney, a Fellow at the Advanced Institute of Management and a Lecturer at Cardiff University and commissioned with the Institute of Consulting. The aim of the report is to stimulate consultancies to be more innovative and therefore add more value to their clients. For me, this is an objective I really welcome looking around at all the ‘safety first’ approaches going on in this area by many consultants, big and small, when it comes to exploring innovation and not pushing innovations ‘edges’ more. The report can be viewed here: I’m sure many points are equally applicable to innovation consulting globally as many interviewed have global practices. Some key finding emerging from the study

Related: