background preloader

Quand le géographe laisse sa trace sur le territoire

Quand le géographe laisse sa trace sur le territoire
1La géographie est considérée comme une « science qui a pour objet l’espace des sociétés » (Levy et Lussault, 2003), avant de formuler progressivement la notion de territoire. C’est ce territoire qui devient l’enjeu pour les géographes, lorsqu’ils s’intéressent de plus près à l’action publique. Les connaissances qui leur sont spécifiques en terme de fonctionnement du territoire, de logiques spatiales, d’organisation des sociétés, se sont vite avérées intéresser les responsables de la gestion des territoires. Les géographes sont alors devenus les conseillers, les « éminences grises des politiques » (Philipponneau, 1999). Leur intervention dans les affaires publiques a parfois été très visible lorsqu’elle a permis de remodeler les frontières internationales ou d’initier un cycle de plusieurs décennies de réformes décentralisatrices. L’influence des géographes est cependant plus importante au niveau local et régional. Related:  Qu'est-ce que la géographie ?

Qu'est-ce que la géographie ? Si l’on se fie à l’étymologie, la Terre (Gaïa ou Ge, en grec) est l’objet d’étude de la géographie. Sa structure et ses mouvements sont étudiés par des disciplines connexes (géophysique et astronomie), que le géographe ne peut totalement ignorer pour prétendre connaître et comprendre sa surface. La surface de la Terre est une interface entre une planète essentiellement minérale, la lithosphère, une enveloppe gazeuse, l’atmosphère, de l’eau sous diverses formes, l’hydrosphère, et des éléments organiques et vivants, la biocénose. Les écosystèmes, emboîtés à diverses échelles, sont le cadre des échanges entre tous ces éléments. L’écologie, comme science, étudie les écosystèmes. On se repère à la surface de la Terre par rapport aux pôles et à l’équateur, qui sont eux-mêmes relatifs à l’axe de rotation de la Terre sur elle-même. Le monde est l’objet d’étude effectif de la géographie, dans deux acceptions distinctes : Un territoire est un espace approprié, limité et géré par un groupe humain.

hors du langage, un territoire - l'intempestive histoire d’une tentative menée à quelques uns avec des enfants alors, adultes aujourd’hui, ne parlant pas, n’ayant jamais parlé, autistes tours et détours dans une vie en invention permanente, à la recherche de ce qui nous est commun _ _ un documentaire en cinq parties, d’une durée totale de 2h55 : première partie : chemin vers Monoblet la découverte de l’autisme dans les années 1960-1970, le rapport avec les institutions médicales et psychiatriques, le regard de la société sur ces gamins pas comme les autres, la culpabilisation des mères, les familles qui cachaient les « anormaux », l’absence de solution, la présence de Deligny à la clinique de La Borde où se pratiquait la psychothérapie institutionnelle, la maison collective de Guattari à Gourgas, la rencontre avec « l’enfant sauvage » Janmari, la constitution de l’équipe deuxième partie : le réseau troisième partie : l’agir quatrième partie : tracés cinquième partie : après Deligny Malika, Brigitte, Christophe, Gilles et Amar & avec merci

Une discipline interrogée : Géographie : vers une transformation profonde ? Par Jeanne-Claire Fumet La question était posée à l'Institut de Géographie de Paris, le 11 janvier, à l'occasion d'un séminaire de didactique proposé par Didagéo : l’histoire-géographie face aux changements passés, présents et à venir, avec François Audigier, Professeur à l'Université de Genève (UNIGE), responsable de l’équipe ERDESS (recherche en didactique et en épistémologie des sciences sociales) , et Pascal Clerc, Maitre de conférences, à l'Université de Lyon – IUFM, UMR Géographie-cités, équipe E.H.GO, en présence du géographe François Durand-Dastès. Pascal Clerc revenait sur les propositions de réforme de l'enseignement géographique dans les années 1860 : « Réformer pour transformer le monde ». Comment la géographie s'est-elle constituée en objet d'enseignement, à la faveur de quel contexte et avec quelles difficultés ? Une géographie « plus utile à l’action dans le monde » Un changement de paradigme, aujourd'hui ? Présupposés et implicites performatifs Dans quel sens va-t-on ?

Avertissement de redirection 1Dominique Amiard est maire de la commune de Cures (72), Géographe à l’Université du Maine et Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines. 2- Mathieu Durand (MD). La géographie est une discipline qui a de nombreux liens avec le monde des élus locaux, et qui amène à s’intéresser de près à leurs missions. Certains géographes ont donc décidé de franchir le pas pour exercer des responsabilités politiques locales. Quelles sont selon-vous les raisons de cette attraction ? 3- Dominique Amiard (DA). 4- MD. 5- DA. 6- MD. 7- DA. 8- MD. 9- DA. 10- MD. 11- DA. 12- MD. 13- DA. 14- MD. 15- DA. 16C’est à partir de cet état des lieux, en additionnant les voix potentielles, que je me suis rendu compte qu’il était tout à fait possible de conquérir cette municipalité. 17- MD. 18- DA. 19- MD. 20- DA. 21Mais finalement, j’avais déjà vécu cette transition dans ma commune d’origine, qui avait fait cette mue 20 ans plus tôt. 22- MD. 23- DA. 24- MD. 25- DA. 27- MD. 28- DA. 29- MD. 30- DA. 32- MD.

Géographie des interfaces. Une nouvelle vision des territoires 1Littéralement, une interface est une surface de séparation entre deux états distincts de la matière. Le terme, ayant cheminé de la physique à la biologie, et aussi désormais d’usage répandu en informatique. En géographie, l’usage du mot s’est développé dans les années 1980 et peut être défini comme un espace permettant la mise en relation de deux espaces/territoires différents, influencé par des échanges entre l’un et l’autre, et se distinguant par là-même des deux espaces contigus. Intégrant la notion de contact (« plan ou ligne de contact entre deux systèmes ou deux ensembles distincts », R. 2L’ouvrage Géographie des interfaces. 3Une fois ce préalable posé, les huit textes qui composent le cœur du livre présentent divers exemples de systèmes localisés, les interfaces pouvant être de type horizontal (articulation entre espaces de même niveau d’organisation) ou vertical (niveaux d’organisation différents).

Quand les firmes divisent le monde - Représentations du territoire-monde sur les sites internet des firmes transnationales 1Du fait de leur poids économique, les entreprises transnationales font partie des principaux acteurs de la mondialisation. Elles détiennent également un pouvoir sur les territoires, notamment du fait de leurs choix en matière de localisation. Mais elles détiennent également un pouvoir politique et idéologique : comme le souligne, L. Carroué (2002), le déploiement de « leurs stratégies territoriales exacerbe (…) les rapports de domination entre les pôles de commandement, périphéries intégrées plus ou moins autonomes et espaces totalement marginalisés ». A l’échelle globale il existe une expression particulièrement intéressante du pouvoir des entreprises transnationales : afin d’accompagner leur stratégie de localisation et l’organisation de leurs activités, les transnationales produisent des découpages opérationels du monde. A. 4L’action de représenter et surtout de diviser le monde en différentes parties n’est pas un acte neutre d’un point de vue géopolitique (Harley, 1995). B. A. B.

aggiornamento hist-geo | Réflexions et propositions pour un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie du primaire à l'université Le diagnostic des territoires 1Les territoires se recomposent, les politiques publiques se territorialisent, les acteurs se constituent en réseaux. Les projets de territoires émergent, qu’ils se fassent dans le cadre de procédures institutionnalisées ou de manière spontanée, à l’échelle d’intercommunalités ou de bassins, pour une action précise ou une stratégie de long terme… Ces transformations affectent la diversité des territoires, qu’ils soient ruraux ou urbains, et appellent à de nouvelles modalités de gouvernance. Cependant, ce jeu nouveau pour maîtriser les dynamiques en cours est à la recherche de concepts, méthodes et outils d’accompagnement du développement territorial. 1 Elle a été initiée lors d’un programme financé par la DIACT (ex DATAR) en 2001-2003. 2L’objet de ce numéro thématique est de faire le point sur les avancées récentes en méthodologie pour le diagnostic de territoire. 3Le diagnostic de territoire est un maillon devenu indispensable dans toute approche territoriale.

Related: