background preloader

Addiction aux réseaux sociaux : quels dangers ?

Addiction aux réseaux sociaux : quels dangers ?
Avec Facebook ou Instagram toujours à portée de main, la consultation compulsive des réseaux sociaux est-elle une addiction ? A quel moment ce comportement virtuel devient-il un problème ? Existe-t-il un danger à trop liker, tweeter, commenter ? Les explications de Michael Stora, psychologue et psychanalyste. Poster une photo de son repas, commenter la publication d'un ami, "tweeter" sa dernière réflexion philosophique... Etre dépendant du regard de l'autre A quoi correspond alors le fait de consulter de façon obsessionnelle les réseaux sociaux, partout, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit ? Les dangers des réseaux sociaux L'usage des réseaux sociaux devient réellement problématique quand il y a une rupture de tous liens sociaux, quand les personnes délaissent le réel au profit des réseaux sociaux. Mais quel danger courent les internautes qui consultent et publient de manière compulsive sur les réseaux sociaux ? Guérir par les réseaux sociaux ? Sources : >> A lire aussi : Related:  Créativité, innovations économiques et sociales.Peut-on dire que les êtres humains connectés sont sous l'influence des réseaux sociaux?

ATTENTION DANGER : LES RESEAUX SOCIAUX! Introduction : J’ai décidé d’écrire cet article de blog sur les dangers des réseaux sociaux car j’en suis consciente mais ne suis pas à l’abri d’une « mauvaise surprise ». J’ai de plus une fille de 11 ans qui va déjà malgré son jeune âge sur internet et les réseaux sociaux. Je veux la protéger au maximum des dangers comme beaucoup d’autres mamans l’auraient souhaité après avoir malheureusement vécu une tragédie familiale causée par les réseaux sociaux. Chiffres : Je vais commencer par quelques chiffres pris sur internet pour 2015. Ces chiffres démontrent l’ampleur d’internet, soit de cette « bombe à retardement » comme je la définis. Accrochez-vous, c’est assez violent et personnellement ce que vous allez découvrir m’a fait peur : Si ces chiffres m’ont fait peur, cette vidéo qui suit m’a pétrifiée et a signé ma démission définitive des réseaux sociaux, en particulier de Facebook. 1. « Si c’est gratuit? 2. 3. 4. Beaucoup de personnes cherchent un partenaire amoureux sur internet. 5. 6.

Peut-on être accro aux réseaux sociaux ? Trois. C’est le nombre moyen de réseaux auxquels nous sommes inscrits depuis que nous fréquentons les plateformes sociales sur Internet selon une étude Médiamétrie. Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, Vine… Tout comme on ne compte plus le nombre de sites sur lesquels on s’inscrit, on ne compte plus réellement le temps passé à mettre son profil à jour, retweeter ses amis ou encore partager des photos de ses dernières vacances. 5 minutes dépensées par-ci par-là qui, mises bout-à-bout, nous font passer pas moins de deux heures par jour derrière notre écran d’ordinateur, de téléphone portable ou de tablette, d’après le dernier rapport de l’agence Wearesocial. Il ne faut cependant pas croire que l’addiction aux réseaux sociaux ne concernerait qu’un public jeune et hyper-connecté. Mais alors, serions-nous tous accro aux réseaux sociaux sans le savoir ? Pour aller plus loin Quel pays passe le plus de temps sur les réseaux sociaux ? L’addiction aux réseaux sociaux existe-t-elle ? Trois.

La Cyberdépendance: Cas de l’addiction au réseau social Facebook Résumé La démocratisation de l’internet et la forte pénétration des réseaux sociaux dans la vie de tous les jours des internautes a montré un comportement d’addiction au réseau social Facebook. Malgré l’importance de ce phénomène, très peu de recherches en marketing se sont intéressées à son étude. La présente recherche a pour objectif de mesurer l’addiction des internautes aux réseaux sociaux et d’en déterminer les antécédents. La revue de la littérature relative à l’internet a mis en relief que l’estime de soi et la personnalité sont des antécédents psychologiques de l’addiction. L’enquête par questionnaire que nous avons menée sur Facebook auprès d’un échantillon de convenance de 252 internautes a révélé que trois dimensions sur cinq de la personnalité à savoir l’ouverture aux expériences, l’agréabilité et le névrosisme, sont en relation faible avec la cyberdépendance au réseau social Facebook. Keywords Cyberdépendance Internet Addiction

Les réseaux sociaux, un vrai danger pour les plus jeunes Des espaces de convivialité qui ne sont pourtant pas sans danger. Une étude parue lundi et réalisée pour l'Union nationale des associations familiales (Unaf), la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) et l'association Action innocence, pointe les risques des réseaux sociaux pour les ados. Selon celle-ci, 48% des 8-17 ans indiquent avoir un compte sur Facebook. Le manque de vigilance souligné Autre sujet de préoccupation: les comportements addictifs des jeunes à l'égard de Facebook. Difficile aussi pour les adolescents de ne pas trop exposer leur vie privée sur les réseaux. Et plus leur réseau est étendu, plus les risques d'incivilité sont importants. «D'où l'importance pour les parents de ne pas attendre ce genre de mésaventure pour s'intéresser aux usages de leurs enfants, car seulement la moitié d'entre eux les surveillent», souligne Elisabeth Sahel, présidente d'Action innocence. Conseils aux parents Le manque de vigilance souligné Conseils aux parents

Les réseaux sociaux ont changé la vie des expatriés Aujourd’hui, d’un simple clic, les expatriés peuvent trouver tous les bons plans dont ils ont besoin sur les réseaux sociaux. Agathe, 30 ans, qui vit à l’étranger depuis l’âge de 7 ans, se souvient que cela n’a pas toujours été le cas. « Quand j’étais au collège à Djibouti, en 2000, il n’y avait même pas de téléphone », raconte-t-elle. L’unique opérateur local, Djibouti Télécom, venait de s’implanter, en 1999. « Je me souviens que mes parents allaient aux soirées organisées par l’ambassade pour rencontrer d’autres expatriés et échanger des conseils pour trouver un médecin ou un coiffeur », ajoute la jeune Franco-Canadienne, expatriée au Mali depuis trois ans, qui a souhaité garder l’anonymat. Sur le seul réseau Facebook, 92 millions d’expatriés sont organisés par pays ou par communauté. Les Français y ont leur groupe dans presque tous les pays du monde, du Pérou à l’Indonésie en passant par la Nouvelle-Zélande. « Ils ne remplacent pas la rencontre humaine » Parler sans tabou

Addiction aux réseaux sociaux : des anciens employés de Google et de Facebook s'inquiètent #JourneeMondialeSansFacebook Le 28 février marque la "journée mondiale sans Facebook". A cette occasion, nous vous proposons de relire cet article initialement publié sur le site de Sciences et Avenir le 5 février 2018. Quelle est la première chose que vous faites le matin après vous être réveillé ? En 2016, pour un Français sur 5, il s'agissait déjà de regarder son téléphone portable. "Facebook détruit le tissu social" Ces anciens de la Tech qui désormais la critiquent, qui sont-ils ? ENFANTS. La santé des GAFA au beau fixe Roger McName, ancien conseiller de Mark Zuckerberg lors des débuts de Facebook, a dit au New York Times qu'il était horrifié.

La Cnil alerte les ados sur les dangers des réseaux sociaux La Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés part en campagne sur le web. Objectif : sensibiliser les ados sur les dangers des réseaux sociaux. "Réfléchissez avant de cliquer", voici le nouveau slogan de la Cnil qui s'adresse directement aux ados. Sensibiliser sur les dangers des réseaux sociaux Pour se faire entendre, la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés a décidé d'occuper le terrain favori des jeunes... le web ! L'histoire : un ado filme avec son smartphone une soirée et s'arrête sur quelques moments forts qu'il peut "partager ou pas" sur les réseaux sociaux... Des ados accros à la toile Les jeunes générations sont très présentes sur Internet, principalement sur les réseaux sociaux : selon une étude TNS Sofres réalisée en juillet 2011, 48% des 8-17 ans sont connectés à Facebook.

"Cyberharcèlement, bien plus qu’un mal virtuel" : entretien avec Anaïs Condomines Elle-même victime de cyberharcèlement, Anaïs Condomines avait toute la légitimité pour co-écrire avec Emmanuelle Friedmann son premier ouvrage Cyberharcèlement, bien plus qu’un mal virtuel (Ed. Pygmalion 18,90 €). Dans ce livre riche en témoignages, les autrices font un triste état des lieux : que cela soit dans le cadre professionnel, amical ou même amoureux, ce phénomène est devenu, comme elles l’expliquent « le miroir de notre époque ». Anaïs Condomines et Emmanuelle Friedmann mettent des mots (et des chiffres) sur ce nouveau mal. De nombreux témoignages viennent ponctuer cet ouvrage. Nous nous sommes entretenus avec l’une des autrices de cet ouvrage, Anaïs Condomines. LES NUMÉRIQUES - Selon vous, qui sont les premières victimes de cyberharcèlement ? ANAÏS CONDOMINES - Au début, on pourrait penser que seuls les gens influents ou très en vue sont victimes de cyberharcèlement, mais en réalité ça peut être absolument tout le monde. Est-ce qu’il y a une éducation au web à faire ?

Related: