background preloader

Outils numériques artisanalement modifiés

Outils numériques artisanalement modifiés
Des designers conçoivent leurs propres outils de production et systèmes de pilotage, modifiant leur rapport aux circuits industriels classiques et à leur métier. Un phénomène notoire est en train de se développer avec le numérique : la fabrication de la part des designers de leurs propres outils et protocoles de production. Tandis que le designer est dans une large mesure associé à un concepteur, celui qui imagine et fait projet, voilà qu’il se met à élaborer des machines « maison » et à bidouiller les programmes qui vont les piloter. En effet, depuis quelques années, plusieurs designers se tournent vers la création artisanale de machines à commandes numériques. À travers elles, ils se plongent au cœur des logiques de production et s’immiscent dans le paramétrage des machines. Dès lors, comment interpréter ce phénomène ? Les fab labs : un idéal démocratique qui se concrétise ? Des technologies de pointe à disposition du particulier Paramétrages et programmations « maison »

http://owni.fr/2011/09/27/outils-numeriques-artisanalement-modifies/

Related:  Techno

La Cantine numerique rennaise Submission Manager Chaque contributeur peut déposer plusieurs témoignages. Vous pouvez contribuer et déposer votre témoignage sous divers formats : - un témoignage vidéo (maximum 1 minute) - un témoignage sonore (maximum 1 minute) - un témoignage photo - un témoignage "carte postale" : une photo avec un texte court - un témoignage plus long (sous forme de blog post) Règles de participationVous devez mentionner, en signature, les 3 informations suivantes : votre nom (qui peut être votre nom twitter, un pseudo ou un surnom), votre âge, votre ville. Veillez dans votre témoignage à situer les événements (si vous parlez de souvenirs) dans le temps. Pour les contributions sous forme de texte, vous avez 2 possibilités uploader un fichier texte (.txt, .doc)utiliser le champ texte du formulaire, mais vous devrez joindre un fichier attaché via le champ "Upload document"

Leroy-Merlin se paye les labos citoyens Leroy-Merlin se passionne pour le phénomène des fab labs, ces lieux citoyens dédiés au partage d'outils de fabrication et de production. Par pur amour du client et de son développement (financier) durable. Imaginons : il s’appelle Jean, il pousse les portes de son Leroy-Merlin avec en tête un plan de bibliothèque spéciale bandes dessinées.

Le CAC40 entre dans les “fab labs” Des grands groupes industriels s'intéressent aux "fab labs", ces mini-usines collaboratives, citoyennes, ouvertes à tous et permettant de créer ou de fabriquer des objets à la demande. Avec quelques arrières-pensées. Robots du hackerspace de Toulouse (cc) Ophelia Noor Les industriels des télécoms, de l’énergie et de la grande distribution lorgnent du côté des fab lab (fabrication laboratory), c’est-à-dire un lieu citoyen ou universitaire, non lucratif, dédié aux fabrications d’objets à la demande. 10. Présentation de RepRap Le projet RepRap (Replicating Rapid prototyping initié par Adrian Bowyer (University of Bath) a pour but de rendre accessible la technologie de "l’imprimante 3d" ou prototypage rapide en proposant la fabrication d’une machine pour un investissement maximum de 500€. Cette machine, actuellement dans sa version "Mendel" utilise le procédé du fil de plastique fondu pour tracer dans l’espace des objets en plastique.L’objet obtenu peut avoir comme dimensions 200 mm (W) x 200 mm (D) x 140 mm (H) avec une précision d’environs 0.1mm. La particularité de ce projet par rapport à d’autres projets "DIY" est dans l’engagement politique de son fondateur Adrian Bowyer.Il est en effet question de réapropriation des moyens de productions par le peuple, de rendre l’usage de cette technologie abordable financièrement et techniquement alors qu’elle est encore aujourd’hui réservée à des usages industriels. Les déchets en plastique nous submergent. C’est une matière première toute trouvée !

Laser Cutter DIY - Tetalab Pendant 2 jours, nous avons assemblé les pièces que Lionel avait apporté, et les parties de scanners qui se trouvaient dans le container, afin de monter un laser cutter DIY basé sur le design de Groover: Pocket Laser Engraver Pour ce projet, nous avons: 1 Arduino Duemilanove2 structure de scanner récupérée au fil des mois2 controlleurs moteur EasyDriver, disponibles chez Sparkfun1 Power ScrewShield Snootlab (ou autre proto-board pour le cablage)1 diode laser IR récupérée dans un graveur DVD1 laser de chez DealExtreme, dans lequel mettre la diode laser IR, qui contient une lentille et le driver de la diode (courant constant) Le plotter est composé de 2 structure de scanner sur lesquelles on a laissé les moteurs (ainsi tout est déjà aligné et bien stable).

Phosphor watch - Digital hour clock bracelet cuir chez Phosphor watches sur Timefy La technologie de papier électronique E-Ink au coeur d'une montre. C'est ce qu'a fait Phosphor Watch avec ces nouveaux modèles révolutionnaires à l'affichage tout à fait étonnant. Le cadran affiche en positif ou en négatif différents modes de lecture de l'heure à volonté, une montre qui change d'allure quand vous le souhaitez. Partage, P2P… bienvenue dans l’économie collaborative! Boostés par les outils web et la crise, la consommation collaborative émerge comme une véritable alternative à une société propriétaire. De la voiture partagée au booksurfing, Antonin Léonard dissèque les nouvelles tendances. Un jour, nous regarderons le XXe siècle et nous nous demanderons pourquoi nous possédions autant de choses

[Carte] Le Grand Emprunt booste les fab labs À la traîne en France, les fab labs, ces mini-usines collaboratives permettant de créer ou fabriquer des objets à la demande, vont se multiplier, entre autres grâce au projet interrégional de médiation scientifique Inmediats. 5 millions d'euros y seront consacrés. Hop ! nous sommes en 2020, les hackerspaces, fablabs et autres usinettes (le nom importe peu) se comptent par milliers en France et pas seulement dans les grandes villes. Des gens de bonne volonté se sont regroupés dans certains villages désertiques, dans d’anciennes MJC-Algeco de banlieues “chaudes”, dans des usines désaffectés.

Fabriquer son imprimante 3D Oui il est possible de fabriquer son imprimante 3D personnelle à partir de plans disponibles gratuitement en Open Source. Ces ressources vous mèneront vers des sites internet anglophones et sont réservés aux personnes qui maîtrisent les techniques de constructions mécaniques et électroniques. Sachez que vous ferez des économies en utilisant cette approche mais que vos connaissance seront mises à rudes épreuves. Vous pourrez bien entendu trouver de l’aide sur notre forum ou nous la communauté se fera un plaisir de vous répondre. La plus connue des imprimantes 3D à fabriquer soi-même est la RepRap. RepRap est un projet britannique de l’Université de Bath, visant à créer une imprimante tridimensionnelle en grande partie auto-réplicative et libre (c’est-à-dire sans brevet, et dont les plans seront disponibles pour tout le monde) sous licence Licence publique générale GNU.

Makers (2/2) : Refabriquer la société Le mouvement makers est en plein essor, comme le montre la multiplication des lieux qui leurs sont dédiés (voir la première partie de ce dossier). L’éclosion des TechShops, des foires, des ateliers, qui sont pour beaucoup dans une logique de développement et d’essaimage du modèle y participe pleinement. A certains endroits, à San Francisco, le TechShop est au cœur de la réhabilitation d’un quartier (comme c’est le cas à South Market). Mais surtout, ces lieux s’implantent au coeur d’un écosystème qui favorise leur développement : écoles, musées, start-ups et grands acteurs de l’internet qui souhaitent redéployer leur activité en centre-ville… Faire société : des lieux et de leurs enjeux Pour Michael Shiloh, l’enjeu va bien au-delà des lieux. Dossier: Les batteries – Partie 1 Salut à tous, Je reviens dans un sujet brûlant qui intéresse tout le monde et qui va sembler long pour nos lecteurs les plus paresseux : j’ai nommé « la batterie de nos téléphones ». L’idée de cet article vient en fait de mon voyage en Chine pendant lequel je n’ai pas voulu quitter la superbe application My Tracks qui est simplement la seule totalement indispensable pour les randonneurs et sportifs ( pour l’anecdote, c’est en cherchant des infos sur une application iPhone équivalente que je suis tombé la première fois sur le mot Android que je ne connaissais pas du tout et que j’ai commencé à m’intéresser au système du robot vert). Cette application géniale en déplacement a le sacré désavantage de sucer tous les électrons de nos téléphones à une vitesse folle. Et durant un trip de 3 jours sur la grande muraille, j’avais besoin d’être chargé en permanence et avoir accès à de l’énergie. Voici donc mon petit compte rendu.

Bricoler, jardiner, coudre... Et si on réapprenait à autoproduire ? Une trousse à couture (photographerpandora/Flickr/CC). La persistance d’un taux élevé de chômage en France tend à enfermer les populations les plus précaires dans un cercle vicieux d’exclusion économique et sociale. Cela en dépit des multiples politiques de retour à l’emploi mises en place par les pouvoirs publics. Depuis quinze ans, le Pades (programme d’autoproduction et développement social) promeut une nouvelle approche, l’« autoproduction accompagnée », dont le mot d’ordre est : « Faire, et en faisant, se faire. » L’idée Relevant de l’économie non-monétaire, « l’autoproduction englobe toutes les activités destinées à produire des biens et des services pour soi et son entourage, sans contrepartie monétaire ».

Bienvenue dans le monde des « fabs labs » ! Grâce à des bidouilleurs de génie, on a depuis longtemps accès à des logiciels libres et gratuits qui fonctionnent aussi bien, sinon mieux, que des logiciels édités par de grandes marques. Le navigateur Web Firefox ou le système d’exploitation Linux font partie des exemples les plus répandus. Aujourd’hui, cette philosophie du « libre » déborde le monde numérique des logiciels pour gagner le monde matériel des objets. Voici les « fabs labs », les laboratoires de fabrication personnelle. Mais qu’est-ce que le « libre » ? Un logiciel libre peut être utilisé, étudié, modifié et dupliqué en toute légalité, à la différence du logiciel propriétaire, commercialisé par une marque et dont toute copie est strictement interdite.

PrintrBot : Les plans sont disponibles sur Thingiverse Il y a quelque temps, je vous ai présenté le projet PrintrBot, un imprimante 3D économique et simple à réaliser. Comme l’avait promis Brook Drum, son concepteur, il vient de mettre à disposition les plans de chaque pièce sur Thingiverse. Cela est une bonne occasion pour rendre cette imprimante totalement réplicative, mais c’est aussi un moyen pour réaliser la votre facilement si vous disposer déjà d’une autre imprimante 3D, ou si vous connaissez quelqu’un qui pourra réaliser les pièces pour vous.

Related: