background preloader

Iori Tomita

Iori Tomita
Related:  Sculpture - Installation

Gao Brothers Originaires de Jinan, dans la province de Shandong en Chine, les Gao Brothers (Gao Zhen et Gao Qiang) décrivent à travers leurs oeuvres (vidéos, photographies, peintures et sculptures), tous les paradoxes de la Chine en pleine mutation. En dépit des censures répétées de la part des autorités, ils dénoncent la destruction progressive du vieux Pékin, la déshumanisation d’un peuple, la consommation massive ou la violence urbaine. Activistes au moment de la révolte de Tienanmen ou dénonciateurs du régime maoïste, ils aspirent à une plus large liberté artistique. Gao Brother © Gao Brother, The Execution of Christ © Gao Brother, Miss Mao trying to poise herself at the top of Lenin’s head © Gao Brother, Mao’s Guilt © Gao Brother © Gao Brother © Gao Brother ©

Elodie Wysocki C’est l’histoire de la chair, de ce qui reste. Des peaux vidées qui se réveillent sur ce qui hier encore était un champ de bataille. On imagine aisément une mise en scène accompagnée de fumée. C’est qu’Elodie Wysocki observe les ravages que produit la vie. Elle les traduit. « Mon travail pose la question du corps, le nôtre, celui des autres et le corps comme matière. ¹Préface de l’artiste Elodie Wysocki, Diptera, néon sur aluminium, 80 x 80cm, 2011, © ewysocki Elodie Wysocki, Memento Mori #2, paraffine, 2011, © ewysocki Elodie Wysocki, Memento Mori #2, paraffine, détail, 2011, © ewysocki Elodie Wysocki, Memento Mori #1, mousse, tissu, bois, détail, © ewysocki Elodie Wysocki, Memento Mori #1, mousse, tissu, bois, détail, 2011 , © ewysocki Le geste est pointilleux, l’artiste travaille le détail. Elodie Wysocki, Darwin, résine et fourrure, 180 x 80 x 15cm, détail, 2011, © ewysocki Elodie Wysocki, Darwin, résine et fourrure, 180 x 80 x 15cm, 2011, © ewysocki

Ronit Baranga Ronit Baranga est une sculptrice israélienne née en 1973. Entre sculpture et vaisselle, voici une sélection de ses créations étranges et inquiétantes, réalisées en porcelaine et en argile. Ronit Baranga © Ronit Baranga © Ronit Baranga © “Ce que je trouve le plus fascinant dans la sculpture, c’est l’acte physique, sentir le matériau sous mes doigts. Lucie Chaumont Vanessa Beecroft Vanessa Beecroft est une photographe et plasticienne américaine d’origine italienne née en 1969 à Gênes. Elle vit actuellement à New York. Depuis le début des années 90, Vanessa Beecroft met en scène des corps statuaires et immobiles afin de créer des tableaux vivants. Vanessa Beecroft © Vanessa Beecroft © Vanessa Beecroft, Still Death! Vanessa Beecroft, Still Death! Vanessa Beecroft ©

Bruce Nauman Peintre abstrait à ses débuts, intéressé par l’attitude dada, Bruce Nauman (né en 1941 à Fort Wayne dans l’État de l’Indiana) refuse de se cantonner à une école artistique, une technique, cherchant d’avantage l’unité dans la pensée. Il se tourne vers la sculpture, envisagée comme une installation où le son, le langage, l’image et l’espace sont indissociables. Après une formation atypique, entre l’apprentissage des mathématiques, de la philosophie, de la physique et de la science en Californie, il installe son atelier dans une ancienne épicerie à San Francisco. En rupture avec les questionnements artistiques de l’époque, il commence par réaliser des performances et des films dans son atelier, et affirme que tout ce qu’il effectue dans ce lieu, même les actes du quotidien (marcher, boire ou manger), s’apparente à de l’art. « Fondamentalement, mon œuvre est issue de la colère que provoque en moi la condition humaine. Bruce Nauman, Self Portrait as a Foutain, 1966 ©

Franz West Franz West est un plasticien autrichien né à Vienne en 1947. Considéré comme l’héritier de l’actionnisme viennois, il commence pourtant par faire des collages d’images publicitaires, d’esprit néo-dada et pop, qu’il vend dans la rue comme des tracts. Encouragé par le sculpteur autrichien Bruno Gironcoli, il aborde le volume avec des objets en polyester blanc, accrochés au mur, que le visiteur peut empoigner et plaquer contre certaines parties de son corps, comme des excroissances ou des prothèses. Franz West conçoit des œuvres qui sont de l’ordre de la sculpture, du mobilier et de l’objet utilitaire. Franz West, Portrait © Rita Nowak Franz West © Franz West, Central Park mars 2010 © Franz West, Uncle Chair 2006 – 2008 © Franz West, Uncle Chair 2006 – 2008 © Franz West, Waiting Area, 2003 © Franz West, Exhibition View Galerie Eva Presenhuber 2008 © Franz West, Exhibition View Galerie Almine Rech © Franz West, Heimo Zobernig © Franz West, Fiac 2010 au Jardin des Tuileries, Untitled ©

Nathan Sawaya Nathan Sawaya L' Oeil du Cyclone juillet 29th, 2011 1 Comment L’art de la Brique. Nathan Sawaya est un artiste américain qui construit des sculptures à grande échelle en utilisant uniquement des briques du jeu LEGO. Un travail obsessionnel et soigneux qu’il conçoit depuis 2001. Ancien avocat, il se définit comme un « block artist » et possède un stock de 1,5 millions de pièces dans son atelier à New York. Nathan Sawaya © Nathan Sawaya © Get Shareaholic for Firefox Vous aimerez aussi : Alexandra Gestin Sumo: la force tranquille. Peter Callesen Peter aux Mains d’Argent. Posted in SCULPTURE INSTALLATION Une réponse à “Nathan Sawaya” Laisser un commentaire Le Portrait Boum! Tous les portraits ici: Galerie GRP Les images du jour La vidéo du jour La Playlist de la semaine Les Mixtapes Boum! Devenez rédacteur BOUM!

Robert Gober Robert Gober est un plasticien américain né en 1954 à Wallingford dans le Connecticut. Ses sculptures représentent essentiellement des objets du quotidien qui sont moulés et déformés dans leurs proportions (lavabos, éviers, urinoirs, lits d’enfants…) et des fragments du corps humain (une jambe, un pied, un torse, des cuisses écartées) qui alternent avec les représentations domestiques. La cohabitation de ces deux registres situe d’emblée le propos de l’artiste: montrer comment le corps se définit dans l’espace social et collectif. Robert Gober, qui réalisait des maisons de poupées dans les années 1970 pour gagner sa vie, fabrique ses œuvres à la main. Robert Gober, Portrait © Robert Gober, Untitled © Robert Gober, Untitled 2007 – 2008 © Robert Gober, installation view, Tate Liverpool, 1993 © Robert Gober, installation view, Tate Liverpool, 1993 © Robert Gober, Untitled 1989 – 1990 ©

Katharina Fritsch Katharina Fritsch est une plasticienne allemande née en 1956 à Essen. Katharina Fritsch, Portrait © Ancienne élève de l’Académie de Düsseldorf, elle s’est fait connaître sur la scène artistique internationale au début des années 90. Ses installations se distinguent par leur monumentalité et leur fonction narrative, sur le mode critique et analytique. Katharina Fritsch utilise des images issues de notre culture populaire pour évoquer les conséquences et les malaises d’oppressions sociales comme les phobies, les superstitions et les croyances, des contraintes qui fragmentent la société et les individus. Katharina Fritsch, Rattenkonig 1993 © Katharina Fritsch, Man and mouse © Katharina Fritsch, Umbrella 2010 © Katharina Fritsch, Octopus 2010 © Katharina Fritsch, Group of Figures 2006 – 2008 © Katharina Fritsch © Katharina Fritsch © Katharina Fritsch, Beggar’s Hand 2007 © Katharina Fritsch, Delear 2001 © Katharina Fritsch, Company at the Table 1998 © Katharina Fritsch, Child with Poodles 1995 ©

Maurizio Cattelan Maurizio Cattelan est un sculpteur italien né à Padoue en 1960. Héritier de l’esprit satirique italien, il ne cesse de puiser à la source de la réalité. Ses œuvres iconoclastes et subversives confrontent les malaises et les fractures sociales. A travers ses « mascarades » allégoriques, il fait du détournement et de la provocation une caractéristique inhérente de sa démarche artistique. Tragique, drôle mais surtout provocateur, Maurizio Cattelan est un des artistes parmi les plus cotés et collectionnés de sa génération. Il est également éditeur et rédacteur des revues d’artiste « Permanent Food », « Charley » et «Toilet Paper ». Maurizio Cattelan, Portrait © Maurizio Cattelan © Maurizio Cattelan, L.O.V.E. – 2010 © Maurizio Cattelan, Him – 2001 © Maurizio Cattelan, La nona ora – 1999 © Maurizio Cattelan, Bidibidobidiboo – 1996 © Maurizio Cattelan, Love saves life – 1997 © Maurizio Cattelan, Ave Maria – 2007 © Maurizio Cattelan, A perfect day – 1999 ©

Jana Sterbak Vanitas : Flesh Dress For An Albino Anorectic (1987) est une œuvre emblématique de l’artiste Jana Sterbak (née à Prague en 1955), s’inscrivant dans la liste des œuvres choc de ces vingt dernières années. Le matériau fut vecteur de polémique. En effet, la robe est constituée de vingt-trois kilos de steaks de flanc de bœuf. Le choix a été dicté par les qualités structurales du matériau : cette viande fibreuse évite à la robe de se déchirer sous son propre poids. Jana Sterbak, Vanitas : Flesh Dress For An Albino Anorectic © L’œuvre prend son sens lorsqu’elle se met à pourrir. Le titre de l’œuvre mentionne précisément le (ou la) destinataire : un (ou une) anorexique. Cette maladie renvoie à la nourriture, pourtant l’artiste choisit le terme de chair (flesh) et non de viande (meat). Le titre fait également état d’une robe, cousue grâce à des fils de polyester noir, à l’image de ceux utilisés par les couturiers et non ceux utilisés par la médecine.

Nam June Paik Le progrès: trop robot pour être vrai Artiste coréen, émigré aux États-Unis en 1964, Nam June Paik (né à Séoul le 20 juillet 1932 et décédé à Miami le 29 janvier 2006) étudie d’abord la musique électronique. Il travaille à Radio-Cologne avec le compositeur allemand et pionnier de la musique électroacoustique Karlheinz Stockhausen et côtoie l’avant-garde de l’époque, dont des personnalités majeures comme le compositeur et plasticien John Cage, le danseur et chorégraphe Merce Cunningham, le compositeur La Monte Young et le couple de plasticiens Christo et Jeanne-Claude. Pionnier de l’art vidéo, il introduit dès 1963 des instruments de musique et des moniteurs de télévision dans une installation. Nam June Paik joue à la fois sur la manipulation des images et des sonorités qui sont totalement défigurées. Les instruments et les télévisions sont également modifiés, soit pour être le support d’assemblages, soit pour être dépecés comme des carcasses. Nam June Paik, Aunt, 1986 ©

Adriana Varejão Adriana Varejão est une plasticienne née au Brésil en 1964. Elle vit et travaille à Rio de Janeiro. Sa démarche artistique intègre et repousse les limites de la peinture, de la sculpture ou encore de l’architecture. L’artiste attache une importance particulière à l’histoire (sanglante) de son pays. Adriana Varejão se verra décerner l’Ordre du Mérite Culturel par le président brésilien, Dilma Roussef, le 09 novembre prochain, pour l’ensemble de sa carrière artistique. Adriana Varejão © Adriana Varejão © Adriana Varejão © Adriana Varejão ©

Related: