background preloader

Google/history

Google/history
Related:  Privacy & Google

Google Docs bientôt indexé dans les résultats de recherche - Ac C’est par la voix d’une de ses employés et sur les pages du forum d’aide de Google Docs que Google a officialisé l'information : dans deux semaines, les documents en accès public créés avec Google Docs seront indexés et pourront apparaître dans les résultats de recherche de Google.com. Par public, la firme de Mountain View entend les documents ou feuilles de calcul inclus dans une page web ou publié en tant que page web. Les premières réactions ne se sont pas fait attendre : elles expriment une certaine préoccupation. Comment un utilisateur pourra-t-il savoir quand et lequel de ses documents sera indexé ?

News Sci-fi illustrations by Shigeru Komatsuzaki Here is a collection of sci-fi illustrations by the prolific Shigeru Komatsuzaki (1915-2001), whose fantastic work appeared on plastic model kit boxes and in magazines and picture books in the 1960s to 1970s. Click the "+" under each image for a larger view. The Missiler, 1970 [+] Giant Shocker Machine, 1975 [+] Space colony, 1980 [+] Crawler, 1968 [+] Mobile marine airport, 1980 [+] Tokyo volcano, ca. 1965 Attack Boy, 1970 [+] Undersea super tunnel, 1981 [+] SHADO-mobile, ca. 1970 [+] UFO, ca. 1970 [+] Solar City, 1982 [+] Thunderbird 1, 1964 [+] Thunderbird 2, 1964 [+] Thunderbird 3, 1964 [+] Thunderbird ships, 1964 [+] Rikishi Boy, 1970 [+] Frog car boat, 1961 [+] Baron car boat, 1961 [+] Highway rescue boat, 1981 [+] Space train, 1981 Moon bus [+] Air car [+] HariHari, 1970 [+] Sea monster battle, 1954 [+] The Mole (Jet-Mogura Tank), 1968 [+] Thunderbird 6 - Sky-Ship 1, 1968 [+] Thunderbird Mars Explorer - Zero X, 1967 [+] Proteus Bluebird CN7, 1963 [+] Long John - Spirit of America, 1963 [+]

Les robots savent humer la présence de courant électrique - Gizm [vimeo] Sans vouloir sombrer dans la paranoia, ça commence à sentir le roussi maintenant que les robots savent trouver les prises électriques sans nous. Ce n’est pas la première fois, et les bestioles sont un peu plus imposantes qu’un petit Roomba inoffensif… Marvin, le Johnny Five résident d’Intel Labs à Seattle, vient de bénéficier d’une amélioration: il dispose désormais d’un capteur qui lui permet de détecter le champ électrique d’une prise de courant, où qu’elle soit. Lorsqu’il a besoin de se recharger, il utilise sa pince très agile pour attraper la prise électrique de son alimentation, et il se dirige vers un mur. C’est parce qu’il ne dispose que d’un seul capteur qu’il fait plusieurs passages et à l’air un peu hésitant. Sarah court depuis bien longtemps.

Google Earth pourra traquer les voitures et les gens en temps ré [youtube] C’est l’une des technologies les plus bluffantes et les plus effrayantes qu’il nous a été donné de voir depuis un long moment: des étudiants du Georgia Institute of Technology utilisent des vidéos en provenance de caméras en circuit fermé pour positionner des véhicules et des personnes sur Google Earth. Pourquoi est-ce si effrayant? Actuellement toutes les données affichées sont anonymes, ce qui rend la technologie assez cool. Maintenant, mettez votre petit chapeau en aluminium et imaginez… Imaginez que quelqu’un soit capable de vous étiqueter de manière individuelle. En Grande-Bretagne par exemple, ce serait facile à faire, avec le nombre impressionnant de caméras absolument partout. Maintenant si vous voulez bien m’excuser, je termine mes bagages et je file sur une île aux Maldives.

Moteurs : le mélange des requêtes rend l'internaute anonyme Afin de protéger la confidentialité des recherches sur Internet, des chercheurs espagnols proposent un protocole qui regroupe puis brouille les recherches effectuées par plusieurs personnes au même moment. Les moteurs de recherche composent en général des profils des internautes en fonction des recherches qu'ils ont effectuées. L'argument principal étant de leur proposer des réponses adaptées à leurs goûts. "Le problème, c'est qu'il pourrait être possible que ces données confidentielles soient vendues à des tiers", explique à L'Atelier Jordi Castellà-Roca, chercheur de l'Université Rovira i Virgili.

Centre de confidentialité Vous pouvez avoir recours à nos services pour toutes sortes de raisons : pour rechercher et partager des informations, pour communiquer avec d'autres personnes ou pour créer des contenus. En nous transmettant des informations, par exemple en créant un compte Google, vous nous permettez d'améliorer nos services. Nous pouvons notamment afficher des annonces et des résultats de recherche plus pertinents et vous aider à échanger avec d'autres personnes ou à simplifier et accélérer le partage avec d'autres internautes. Nous souhaitons que vous, en tant qu'utilisateur de nos services, compreniez comment nous utilisons vos données et de quelles manières vous pouvez protéger votre vie privée. Nos Règles de confidentialité expliquent : les données que nous collectons et les raisons de cette collecte. la façon dont nous utilisons ces données. les fonctionnalités que nous vous proposons, y compris comment accéder à vos données et comment les mettre à jour. Données que nous collectons Modifications

Google Buzz est un vilain petit rapporteur - Gizmodo - Google Buzz se déploie en un éclair et s'active automatiquement sur votre compte Gmail, où il crée tout aussi automatiquement des followers et vous inscrit comme follower de vos contacts en se basant sur vos conversations passées. En clair, Big Buzzer veut être votre ami et ne vous demande pas votre avis. Ces gens apparaissent ensuite sur votre profil Google, que tous vos amis peuvent voir. Ainsi que le souligne Business Insider, cela peut rapidement devenir un cauchemar pour votre vie privée. Chez Giz nous avons surtout été interloqués par la manière dont Goole semble générer les listes: il est difficile de deviner/comprendre quels sont les critères retenus par Big Buzzer, tellement ces listes sont hétéroclites. Si la sélection de personnes de l’entourage proche avec lesquelles vous avez des échanges réguliers semble tout à fait logique, il est plus difficile de comprendre pourquoi des gens auxquels vous avez rarement ou jamais écrit se retrouvent prêt à buzzer de concert avec vous.

Les historiques de navigation de Google accessibles aux hackers Le programme développé par une équipe franco-américaine permet de reconstituer les recherches passées d'un internaute en s'intéressant aux suggestions fournies par le moteur de recherche. Pour un hacker, reconstruire l'historique de navigation d'un internaute sur Google est possible, affirme une équipe de l'INRIA Rhone Alpes et l'université de Californie à Irvine. Celle-ci vient de publier un rapport dans lequel elle pointe du doigt les failles de différents services de l'entreprise. Vie privée : Google tente de donner de nouveaux gages de transpa Opération transparence chez Google. Habituellement assez discret sur les questions des données personnelles, le géant de la recherche a dépêché à Paris Alma Whitten, ingénieure responsable de la politique en matière de vie privée afin de faire un point avec la presse où ZDNet.fr était présent. Une initiative qui tombe au meilleur moment. Ce lundi, on apprenait que la CNIL et 9 autorités de protection des données ont envoyé une lettre à Google et à d’autres sociétés pour leur demander de respecter les législations nationales et de prendre en compte la confidentialité dès la conception des services en ligne. Améliorer nos outils Il est ainsi demandé à Google d'intégrer la protection de la vie privée dès la phase de conception ("privacy by design"), et surtout de détailler comment il entend à l'avenir se conformer aux législations nationales. Pas de problème donc et les inquiétudes des CNIL européennes semblent infondées. Là encore, l'argumentation avancée est bien connue.

FauxCrypt rend la lecture impossible aux machines Ce programme open source laisse accessible à la lecture humaine des informations issues de fichiers textes, en évitant que ces données soient indexées automatiquement. Les fichiers textes stockés sur un serveur ne sont pas à l'abri d'indexations de leurs informations par le système qui les héberge. Pour éviter cela et tous les traitements automatisés qui pourraient en découler, Devlin Gualtieri, chercheur à l’IEEE du New Jersey propose un programme baptisé FauxCrypt et qui rend des données illisibles pour un système. La méthode qu’il utilise pour "obscurcir" les données s’inspire d’un message censé avoir été posté sur le net. Celui-ci indiquait que pour qu’un mot soit visible, peut importe la disposition de ces lettres, pourvu que la première et la dernière de chaque mot ne soient pas déplacées. Et la phrase était écrite en suivant ces préceptes (*).

Larry Page, Google, "Nous voulons gagner encore plus d'argent" - Très discrets, les fondateurs de Google sont avares en interviews. L'entretien accordé au Monde par Larry Page est donc assez rare pour être noté. L'homme revient pour le quotidien sur les grands thèmes d'actualité qui agitent le géant. En voici une petite synthèse. Google trop diversifié ? "C'est tout simple : nous voulons gagner encore plus d'argent !" L'affaire Street View "Nous avons commis une erreur, nous avons collecté des données que nous ne voulions pas collecter. La conservation des données personnelles "La plupart de ces données sont des pages web, des mots clés, des adresses IP. Le problème des droits d'auteur avec Google Books "Evidemment, le droit d'auteur est important. L'échec de la vente en ligne du Nexus One "L'équipe d'Android, qui a travaillé sur le Nexus One, a sous-estimé la quantité de travail que représentait la vente en direct. Les difficultés de Google Docs face à Office Le marché des tablettes "Pour moi, à ce stade, les tablettes sont des gros téléphones.

Street View : Google va fournir les données collectées aux régul Après plusieurs semaines d'une polémique de plus en plus dommageable pour son image, Google a décidé de jouer la transparence dans l’affaire Street View. Le patron de la firme de Mountain View, Eric Schmidt, a déclaré au Financial Times que les données personnelles collectées sur les réseaux WiFi ouverts par les véhicules du service Google Street View seraient remises aux régulateurs européens allemand, espagnol et français sous deux jours. "On s'est plantés !" "Nous nous sommes plantés. Soyons clair à ce sujet ", a reconnu Eric Schmidt. Un mea culpa qui s’accompagne de mesures de transparence destinées à montrer que Google n’est pas le Big Brother que l’on a dépeint ces derniers temps. Enfin, l’ingénieur qui est à l’origine du code qui a permis au système Street View de capter les données circulant sur les réseaux WiFi fait aussi l’objet d’une enquête.

Eric Schmidt (Google) imagine un futur où l'on pourra masquer son passé numérique Une fois encore, Eric Schmidt a joué les oracles en donnant sa vision du futur qui attend les internautes. Dans un entretien accordé au Wall Street Journal, le PDG de Google a lâché quelques phrases fortes dont il a le secret. « Je ne crois pas que la société comprenne ce qui arrive quand tout est disponible, connaissable, et enregistré par tout le monde tout le temps », lance-t-il. Les gens veulent que Google leur dise ce "qu'ils devraient faire" Ce qui le conduit à penser qu’à l’avenir « chaque jeune individu aura le droit un jour de changer automatiquement de nom lorsqu'il sera devenu adulte afin de pouvoir renier les trop bons moments enregistrés sur les sites sociaux ». Le passé numérique ne s’efface pas, il s’oublie donc. Mais l’omniscience d’Eric Schmidt ne s’arrête pas là. Voir aussi notre diaporamaDonnées privées : 5 technologies qui sèment le trouble

Related: