background preloader

Le CAC40 entre dans les “fab labs”

Le CAC40 entre dans les “fab labs”
Des grands groupes industriels s'intéressent aux "fab labs", ces mini-usines collaboratives, citoyennes, ouvertes à tous et permettant de créer ou de fabriquer des objets à la demande. Avec quelques arrières-pensées. Robots du hackerspace de Toulouse (cc) Ophelia Noor Les industriels des télécoms, de l’énergie et de la grande distribution lorgnent du côté des fab lab (fabrication laboratory), c’est-à-dire un lieu citoyen ou universitaire, non lucratif, dédié aux fabrications d’objets à la demande. Cet été, Orange a montré les premiers résultats de Thinging, un fab lab expérimental autour de l’internet des objets. Autant de projets dont l’inscription dans la philosophie des fab labs, définie par une charte, semble assez naturelle : ouverture, partage, éducation, et donc logiciels open source, publication sous licence Creative Commons, etc. Business : des activités commerciales peuvent être initiées dans les fab labs, mais elles ne doivent pas faire obstacle à l’accès ouvert. pour Owni Related:  Creativity

Mode d’emploi pour démarrer une civilisation Et si l'esprit du libre qui est déjà en place dans la société de la connaissance et de la créativité pouvait se propager à l'univers du matériel, des outils du fermier, de l’ouvrier, de l’entrepreneur ou du producteur. Dans un récent billet intitulé Open Source Ecology ou la communauté Amish 2.0 nous nous faisions l’écho d’un projet assez extraordinaire consistant à placer sous licence libre les spécifications d’une cinquantaine de machines agricoles permettant théoriquement à un village d’accéder à l’autosuffisance. Un projet qui méritait bien les honneurs d’une conférence TED que nous avons choisi de vous reproduire ci-dessous. Soit dit en passant, les conférences Ted, au format court caractéristique et de plus en plus souvent sous-titrées en français, constituent avec le temps une véritable mine d’or pour tout internaute curieux de mieux comprendre et appréhender les enjeux d’aujourd’hui et de demain. Leur slogan est : « des idées qui méritent d’être diffusées ». Merci.

Leroy-Merlin se paye les labos citoyens Leroy-Merlin se passionne pour le phénomène des fab labs, ces lieux citoyens dédiés au partage d'outils de fabrication et de production. Par pur amour du client et de son développement (financier) durable. Imaginons : il s’appelle Jean, il pousse les portes de son Leroy-Merlin avec en tête un plan de bibliothèque spéciale bandes dessinées. Direction le fab lab (pour fabrication laboratory, c’est-à-dire un lieu citoyen ou universitaire, non lucratif, dédié aux fabrications d’objets). Pour l’heure, Leroy-Merlin ne dispose pas encore de fab lab, l’idée intéresse de plus en plus le groupe Adeo, dont la chaîne de magasins de bricolage fait partie. « Nous avons mis un petit groupe de travail dessus », explique Michel Fargeon, directeur métier en charge des Produits et Achats et de la Supply Chain de ce groupe fort de 80.000 salariés dans 24 entreprises, présents dans onze pays. Le comité de direction emmené en visite Permettre aux chefs de produit de mettre la main à la pâte facilement

Des maisons en téléchargement open source La révolution industrielle qui se joue actuellement fait des petits chaque jour. Dernier né en date : Wikihouse, site collaboratif de partage d’informations sur la construction d’habitation. Moins humanitaire que Marcin Jakubowski et ses outils pour reconstruire une civilisation, Wikihouse veut donner les clefs de compréhension et de fabrication de maisons au plus grand nombre. De quoi ravir les DIYourselfers, qui à l’aide de Google Sketchup (outil gratuit de modélisation 3D), pourront assouvir leur fringale de bricolage (en 24h). Pourquoi ce genre d’initiatives provient-il des utilisateurs?

Outils numériques artisanalement modifiés Des designers conçoivent leurs propres outils de production et systèmes de pilotage, modifiant leur rapport aux circuits industriels classiques et à leur métier. Un phénomène notoire est en train de se développer avec le numérique : la fabrication de la part des designers de leurs propres outils et protocoles de production. Tandis que le designer est dans une large mesure associé à un concepteur, celui qui imagine et fait projet, voilà qu’il se met à élaborer des machines « maison » et à bidouiller les programmes qui vont les piloter. En effet, depuis quelques années, plusieurs designers se tournent vers la création artisanale de machines à commandes numériques. Dès lors, comment interpréter ce phénomène ? On peut émettre l’hypothèse d’une insatisfaction de la part des designers des systèmes productifs existants, les poussant à mettre la main à la pâte et à endosser des activités qui initialement relèvent davantage du bricolage, de l’artisanat et de l’ingénierie que du design.

Polaroid and Apple: Innovation Through Mental Invention Steve Jobs admits to few idols. But one is Edwin Land, the college dropout who invented the polarizing filters used in everything from car headlights to sunglasses. Land, of course, also invented the Polaroid Land Camera. It happened like this: One time when Land and his three-year-old daughter were in New Mexico, she asked why she couldn't immediately see a photograph that he had snapped. He took a short walk through the desert, pondering that question. By the time he had returned (and it was no more than an hour, he recalled), he had visualized the elements of the instant camera. Now, some 40 years later, Land had agreed to meet with Jobs at Land's laboratory in Cambridge, Massachusetts. Land once told a reporter, "If anything is worth doing, it's worth doing to excess ... Now the two visionaries were in the same room for the first time. "I could see what the Polaroid camera should be," Land remarked. Jobs watched. Sculley drove on, stunned.

Le WiFi libre dans les actes Et si l'accès à l'internet, en mode sans fil, était un "bien commun" librement partagé par tous ? C'est ce que proposent de plus en plus de réseaux comunautaires associatifs, dont Guifinet en Catalogne, et Freifunk à Berlin. Juillet 2011. Sur un terrain de football perdu au milieu des volcans pyrénéens la Guifineta profite du soleil pour se recharger. Une trentaine de hackers, informaticiens et associatifs se sont réunis dans ce camp d’été de Garrotxa, crée en 2008 par Blackhold, une administratrice système de Guifi.net. Guifi.net est né en 2004 en Catalogne, de la réunion de plusieurs projets qui cherchaient des moyens de connecter les habitants des zones blanches, ces régions rurales, montagneuses ou désertiques non desservies par les infrastructures des opérateurs par manque de rentabilité : “Nous avions commencé à bidouiller des installations en WiFi chacun dans notre coin dès le début des années 2000, explique Jose Legido, un des leaders de la communauté. Berlin, août 2011.

Imprimer le réel à portée de main Les imprimantes 3D, c'est-à-dire des machines capables de fabriquer des objets, intéressent désormais de puissants investisseurs, comme l'un des fondateurs d'Amazon. La démocratisation de ces machines ne relève plus de l'utopie. Fin août, MakerBot Industries, un des principaux fabricants d’imprimante 3D grand public, a levé [en] 10 millions de dollars. À ses débuts en 2009, la société avait 75.000 dollars en poche. Dans son tour de table, Jeff Bezos, un des fondateurs d’Amazon. La petite entreprise y croit : l’impression 3D va connaître une destinée similaire au PC, devenir un outil grand public, et MakerBot Industries compte bien s’en donner les moyens : Nous embauchons pour faire grossir notre équipe et démocratiser la fabrication et rendre l’impression 3D plus accessible à tout le monde ! Elles vous permettent de construire des objets physiques à partir d’un modèle virtuel, conçu grâce à un logiciel de conception assistée par ordinateur (CAO). Une technique à parfaire Images Cc Flickr

Imprimantes 3D : une vidéo pour comprendre les enjeux Si cette dernière décennie commencée avec Napster a vu naître la révolution du partage de fichiers et des créations collaboratives (Wikipedia, les œuvres sous Creative Commons, les plateformes comme SourceForge ou Github…), celles qui s’ouvrent pourraient bien en reprendre les principes, et les adapter au monde matériel et industriel. Le mois dernier, nous avions vu comment les imprimantes 3D avaient connu leur première affaire de piratage, avec la reproduction matérielle d’un objet du film Super 8 produit par Paramount. Mais il ne faudrait surtout pas prendre les imprimantes 3D pour une simple usine personnelle de clonage d’objets. Ce film espagnol réalisé par Carles Mora et Mariona Omedes, déniché par Jean-Michel Billaut, explique parfaitement les enjeux de la révolution industrielle en cours. L’an dernier, HP a lancé sa première imprimante 3D dédiée au grand public.

Des scientifiques sur le point de lire dans les pensées d'autrui Armés d'un scanner et d'un ordinateur, des scientifiques ont pu décoder des signaux cérébraux et reconstruire les images d'un film visionné par trois sujets, pour les convertir en modèle informatique. Shinji Nishimoto, principal auteur de cette étude parue dans la revue américaine Current Biology , et ses collègues ont regardé deux extraits de film. Pendant ce temps, un scanner mesurait les flux sanguins dans leur cortex visuel, la zone du cerveau qui traite les images. Ces mesures ont été enregistrées dans un ordinateur qui, seconde après seconde, a pu lier les images vues par les sujets à une activité cérébrale correspondante. Jusqu'à présent, cette technique, qui combine l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et des modèles informatiques, peut seulement reconstruire des extraits de films que les volontaires de l'expérience ont déjà vus auparavant.

David Kelley on Designing Curious Employees Design thinking is a process of empathizing with the end user. Its principal guru is David Kelley, founder of IDEO and the Hasso Plattner Institute of Design at Stanford (otherwise known as the d.school), who takes a similar approach to managing people. He believes leadership is a matter of empathizing with employees. In this interview, he explains why leaders should seek understanding rather than blind obedience, why it's better to be a coach and a taskmaster and why you can't teach leadership with a PowerPoint presentation. Kermit Pattison: How has the design thinking model influenced your approach to leading people? David Kelley: The main tenet of design thinking is empathy for the people you're trying to design for. Empathy is not always talked about as a leadership quality. For me, it's all important. What happens when the leader has to crack the whip? A lot of this must depend on hiring the right people who have an internal desire to do well. What questions do you ask?

ReFaire, nouvelles pratiques, nouvelles fabriques Télécharger la synthèse de l’expédition .pdf Le contexte L’industrie a rencontré le numérique depuis des décennies, mais que se passe-t-il quand les techniques et les outils de conception-fabrication assistée par ordinateur (CFAO) se banalisent et se démocratisent ? De mars 2012 à septembre 2013, l’expédition « ReFaire », qui associait la Fing, Nod-a et Nodesign, a ainsi exploré l’avenir de la conception et de la fabrication numériques, abordé sous l’angle de sa démocratisation, de son ouverture aux amateurs, bricoleurs, étudiants, petits entrepreneurs ou innovateurs sociaux. Des exemples Wikispeed En 3 mois, grâce au recours à des méthodes agiles issues du développement logiciel, une équipe de gens dispersés géographiquement, qui ne se connaissaient pas au préalable, à conçu et réalisé une automobile qui consomme 2,35 litres aux 100 Km. Arduino Les Fabs Labs reaDIYmate En Synthèse Les essentiels Les articles refaire paru dans internetactu.net le média de la Fing

Related: