background preloader

Verdun

Verdun
Contexte historique La guerre de 1914-1918 a fortement marqué les peintres comme la grande majorité des artistes et intellectuels de l’époque. Qu’ils soient mobilisés ou non, tous ont participé à la culture de guerre. Certains en produisant des œuvres très patriotiques, d’autres pas du tout. Mais compte tenu de la brutalité des combats, de leur durée, la représentation du conflit a vu ses codes nécessairement évoluer. De ce point de vue, la figuration de la bataille est révélatrice. Analyse de l'image Le document est un tableau du Suisse Félix Vallotton (1865-1925), qui jouit d’une renommée internationale grâce à ses gravures sur bois et à ses illustrations. Interprétation Cette œuvre a pour sous-titre « Tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz ».

http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=722

Related:  Apollinaire

Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de Fernand Léger Représenter la guerre La guerre de 1914-1918 opéra une rupture sans précédent dans l’histoire des manières de combattre : la guerre de mouvement, où deux armées s’affrontaient face à face, laissait place à un conflit de position, enterré, long, presque à distance avec l’utilisation d’armes de longue portée (obus, chars, fusils, mitraillettes…). La masse seule des soldats comptait devant une puissance de frappe détruisant et tuant à grande échelle.Les représentations traditionnelles (portraits individuels de généraux, mêlée des deux armées, champs de bataille, héros en action) ne convenaient plus à cette forme dépersonnalisée de combat : la bravoure individuelle n’était plus de mise ; l’ampleur des aménagements militaires et des destructions engendrait des paysages apocalyptiques. Le cubisme, une esthétique adaptée à la guerre ? Verdun était ainsi pour Léger « l’académie du cubisme » : « Il y a dans ce Verdun des sujets tout à fait inattendus et bien faits pour réjouir mon âme cubiste.

OTTO DIX : VOULOIR Otto Dix, un regard sur le siècle Le centième anniversaire de la naissance d'Otto Dix [1891-1969] a été l'occasion pour le public allemand de découvrir la richesse de la production d'un peintre largement méconnu. Plus de 350 œuvres ont en effet été exposées jusqu'au 3 novembre 1991, dans la galerie de la ville de Stuttgart, puis, à partir du 29 novembre, à la Nationalgalerie de Berlin. Peu connu en France, classé par les critiques d'art parmi les représentants de la Nouvelle Objectivité (Neue Sachlichkeit), catalogué comme il se doit, Otto Dix a toujours bénéficié de l'indulgence de la critique pour un peintre qui avait dénoncé les horreurs de la Première Guerre mondiale, figure de proue de l'art nouveau dans l'entre-deux guerres, et ce, en dépit de son incapacité à suivre la mode de l'abstraction à tout crin dans l'après-guerre.

Otto DIX, La Guerre, 1929-1932 - L'Histoire des Arts au Collège Abbal Otto DIX, La Guerre, 1929-1932 (panneau central 204x204 cm, panneaux de côté 204x102 cm) La Guerre est une oeuvre d'Otto DIX, peintre allemand, engagé volontaire au début du conflit de la première guerre mondiale et qui en revient révolté et pacifiste. Cette oeuvre est donc celle d'un homme qui a vécu l'horreur et l'inhumanité de la "Grande Guerre" et qui témoigne de son expérience de soldat en représentant un champ de bataille où la mort et la cruauté règnent en maîtres. Otto DIX réalise La Guerre entre 1929 et 1932 c'est à dire plus de dix ans après l'armistice, à une période où les idées nationalistes trouvent de nouveau une place en Allemagne et où les gens commencent à oublier les terribles souffrances apportées par la guerre.

APOCALYPSE HITLER : La Menace - Le Führer Apocalypse Hitler, est un documentaire (2h08) sur l'ascension de ce marginal idéologiste devenu le maître de l’Allemagne et l’un des plus grands criminels de tous les temps, l’histoire aussi de la mort d’une démocratie et d'un chemin vers l’horreur de la Seconde Guerre mondiale. Patientez ou cliquez sur start vidéo pour démarrer. Apocalypse Hitler, est un documentaire de Isabelle Clarke et Daniel Costelle en deux épisodes, La menace et Le Führer, commenté par Mathieu Kassovitz, qui fait suite à la série en liens ci-dessous, Apocalypse, La 2ème Guerre Mondiale.

Nouvelle Objectivité (Neue Sachlichkeit) La vague de réalisme après la Première Guerre mondiale En Allemagne, au début des années 20, s’affirme une nouvelle tendance artistique, que fut officiellement consacrée, en 1925, par l’exposition “Neue Sachlichkeit” de Mannheim. Du point de vue du langage pictural, la Nouvelle Objectivité se présente comme un dépassement de l’expressionnisme et de l’abstraction : trente-quatre peintres se sont unis au nom d’une prise de conscience de la dramatique et crue réalité d’après-guerre ou, au moins, d’un retour à la réalité positive tangible. Presque au même moment, en Italie apparait le groupe Valori plastici, qui exalte l’idée du retour à l’ordre et de la récupération de la forme.

Picasso, Apollinaire et Béchet L'art, la poésie, et la musique à l'aube du vingtième siècle montrent la rupture avec le monde ancien et l'évolution vers la modernité. Ce projet se consacre à un exemple tiré de chacune de ces catégories. Pour la catégorie de l'art on a choisi Les Trois Musiciens de Pablo Picasso qui est considéré le chef d'oeuvre du Cubisme. Verdun, de la difficulté d'un artiste de rendre compte de la violence de masse de la 1ère Guerre mondiale. by nicolas cordray on Prezi

Le Pianiste de Polanski Film ô combien personnel sur un sujet hors du commun, Le Pianiste de Roman Polanski jette un regard profondément original sur cette sombre période de la barbarie nazie. 1. Analyse Ce film, récompensé par la Palme d'or du festival de Cannes (2002), par le César du Meilleur Film (2002) et par le prix du Meilleur Réalisateur aux Oscars (2003), retrace un épisode de la 2° guerre mondiale - l'entrée des troupes allemandes en Pologne et l'oppression qui s'ensuivit pour les Juifs polonais - à travers le destin d'un brillant pianiste juif, Wladyslaw Szpilman (interprété par Adrian Brody), dont le livre a inspiré Roman Polanski qui vécut lui-même les événements tragiques. Toutes ces modifications se déroulent, à l'évidence, semaine après semaine, et, de même que l'espace se rétrécit comme peau de chagrin et que l'être humain se réduit à sa seule personne, de même le temps, lui, s'efface dans l'urgence de la survie.

Échos artistiques de la conquête de l’air : Roger de la Fresnay et la modernité La conquête de l’air passionne de nombreux artistes au début du XXe siècle. Engagés dans une recherche de nouveaux moyens plastiques adaptés à l’époque, les avant-gardes voient dans l’aviation une iconographie en accord avec la modernité : représenter cette innovation emblématique des progrès technologiques accomplis depuis le XIXe siècle, c’est se faire l’écho de la nouvelle civilisation qui éclot, de la vitesse, des machines et des usines qui la caractérisent. Parmi ces artistes, Roger de la Fresnay propose sa vision du sujet : en 1913, il peint une grande toile intitulée La conquête de l’air (235.9 x 195.6 cm, Museum of Modern Art, New York) dont il fait également réaliser plusieurs transpostions gravées. Les dimensions du tableau, les gravures qui l’accompagnent, témoignent de l’importance que le peintre accorde à cette œuvre dans laquelle il propose une allégorie de la modernité qui met sur un même plan les nouveautés techniques et picturales. Auteur : Claire LE THOMAS

Related:  en image