background preloader

Victor Hugo, contre la peine de mort

Victor Hugo, contre la peine de mort
Related:  PEINE DE MORT

18 septembre 1981 - La France abolit la peine de mort - Herodote.net Le 18 septembre 1981, à Paris, l'Assemblée nationale vote la loi d'abolition de la peine de mort présentée par le garde des Sceaux, Robert Badinter, 53 ans. 369 députés votent en sa faveur et 113 s'y opposent. Cette initiative met la France au diapason des autres pays d'Europe occidentale. Un long chemin Dès la fin du XVIIIe siècle, la peine de mort fait l'objet d'une contestation courageuse. Sa protestation est relayée par Voltaire et même par Robespierre (qui changera assez vite d'avis). La Révolution française accomplit un pas décisif vers la modulation des peines en introduisant la privation de liberté, autrement dit laprison. Jusque-là en effet, dans tous les pays du monde, l'incarcération était réservée aux prévenus en attente de jugement. Après la chute de l'Empire, François Guizot relance le combat en faveur de l'abolition de la peine de mort et échoue de peu à faire voter une loi dans ce sens. Les pays nordiques sont les premiers à délaisser la peine de mort.

Claude Gueux Année de parution : 1834Catégorie : Roman Résumé : Claude Gueux, pauvre ouvrier, vit à Paris en 1831. Il vit avec sa maîtresse et l'enfant de celle-ci. un Il est habile, intelligent, fort mal traité par l'éducation, fort bien traité par la nature, il ne sait pas lire mais penser. Un hiver, l'ouvrage manque. Claude Gueux vole pour subvenir aux besoins de la famille pendant 3 jours. Victor Hugo décrit dans ce roman le mécanisme de la brutalité sociale qui ne sait répondre à la détresse que par la répression. Commentaire de : eleve ;) Tout d'abord au début, je n'ai pas apprécié le cheminement du début du livre car Victor Hugo se perd dans des explications et descriptions. Mais, j'ai beaucoup aimé ce livre car il remet en cause la justice, qui est le criminel dans ce livre ? Mais la façon dont Victor Hugo nous annonce la mort de Claude est triste, ce pauvre intelligent n'a pas le temps de faire une dernière chose : donner de l'argent pour les pauvres : Commentaire de : Sihamh Commentaire de : Sara

Discours de M. Badinter à l'Assemblée nationale sur l'abolition de la peine de mort Le 17 septembre 1981, débutent à l'Assemblée nationale les débats sur le projet de loi sur l'abolition de la peine de mort en France, avec notamment, l'intervention de M. Robert Badinter, garde des sceaux, ministre de la justice. Vous pouvez consulter : - un résumé de la discussion et du vote à l'Assemblée nationale. - le texte intégral de l'intervention de M. - un extrait sonore de l'intervention de M. "Demain, grâce à vous, la justice française ne sera plus une justice qui tue. - un extrait filmé mis à disposition par l'INA (Institut national de l'audiovisuel) Le garde des sceaux a également ouvert le débat qui s'est ensuite tenu au Sénat, par un discours du même ordre que celui fait à l'Assemblée nationale. Lisez par ailleurs ses livres traitant de la peine de mort et de son abolition en France : - "Contre la peine de mort" - Editions Fayard, septembre 2006 - L'Abolition - Editions Fayard, août 2000 - L'exécution - Editions Grasset & Fasquelle, 1973.

Peine de mort aux Etats-Unis, en Chine et dans le monde Notre Dame de Paris T1 : Le jour des fous (0), bd chez Glénat de Recht, Bastide L'histoire : Tandis qu’il lave son linge à la rivière, Pierre Gringoire, à l’automne de sa vie, propose de raconter un morceau de sa jeunesse à sa petite fille, Garance. Jadis, en l’an 1482, il avait été écrivain à Paris. Ce qu'on en pense sur la planète BD : Comme l’avait fait Régis Loisel en son temps avec son Peter Pan, Robin Recht et Jean Bastide proposent ici une splendide relecture du chef-d’œuvre de Victor Hugo, Notre Dame de Paris. La peine de mort selon saint François Mitterrand Le processus a été enclenché par une prise de position courageuse s’opposant aux sondages. Cela n’a pas empêché ni l’élection ni l’action : François Mitterrand restera dans l’histoire de France comme celui qui a (enfin) aboli la peine de mort. Dont acte. Quand on regarde le chemin parcouru, on a l’impression que c’était la préhistoire de la communication politique. L’élection présidentielle de 1981 La campagne officielle n’avait pas encore commencé mais les différents candidats étaient déjà "en place". C’était la précampagne qui battait à plein, dans toutes les stations de radios et les chaînes de télévision : émissions politiques invitant quotidiennement un candidat, petites phrases, anecdotes… bref, le quotidien classique d’une campagne. Le candidat François Mitterrand C’était sa troisième candidature à l’élection présidentielle. L’élection présidentielle de 1981 était pour François Mitterrand sa dernière chance de rompre ce destin de continuel perdant. Cartes sur table Abolition

Peine de mort en France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La peine de mort en France a été abolie en 1981, faisant ainsi de la France le seul pays à avoir procédé à des exécutions capitales tout en étant membre de la Communauté économique européenne, ancêtre de l'Union européenne. Contrairement à ce que rapporte souvent la presse, ce n’est pas Christian Ranucci, mais Hamida Djandoubi qui, guillotiné le à la prison des Baumettes de Marseille, est la dernière personne à avoir subi la peine de mort en France. Histoire[modifier | modifier le code] Époque gauloise[modifier | modifier le code] Certains condamnés étaient conduits au lieu de supplice qui était le bord d'une falaise d'où ils étaient précipités. César rapporte que les criminels étaient exécutés à l'occasion de grandes fêtes propitiatoires au cours desquelles ils étaient enfermés dans de grands mannequins de paille auxquels on mettait le feu[1]. Époque gallo-romaine et Bas-Empire[modifier | modifier le code] XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Des délits et des peines Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Très rapidement traduit de l’italien en français (1765), en anglais (1768), puis dans toutes les langues européennes, cet ouvrage provoque un authentique tremblement de terre intellectuel et reçoit l’aval d’intellectuels de renom comme Voltaire ou Diderot. Inspiré par les Philosophes des Lumières[U 1] et aidé par l'actualité de l'époque[U 2] Beccaria remet en cause de manière globale le système judiciaire. En dehors de tout modèle religieux, Beccaria y établit les bases et les limites du droit de punir, et recommande de proportionner la peine au délit. Il pose aussi en principe la séparation des pouvoirs religieux et judiciaire. Dénonçant la cruauté de certaines peines comparées au crime commis, il juge « barbare » la pratique de la torture et la peine de mort, et recommande de prévenir le crime plutôt que de le réprimer, amorçant ainsi le premier mouvement abolitionniste[1]. Notes et références[modifier | modifier le code]

Dossier : la peine de mort Skip to main content Search form 30 juillet 2016 Dossier : la peine de mort Pays : Monde Tags : Junior, Peine de mort Qu'est-ce que la peine de mort, depuis quand existe-t-elle et quels pays ne l'ont pas encore abolie ? Retour au menu principal Dernière màj le 30 juillet 2016 Dossier : les moustiques Education, Allemagne Dossier : la corrida Education, Espagne Dossier : qu'est-ce que l'UNESCO ? Education, Monde Tous droits de reproduction et de diffusion réservés © 2016 ARTE G.E.I.E.ARTE G.E.I.E. 4, quai du chanoine Winterer CS 20035 F- 67080 Strasbourg Cedex Haut de page

AU SECOURS, VOLTAIRE L’HUMANISTE (3): Écrire pour agir dans un monde appauvri par la politique! Voltaire avait fait remarquer que l’histoire militaire du monde était « l’histoire des fous ». De nos jours, l’impérialisme colonial, soit américain et britannique, soit autre, est tout aussi blâmable qu’il l’était de son temps. Dans l’Essai sur les mœurs il dénonce le pillage du Pérou par Pizzaro motivé par l’amour du gain et la conquête du Mexique par les Espagnols sous Cortez poussés par « l’amour, la religion, l’avarice, la valeur et la cruauté ». Qu’aurait-il dit de la Shoah, des génocides comme en Bosnie et au Rwanda, et de la persécution de certaines tribus africaines par d’autres au XXe siècle ? A l’instar de Voltaire il faut mobiliser l’opinion publique et appeler le grand public à la réflexion, car l’histoire ne cesse de se répéter, et comme il l’écrivait si bien dans l’article “Démocratie” du Dictionnaire philosophique, « la grandeur ambitieuse et la rage du pouvoir précipitent (les chefs d’État) dans tous ces crimes en tout temps et en tous lieux. »

Apprendre avec les bases textes Bases de textes et enseignement du français au lycée Danielle Girard, Professeur associé au site Victor Hugo de l'Éducation nationale Le bicentenaire de Victor Hugo a donné lieu à de nombreuses manifestations et a suscité la mise en ligne d'œuvres numérisées, de moteurs de recherche dans les bases textuelles, de dossiers pédagogiques, etc. Il était donc tentant d'exploiter ces nouvelles ressources dans le cadre des programmes d'étude littéraire au lycée. La chronologie informatisée et les communications mises en lignes par les chercheurs du Groupe Hugo de l'université de Jussieu, La base Hugo de l'Atilf (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française), La base textuelle de la BNF (Bibliothèque Nationale de France, site Gallica), La base textuelle de l'ABU (Association des Bibliophiles Universels), La BNE (Bibliothèque Nationale Espagnole) La peine capitale au XIXe siècle et l'action personnelle de Hugo dans la lutte pour son abolition Quels mots chercher ?

Robespierre contre la peine de mort - Bienvenue ! En s’élevant solennellement contre cette "routine barbare", il avait déclaré : "Ecoutez la voix de la justice et de la raison. Elle nous crie que les jugements humains ne sont jamais assez certains pour que la société puisse donner la mort à un homme condamné par d’autres, sujets à l’erreur". Alors qu’il était juge au Tribunal épiscopal, il avait dû signer une condamnation à mort. Sa soeur Charlotte a rapporté que durant plusieurs nuits, Maximilien n’a pas dormi et arpentait sans cesse sa chambre en répétant : "Je sais bien qu’il est coupable ! Je sais bien que c est un scélérat ! Mais tout de même ! Pour finir, il avait signé au dernier moment mais en resta profondément chagriné. Le 10 juin 1791, Robespierre fut désigné à l’unanimité, accusateur public près du tribunal criminel du département de Paris. N’est-ce pas Maximilien Robespierre qui voulut faire ajouter le maximum d’articles, notamment dans la Déclaration des Droits, rappelant la défense de la dignité de l’Homme.

Related: