background preloader

Global Greeter - Balades avec le réseau International des Greeters

Global Greeter - Balades avec le réseau International des Greeters
Le terme Greeter signifie “hôte” ou “comité d’accueil” en anglais.Un greeter est un habitant d’une ville, membre d’une association, qui accepte de passer quelques heures avec un visiteur pour lui faire découvrir un aspect de la ville qui l’intéresse. Règles de base : une hospitalité réelle– bénévolat et gratuité du service, – connaissance de la ville et sens de l’accueil,– préparation entre le greeter et le visiteur. Un tourisme participatif pour : – organiser et ré-inventer l’hospitalité dans les villes modernes, – proposer des programmes d’accueil indépendants dans le monde entier.Ce peut être : l’art, les cafés, une balade en vélo, les quartiers historiques, etc. ou tout autre aspect que le greeter essaiera de mettre en valeur. Historique du concept avec Big Apple Greeter La première organisation de Greeters dans le monde est née à New York en 1992. Le réseau des bénévoles Global Greeter Network Des organisations présentes dans 7 pays et sur 3 continents. Related:  Tourisme collaboratif EPE

C. Ragil : « Les Greeters valorisent le tourisme urbain et participatif du territoire» Publié le 11 septembre 2013 INTERVIEW. A l’occasion du Congrès Mondial des Greeters les lundi 9 et mardi 10 septembre 2013 à l’Hôtel de Ville de Paris, l’équipe rédactionnelle du réseau Acteurs du Tourisme Durable (ATD) a rencontré Christian Ragil, Président influent du Global Greeter Network (GGN). Il était présent aux côtés de Jean-Bernard Bro, adjoint chargé du tourisme et des nouveaux médias locaux et de Claude d’Aura, Présidente de l’association Parisien d’un jour pour accueillir les représentants et bénévoles du mouvement international des Greeters venus du monde entier. Journal du Tourisme Durable : Pouvez-vous nous décrire le mouvement international des Greeters en quelques mots ? Un Greeter signifie en français, une personne qui accueille. Journal du Tourisme Durable : Quel est le rôle du Global Greeter Network ? Le rôle du réseau GGN est de fédérer les pays qui ont monté cette opération. Crédit : Acteurs du Tourisme Durable (ATD) Notre devise ? Ce qui nous anime tous ?

Marseille Provence Greeters Rencontre avec Christian Ragil, le nouveau président du GGN (Global Greeters Network) C’est lors de la rencontre annuelle du Global Greeter Network (GGN) qui se trouvait cette année à Bruxelles que nous avons rencontré Christian Ragil. Ce secrétaire général des Greeters de Paris connus sous l’association « Parisien d’un jour » a été choisi pour être le nouveau président du GGN. Christian Ragil répond à nos questions concernant le phénomène des Greeters en France et à Paris. Christian Ragil et Claude d’Aura (présidente de Parisien d’un Jour) Les Greeters sont apparus en France en 2007 en commençant par la ville de Nantes. Christian Ragil nous explique le succès du phénomène Greeter Selon lui le succès des Greeters vient d’une évolution du tourisme. En participant à une visite Greeter, les touristes ont l’occasion de rencontrer les habitants de la ville qu’ils visitent et de partager un moment convivial. « La rencontre et le contact humain est plus important que la balade en elle-même ». Mathieu Baudoux, représentant des tout nouveaux Greeters de l’Aisne, nous li

c’est quoi | Marseille Provence Greeters More than just a genuinely alternative tourism concept, based on a free, voluntary service and the desire to promote cultural exchanges, Marseille Provence Greeters aims to create ties between Marseille, its inhabitants and visitors, meaning locals get to see the city through new eyes and visitors get to enjoy an enriching and genuine travel experience! Marseille Provence Greeters offers you a new way to explore Marseille and discover a different kind of tourism. The Greeters concept has now gone worldwide! Major cities: New-York, Paris, Buenos Aires, Toronto, Houston, Chicago, Moscow, Berlin, Brussels, London, etc.Towns: Nantes, Lyon, Mulhouse-Alsace, The Hague, Brighton, etc.Various counties and regions: Kent (UK), Le Tarn-Albi, Nord Pas-de-Calais (France), etc. You can find out all about the worldwide Greeters family at: www.globalgreeternetwork.info the whole greeter family

Tourisme participatif : le « greeter » remplace le city-guide Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook Plus humain et plus convivial que le tourisme préprogrammé par les guides, les projets d'accueil fondés sur le volontariat des habitants des villes se développent à vitesse grand V dans le monde entier, comme le réseau Global Greeter. Plus question de partir en balade sans son « greeter ». Le 21e siècle pourrait consacrer le grand retour de l’hospitalité si l’on en croit la multiplication des initiatives de tourisme participatif. Entendez par là cette forme de voyage qui met à contribution les habitants des villes pour l’accueil des touristes. Trouvez votre « greeter » sur le site de l'association Soldes : Ne comptez que sur votre téléphoneCréez un bikini unique pour cet été !

Global Greeter Network: Home Tourisme participatif Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Tourisme participatif est un tourisme qui fait soit participer la population d'accueil aux activités touristiques, soit participer les visiteurs à la vie locale du territoire visité. C'est une des formes du tourisme alternatif [1] qui s'oppose lui même au tourisme de masse. [2] Le tourisme participatif, dans un cadre non marchand et basé sur le libre choix de chacun, est une façon de repenser la relation entre touristes et résidents, de réinventer le sens de l'hospitalité. Le tourisme participatif est une réponse, entre autres, à une demande d’authenticité et de vérité de la part des visiteurs. Historique[modifier | modifier le code] Au début des années 2000, l’interactivité du Web 2.0 et la création de communautés liées à l'émergence des réseaux sociaux, ont permis de partager des expériences et d’échanger sur des préoccupations communes. Principe et fonctionnement[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code]

Conclusion | Projet tutoré sur l'hébergement participatif « Rien n’est moins simple que l’hospitalité, dont les origines étymologiques rappellent qu’elle est liée à des notions de pouvoir et d’égalisation. Ni aisé ni spontané, le geste d’hospitalité envers l’étranger de passage transforme l’hospitalité latente d’un élément extérieur, en un accueil, affable amène, courtois » (Collectif et Aprile, 2004:16). Nous l’avons vu, accueillir un étranger chez soi est tout sauf un acte anodin. L’hospitalité n’est donc plus un devoir, mais un droit, comme le souligne Anne Gotman. De 1948 à nos jours, de plus en plus de réseaux d’hébergement participatif ont vu le jour. Like this: J'aime chargement…

Brest se lance dans le tourisme participatif Pourquoi ? Comment ? Qui sont les greeters ? « Greeter » vient du verbe « to greet » qui signifie accueillir. Qui est le premier greeter brestois ? Raymond Quentric se définit comme « un jeune retraité ». Comment ça marche ? Les touristes, un individuel, une famille, un groupe (six personnes au maximum), désireux de découvrir Brest avec un greeter, remplissent un questionnaire sur le site de l'office de tourisme, dix jours avant leur arrivée. Comment devenir greeter ? Il suffit de contacter l'office de tourisme de Brest. Quel autre nom pour greeter ? Greeter sonne assez mal en français.

Le tourisme collaboratif s'incruste pour les vacances Airbnb a déjà séduit plus d’un million de Français. Avec la crise et les possibilités offertes par le Web, «les pratiques touristiques basées sur l’échange se développent en même temps qu’émerge un nouveau secteur marchand basé sur l’échange individuel», résume Saskia Cousin, co-auteur de Sociologie du tourisme (La Découverte). Se déplacer, se loger, dîner, visiter… Il est possible de voyager 100 % alternatif. «Accueillir, un devoir sacré» «Historiquement, accueillir l’étranger est un devoir sacré», rappelle l’anthropologue. Le principe des sites comme Couchsurfing.org ou The Hospitality Club, qui permettent d’être hébergé gratuitement chez l’habitant et qui ne reposent pas sur la réciprocité, n’est donc pas nouveau. Puis, «les années 1990 ont vu l’émergence des "greeters"», poursuit Saskia Cousin. «La marchandisation de l’hospitalité» «Aujourd’hui, apparaît un nouveau tournant, qui est la marchandisation de l’hospitalité individuelle. «La fin d’un modèle fondé dans les années 1950»

Related: