background preloader

Légende Amérindienne

Légende Amérindienne

http://www.youtube.com/watch?v=t4ln9RyckaE

Related:  Contes d'Amérique du NordA Classer

LA FABLE DU PORC-ÉPIC Lundi 7 janvier 2013 1 07 /01 /Jan /2013 20:41 Voici quelques photos d'un bébé porc-épic et une petite histoire que j'ai reçu de ma mère. C'était l'hiver le plus froid jamais vu. De nombreux animaux étaient morts en raison du froid. Les porcs épics (je crois qu’en Europe vous dites hérissons), se rendant compte de la situation avaient décidé de se regrouper. De cette façon ils se couvraient et se réchauffaient les uns les autres.

Un Indien chippewas parmi les Blancs 1Relation du voyage des Indiens chippewas parmi les Blancs aux États-Unis, en Angleterre, Irlande, Écosse, France et Belgique ; avec de très intéressants épisodes sur les caractéristiques générales des Anglais, Irlandais, Écossais, Français et Américains concernant leur hospitalité, particularités, etc., écrit par Maungwudaus, Indien autodidacte de la nation chippewa, pour son plus jeune fils, Noodinokay, dont la mère est morte en Angleterre. 2Je ne demanderai pas son indulgence au lecteur. La courte notice qui me présente à la fin de ce compte rendu l’incitera à excuser mon usage maladroit de la langue anglaise. 3Nous avons quitté les rives du lac Huron en 1843, visité les villes de Détroit, Cleveland, Buffalo, Utica, Albany, New York et d’autres encore. Avons quitté New York pour l’Angleterre le premier jour de mars avec le bateau appelé Victoria, accosté en Angleterre, à Portsmouth, le 26 du même mois.

Les bulldozers arrivent au cœur de l’Amazonie Une centrale hydroélectrique sera bientôt construite à Belo Monte, sur le fleuve Xingu. Ce barrage, l’un des plus grands au monde, soulève la colère des populations indigènes et de nombreuses ONG. Enquête. 04/07/1776 Déclaration d'indépendance US Th.Jefferson Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] En janvier 1776, Thomas Paine prend parti pour les insurgents américains dans son Sens commun (1776) qui remporte un vif succès (environ 500 000 exemplaires vendus[2]).

Jeffrey Amherst & l’arme biologique Lorsque vous lisez ou écoutez les médias occidentaux, vous avez l'impression qu'il y a en Russie une forte opposition au président Poutine qui est incarnée par des noms qui reviennent en boucle : Navalny, Oudaltsov, et autrefois Nemtsov. Pourtant, cette impression ne cadre pas du tout avec d'autres informations. Le président Poutine, selon des instituts de sondage indépendants comme Levada, bénéficie d'un soutien de l'ordre de 85% de la population : du jamais vu, à comparer avec le soutien de 18% en France pour le président Hollande.

1763 inocule aux tribus indiennes la variole AMHERST (Jeffrey) (1717-97), page, enseigne, lieutenant, capitaine, colonel, major-général, commandant en chef des troupes et gouverneur-général en Amérique, chevalier du Bain, gouverneur de Guernesey, conseiller privé, lieutenant-général et commandant en chef des armées de terre, lord et général, maréchal de camp, baron. Fils de Jeffrey Amherst de Riverhead, comté de Kent (Angl.), il naquit le 29 janvier 1717. Voisin de son père, le duc de Dorset le prit dans sa maison en qualité de page et lui obtint (1731) le grade d'enseigne dans les gardes royales. Ensuite, il devint aide de camp dans l'état-major du général Ligonier, qui fit la campagne d'Allemagne, à Roucoux, à Dettingen et à Hastenheck (1743), et celle de Flandre à Fontenoy (1745), dans l'état-major du duc de Cumberland à Laffeldt et à Hastenheck.

Jeffery Amherst, officier britanique 1717-1797 AMHERST, JEFFERY, 1er baron AMHERST, officier, né le 29 janvier 1717 (probablement nouveau style) à Riverhead, Sevenoaks, Angleterre, décédé le 3 août 1797 à sa résidence appelée Montreal, près de Sevenoaks. Jeffery Amherst était le fils de Jeffery Amherst, barrister prospère dont la famille avait vécu dans le Kent pendant des siècles, et d’Elizabeth Kerrill. À l’âge de 12 ans, le fils Jeffery devint page de la maison de Lionel Cranfield Sackville, 1er duc de Dorset, à Knole, sa grande résidence près de Sevenoaks.

Guerre de Sept Ans 1756-1763 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La guerre de Sept Ans (1756-1763) est un conflit majeur du XVIIIe siècle, souvent comparé à la Première Guerre mondiale[2] parce qu’elle s'est déroulée sur de nombreux théâtres d’opérations : Europe, Amérique du Nord et Inde. Elle oppose principalement d’une part au niveau mondial le Royaume de France au Royaume de Grande-Bretagne, d’autre part au niveau européen le Royaume de Prusse aux états des Habsbourg (archiduché d'Autriche, royaumes de Bohême et de Hongrie). Cependant, par le jeu des alliances et des opportunismes, de nombreux pays européens et leurs colonies participent à cette guerre, notamment l’Empire de Russie aux côtés de l’Autriche ainsi que le Royaume d’Espagne et son empire d’Amérique du Sud aux côtés de la France.

1636-1637 Guerre des Pequots Guerre des Pequots 1637 La guerre des Pequots est une guerre qui a opposé les Amérindiens Pequots aux colons blancs dans l'arrière-pays du Massachusetts à partir de mai 1637. Cette guerre fait suite à une tentative de colonisation des terres indiennes, elle-même entraînée par de nombreux décès dus aux épidémies chez les Pequots. Le capitaine John Underhill commenta dans son journal cette guerre, qui se limita à l'attaque d'un grand village indien. Historique

États-Unis colonisation européenne Les premiers navigateurs européens qui abordèrent les côtes du continent nord-américain furent les Italiens Jean Cabot et Sébastien Cabot (1497). Voyageant au service de Henry VII d’Angleterre, ils découvrirent Terre-Neuve et explorèrent les côtes du Labrador et de la Nouvelle-Angleterre. L’Espagnol Juan Ponce de León découvrit la Floride en 1513. L’Italien Jean de Verrazane (1524), voyageant pour le compte de François Ier, explora les côtes atlantiques de la Caroline du Sud jusqu'au Maine; puis le Français Jacques Cartier (1534) découvrit l’estuaire du Saint-Laurent.

Hurons tribu indienne Est-Canadien Les Hurons étaient considérés comme une force guerrière puissante, ils disposaient d'un territoire étendu qui couvrait le Canada et les Etat-Unis. Il allait du fleuve Niagara à l'est au fleuve Sainte Claire à l'ouest puis jusqu'au lac Erié au sud. En 1535, la population comptait entre 30,000 et 45,000 individus. Les HURONS Première description des Amérindiens Au printemps de l'an de grâce 1632, le Père Jésuite Paul Le Jeune, arrivant à Tadoussac, voit des Amérindiens pour la première fois. Il les décrit ainsi: La tribu Kwakwaka'wakw alias Kwakiutl Le terme "Kwakiutl" a été emprunté du mot original "Kwagiulth", que les anthropologues utilisaient, il y a plusieurs années, dans le but d'identifier les autochtones du nord-ouest de l'île de Vancouver et des régions côtières environnantes. Les autochtones eux-même utilisent "Kwakwaka'wakw" (prononcé couac-couac-ca-ouac). Le terme "Kwakiutl" est employé sur ce site comme moyen de référence à d'autres matériels publiés sur la nation Kwakwaka'wakw. Il n'y a aucune intention en faisant usage du terme "Kwakiutl" de décourager l'utilisation du terme autochtone "Kwakwaka'wakw".

Cette chose curieuse appelée Canada Par Kevin D.Annett le 21 Octobre 2013 Alors, qui dit que les Canadiens ne sont pas drôles ? Cette semaine, la société de télédiffusion Canadienne (CBC) a solennellement réfléchi pour la première fois : « Est-ce que le Canada devrait être conduit en justice pour Génocide devant les Nations Unies » de ses crimes dans les écoles et pensionnats Indiens. C’est comique à dire, si l’on considère que le Canada a déjà été jugé et condamné pour tout ce Génocide : lors d’un procès retentissant au Tribunal de Droit Coutumier tenu à Bruxelles, et dont le verdict a été rendu le 25 février dernier, (voir le lien ci-dessous).

Related: