background preloader

Nouvelle-France vers 1745

Nouvelle-France vers 1745
En Nouvelle-France, la colonie est divisée en grandes bandes de terres, longues et étroites, qui font face au fleuve Saint-Laurent ou à un autre cours d'eau. Le territoire est organisé de cette façon parce que les cours d'eau sont nécessaires pour l'agriculture et facilitent les communications. Les terres sont d'abord données à des seigneurs par le gouverneur et l'intendant. Sur la seigneurie, le seigneur se garde un domaine où il fait cultiver la terre et construire un manoir. Tout près, il conserve un terrain pour l'église de la paroisse. Quelques années plus tard, des marchands, des artisans et un notaire viendront s'établir près de l'église. Le seigneur construit aussi un moulin où les paysans apporteront leur blé pour faire de la farine. Un colon, comme Nicolas Choquette, doit donc demander une terre à un seigneur avant de s'établir. Lorsqu'il a reçu sa terre, Nicolas loge chez un voisin pendant un an ou deux.

http://primaire.recitus.qc.ca/sujets/7/territoire/135

Related:  univers socialSites utiles

Nouvelle-France vers 1645 En 1645, les trois établissements les plus importants de la Nouvelle-France sont Québec (fondé en 1608), Trois-Rivières (fondé en 1634) et Montréal (Ville-Marie) (fondé en 1642). Même si le territoire de la Nouvelle-France est assez grand, presque toute la population est concentrée dans ces trois villes qui sont toutes situées dans la vallée du Saint-Laurent. À Québec, on a agrandi l’église et on commence à tracer des rues. Québec est en train de devenir un petit village. Trois-Rivières est encore un très petit poste de traite. Montréal vient d’être fondé et n’est habité que par quelques personnes, dont quelques missionnaires qui veulent convertir les Amérindiens à la religion catholique.

Johanne Martin, collaboration spéciale Sur le chemin des Ancêtres, à Deschambault-Grondines, le voyage dans le temps commence bien avant qu'on ait pénétré dans l'imposante structure circulaire - l'une des plus anciennes du genre au pays avec ses 337 ans. Il faut savoir que l'emplacement sur lequel a été érigé le moulin-tour a jadis servi de lieu d'échange et de transit aux Amérindiens et constitue un important site fossilifère. «Aussi étonnant que cela puisse paraître, l'endroit est toujours resté dans le domaine public et n'a pratiquement jamais subi de transformation depuis le moment où les premières terres ont été concédées, vers 1671», explique Christian Denis, président de la Corporation des amis du moulin de Grondines. «Plusieurs vestiges ont ainsi pu être retrouvés autour du bâtiment classé bien archéologique.» Une deuxième vie

Seigneurie de Beauport par Grenier, Benoît Les noms des rues à Beauport témoignent aujourd'hui de son histoire seigneuriale. Peu d’institutions sont davantage associées au patrimoine du Québec que le système seigneurial, implanté sur les rives du Saint-Laurent dès les commencements de la colonisation française. Le paysage, le patrimoine bâti et la toponymie de l’axe laurentien conservent l’empreinte du cadre seigneurial qui ne s’est éteint qu’en 1854, après avoir survécu près d’un siècle sous le régime britannique. Même après cette date, le système seigneurial va continuer longtemps à caractériser l’espace québécois, particulièrement en milieu rural. Si la seigneurie est l’un des éléments constitutifs de la trame historique du Québec, ses traces matérielles et mémorielles dans le territoire ne reflètent pas toujours l’importance de cette institution.

Régime seigneurial au Québec par Grenier, Benoît La seigneurie à Beauharnois, 1838 Instauré sur les rives du fleuve Saint-Laurent dès la décennie 1620, le régime seigneurial est le plus souvent considéré en tant qu'outil de peuplement et mode d'organisation du territoire. Dans cette perspective, les seigneurs sont perçus comme des colonisateurs qui entretiennent des rapports plutôt harmonieux avec les censitaires, dans le cadre de «droits et devoirs» réciproques. Cette représentation de la seigneurie en sol québécois en néglige cependant les caractéristiques fondamentales : hiérarchie et inégalité sociale.

Histoire : Jeanne-Mance bientôt reconnue comme cofondatrice de Montréal TJ midi : L'histoire du Québec est-elle sexiste? Entrevue avec l'historien Jacques Lacoursière. À l'occasion de la Journée internationale des femmes, Montréal annonce son intention de reconnaître officiellement Jeanne Mance comme fondatrice de la ville, au même titre que Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve. Le maire Gérald Tremblay, qui évoque « une erreur historique », veut accorder à Jeanne Mance une plus grande place dans l'histoire. Il a mandaté l'historien Jacques Lacoursière pour effectuer certaines vérifications avant toute reconnaissance officielle.

Iroquoiens vers 1745 En 1745, le territoire des Iroquoiens n’est plus ce qu’il était en 1500. Il est beaucoup plus petit et il se trouve morcelé en trois parties inégales. Les Cinq Nations iroquoises sont les seules à occuper sensiblement le même territoire qu’en 1500. Gouvernement des Trois-Rivières Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] Le gouvernement de Trois-Rivières fut aboli le lorsque les Britanniques remplacèrent les trois gouvernements par deux districts, celui de Québec et celui de Montréal. La rivière Saint-Maurice marquait la division entre les deux districts.

CyberMystères—Les grands mystères de l'histoire canadienne Après que Jacques Cartier ait découvert ce qui allait devenir la Nouvelle-France, des Européens se sont empressés de se rendre sur ce nouveau territoire. D’abord, les commerçants de fourrures sont arrivés, puis on a encouragé les colons européens à s’établir sur le territoire. Venus de diverses régions de la France, les colons étaient divisés en trois grandes classes sociales : la noblesse, la classe moyenne et les roturiers. La grande majorité était constituée de roturiers.

Musée virtuel de la Nouvelle France À quoi ressemblait la société en Nouvelle-France? Était-elle le reflet de la société métropolitaine de l’Ancien RégimePériode de l’histoire de la France qui prend place entre la fin de la Renaissance et la Révolution française, soit du XVIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.? Ou était-elle différente?

Related:  A Classer