background preloader

Construisons la ville collaborative de demain

Construisons la ville collaborative de demain
Related:  Transition Socio-écologiquedéfinition de l'économie collaborative

New-Life, un nouveau modèle de développement pour réussir la transition socio-écologique Suite à l’appel à projet du 7e programme cadre de la Communauté européenne pour la recherche, le développement technologique et la démonstration, publié le 20 juillet 2010 dans la 8e thématique « Sciences Socio-économiques et Humanités », l’Enti (European Network for Territorial Intelligence) a décidé d’y répondre par le projet « Coopérer et observer pour réussir la transition socio-écologique en Europe », en abrégé new-Life. Mise en place d’un plancher de bien-être social pour tous Le précédent projet présenté par l’Enti, job-Life , a été jugé incomplet par les instances d’évaluation de la Communauté européenne. « Le projet a été bien évalué sur le plan scientifique, mais il n’était pas satisfaisant sur les aspects financiers notamment, explique Jean-Jacques Girardot, coordinateur scientifique de l’Enti. Initier une nouvelle culture du développement New-Life entend apporter une réponse aux questions suivantes : Comment l’Europe peut-elle réussir la transition socio-écologique ?

Densifier la ville pour protéger l'espace rural Lundi 18 juillet 2011, une charte Agriculture et Urbanisme a été signée à la préfecture. Objectif ? Mieux maîtriser la consommation de foncier en préservant, notamment, les terres vouées à la culture (lire Ouest-France du mardi 19 juillet). Le conseil général, la chambre d'agriculture, l'association des maires, la Safer, la Chambre de métiers et de l'artisanat, la chambre de commerce et d'industrie et l'État, signataires de cette charte, ont décidé d'agir face à l'urgence. Au plan départemental, l'espace agricole utilisable en 2001 était de 498 539 ha. À Vitré, où en est-on ? Jean-Pierre Lebry, premier adjoint, et Anthony Morel, conseiller municipal en charge de la gestion du droit des sols, surveillent de près les mutations des terres sur l'espace communal. « Nous avons la volonté de maîtriser le grignotage. Des leviers pour limiter le mitage Les moyens ? Une autre politique de lotissement

L'innovation: une ville de partage ! - Le Blog Ouistock Le collaboratif devient omniprésent en France. L’idée d’une ville intelligente, durable et innovante se dessine au fil des avancées technologiques. Plus qu’un simple concept, accompagner nos agglomérations vers le futur s’avère être un vrai défi nécessaire pour l’amélioration de la qualitéde vies des citoyens du monde que nous sommes tous. La Sharing City devient progressivement une réalité. Mais à quoi ressemblera la ville de demain ? Monptitvoisinage La fin des déplacements Quiconque aurait du mal àimaginer une ville vide, dénuéde toute circulation, embouteillage ou autres sources de pollution sonore. Parallèlement, de nouvelles solutions de transports facilitent certaines de nos tâches quotidiennes. Des nouveaux lieux de relations sociales Les lieux de travail telles que nous connaissons aujourd’hui auront profondément étémodifiéd’ici quelques années. Le retour du commerce local Les acteurs traditionnels en sont bousculés. Des résidences connectées. De la Wifi partout pour tous.

Ressources - Rues en Transition Carnet Questionnaires Vous trouverez ici les questionnaires nécessaires au processus que nous vous proposons (cycle de 7 réunions). Les explications relatives à ces questionnaires et leur importance est rappelé par le facilitateur ou la facilitatrice du Réseau Transition lors de la réunion de lancement. Pour rappel et en quelques mots, les questionnaires (et leur encodage en fin de cycle via le formulaire) nous permettront de rendre crédible notre démarche, de lui donner de la substance nous permettant de la soutenir et de la promouvoir. Le questionnaire n°1 vous permettra de mieux connaître votre habitation, pour envisager de manière plus éclairée le processus et la pertinence des actions à mettre en place, à picorer dans le carnet. questionnaire n°1 habitat et ménage au moment de démarrer Les questionnaires n°2, 3, 4, 5 et 6 sont relatifs aux 5 thématiques abordées dans le carnet : l’énergie, l’eau, l’alimentation, les déchets et les transports. questionnaire n°2 énergie questionnaire n°7

Des pistes pour lutter contre l'étalement urbain en France Quand l’humain s’étale, c’est le climat qui trinque. Une nouvelle étude du Réseau Action Climat (RAC) sur le phénomène d’étalement urbain, qui consomme en France 60.000 ha - soit l’équivalent de la surface d’un département- tous les sept ans, montre que le phénomène continue de s’accélérer, et qu’il est particulièrement néfaste pour l’environnement. Augmentation des mobilités et des distances domicile-travail, utilisation de la voiture plutôt que des transports en commun, émissions de gaz à effet de serre, fragilisation de la biodiversité, augmentation des risques d’inondation… Pour le RAC, l’augmentation de la surface des agglomérations concourt à notre perte. Le logement individuel est le premier responsable de cette perte d’espaces naturels, loin devant le réseau routier et les équipements de sport et de loisir, recense le RAC. L’image de la densité «est toujours assimilée aux grandes tours» Comment réconcilier les Français avec l’habitat urbain? Mickaël Bosredon

Et voici le portrait robot du consommateur collaboratif Photo d'illustration. Crédits : Wikipedia Commons La consommation collaborative a-t-elle vocation à rester un marché de niche et un effet de mode, ou à devenir un nouveau paradigme économique ? C’est pour répondre à cette question que le think tank OuiShare et la Fondation internet nouvelle génération (Fing) se sont associés pour mener une grande enquête, Sharevolution , dont les résultats ont été rendu publics le 3 mars. Cliquez sur l'image pour l'agrandir. La redistribution de biens avec échange de propriété (achat, don et troc) Les produits-services ou économie de la fonctionnalité (location ou prêt d'objet, de véhicule, de logement, d'espace de travail) Les services entre particuliers (ménage, covoiturage, taxi P2P, coaching, restauration) Les systèmes locaux coopératifs (circuits courts, systèmes d'échange locaux, réseaux de voisinage) Que partagent-ils ? Cinq scénarios de prospective Et demain, serons-nous tous des « partageux » ? Jean-Jacques Valette Journaliste We Demain

Annonce des 2èmes rencontres du Réseau Transition sur le site uB, Dijon Maison des Sciences de l'Homme (MSH) - Dijon Début :Mardi 29 Novembre 2016 - 09:00Fin :Mardi 29 Novembre 2016 - 17:00 Plus d'infos : Rencontres organisées en partenariat avec l’ADEME Bourgogne Franche-Comté Alors que l’ancrage territorial de la nouvelle grande région Bourgogne Franche-Comté progresse, les initiatives ne manquent pas pour favoriser une mobilité durable dans ce nouvel espace. Cette journée sera l’occasion d’interroger les moyens existants ou à créer pour promouvoir, par la recherche et l’innovation, la mobilité durable et, ainsi, contribuer à la transition socio-écologique de la nouvelle région. Programme détaillé à venir [Inscriptions]

Territoire - Unités urbaines 2010 : accélération de l'étalement urbain Axel Gilbert, Insee Résumé Avec 81 % de la population dans les villes, Rhône-Alpes est une des régions les plus urbanisées de France. Suite aux évolutions démographiques récentes, les unités urbaines se sont largement étendues durant la dernière décennie. Sommaire Publication La notion d'unité urbaine est une des définitions de la ville. Dans la région Rhône-Alpes, selon leur nouvelle définition, la population des unités urbaines s'élève à 4 940 000 habitants en 2007, soit 81,5 % de la population totale (77,4 % en 1999). La majorité de la population régionale (59 %) vit dans les 16 unités urbaines de plus de 50 000 habitants. La population urbaine a augmenté de 13 % entre 1999 et 2007. Retour au sommaire 280 communes sont passées du rural à l'urbain L'évolution de la population urbaine s'explique donc principalement par l'étalement urbain. En proportion, c'est en Ardèche et en Haute-Savoie que la population urbaine augmente le plus Villefranche rejoint Lyon

L’économie collaborative est-elle aussi sociale et solidaire Le terme est employé par OuiShare depuis début 2012 et recouvre une grande variété de thématiques, de formes d’entreprises et de modèles économiques. Le point commun de ces initiatives, et le point de départ de la définition chapeau de l’économie collaborative, c’est le caractère P2P (pair à pair) des systèmes mis en place. Ainsi la consommation collaborative rassemble des initiatives de prêt, location, don, troc, ou vente de biens et services entre particuliers, du covoiturage à l’échange de matériel entre voisins, etc. Ces systèmes ont pu se développer grâce aux outils numériques : des pratiques existant depuis toujours (prêt d’objet, échange de services), à l’échelle de la famille ou l’entourage proche sont désormais étendues à un cercle beaucoup plus large. Par ailleurs l’économie collaborative, comme l’ESS, reste un ensemble d’outils, de pratiques ou de formes, dont on peut faire d’excellentes choses et de moins bonnes.

Une année avec le Réseau international de la Transition « Transition France (par Corinne Coughanowr, Paris 15 en Transition) Il y a un an démarrait une période très intense pour le Réseau international de la Transition (« Transition Network » – TN), avec la conférence internationale, la réunion des HUBS, puis la COP21…. Ces quelques lignes en évoquent les points forts. 1. Participants pour la France : Corinne Coughanowr et Frédéric Dinh Les HUBS du mouvement des Villes et Territoires en Transition se sont réunis en septembre 2015 à Seale-Hayne en Grande Bretagne, près de Totnes. Cet évènement a été programmé pour coïncider avec la Conférence International de Transition ; il a commencé le vendredi 18 septembre, a basculé sur la Conférence pour le weekend du 19-20, et a repris lundi et mardi d’après. Les HUBS de 26 pays ont été représentés, avec 50 personnes au total. Le premier jour, vendredi, était orienté vers la « (re-)connexion » et comprenait plusieurs moyens pour échanger et partager. Les consignes convenues – photo par TN 2. 3. Sur le même thème

Etalement urbain : vers une catastrophe sociale et environnementale ? La loi Grenelle 2 aborde la question de l'étalement urbain et de l'artificialisation des sols sans fixer d'objectifs chiffrés. Pourtant, l'enjeu est social, économique et environnemental, comme le quantifie la FNAUT dans une étude sur la mobilité. 80 % des Français jugent que la voiture reste aujourd'hui un moyen de transport indispensable, selon un sondage Ifop publié le 25 mai dernier. Ce chiffre passe à 90 % pour les ruraux et les plus de 65 ans. Pourtant, la voiture ne fait plus rêver… Seulement 30 % des personnes interrogées estiment qu'elle est un outil de plaisir. Depuis l'augmentation du prix des carburants, 56 % des sondés l'utilisent moins, 4 % envisagent de s'en séparer. Dans une étude financée par l'ADEME, la fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT), qui dénonce l'étalement urbain et ses impacts sur les pratiques de mobilité, a suivi les pratiques de déplacement de 19 ménages ayant déménagé d'une zone périphérique vers le centre de Tours.

A qui profite l'économie collaborative ? Les inégalités ne sont plus un sujet tabou. Dans le sillage de Piketty, nombreux sont ceux qui s’inquiètent aujourd’hui ouvertement de leur grand retour, et ce, quel que soit le bord politique. L’économie collaborative – qui remet entre autres choses le rôle de la possession en question – pourrait-elle constituer une partie de la solution, ou est-ce tout le contraire ? Les discussions autour du capital et des inégalités avaient été un peu oubliées depuis les années 80 et semblaient même légèrement ringardes tant on a voulu voir un dépassement du capitalisme et des analyses de classes. Piketty remet ces questions au centre des débats. Il montre de manière incontestable que le capital n’est pas mort, comme on a pu le croire pendant les Trente Glorieuses et, qu’au contraire, il est en pleine reconstitution. En tant qu’observateur assidu des évolutions de l’économie collaborative, la lecture de Piketty m’a profondément interpellé. Source: INSEE Pour les plus modestes Pour les classes moyennes

Ressources pour transitionneurs de Transition Paris Île-de-France Ressources pour transitionneurs francophones Avez vous consulté le beau travail de fiches outils réalisé par le réseau transition belgique ? Il a d'ailleurs été mis en ligne sur la boite à outils participative MultiBàO Vous souhaitez lancer une initiative ? Organiser une formation officielle "lancement d'initiative" est également possible. Déjà lancés, vous cherchez à développer votre initiative, nous vous conseillons un bilan de santé de votre initiative Par ailleurs, certains groupes et réseaux, ont créé une page ressources pour les initiatives qui démarrent. Pour les transitionneurs franciliens, nous avons mis en place une communauté de soutien: des rencontres régulières, dont des coformations (annoncées dans l'agenda) une liste de discussion un espace de partage des groupes projets Si cela vous intéresse d'en faire partie, contactez nous :) Pour les anglophones Le site de notre réseau international Transition Network est riche ! Bonne route !

Pourquoi l’économie de partage peut être encore plus vicieuse que sa copine capitaliste Atlantico : Couchsurfing, crowdfunding, coworking, etc. L'économie de partage a été fondée sur des valeurs d'entraide et de solidarité. Néanmoins, à l'instar de Airbnb, aujourd'hui de plus en plus de grands groupes ont trouvé le moyen de monétiser ces services. L'économie de partage est-elle en train d'introduire la notion d'échanges marchands dans tous les domaines de la vie, là où avant il n'était question que de solidarité ? Avec l'économie de partage tout devient-il marchandise ? Arthur de Grave : En réalité, les dimensions marchande et non-marchande ont toujours cohabité au sein de l’économie du partage ! Les valeurs de solidarité et d’entraide ne me semblent pas absolument centrales : on parle bien d’économie, de pratiques et de modes de consommation, de financement et de production. Il est vrai que le terme de “partage” peut prêter à confusion : car que partage-t-on ? Que les services de l’économie collaborative chamboulent les positions existantes, oui, c’est indéniable.

Related: