background preloader

Qu'est-ce qu'un ransomware ? Se protéger des ransomwares

Analyse heuristique | Anti-relais | Botnet / Zombie | Bounce | Déni de service | DKIM | DMARC | Faux-négatifs | Faux-positifs | Filtres bayésiens | FOVI - Arnaque au président | FQDN | Greylisting | Listes blanches | Listes noires / DNSBL | MTA / MDA | Opt-in | Opt-out | Phishing | Ransomware | Scam / Nigérian419 | SMTP | Spam | SPF | Teergrubing | Test de Turing | Virus / Malware Définition de Ransomware : Un ransomware, ou rançongiciel en français, est un logiciel informatique malveillant, prenant en otage les données. Le ransomware chiffre et bloque les fichiers contenus sur votre ordinateur et demande une rançon en échange d'une clé permettant de les déchiffrer. Apparus dans un premier temps en Russie, les ransomwares se sont répandus dans le monde entier, et principalement aux Etats-Unis, en Australie ou en Allemagne. Testez gratuitement Altospam Exemples : Tous les fichiers de votre ordinateur sont chiffrés rapidement. Related:  RansomwareSecurité informatique

Attention aux faux ransomware / rançongiciel par email - Ne payez pas ! Recrudescence d’emails ransomware depuis plusieurs semaines. Soyez vigilants et apprenez à démêler le vrai du faux. Example de mail ransomware Sujet : Change your password immediately. Comment savoir si c’est un vrai ransomware ? Malheureusement le vrai pirate, vous montrera très rapidement qu’il à pris le contrôle de votre ordinateur ou messagerie en vous envoyant des informations qu’il aura pu récupérer. Son intérêt est que vous payez, donc il dévoilera rapidement son contrôle sur vos données. Le faux lui, va vous « harceler » en vous envoyant de nombreux mails , vous menaçant de dévoiler des informations personnelles à votre carnet d’adresse etc. si vous ne payez pas rapidement, généralement dans un délai de 48h. Le pirate connait un de mes mot passe Cette une technique un peu plus subtile que le pirate utilise. Cette technique est très efficace, car en voyant un mot de passe que vous avez déjà utilisé sur un site vous vous dites que c’est réel et qu’il faut payer. Comment se prémunir ?

Travelex : 2,3 millions de dollars rançon pour relancer les systèmes Le début d’année avait été compliqué pour la société britannique Travelex : le 2 janvier, la société annonçait avoir été victime d’une attaque au ransomware ayant paralysé l’ensemble de ses systèmes. Le 14 janvier, l’entreprise commençait une reprise partielle de ses services. Si le rétablissement a été aussi rapide, c’est que l’entreprise aurait payé la rançon exigée par les attaquants, comme le révèle le Wall Street Journal, qui cite ici « des sources proches du dossier ». Travelex refuse de son coté de commenter une affaire encore en cours d’investigation. Selon le quotidien, la société britannique aurait versé la somme de 2,3 millions de dollars aux attaquants afin d’obtenir les clefs de déchiffrement nécessaire à la récupération des données. Une information confirmée par les journalistes de Bleeping Computer, qui expliquent de leur coté avoir obtenu en janvier confirmation de la part des attaquants qu’une rançon avait bien été versée par les victimes, sans obtenir la somme exacte.

WannaCry : un an plus tard, le ransomware continue de faire des siennes Pour beaucoup, WannaCry est de l’histoire ancienne. Ce ransomware avait fait irruption sur la scène internationale en mai 2017. Il avait recours à une faille 0day au sein de Windows pour se propager, ce qui, en l’absence de patch correctif, en faisait un malware particulièrement destructeur. Mais un chercheur en sécurité (connu sous le nom de MalwareTech) travaillant pour la société Kryptos Logic était parvenu à identifier un mécanisme stoppant la propagation de WannaCry. Le malware était en effet conçu de manière à interroger périodiquement une URL spécifique codée « en dur » dans le code source : en l’absence de réponse de celle-ci, le malware continuait de chiffrer les fichiers des machines infectées. Il faut se méfier du ransomware qui dort Affaire classée ? De nombreux systèmes ne sont pas connectés à Internet, le plus souvent par sécurité, mais cela n’empêche pas une clef USB contenant le fichier de traîner quelque part et de répandre l’infection dans un vase clos.

Fuite de données : 500 000 mots de passe de serveurs, routeurs, etc. | | Sécurité This website use cookies to personalize content, provide custom experiences, target ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners who may combine it with other information that you've provided to them or that they've collected from your use of their services. Below you have the option of selecting which types of cookies you'll allow to store your personal information. Necessary cookies help make a website usable by enabling basic functions like page navigation and access to secure areas of the website. Cookies are small text files that can be used by websites to make a user's experience more efficient. The law states that we can store cookies that contain personal information on your device if they are strictly necessary for the operation of this site. This site uses different types of cookies.

Les fans de PewDiePie continuent à créer des ransomwares Pour une raison peu compréhensible, les fans de PewDiePie semblent penser que la création et la diffusion de ransomwares sont des méthodes appropriées et acceptables pour soutenir leur idole. Au cours des trois derniers mois, les fans de PewDiePie ont publié au moins deux variétés de ransomware sur le thème PewDiePie. À chaque fois, le prétexte est de soutenir PewDiePie dans sa tentative de rester la chaîne YouTube comptant le plus d’abonnés, un titre disputé par la chaîne YouTube indienne T-Series. Alors que ce qu'on appelle "ransomware pour rire" a déjà été vu dans le passé, ces deux variétés de ransomware à thème PewDiePie détruisent les données de l'utilisateur ou chiffrent des fichiers sans laisser la possibilité à l’utilisateur de récupérer les fichiers. Les deux souches de ransomware La première de ces souches a été publiée à la mi-décembre de l'année dernière. Une seconde souche est apparue en janvier et il s’agissait cette fois d’un ransomware entièrement fonctionnel.

Coronavirus : sur les données personnelles des malades et de leurs contacts, la CNIL promet d’être vigilante La présidente de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), Marie-Laure Denis, a été auditionnée par les députés de l’Assemblée nationale, mardi 5 mai, dans le cadre du débat parlementaire lié au projet de loi visant à prolonger jusqu’au 24 juillet l’état d’urgence sanitaire en France, afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19. Lire sur le sujet : Coronavirus : le Sénat adopte une version largement modifiée du texte prolongeant l’état d’urgence sanitaire La présidente de la CNIL était invitée à s’exprimer sur les dispositifs de conservation des données personnelles des Français mentionnés dans ce projet de loi, prévus pour aider à identifier les malades et empêcher qu’ils contaminent d’autres personnes. Ces dispositifs, inscrits dans l’article 6, ont été présentés par le ministre de la santé, Olivier Veran, samedi 2 mai. Deux fichiers, trois niveaux de « tracing » Le ministre de la santé a évoqué dans le détail : Le délai de suppression en question

La France, 4eme pays le plus touché au monde par WannaCry Malwarebytes livre ses statistiques sur le ransomware WannaCry . Un malware qui a pu se propager à une vitesse inédite, vie une faille de Windows. Et les personnels informatiques de (re)découvrir toute la différence existante entre un simple malware et un virus capable de s’autorépliquer sur un parc de machines. Environ 300 000 PC ont été touchés par le phénomène WannaCry. Avec une répartition inégale selon les régions. Avec un peu moins de 20 000 systèmes touchés, la France est le premier pays européen en nombre d’infections et le quatrième au monde. Parmi les organisations touchées, nous trouvons : le service de santé britannique ; le ministère de l’Intérieur russe ; des écoles et universités chinoises ; ou encore Renault en France. En début de semaine, une étude de Kaspersky montrait que Windows 7 et Windows Server 2008 ont été les deux systèmes Microsoft les plus touchés par ce ransomware. Chose logique sachant qu’ils sont très utilisés.

Crise sanitaire et cybersécurité des entreprises L’un des grands «gagnants» de cette crise sera sans aucun doute la digitalisation. Peut-on revenir sur ce bouleversement aussi soudain que salvateur pour les entreprises, ce qui a fonctionné, ce qui pose encore problème? Benoît Wtterwulghe: Nous assistons en effet à un changement de paradigme qui s’est opéré de façon contrainte, même si beaucoup de sociétés allaient en ce sens, notamment en ce qui concerne le télétravail et les solutions de partage électroniques. Évidemment aujourd’hui, les mesures de confinement ont forcé beaucoup de sociétés à mettre en place le télétravail qui est devenu «la norme» alors qu’il était l’exception il y a encore quelques semaines. Cela a donné lieu à beaucoup de créativité et d’inventivité, ce qui montre la forte capacité d’adaptation de l’Homme en temps de crise. Le travail à distance forcé, dû à la crise sanitaire, a fait naître beaucoup de créativité mais aussi de nombreux risques de sécurité pour les entreprises. Benoît Wtterwulghe, Associé, BDO

Boeing touché par un ransomware Les attaques par ransomware repartent de plus belles ces derniers jours avec des intrusions chez Boeing, la ville d'Atlanta et l'hôpital de Baltimore. La France est loin d'être épargnée comme le souligne une récente étude Vanson Bourne. Si les ransomwares n’ont jamais vraiment cessé de faire des dégâts dans les entreprises avec des demandes de rançons toujours exorbitantes, ils ont redoublé d’intensité ces derniers temps avec des attaques réussies contre la mairie d’Atlanta la semaine dernière, le service des urgences de la ville de Baltimore hier et la firme Boeing aujourd’hui. La production d’avions semble avoir été impactée sur le site de Seattle de l'industriel. Jakub Kroustek, chercheur en sécurité chez Avast, a indiqué au sujet de Boeing, potentiellement infecté par le virus Wannacry : « Il semble y avoir une impression persistante, au sein des entreprises, que la souche du ransomware WannaCry n’est plus active.

Faille – Teams : un GIF malveillant peut récupérer vos identifiants ! | | Logiciel - OS This website use cookies to personalize content, provide custom experiences, target ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners who may combine it with other information that you've provided to them or that they've collected from your use of their services. Below you have the option of selecting which types of cookies you'll allow to store your personal information. Necessary cookies help make a website usable by enabling basic functions like page navigation and access to secure areas of the website. Cookies are small text files that can be used by websites to make a user's experience more efficient. The law states that we can store cookies that contain personal information on your device if they are strictly necessary for the operation of this site. This site uses different types of cookies.

Related: