background preloader

Richard Stallman's Personal Page

Richard Stallman's Personal Page
This is the personal web site of Richard Stallman. The views expressed here are my personal views, not those of the Free Software Foundation or the GNU Project. The largest part of the site is the political notes, and they are typically updated every day. I'm looking for people to experiment with good ways to attach fruits to a Grav-mass tree. If you can, please send the results to rms at gnu dot org. I'm looking for web site designers who could look at a site and give me a quick rough estimate of what it could cost to make the site work with Javascript disabled.

http://stallman.org/

Related:  Les veilleurs, les vraisA lire plus tard

Pourquoi il faut constitutionnaliser la désobéissance civile La désobéissance civile désigne une action politique illégale et non-violente fondée sur des motifs de conscience et destinée à modifier une loi ou à contester l’ordre juridique dans son ensemble. Elle est aujourd’hui pratiquée par les militants du Réseau éducation sans frontières (RESF) qui n’hésitent pas à risquer jusqu’à cinq ans de prison pour protéger des familles immigrées en situation irrégulière menacées par la politique xénophobe du gouvernement. Elle est aussi employée par les Faucheurs volontaires qui détruisent des parcelles d’essai transgéniques en vue d’alerter leurs concitoyens des dangers de l’agriculture génétiquement modifiée. Opposants à la désobéissance civile et garants de l’ordre établi ne manquent pas de pointer le danger inhérent au fait de laisser à chacun le droit d’apprécier librement la validité d’une loi.

Laura et les hackers: vers le neo-design Étudiante aux Beaux-Arts de Toulouse, Laura a croisé la route du hackerspace le Tetalab. DIY, transdisciplinarité et sens de l'indiscipline, elle s'y sent comme un poisson dans l'eau. Reste à poursuivre ce chemin dans la vie professionnelle. « Va donc au Tetalab et regarde si ça te plait. » En 2010, Nathalie Bruyère, professeur aux beaux-arts de Toulouse, suggère à son élève Laura d’aller faire un tour au tout récent hackerspace. Pour l’étudiante, ce sera une révélation, la confortant dans sa voie. Car Laura et les hackers, c’est une vieille histoire d’amour qui a commencé inconsciemment :

Comment obtenir 125 000 clients en 4 ans Attention, ça va décoller : Super croissance ! 1. Vous voulez que votre nouveau produit/ service cartonne ! 2. Vous ne pouvez pas vous payer des campagnes de pub ! Voici comment axer vos efforts pour faire décoller vos ventes, comme les startups les plus « hot » du moment. La révolution Twitter et Facebook n'aura pas lieu Le journaliste pose la question de l’engagement et du militantisme impulsés via ces nouveaux moyens de communication. Il part pour son analyse d’une comparaison avec les mouvements non-violents, notamment celui initié par quatre étudiants de Greensboro le 1er février 1960. Cet évènement « est devenu une guerre pour les droits civiques et mobilisa tout le Sud du pays pour le reste de la décennie et ce sans e-mail, sans sms, Facebook ou Twitter ».

"Une contre-histoire de l'Internet" sur Arte, le docu qui réhabilite enfin les hackers Capture d'écran "Une contre-histoire" de l'Internet (source : Arte.tv) Ce sont les hackers qui ont créé et qui construisent chaque jour Internet. Un hacker, ce n'est pas un ado boutonneux avec des pixels à la place du cerveau comme on en voit sur TF1, voire dans l'inconscient collectif, mais un curieux de technologie. C'est quelqu'un qui aime chercher pour comprendre comment elle fonctionne, afin de rester maître de cette technologie plutôt que d'être contrôlé par elle.

Affaire Swift : de la domination à l’hégémonie 1Les dernières péripéties autour de la signature d'un accord de transfert des données financières des citoyens de l'Union européenne vers les USA, d'abord le rejet du texte, puis son acceptation par le Parlement européen, nous rappellent le rôle central joué par les matières pénales dans la formation de la souveraineté des États nationaux, mais aussi de l'Union européenne et de la structure politique impériale dans laquelle cette dernière s'insère. L'intervention du Parlement de l'Union nous confirme qu'il s'agit bien de la question de l’hégémonie et non de la simple domination des Etats-Unis sur les populations de l'ancien continent. 2Le processus d'acceptation des exigences américaines par les institutions européennes traduit fidèlement une différence entre les deux partenaires, en ce qui concerne les modalités d'insertion de l'UE dans l'empire américain. Les Européens veulent envoyer eux-mêmes les informations exigées par les autorités américaines.

Le scandale des sites gouvernementaux qui se négligent Vous m’avez, moi comme d’autres, souvent entendu pester sur le stupide délit de négligence caractérisée et l’obligation légale faite à l’internaute de sécuriser une belle abstraction légale : « la connexion Internet». Comme sur Internet plus qu’ailleurs, niveau sécurité, les conseilleurs sont rarement les payeurs, nous avons décidé, avec Paul Da Silva et Paul Rascagneres (RootBSD), d’aller jeter un oeil sur le pas de la porte des conseilleurs… comme on s’en doutait : c’est moche. Nous pourrions vous dire que nous avons été surpris… mais soyons sérieux, nous ne l’avons pas été le moins du monde. Dans le titre, comme vous le constatez, j’emploie le terme un peu fort de scandale. Je vous dois une explication là dessus.

Ne confondez plus communautaire et social Souvenez-vous de l’époque où Facebook et MySpace n’existaient pas encore, nous ne parlions pas de médias sociaux mais les communautés étaient déjà au centre de nombreuses attentions (cf. l’introduction en bourse de Multimania ou les premières expérimentations communautaires sur des plateformes marchandes comme Castorama ou Plantes et Jardins). Depuis, le monde (en ligne) a complètement changé et on ne parle plus que de “social” : réseaux sociaux, platefomes sociales, social software… il y a du social à tous les étages. Pourquoi un tel engouement ? Parce que derrière ces outils “sociaux” il y a des utilisateurs (des vrais gens).

Hackers : pourquoi tant de mecs ? Cette année, les hackers célèbreront les 10 ans de la mort de leur Sainte Patronne : Jude Milhon, décédée en juillet 2003 d’un cancer. Une sacrée nénette qui dès les années 70 voyait dans les ordinateurs un outil d’empowerment et non de mort, clamait que “les filles ont besoin de modem”, vantait “la joie du sexe hacker” et inventa le mot-valise cypherpunk, un mix entre cyberpunk et cypher, chiffrer en anglais. Un caractère bien musqué donc et aussi un oiseau rare : le milieu hacker, ces bidouilleurs créatifs, reste désespérément mâle, pour ne pas dire machiste. En 2011, un chercheur et hacker suédois avait réalisé une petite étude empirique sur le milieu.

Dieudonné - Paris - Personnage public Il y a quatre mois, j’étais un « brave type ». Je dépensais mon temps entre un projet personnel et l’information des médias officiels (France culture pour la radio et C dans l’air pour l’unique émission de télévision à laquelle je prêtais attention.) Je me figurais (naïvement) que le combat politique gauche/droite était le combat réel entre « plus de justice sociale » et « plus d’individualisme ». Ou, le combat du « progressisme-laïque » avec les pauvres-lucides alliés aux riches généreux contre le « conservatisme-religieux-réactionnaire » avec des pauvres-idiots/xénophobes/religieux alliés aux riches cupides/xénophobes/religieux… Bref, le théâtre politico-médiatique offert en pâture à la populace. Croire à ce théâtre, c’est ipso facto se retrouver proche du centre et, comme je suis généreux, j’étais politiquement de centre gauche. En décembre 2013, l’affaire Dieudonné éclata après la quenelle d’Anelka.

Richard Stallman : "Les Anonymous ne doivent pas dévoiler de données personnelles" On ne présente plus Richard Stallman. Ce programmeur né à Manhattan en 1953 qui a appris le français au début des années 1980 alors qu'il effectuait un stage au Centre mondial de l'informatique et des ressources humaines à Paris (initié par Jean-Jacques Servan-Schreiber et dirigé par Nicholas Negroponte) est connu pour ses positions en faveur du logiciel libre. Le créateur de la Free Software Foundation, qui a travaillé à la division dédiée à la recherche sur l'intelligence artificielle du MIT, a notamment popularisé le concept de "copyleft".

Qui a peur de l'entrée des r?seaux sociaux en classe? Les ?l?ves ! ? Ma onzi?me ann?e De quoi avons nous peur dans la pratique des réseaux sociaux en classe? Suite à la table ronde à laquelle j’ai participé pour le café pédagogique [ ] à #Educatice, j’ai été interviewée par France inter à ce sujet . Dans ce reportage, ont été aussi interrogés des lycéens sur le même thème : leurs avis sur la question sont unanimes : il ne faut pas faire rentrer les réseaux sociaux à l’école.

Related: