background preloader

Richard Stallman's Personal Page

Richard Stallman's Personal Page
Related:  Les veilleurs, les vraisA lire plus tard

Richard Stallman Richard Matthew Stallman (born March 16, 1953), often known by his initials, rms,[1] is a software freedom activist and computer programmer. He campaigns for software to be distributed in a manner such that its users receive the freedoms to use, study, distribute and modify that software. Software that ensures these freedoms (on receipt) is termed free software. He is best known for launching the GNU Project, founding the Free Software Foundation, developing the GNU Compiler Collection and GNU Emacs, and writing the GNU General Public License. Stallman launched the GNU Project in September 1983 to create a Unix-like computer operating system composed entirely of free software.[2] With this, he also launched the free software movement. In 1989 he co-founded the League for Programming Freedom. As of 2012[update], he has received fourteen honorary doctorates and professorships (see Honors and awards). Early years[edit] New York City[edit] MIT[edit] Events leading to GNU[edit] GNU project[edit]

Barnaby Jack Jack was renowned among industry experts for his influence in the medical and financial security fields.[4] In 2012 his testimony led the United States Food And Drug Administration to change regulations regarding wireless medical devices.[4] At the time of his death, Jack was the Director of Embedded Device Security at IOActive, a computer security firm with headquarters in Seattle and London.[5] [6] "Jackpotting" ATMs[edit] Insulin pumps[edit] At the McAfee FOCUS 11 conference in October 2011 in Las Vegas, while working for McAfee Security, Jack first demonstrated the wireless hacking of insulin pumps, one worn by a diabetic friend and another of the same model on a bench set up for demonstration. At the RSA Security Conference in San Francisco in February 2012, using a transparent mannequin he demonstrated that he could wirelessly hack the insulin pump from a distance of up to 90 metres using the high-gain antenna.[10] Pacemakers[edit] Heart implants[edit] Death[edit] References[edit]

Pourquoi il faut constitutionnaliser la désobéissance civile La désobéissance civile désigne une action politique illégale et non-violente fondée sur des motifs de conscience et destinée à modifier une loi ou à contester l’ordre juridique dans son ensemble. Elle est aujourd’hui pratiquée par les militants du Réseau éducation sans frontières (RESF) qui n’hésitent pas à risquer jusqu’à cinq ans de prison pour protéger des familles immigrées en situation irrégulière menacées par la politique xénophobe du gouvernement. Elle est aussi employée par les Faucheurs volontaires qui détruisent des parcelles d’essai transgéniques en vue d’alerter leurs concitoyens des dangers de l’agriculture génétiquement modifiée. Opposants à la désobéissance civile et garants de l’ordre établi ne manquent pas de pointer le danger inhérent au fait de laisser à chacun le droit d’apprécier librement la validité d’une loi. Pourtant, trois éléments au moins nous informent que cette rhétorique conservatrice ne résiste pas à la critique. Le courage, vertu cardinale

gNewSense Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. gNewSense est une distribution du système d’exploitation GNU/Linux exclusivement constituée de logiciels libres. Le projet est soutenu par la Free Software Foundation depuis son lancement en 2006[2]. Historique[modifier | modifier le code] gNewSense était basée sur Ubuntu, depuis son lancement en 2006 par deux développeurs irlandais, Brian Brazil et Paul O’Malley[3], puis sur Debian depuis août 2013[4]. Origine[modifier | modifier le code] Brian Brazil et Paul O’Malley se sont retirés du projet en 2009, après trois années de développement et l’amorce réussie du projet communautaire[9]. Évolution[modifier | modifier le code] Le projet évolue en août 2013 en se basant non plus sur Ubuntu, mais sur Debian, et adopte à cette occasion un nouveau logo[4]. Logiciels libres[modifier | modifier le code] Versions[modifier | modifier le code] gNewSense 3.0 Voir aussi[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : Logiciel libre Site officiel ;

GNU Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. GNU est un système d'exploitation libre lancé en 1983 par Richard Stallman, puis maintenu par le projet GNU. Son nom est un acronyme récursif qui signifie en anglais « GNU’s Not UNIX » (littéralement, « GNU n’est pas UNIX »). Le système GNU permet l’utilisation de tous les logiciels libres, pas seulement ceux réalisés dans le cadre du projet GNU. Historique[modifier | modifier le code] Le projet GNU initie alors en 1990 le projet de production d'un noyau nommé Hurd. Hurd ne dépassera jamais réellement le stade de curiosité de laboratoire de recherche, en revanche, le travail réalisé a permis de finaliser une variante du système GNU basée sur le noyau Linux[8]. L’esprit hacker et le projet GNU[modifier | modifier le code] Logo GNU. Cette pratique était la règle dans les premiers temps des mainframes, dont les sources étaient fournies sur simple demande et librement modifiables par les clients jusqu’au début des années 1980[10].

Linus Torvalds Linus Benedict Torvalds (Swedish: [ˈliːn.ɵs ˈtuːr.valds] ( Biography[edit] Early years[edit] Torvalds was born in Helsinki, Finland. He is the son of journalists Anna and Nils Torvalds,[6] and the grandson of poet Ole Torvalds. Both of his parents were campus radicals at the University of Helsinki in the 1960s. Torvalds attended the University of Helsinki between 1988 and 1996, graduating with a master's degree in computer science from NODES research group.[8] His academic career was interrupted after his first year of study when he joined the Finnish Army, selecting the 11-month officer training program to fulfill the mandatory military service of Finland. His interest in computers began with a Commodore VIC-20.[12] After the VIC-20 he purchased a Sinclair QL, which he modified extensively, especially its operating system. Later years[edit] From 1997 to 1999 he was involved in 86open helping to choose the standard binary format for Linux and Unix. The Linus/Linux connection[edit]

Black Hat Briefings History[edit] The conference[edit] The conference is composed of two major sections, the Black Hat Briefings, and Black Hat Trainings. Training is offered by various computer security vendors, in effort to keep the conference vendor-neutral. The Briefings are composed of tracks, covering various topics including reverse engineering, identity and privacy, and hacking. Conference's topics[edit] July - August 2009 : MCS-ATL vulnerabilities // attack against MD2 - Breaking SSL ... validation certificate ... [9] July - August 2010 : Cloudcracker ... such as (wpacracker.com service)[10] July 27 - August 1st 2013 : Android hacking : application and root New Conference goals[edit] There is now more focus on tools that can be used or protected, so a new type of conferences called Black Hat Arsenal Briefings has been added for 2013.[11] Antics and disclosures[edit] Black Hat is known for the antics of its hacker contingent, and the disclosures brought in its talks. See also[edit] References[edit]

Comment obtenir 125 000 clients en 4 ans Attention, ça va décoller : Super croissance ! 1. Vous voulez que votre nouveau produit/ service cartonne ! 2. Vous ne pouvez pas vous payer des campagnes de pub ! Voici comment axer vos efforts pour faire décoller vos ventes, comme les startups les plus « hot » du moment. J’ai relu cette idée dans une interview de Seth Godin par Loic Le Meur : À partir d’un certain stade, quand 1 000 personnes sont convaincues de la qualité de votre produit, votre croissance s’accélère sans aucun investissement publicitaire : ce sera désormais votre but. Pourquoi atteindre 1 000 ambassadeurs? À ce rythme vous pouvez atteindre le million d’utilisateurs très rapidement. Et convaincre 5 personnes c’est vraiment facile ! Bref, dans votre plan marketing ou votre business plan, demandez vous seulement : comment vais-je trouver 1 000 clients qui aiment vraiment mon produit ? N’oubliez pas qu’il existe aussi les outils comme les plateformes d’affiliation, ça peut aider pour diffuser vos services.

replicant Richard Stallman Pour les articles homonymes, voir Stallman. Richard Matthew Stallman (né à Manhattan, le ), connu aussi sous les initiales rms (en minuscules[1]), est un programmeur et militant du logiciel libre. Initiateur du mouvement du logiciel libre, il lance, en 1983, le projet GNU et la licence publique générale GNU connue aussi sous l’acronyme GPL. Il a popularisé le terme anglais « copyleft »[2]. Programmeur renommé de la communauté informatique américaine et internationale, il a développé de nombreux logiciels dont les plus connus des développeurs sont l’éditeur de texte GNU Emacs, le compilateur C de GNU (GCC), le débogueur GNU (gdb) mais aussi, en collaboration avec Roland McGrath, le moteur de production GNU Make. Depuis le milieu des années 1990, il consacre la majeure partie de son temps à la promotion des logiciels libres auprès de divers publics un peu partout dans le monde. Biographie[modifier | modifier le code] Richard Matthew Stallman est né à Manhattan le . Richard M.

Larry Wall Larry Wall (/wɔːl/; born September 27, 1954) is a computer programmer and author, most widely known as the creator of the Perl programming language. Education[edit] Wall grew up in south Los Angeles and then Bremerton, Washington, before starting higher education at Seattle Pacific University in 1976, majoring in chemistry and music and later Pre-med with a hiatus of several years working in the university's computing center before being graduated with a self-styled bachelor's degree in Natural and Artificial Languages.[1] While in graduate school at University of California, Berkeley, Wall and his wife were studying linguistics with the intention afterwards of finding an unwritten language, perhaps in Africa, and creating a writing system for it. Accomplishments[edit] Wall is the author of the rn Usenet client and the nearly universally used patch program. Wall continues to oversee further development of Perl and serves as the Benevolent Dictator for Life of the Perl project. Got that?

Affaire Swift : de la domination à l’hégémonie 1Les dernières péripéties autour de la signature d'un accord de transfert des données financières des citoyens de l'Union européenne vers les USA, d'abord le rejet du texte, puis son acceptation par le Parlement européen, nous rappellent le rôle central joué par les matières pénales dans la formation de la souveraineté des États nationaux, mais aussi de l'Union européenne et de la structure politique impériale dans laquelle cette dernière s'insère. L'intervention du Parlement de l'Union nous confirme qu'il s'agit bien de la question de l’hégémonie et non de la simple domination des Etats-Unis sur les populations de l'ancien continent. 2Le processus d'acceptation des exigences américaines par les institutions européennes traduit fidèlement une différence entre les deux partenaires, en ce qui concerne les modalités d'insertion de l'UE dans l'empire américain. Les Européens veulent envoyer eux-mêmes les informations exigées par les autorités américaines. 1 J. 2 Ch. 7 Ibidem. 9 J. 12 V.

Related: