background preloader

La route maritime du Nord, eldorado ou miroir aux alouettes ?

La route maritime du Nord, eldorado ou miroir aux alouettes ?
La diminution de la couverture de glace en Arctique, le premier voyage du brise-glace « Christophe de Margerie » et la nomination de Ségolène Royal comme ambassadrice des pôles relancent le débat autour de l’océan Arctique. Cet océan de 13 millions de km2 est recouvert par une couche de glace dont l’épaisseur et l’étendue varient. Son potentiel minier et le raccourci qu’il offre pour le passage entre les océans Atlantique et Pacifique cristallisent actuellement l’attention. Il y a actuellement trois « routes » reliant ces deux océans : le passage du Nord-Ouest, traversant les îles canadiennes ; la transpolaire, coupant au milieu de l’océan Arctique ; et la route maritime du Nord (RMN, en anglais Northern Sea Route ou NSR) longeant les côtes russes. Cette dernière est souvent présentée comme la voie d’avenir. À juste titre ? Plus qu’une route, la RMN est un espace faisant partie de la Zone économique exclusive de la Russie. Les opportunités de la Route maritime du Nord

http://theconversation.com/la-route-maritime-du-nord-eldorado-ou-miroir-aux-alouettes-82111

Related:  2 - Espaces maritimesMers et Océans : un monde maritimes

Mesurer les Zones Économiques Exclusives Avec 10,2 millions de km², la Zone Économique Exclusive de la France est la deuxième du monde par sa superficie après celle des États-Unis. Derrière ce chiffre se cachent de nombreuses difficultés à mesurer et à comparer ces territoires sans terre, ces étendues d'eau appropriées par des États. Une ZEE est un espace maritime ou océanique situé entre les eaux sous souverainté (majoritairement constituées de la mer territoriale) et la haute mer, sur laquelle un État riverain (parfois plusieurs) dispose de l'exclusivité d'exploitation des ressources. On comprend que leur délimitation soit porteuse d'enjeux géopolitiques entre des États qui convoitent les ressources maritimes, d'autant que celles-ci se raréfient. Quelques décennies après leur création, les zones économiques exclusives sont parfois considérées, peut-être de façon excessive, comme l'un des domaines de la puissance d'un État, pourtant leur mesure ne va pas de soi. 1.

La CMA CGM met à l'eau un nouveau porte-conteneur géant La CMA CGM, entreprise multinationale de transport maritime dont le siège est situé à Marseille, a pris livraison, le 26 janvier 2018, de son plus grand porte-conteneurs, qui est aussi l’un des plus gros navires de commerce du monde, Le CMA CGM Antoine de Saint-Exupéry. Le bateau, long de 400 m et large de 59 m, a une capacité de 20 600 EVP (équivalent vingt pieds). Il détrône le CMA CGM Bougainville, et le surpasse par sa capacité et par ses dimensions. L’entreprise a largement communiqué sur l’événement, insistant sur sa place de troisième transporteur mondial et d’entreprise française : le CMA CGM Antoine de Saint-Exupéry est le plus grand porte-conteneur battant pavillon français.

L’Arctique, vers un dégel des appétits géopolitiques ?  Terminaux méthaniers, nouveaux forages, construction de voies ferrées et de navires brise-glace : ce serait depuis les années 20 la troisième course aux ressources naturelles au Nord du 66ème parallèle. Ces ressources sont principalement des minerais rares et des réserves d’hydrocarbures : pour le seul gaz naturel, l’USGS américain estime que l’Arctique recèle 30 % des réserves mondiales. Cet appétit n’est pas qu’économique : avec la possibilité de l’ouverture prolongée par leur dégel des passages du Nord-Ouest (Canada) et du Nord-Est (Russie), l’Arctique revêt une dimension politique et stratégique plus appuyée : des revendications territoriales perdurent, la Russie plaide toujours pour une extension d’1,2 million de km² de son plateau continental et des eaux associées.

Pékin construit une «grande muraille de sable» en Mer de Chine Les États-Unis s'inquiètent des revendications territoriales de Pékin qui construit dans les eaux contestées de mer de Chine des polders sur des récifs pour former une «grande muraille de sable». De notre correspondant à Pékin La pression monte entre Washington et Pékin à propos des revendications chinoises en mer de Chine méridionale. La semaine passée, Barack Obama a dit redouter que la République populaire n'abuse de «sa taille considérable et de ses muscles» pour les faire valoir. De nouvelles images satellites, publiées ces dernières semaines, montrent l'étendue et la rapide progression des constructions d'îles artificielles sur des récifs situés dans ces eaux troublées par la Chine, accusée d'ériger une «grande muraille de sable». La Chine revendique 90 % de ces eaux potentiellement riches en hydrocarbures et traversées par des voies maritimes de première importance.

Le plus grand conteneur du monde est français La dernière fois qu’un chef d’État a inauguré un bateau commercial, c’était en 1962, pour le France. Un paquebot au funeste destin, mais qui à l'époque de sa mise à l'eau était un fleuron de la construction navale et du luxe à la française. Alors de quoi le Jules Verne est-il le nom ? L'Arctique, carrefour des routes maritimes "pleines d'avenir" - le Temps Igor Godzish, géant russe à la moustache soigneusement entretenue, ne passe pas inaperçu dans les rues de Tromsø. Flanqué de son interprète, le maire d’Arkhangelsk s’est rendu dans cette ville norvégienne, la plus au nord du continent européen, pour écouter les élus, scientifiques et chefs d’entreprise qui se sont réunis toute cette semaine au sein d’un forum intitulé Arctic Frontiers. Contrairement à Tromsø, fief de l’explorateur Roald Amundsen, Arkhangelsk n’a rien d’un lieu de villégiature.

Pékin présente un nouveau navire bâtisseur d’îles artificielles avant la visite de Trump Le nouveau dragueur inquiète les voisins de la Chine, qui a poldérisé depuis 2013 des bancs de sable à la souveraineté contestée en mer de Chine méridionale. Pékin disait en avoir bientôt fini avec la construction d’îles artificielles en mer de Chine méridionale, mais la présentation d’un nouveau navire de drague, le plus grand d’Asie, pourrait laisser ses voisins dubitatifs. Long de 140 mètres, le Tiankun tient son nom d’un poisson géant de la mythologie extrême-orientale, le kun, qui se transforme en un oiseau grandiose. Le bâtiment, dont les essais à l’eau ont débuté vendredi 3 novembre, devrait être mis en service en juin 2018.

Normandie. Un géant des mers dans le port du Havre Réservé aux abonnésouest-france.fr plus Le plus grand porte-conteneurs au monde battant pavillon français, le CMA CGM Antoine de Saint-Exupéry fait escale au Havre, ce jeudi 22 mars. Plus long que quatre terrains de football et plus gros que l’Empire State Building ou la Tour Eiffel ? Le transport maritime et les rivages de la mer - Jean-Marie Miossec Mer invisible, mer nourricière L’événement est passé inaperçu, comme souvent en France lorsqu’il s’agit des « choses de la mer ». Le 4 juin 2013, la compagnie internationale CMA-CGM (troisième opérateur mondial de transport maritime par conteneurs, environ 10 % du marché) inaugurait son porte-conteneurs « Jules Verne », à ce jour le plus grand du monde, et en profitait pour fêter son trente-cinquième anniversaire. François Hollande, en chemin pour l’inauguration de « Marseille, capitale de la culture 2013 », avait même fait une rapide escale pour prononcer un discours (très) rapide et (fort) convenu.

Related: