background preloader

La veille au delà de l’intelligence économique

La veille au delà de l’intelligence économique
En attendant je vous recommande la lecture de ce livre blanc. Voici ma contribution in extenso, elle figure tout à la fin. - Pourquoi veillez vous ? J’ai commencé à veiller comme M. - Vos trucs et astuces ? Commencer par se poser une question : qu’est-ce qui m’intéresse ? Ensuite il faut organiser des tags pour capitaliser les informations repérées, pouvoir y revenir et les transformer en connaissances. - Les pièges à éviter ? Pour moi les principales difficultés de la veille sont de prendre le temps de revenir sur les informations repérées et de ne pas se laisser déborder par les flux ! - Les outils à ne pas rater ? Après pas mal de tâtonnements, je suis arrivé à utiliser très peu d’outils : Google reader pour sa puissance et le fait qu’il permette très facilement de tagguer, et de partager le fruit de sa veille via un fil rss, permettant d’en amplifier la diffusion. Il me semble qu’il y a un critère essentiel pour les outils c’est l’interopérabilité. Related:  articles veilleRéflexion veille

Vous avez dit « Curation » ? Par Frédérique Yvetot « Curation », « curateur », « curationner », « plateforme de curation »... depuis le début de l'année, ces termes sont à la mode. Voyons voir ce qu'est cette chose qui fait le buzz, paraît-il, sur Internet. « La veille est un métier, pas une compétence... » Quelle affirmation de Camille Alloing publiée sur CaddE-Réputation ! On le dit assez souvent, le Web est complexe, sans cesse en mouvement, foisonnant d'informations nouvelles ou actualisées. Sur CaddE-Réputation : La veille est un métier, pas une compétence « Le Curateur est-il un veilleur ? Voici la question que se pose Camille Alloing dans un autre billet paru sur CaddE-Réputation, constatant que « la sélection d'informations sur les réseaux numériques est de moins en moins algorythmique, et de plus en plus humaine ». Sur CaddE-Réputation : Le curateur est-il un veilleur ? Petit bémol... La solution ?

Dis-moi comment tu veilles... La première personne pour laquelle je veille, c’est moi. Du coup, les sites sur lesquels porte ma veille correspondent à mes besoins premiers : le monde des bibliothèques, l’innovation en bibliothèque, la formation et l’apprentissage, etc. Ma veille passe par de nombreux sites et de nombreuses sources. I. 1. Ma source principale est mon agrégateur. Depuis le début de l’année, il s’agit deGoogle Reader après avoir longtemps été fidèle à Bloglines. Mon agrégateur compte actuellement 294 flux, ce qui est évidemment beaucoup trop. Les dossiers restant sont : Il y a aussi un dossier "divers" qui me sert à regrouper tout ce que je ne sais pas où classer et qui finit en vraie poubelle de flux. Évidemment, certaines catégories sont bien plus consultées que d’autres et, d’une manière générale, je concède que je devrais faire plus de désherbage qu'actuellement. Je ne consulte pas forcément tout d'un coup non plus. 2. Deuxième source importante d’information : les réseaux sociaux. En vain. 3. II.

Les enjeux de la veille pour le professeur documentaliste Intervenants: Jean-Louis Durpaire (IGEN et président du jury du CAPES de documentation), Silvère Mercier (bibliothécaire, chargé de médiation numérique à la BPI), Dominique Varlet (documentaliste, chargé d'ingénierie documentaire au CRDP de Paris, formateur Paris 4IUFM/CELSA). L'animation était assurée par Marie-Christine Ferrandon, directrice du CRDP de l'académie de Paris, Tous veilleurs. Silvère Mercier qui mène actuellement une réflexion sur la question de la veille, la replace dans un contexte citoyen plus large que l'Éducation nationale. Tout en notant que les personnes présentes à cette table ronde étaient de fait déjà en situation de veille, Jean-Louis Durpaire a défini la veille comme une posture intellectuelle et personnelle qui consiste à se former et ceci à trois niveaux. Salon de l'é

Veille, renseignement et intelligence économique Comme nous l’avons vu la première étape de l’intelligence économique est la veille que l’on peut définir comme l’acquisition de l'information stratégique pertinente. Ceci se fait selon la méthodologie dite du cycle du renseignement : - Expression du besoin en information - Collecte de l’information - Analyse de l’information collectée - Diffusion de l’information analysée L’information diffusée amène de nouvelles questions et donc l’expression d’un nouveau besoin. Cette méthodologie est utilisée pour tout recueil d’information que ce soit par une cellule d’intelligence économique ou par un service de renseignement étatique. Une fois cette information collectée, il faut l’analyser. Une fois cette information utilisée par le décideur, il émet de nouvelles demandes d’information et le cycle reprend. Par AD

Présentation : la veille numérique | aka Reup Préambule Cette présentation a été donnée en interne à la bibliothèque Sainte-Barbe. Elle s’adressait à un public restreint et connu, parfois débutant mais sensibilisé. La veille, c’est quoi ? « État du corps de l’homme ou de l’animal, dans lequel les sens sont en action. La veille passive On fait tous de la veille sans le savoir. La veille active La veille est une recherche continue d’informations actuelles dans un domaine particulier. L’aspect chronophage et parfois laborieux de l’exercice réside dans le repérage des contenus potentiellement intéressants dans la ressource, puis dans l’analyse de ces derniers – pour vérifier s’ils le sont réellement. À quoi sert la veille ? La veille n’est pas se contenter de feuilleter la presse. Ainsi, dans notre univers professionnel, la veille peut permettre de se tenir au courant des innovations, sur un plan théorique ou sur un plan plus technique, et de profiter des idées et retours d’expérience des confrères. Les contenus numériques Les flux Rss

Veille & Recherche d'info Des premiers annuaires de recherche aux monopoles actuels de quelques moteurs, la conquête du web a connu de nombreuses étapes qui visaient à permettre d'embrasser l'extrême diversité, l'extrême réticularité des contenus disponibles. Du World Wide Web au World Life Web en passant par le Word Live Web. INTERROGATION. En 2003, commençant à travailler avec un collègue sur la notion - aujourd'hui omniprésente - de sérendipité, et nous pointons l'opacité des algorithmes de recherche et le danger qu'elle pose à l'échelle d'une écologie cognitive de l'information et de la connaissance, c'est à dire à l'échelle de notre accès quotidien à l'information : "Quand nous consultons une page de résultat de Google ou de tout autre moteur utilisant un algorithme semblable, nous ne disposons pas simplement du résultat d'un croisement combinatoire binaire entre des pages répondant à la requête et d'autres n'y répondant pas ou moins (matching). AGGLUTINATION. RECOMMANDATION. Search+ your world.

Demain tous veilleur – La veille comme art de vivre du futur Voici un article qui a été publié dans l’excellent ebook : Regards croisés sur la veille (sur le blog du modérateur), qui fait intervenir plein de spécialistes pros du digital (et moi même). Un article prospectif qui m’a donné l’occasion de poser toutes les idées concernant l’évolution de la veille digitale. Vous excuserez la longueur, cet article est fait pour être lu sur papier ou tablette. Touff de la tribu des Görzg grimpa sur une colline. 3 jours que sa tribu et lui n’avaient rien mangé. Tous les matins, les chasseurs partaient explorer la région avec de grands cris mais revenaient bredouilles chaque soir sous les lamentations des femmes et les pleurs des enfants. L’humain possède une curiosité extraordinaire ainsi qu’une faculté d’adaptation formidable. Information = Survie Et cette leçon primordiale a accompagné l’être humain pendant des millénaires. Et puis, la civilisation s’est confrontée à des territoires d’un genre nouveau : les territoires digitaux. Veiller quoi ?

Veille et e-reputation Juste avant les vacances de Noël, j'ai été interviewé par Marion Ripault, ancienne étudiante du DUT infocom de La Roche sur Yon et actuellement en master MICO (métiers de l'information et de la communication organisationnelle) à l'université de Rennes II, qui rédige un dossier de spécialisation consacré à la veille en e-réputation et à ses outils. Le fil rouge de cet entretien téléphonique (enfin avec Skype) était le suivant : "Dans un processus d'intelligence économique, quelle est la pertinence d'une pratique de veille au service de l'e-réputation en organisation ?" Voici, avec son accord, la retranscription effectuée par Marion. Quelle définition donneriez-vous de l’e-réputation ? L’e-réputation c’est l’image qu’une organisation, qu’une entreprise ou qu’un individu va arriver à donner de lui au travers des résultats visibles dans les moteurs de recherche et les réseaux sociaux. Tout le monde est concerné par cette e-réputation ? Qui sont donc les veilleurs d’aujourd’hui ?

Science et curation : nouvelle pratique du Web 2.0 Internet permet de publier et d’échanger chaque jour des milliards de données, auxquelles accèdent plus de 2 milliards de personnes dans le monde. Cette masse d’information rend difficile, lorsque l’on mène une recherche, la différentiation entre le bruit de fond et les informations pertinentes et utiles. De plus, ces recherches sont chronophages et peuvent dépasser largement le temps que nous avons à y consacrer. Aujourd’hui, Google et les moteurs de recherche spécialisés comme Google Scholar reposent sur des algorithmes éprouvés. La curation sur le World Wide Web ©Beboy-Fotolia Web 2.0 : nouvelles pratiques, nouveaux usages Pour répondre à ce besoin, c’est naturellement que des intermédiaires humains encapacités par la vague participative du web 2.0 sont venus affiner le tri de l’information et apporter un angle d’analyse et du contexte. Le mot curation, contrairement à une idée reçue, ne provient pas d’un néologisme issu de l’anglais mais du monde des arts plastiques. ©Zothen-Fotolia

Dossier spécial : "veille" Sommaire : Éditorial Qu'est-ce que la veille ? Mise en place d'un dispositif de veille Mettez un agenda électronique dans votre veille Les lettres d'information et listes de discussion dans un dispositif de veille Les alertes Google dans un dispositif de veille Google Actualités personnalisé au service de la veille Les fils RSS/Atom et la veille Les outils de suivi de site : l'exemple de Wysigot Éditorial Les entreprises françaises ont la fâcheuse réputation de dormir sur des gisements informationnels qu'elles ignorent et de payer pour trouver de l'information qu'elles possèdent en interne. Après avoir planté le décor historique et conceptuel de la veille (Qu'est-ce la veille ?) Avec Les Alertes Google dans un dispositif de veille, nous montrons aussi comment cette fonction peut constituer un des outils efficaces pour s'assurer la surveillance des sujets de veille déjà définis. les-infostratèges - juin 2006

Boite à outils complète pour faire de la veille Une ressource rare et régulièrement mise à jour : la boite à outils du veilleur 2.0 par Olivier Legrand recense plusieurs dizaines d’outils de veille gratuits pour faire de la veille. NetPublic a déjà évoqué cette carte heuristique en format dynamique mais les nombreux ajouts rendaient nécessaire de mettre en avant de nouveau cette ressource utile pour les EPN (espaces publics numériques), entreprises, institutions et associations. Carte heuristique et méthodologique La veille permet d’apprendre, de s’autoformer, de découvrir, de comprendre, d’innover, d’observer et aussi de communiquer (entre autres)! La carte heuristique boite à outils du veilleur 2.0 (sous licence Creative Commons) est composée de 8 branches suivant une méthode d’organisation de veille. Faire de la veille : 8 étapes avec des outils adéquats Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : Pays de la Loire Tags: cartographie, outil en ligne, veille

Related: