background preloader

Les marques de luxe face au défi digital

Related:  Le digital et la joaillerie

Digital Strategy for Luxury Brand by Publicis 2inShareinShare2 Parmi mes lectures du matin, je suis tombé en pleine sérendipité sur un article posant cette question pas si anodine. Les marques de luxe, qui fondent leur relation avec leurs clients sur l’exclusivité et l’élitisme ont-elles besoin de conversations publiques au vu et su de tous ? J’ai trouvé cette question légitime. J’ai donc décidé de vous livrer ici quelques éléments de réflexion et tout simplement de vous poser la question et de vous laisser y répondre dans les commentaires. Revue de Blogs - Do Luxury Brands Need Social Media? - Gucci Group: How luxury brands fast track their way to social media, community and new customers - We’re all a-Twitter in race to bag free Jimmy Choos Présentation A vous de répondre Vous aurez noté que la brillante présentation de Publicis démontre qu’une forte présence en ligne pour les marques de luxe est indispensable. Mais aucun de ces exemples ne fonde une stratégie sur l’utilisation de médias de conversations.

10 concept stores à travers le monde Avec ses pommettes hautes, sa chevelure platine et son regard noisette envoûtant, Suvi Koponen est une beauté scandinave au charme naturel. Reine des podiums et des campagnes depuis 2007, le top finlandais fait son grand retour dans les pages de Vogue Paris pour la série mode Studio Vogue du dernier numéro de février 2015, en kiosque actuellement. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur le top, en un jeu de 30 questions-réponses. Dans le cadre de son programme de soutien à la jeune génération de créateurs lancé en juin 2013, le couturier italien invitera le 28 février prochain la créatrice Vivetta Ponti à défiler dans le célèbre Armani/Teatro.

Interview de Nathalie Lemonnier, internet et marketing du luxe Les interviews de Mercator-Publicitor Accueil Mercator-Publicitor > Interviews d’experts > Les interviews de Mercator-Publicitor > Luxe et internet : distinguez-vous, cliquez ! Luxe et internet : distinguez-vous, cliquez ! Après des débuts hésitants, les Maisons de luxe se sont finalement positionnées sur la toile, pour y tisser leur univers virtuel et resserrer les liens avec une clientèle de plus en plus « cyberphile ». Comment les Maisons de luxe gèrent-elles leur image, leur distribution et leur relation clients à l’ère de la mobilité interactive ? Nathalie Lemonnier, consultante, qui a été tour à tour directeur du marketing client chez Louis Vuitton et directeur de la communication 360°(CRM Internet & Media) chez Christian Dior Parfums, revient pour Mercator sur son expérience du développement d’Internet chez les grandes marques de luxe. Mercator : Comment recréer l’univers du luxe sur Internet ? Nathalie Lemonnier : Notre objectif était de recréer l’expérience vécue en magasin.

Victoria, Hedi et le web, ou comment le luxe investit le digital Tout le monde en parle et les études le prouvent (voir celle publiée en janvier par Digitaluxury.fr) : le principal vecteur d'expérience des marques de luxe reste le brand content, qui associe une logique de communication traditionnelle à une forme narrative proche de celle des médias (reportages, fictions, jeux, etc). A la première visite du site de la maison Saint Laurent, l'internaute perd son latin, pense qu'il se trouve sur une vitrine inactive et sent monter un sentiment de frustration : rien sur l'histoire de la marque, rien sur le créateur historique, rien sur l'univers et les valeurs de cette maison mythique. Et rien sur Hedi Slimane, directeur artistique depuis mars 2012 après avoir passé plus de dix ans à la tête de Dior Homme. Les fans ou les curieux peuvent juste en savoir plus sur les collections, les boutiques et les défilés. Le culte du mystère Digital fermé vs digital ouvert Des internautes VIP du web

Facebook IQ Annoncer ici Les marques de luxe sont de plus en plus présentes sur les réseaux sociaux et tout particulièrement sur Facebook. Toutefois, l’intelligence et l’efficacité de cette présence demeuraient jusqu’à présent difficiles à mesurer. A cet effet, la nouvelle étude L2 Prestige de Scott Galloway propose de calculer l’indice Facebook IQ (le Quotient Intellectuel Facebook) des marques de luxe. Un outil a été ainsi mis en place pour calculer ce Facebook IQ et quantifier l’expertise Facebook des 100 plus importantes maisons de luxe et marques de prestige. Ce Facebook IQ prend en compte de nombreux critères comme le nombres de « Likes », la taux de croissance de la base de fans, la fréquence des publications, la variété des contenus publiés, le nombre de réactions des fans, ou encore l’intégration de Facebook par la marque sur d’autres plateformes. A la lumière de ces critères, le Top 10 des marques de luxe sur Facebook est le suivant: 1.

Le digital est-il devenu le nouveau support de communication des marques de luxe? - Ilaria Badjir 1ELHa Haute Eccile LOLJVi en Hainaut Le digital est-il devenu le nouveau support de communication des marques de luxe ? (c) Chanel Presente par Ilaria Badjir Travail encadre par Madame Stephanie Delbart En vue de l'obtention du grade de Bachelier en Communication 0. 1. 7.1 Analyse de cas, le site web de Louis Vuitton 19 7.2 La tendance des mini-sites temporaires 21 7.2.1 Analyse du mini-site dédié de Lancôme 21 7.3 Les magazines en ligne 22 7.4 L'importance de la vidéo virale 23 7.4.1 Le cas unique de Cartier 25 7.5 Les web-séries 25 7.6 Les tutoriels Make Up 26 7.7 Les vidéos d'animations 26 7.7.1 Un vecteur d'enchantement 27 7.7.2 Quelques exemples récents de storytelling 28 7.8 Quand le luxe revisite la culture « Geek » 29 8. « Le luxe n'est pas un plaisin, mais le plaisin est un luxe » Francis Picabia Quel plaisir fut mon choix de sujet pour ce travail de fin d'études. Le digital, tout d'abord, car il représente à mes yeux une source inépuisable de créativité et d'expérience. Avis important !

Les stratégies digitales du luxe dans la relation client Dans cette second partie consacrée aux stratégies digitales du luxe, nous constatons que l’utilisation du web, notamment des réseaux sociaux, a profondément modifié la relation entre les marques et leurs clients. Les maisons de luxe sont parvenues à maintenir sur la toile un caractère exclusif et à continuer de tisser des liens privilégiés avec les internautes, à qui elles offrent de nouveaux services. 100% des marques de luxe sont inscrites sur au moins un réseau social (source : Digital Luxury Marketing Report 2012). Souvent pour diffuser de l’exclusif et continuer à cultiver l’exceptionnel. Le pionnier en la matière est Burberry qui diffuse en ligne son défilé londonien depuis 2010 et offre à l’internaute non seulement la possibilité de suivre les coulisses depuis les comptes Twitter (1,7 M de followers) et Facebook (15 millions de fans), mais aussi de les commenter. Par ailleurs, la griffe britannique est la première à avoir créer un compte Google+ en 2011. Posté par Laure Kepes

Tribune Xavier TORMES Luxe Au premier regard, tout sépare luxe et internet. Le premier a toujours cultivé l'esprit d'intemporalité, de tradition et de rareté. Le second se nourrit de vitesse, de révolution permanente et de partages gratuits et illimités. Pourtant, l'époque où la question de la pertinence du luxe sur internet était posée paraît aujourd'hui bien lointaine, car les maisons ont vite compris que le digital avait comme elles le goût des expériences immersives, émotionnelles et multi sensorielles ; le goût de l'inédit, de l'innovation, du jamais vu. En une petite dizaine d'années, le luxe a traversé plusieurs révolutions, ce qui n'a pas toujours été facile pour des marques souvent séculaires, habituées à la stabilité et à la pérennité. Ensuite est arrivée la révolution du e-commerce. Les réseaux sociaux ont eux aussi apporté leurs lots d'interrogations. Aujourd'hui, une nouvelle révolution se présente, et le secteur du luxe est plus que jamais concerné. Xavier TORMES

Quand le luxe se frotte aux réseaux sociaux On le sait, les marques se sont très rapidement emparés des réseaux sociaux, conscientes du potentiel marketing de ces supports. Page de fans, opérations ciblées, promotions géolocalisées, tout est bon pour resserrer les liens entre les communautés et les marques. Reste que ces stratégies sont souvent mises en place par des firmes dont les cibles sont de gros utilisateurs de Facebook et autres Twitter. L'horloger suisse de luxe Baume et Mercier a tenté l'aventure. Risques Un concours de vidéos ayant pour thème la perception de la marque a été lancé. Les deux vainqueurs (deux jeunes américains) ont alors été invités à participer au salon international de l'horlogerie en janvier dernier en tant que Web-reporter. "Nous avons observé que cette opération a séduit une majorité de jeunes, fans de la marque, qui n'avaient pas spécialement été identifiés. Côté budget, Details.ch évoque un montant de 80 000 euros. Convaincu, Baume et Mercier pourrait aller plus loin, dans le mobile notamment.

Related: