background preloader

Écosophie

Écosophie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’écosophie est un concept forgé par le philosophe Arne Næss à l'Université d'Oslo en 1960. C'était au début du mouvement de l'écologie dite écologie profonde qui invite à un renversement de la perspective anthropocentriste : « l’homme ne se situe pas au sommet de la hiérarchie du vivant, mais s’inscrit au contraire dans l’écosphère comme une partie qui s’insère dans le tout » — Arne Næss , [1]. C'est autour de ce constat que va se développer l'écosophie comme un courant de pensée du mouvement écologiste depuis les années 1960. Ce courant est proche de celui de l'éthique environnementale qui remet en cause l'homme comme mesure de toute chose, ou comme sommet absolu de l'évolution, s'autorisant à puiser sans limite dans les ressources naturelles. Les trois écologies de Félix Guattari[modifier | modifier le code] — Anne Querrien, « Les Cartographies schizoanalytiques », Les Mardis de Chimères, juin 2008 [lire en ligne][MP3] Autres textes

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cosophie

Related:  Simplexité à terme

L'Econologie Notre conception de l'éconologie L’éconologie est la contraction des mots économie et écologie. Faire de l’éconologie c’est donc essayer de faire coïncider l’économie personnelle et le respect de l’environnement. Doux rêveurs & EnR - Peak Civilization Ou pourquoi nous n'aurons pas, en 2100 (ou 2050), le joli tableau décrit par quelques rêveurs : des majestueuses éoliennes autour de banlieues futuristes recouvertes de panneaux photovoltaïques, des voitures électriques ou à hydrogènes qui foisonnent sur des routes cadriant des prairies verdoyantes dans un monde globalement inchangé. […] J'aimerais donc mettre en lumière un aspect trop souvent ignoré (Outre les conséquences économiques/sociales des pics hydrocarbures) dans les projections de « mixs énergétiques over-greeeeen » sur lesquelles se tripotent une bonne partie des « écolo-bobos ». L’énergie nette La Présentation à laquelle il est fait référence à l'article 653[1], qui promeut l'énergie renouvelable comme alternative majeure aux carburants fossiles et à l'énergie nucléaire échoue à fournir des budgets énergétiques réalistes. Walter Youngquist a déclaré en 1999 : « Cinq litres d'essence contiennent la même énergie qu'une tonne de batteries électriques traditionnelles ».

Éconologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’éconologie ou économie écologique, est le néologisme issu de la contraction des termes écologie et économie et désigne un ensemble d’activités à la fois rentables économiquement et soucieuses de l’environnement. Ce mouvement né à la fin du XXe siècle vise à limiter au maximum la consommation d’énergies non renouvelables tout en excluant la dématérialisation de l’économie. Étymologie[modifier | modifier le code] Éconologie est un mot-valise issu de la juxtaposition du préfixe econo- issu du terme économie et du suffixe -logie issu du terme écologie pour mettre en exergue le fait que le mots écologie et économie ont d'un point de vue étymologique le même sens. Le mot signifiant ainsi que cette nouvelle approche veut réconcilier écologie et économie.

L’ÉCONOMIE POSITIVE : « J’ai des doutes… », par Maurice Lévy, suivi d’une réponse par Paul Jorion L’économie positive : « J’ai des doutes… » par Maurice Lévy. 4 avril 2013 J’avoue mon embarras. Rhizome Rhizome. A la différence de la plupart des systèmes créés par l'homme, Internet n'est pas un système de type arborescent. Internet est un système de type "Rhizome". Dans le cadre d'un système arborescent, les choses sont réparties à partir d'un tronc qui se divisent en branches, puis en feuilles. Il y a un caractère hiérarchique dans l'arbre.

Économie circulaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'économie circulaire est une expression générique désignant un concept économique qui s'inscrit dans le cadre du développement durable et s'inspirant notamment des notions d'économie verte, d’économie de l'usage ou de l'économie de la fonctionnalité, de l'économie de la performance et de l'écologie industrielle (laquelle veut que le déchet d'une industrie soit recyclé en matière première d'une autre industrie ou de la même). Son objectif est de produire des biens et services tout en limitant fortement la consommation et le gaspillage des matières premières, et des sources d'énergies non renouvelables ; Histoire[modifier | modifier le code]

Une émancipation citoyenne Une page de Wikiversité. Travail de recherche : L'émancipation du citoyen Toutes les discussions sur ce sujet doivent avoir lieu sur cette page. Vers une humanité adulte[modifier | modifier le wikicode] L'humanité est en crise et les nations font fassent à une crise de la gouvernance. La littérature tout comme la production audiovisuelle abondent de documents dénonciateurs. » L’économie symbiotique Depuis 40 ans, des acteurs du monde entier ont développé de nouvelles stratégies durables dans tous les secteurs : agriculture, énergie, habitat, gestion des déchets et de l’eau, mobilité, biens d’équipements et de consommation… Bien qu’élaborés dans des contextes très différents et sans concertation, ces modèles économiques présentent une admirable récurrence de fonctionnement et une cohérence globale qui a été peu dégagée à ce jour. Leur émergence parallèle et non concertée montre qu’un vrai nouveau souffle irrigue notre époque et avance de façon autonome et forte, rassemblant de plus en plus d’industriels, de territoires, de citoyens et de consommateurs dans un mouvement qui a dépassé les signaux faibles.

Utopie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’utopie (mot forgé par l'écrivain anglais Thomas More, du grec οὐ-τοπος « en aucun lieu ») est une représentation d'une réalité idéale et sans défaut. C'est un genre d'apologue qui se traduit, dans les écrits, par un régime politique idéal (qui gouvernerait parfaitement les hommes), une société parfaite (sans injustice par exemple, comme la Callipolis de Platon ou la découverte de l'Eldorado dans Candide) ou encore une communauté d'individus vivant heureux et en harmonie (l'abbaye de Thélème dans Gargantua de Rabelais en 1534), souvent écrites pour dénoncer les injustices et dérives de leurs temps.

» Blog Quelle semaine ! En quelques jours, trois annonces majeures se succèdent dans le domaine du développement durable. Le 12 février une tribune de Jacques Attali dans le Monde affirme le « Manifeste pour une économie positive », le lendemain la fondation d’Ellen Mac Arthur annonce le lancement de l’Institut de l’économie circulaire, pendant que le 14 la Commission Européenne annonce le lancement d’un observatoire sur la Bioéconomie. Sous la multiplication des appellations, ces acteurs apportent des réponses spécifiques aux enjeux de la raréfaction des matières premières et de la nécessité d’une économie plus génératrice de progrès social. Mais à l’heure où entreprises comme citoyens constatent massivement dans leur activités les effets du changement climatique accéléré par l’érosion de la biodiversité, où sont les écosystèmes dans tout cela ?

Glossaire - Intelliterwal Avertissement : le présent glossaire est un outil évolutif et amendable, destiné à forger un langage commun de travail. Il peut dès lors être complété de manière permanente, notamment par l'ajout de concepts nouveaux ou par l'amélioration de l'intelligibilité et de la précision des définitions. Lien : Lexique de Jean-Claude LUGAN, Professeur à l'Université des Sciences sociales de Toulouse, Lexique systémique et prospective [pdf], Toulouse, Conseil économique et social régional, Section de prospective, 2006.

Related: