background preloader

Microformat

Microformat
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un microformat (parfois abrégé sous μF ou uF) est une approche de formatage de données dans des pages WEB[1] qui cherche à rationaliser et standardiser le contenu existant, comme les métadonnées, en utilisant des classes[2] et attributs de balises[3] XHTML et HTML. Cette approche est conçue pour permettre à l'information destinée aux utilisateurs finaux, telle que le carnet d'adresses, les coordonnées géographiques, les événements et autres données ayant une structure constante, d'être traitée automatiquement par les logiciels. Même si le contenu des pages web était déjà capable techniquement d'être « traité automatiquement » depuis la conception du web, il existait certaines limites. Les balises traditionnelles de marquage étaient en effet utilisées pour afficher l'information sur le Web et non pas pour décrire ce que voulait dire l'information[4]. Historique[modifier | modifier le code] Aperçu technique[modifier | modifier le code]

Resource Description Framework Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir RDF. En annotant des documents non structurés et en servant d'interface pour des applications et des documents structurés (par exemple bases de données, GED, etc.) RDF permet une certaine interopérabilité entre des applications échangeant de l'information non formalisée et non structurée sur le Web. Principes fondamentaux[modifier | modifier le code] Un document structuré en RDF est un ensemble de triplets. Un triplet RDF est une association : (sujet, prédicat, objet) Le sujet, et l'objet dans le cas où c'est une ressource, peuvent être identifiés par une URI ou être des nœuds anonymes. Les documents RDF peuvent être écrits en différentes syntaxes, y compris en XML. Un document RDF ainsi formé correspond à un multigraphe orienté étiqueté. {sujet, objet, prédicat} ⇔ prédicat(objet, sujet) ce qui est équivalent à : ∃ objet, ∃ sujet tq prédicat(objet, sujet) Vocabulaires RDF[modifier | modifier le code] L'objet est :

RDFa Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. RDFa (pour "Resource Description Framework dans des Attributs") est une recommandation du W3C définissant une syntaxe permettant d'ajouter des données structurées dans une page HTML ou n'importe quel document XML. Ainsi formellement décrites, les données peuvent alors faire l'objet de traitements automatisés complexes, via des outils adaptés. RDFa a atteint le statut de recommandation 1.0 le et 1.1 le . Principe[modifier | modifier le code] RDFa utilise pour partie la syntaxe HTML existante : l'attribut class - permettant de spécifier le type de l'objetl'attribut id - indirectement, servant à définir l'URI d'un objet dans la pageles attributs rel, rev et href - spécifiant une relation avec une autre ressource RDFa ajoute ses propres éléments, les attributs : Comparaison avec les microformats[modifier | modifier le code] RDFa est une technique proche des microformats en ce qu'elle permet d'ajouter de la sémantique au contenu d'une page.

Web sémantique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Logo du W3C pour le Web sémantique Le Web sémantique, ou toile sémantique[1], est un mouvement collaboratif mené par le World Wide Web Consortium (W3C)[2] qui favorise des méthodes communes pour échanger des données. Le Web sémantique vise à aider l'émergence de nouvelles connaissances en s'appuyant sur les connaissances déjà présentes sur Internet. Selon le W3C, « le Web sémantique fournit un Modèle qui permet aux données d'être partagées et réutilisées entre plusieurs applications, entreprises et groupes d'utilisateurs »[3]. L'expression a été inventée par Tim Berners-Lee[4], l'inventeur du World Wide Web et directeur du World Wide Web Consortium (« W3C »), qui supervise le développement des technologies communes du Web sémantique. Alors que ses détracteurs ont mis en doute sa faisabilité, ses promoteurs font valoir que les recherches dans l'industrie, la biologie et les sciences humaines ont déjà prouvé la validité du concept original.

Microformats Le guide ultime des microformats : Références et exemples Si vous n’êtes pas familier du concept POSH (Plain Old Semantic HTML), la première chose à savoir c’est que produire du code sémantique, qui reflète la valeur du contenu textuel (en plus de la mise en forme) est une composante critique du processus de conception web. Alors que le HTML dispose d’une kyrielle d’éléments par lesquels le contenu prend du sens, une foultitude de micro-formats (conventions) ont été créé pour mieux représenter les données qui composent votre page. Les micro-formats, c’est quoi ? Bien qu’ils ne fassent pas parti des spécifications HTML du W3C, ils offrent un assortiment utile de conventions de nommage (en utilisant les attributs class, id, rel et rev) qui identifient les points d’intérêts sur une page. Si les micro-formats ne font pas encore parti du standard W3C, les navigateurs web n’ont pas attendu pour en assurer le support. Les micro-formats valent vraiment le coup d’y porter un intérêt et que vous les implémentiez dans les sites que vous réalisez. Adr Geo hAtom

Notation3 Notation3, or N3 as it is more commonly known, is a shorthand non-XML serialization of Resource Description Framework models, designed with human-readability in mind: N3 is much more compact and readable than XML RDF notation. The format is being developed by Tim Berners-Lee and others from the Semantic Web community. A formalization of the logic underlying N3 was published by Berners-Lee and others in 2008.[1] Examples[edit] This RDF model in standard XML notation <rdf:RDF xmlns:rdf=" xmlns:dc=" rdf:about=" Benn</dc:title><dc:publisher>Wikipedia</dc:publisher></rdf:Description></rdf:RDF> may be written in Notation 3 like this: @PREFIX dc: < External links[edit] References[edit] Jump up ^ Berners-Lee, T.

Microdonnée Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les microdonnées sont une fonctionnalité HTML5 créée afin d'offrir du contenu sémantique dans des documents HTML[1]. Elles peuvent être vues comme une extension de l'idée de microformats qui visent à combler leurs lacunes en évitant la complexité des formats comme RDFa. Support[modifier | modifier le code] Google peut utiliser des micro-données dans ses pages de résultats[2]. Vocabulaires[modifier | modifier le code] Les vocabulaires fournissent la sémantique des éléments utilisés dans les micro-données. Attributs HTML[modifier | modifier le code] itemscope Crée un élément et indique que les descendants de cette balise HTML contiennent des informations à son sujet[1]. itemtype Une URL pointant vers un vocabulaire qui décrit l'élément et ses propriétés. itemid Un identifiant unique pour l'élément. itemprop Indique que la balise contient la valeur de la propriété indiquée. itemref Bibliographie[modifier | modifier le code]

Web des données Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Web des données (Linked Data, en anglais) est une initiative du W3C (Consortium World Wide Web) visant à favoriser la publication de données structurées sur le Web, non pas sous la forme de silos de données isolés les uns des autres, mais en les reliant entre elles pour constituer un réseau global d'informations. Il s'appuie sur les standards du Web, tels que HTTP et URI - mais plutôt qu'utiliser ces standards uniquement pour faciliter la navigation par les êtres humains, le Web des données les étend pour partager l'information également entre machines. Cela permet d'interroger automatiquement les données, quels que soient leurs lieux de stockage, et sans avoir à les dupliquer[1]. Tim Berners-Lee, directeur du W3C, a inventé et défini le terme Linked Data et son synonyme Web of Data au sein d'un ouvrage portant sur l'avenir du Web sémantique[2]. Principes[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

Microformats - Alsacreations Les microformats ont fait leur apparition en 2003 (XFN) sous l'impulsion de personnes publiant des blogrolls (listes de blogs qui ont plu ou ont été jugés pertinents dans un domaine précis) recherchant un moyen de faire connaître la nature des relations qu'ils entretenaient avec les auteurs de ces blogs. Depuis, ils ont pris une ampleur remarquable et de nombreux microformats ont été développés et améliorés pour divers supports : CV, rapports, protocole Atom, annuaires partagés, citations, traces des discussions en ligne, formats de médias… HTML5 les remet au goût du jour et ils restent un moyen simple, efficace et puissant d'apporter à vos pages de la lisibilité tant pour un humain que pour une machine. Définition Les microformats apportent au langage HTML (et par extension XHTML) davantage de sémantique. HTML possède déjà des éléments ayant du sens mais ils ne suffisaient pas à exprimer toutes les subtilités que les microformats proposent. Insertion des µF Resssources Web

Related: