background preloader

Éclairages sur la redocumentarisation

Éclairages sur la redocumentarisation
Je voulais faire un billet sur la rocambolesque et édifiante histoire de l'article de Wikipédia sur l'EPR, mais Olivier m'a devancé et son analyse, en raisonnant sur la redocumentarisation, me paraît très pertinente. Du coup, je me suis dit qu'il serait peut être temps de faire ce billet, toujours remis, pour expliquer la notion. Pour définir la re-documentatisation, il faut commencer par s'entendre sur le terme "documentarisation". Documentariser, c'est ni plus ni moins "traiter un document" comme le font, ou le faisaient, traditionnellement les professionnels de la documentation (bibliothécaires, archivistes, documentalistes) : le cataloguer, l'indexer, le résumer, le découper, éventuellement le renforcer, etc. On préfère "documentariser" à "documenter", qui renvoie plutôt à la création d'un ou de plusieurs documents pour expliquer un objet ou une action, mais dans nombre de cas les deux activités se recoupent. Le numérique est une opportunité formidable de redocumentarisation.

http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/post/2007/05/05/252-eclairages-sur-la-redocumentarisation

Related:  capes docRedocumentarisationdossier provisoire

Filiation : de la documentologie de Paul Otlet à la redocumentarisation de Roger T. Pédauque... Cet article a été publié il y a 5 ans 4 mois 23 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour, ou pas ! Selon ce dossier très complet sur Paul Otlet de Savoir-CDI, la documentologie c’est : la discipline qui étudie les propriétés des documents, leurs flux et les moyens d’en traiter le contenu en vue d’une accessibilité optimale. Elle devient, plus tard, la science de l’information. Belle notion donc ! Eloge de la redocumentarisation Titre alternatif de ce billet : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la redocumentarisation sans jamais avoir osé le demander. PROLOGUE. La redocumentarisation n'est pas un joli mot. Non. La redocumentarisation est l'un des piliers de la théorie du document défendue par le collectif Roger T. Pédauque.

Les utilisations de photographies pour des fins scientifiques : la politique du British Museum La dernière assemblée générale du CFHA, le 19 janvier 2013 comprenait une très utile partie sur l’accès à l’image pour la recherche. Il a permis de confronter la politique du British Museum, expliquée par Tanya Szrajber et celle du Centre des Monuments nationaux, qui a été présentée par Mireille Klein et Laurent Bergeot, dans un débat modéré par Olivier Bonfait. Avec l’accord de Philippe Sénéchal, Président du CFHA, nous reproduisons ici la communication « Les photographies à usage scientifique » de Tanya Szrajber, Chef de documentation au British Museum, car elle nous semble illustrer une politique exemplaire de droit à l’image.

FADBEN Florence ThiaultPRCE en documentation, Université de Rennes 2 Article publié dans le Médiadoc n°4 de Mai 2010 Le document numérique Le document est défini traditionnellement par l’ISO (Organisation Internationale de Normalisation) comme un « ensemble formé par un support et une information, généralement enregistrée de façon permanente, et tel qu’il puisse être lu par l’homme ou la machine ». Les documents numériques posent de nouvelles questions en terme de production de contenu, de forme et de structure, de diffusion et d’économie de l’information, de gestion documentaire (conservation, droit, description et recherche), d’outils et de technologies. La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information 1Les sciences de l’information viennent de passer un cap. Elles s’étaient construites sur un ordre documentaire relativement stable durant le XXe siècle. Même s’il subissait une explosion quantitative, même s’il intégrait de nouveaux supports comme l’audiovisuel, sa structure générale suivait des règles et canaux qui étaient repérés.

Vous avez dit "redocumentarisation" ? J'ai utilisé assez fréquemment le mot "redocumentarisation" sur ce blog et je m'aperçois qu'il n'est pas si facile d'en trouver une bonne définition sur Internet. Le terme, popularisé par le collectif Roger Pédauque, est par exemple absent de Wikipedia. J'emprunte à Jean-Michel Salaün, Directeur de l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information à l'Université de Montréal, la définition suivante: "Pour définir la re-documentatisation, il faut commencer par s'entendre sur le terme «documentarisation». Documentariser, c'est ni plus ni moins traiter un document comme le font, ou le faisaient, traditionnellement les professionnels de la documentation (bibliothécaires, archivistes, documentalistes) : le cataloguer, l'indexer, le résumer, le découper, éventuellement le renforcer, etc. Salaün, Jean-Michel, 2007, La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information, Études de communication, n° 30

Sites ressources Détails Détails Catégorie : Non catégorisé Publié le dimanche 9 juin 2013 14:14 École de Palo Alto Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'école de Palo Alto est un courant de pensée et de recherche ayant pris le nom de la ville de Palo Alto en Californie, à partir du début des années 1950. On le cite en psychologie et psycho-sociologie ainsi qu’en sciences de l'information et de la communication en rapport avec les concepts de la cybernétique. Lexique CAPES documentation Accueil > CAPES doc > Lexique CAPES documentation Ce lexique pour la préparation du CAPES documentation recense près de 350 notions en SID et en sciences de l’éducation. Thématique plus qu’alphabétique, il a l’ambition de donner une vision globale de "notions mères" en y associant du vocabulaire relié sémantiquement et enrichi par une recontextualisation historique. Attention: ce document est un recueil de définitions élaborées par mes soins et/ou puisées dans des lectures personnelles ou des cours.

La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information 1Les sciences de l’information viennent de passer un cap. Elles s’étaient construites sur un ordre documentaire relativement stable durant le XXe siècle. Même s’il subissait une explosion quantitative, même s’il intégrait de nouveaux supports comme l’audiovisuel, sa structure générale suivait des règles et canaux qui étaient repérés. Les sciences de l’information pouvaient alors se construire sur un corpus de documents soumis à des contraintes connues et proposer des méthodes et des outils pour en tirer l’information utile comme le classement, l’indexation, des équations de recherche de plus en plus raffinées, la scientométrie, etc. pour les traditions issues de la bibliothéconomie, et d’autres encore, comme l’évaluation, l’élimination, le calendrier de conservation de son autre racine professionnelle, plus méconnue en France : l’archivistique. 4La proposition sera bâtie en trois temps.

Comment évaluer les notions info-documentaires : une démarche en 7 étapes Guide à l’usage du professeur documentaliste Aujourd’hui, il apparaît de plus en plus nettement que le cœur des apprentissages info-documentaires est conceptuel : il est plus utile, en effet, de connaître et de comprendre les principes essentiels relatifs aux outils, aux processus, aux usages et aux problèmes d’ordre informationnel tels qu’ils irriguent notre « société de l’information » que de courir sans cesse après les éternelles évolutions des outils et les incessantes adaptations procédurales que ceux-ci génèrent. Par ailleurs, et depuis quelques années maintenant, les acteurs de l’éducation, professeurs-documentalistes en première ligne, prennent conscience que les expériences spontanées des élèves ne suffisent pas à les rendre maîtres ni des outils ni des stratégies basiques de la recherche documentaire, sans même parler d’asseoir une culture de l’information ! 1. Les 7 étapes de l’évaluation des concepts info-documentaires 1.1.

Economie du document (Bloc-notes de Jean-Michel Salaün) Le cours ouvert en ligne sur l'économie du document s'est achevé fin avril. Le cours n'en est pas à sa première version. Il a précédemment été proposé en format ouvert trois fois sur le web depuis 2008.

Related: