background preloader

La solitude du thésard de fond

La solitude du thésard de fond
Comme le coureur de fond, le doctorant doit tenir la distance. Mais à la différence du marathonien, personne n’a tracé pour lui de ligne d’arrivée. Le plus dur dans la thèse, c’est de finir. Au début, tout était rose. Sophie se répétait avec gourmandise : « Je suis en thèse d’anthropologie. » Elle salivait rien qu’en pensant à son sujet de recherche. Étudiante brillante, bénéficiaire d’une bourse de recherche, elle se rêvait en futur Lévi-Strauss. Comme Sophie, 65 000 personnes sont actuellement embarquées dans une thèse de doctorat en France, dont plus de la moitié, 38 000, en lettres, langues, économie, droit et sciences humaines. Un choix de vie Pourquoi s’engage-t-on dans une telle aventure ? Seuls 10 % des doctorants en sciences humaines touchent une allocation de recherche. Des ennemis très prosaïques Démarrer une thèse est souvent exaltant ; la principale difficulté consiste à tenir à la distance. Cette solitude fait partie de l’apprentissage du métier de chercheur. 1. 2. 3. 4. 5.

http://www.scienceshumaines.com/la-solitude-du-thesard-de-fond_fr_27741.html

Related:  Humour doctorat

Les docteurs face au lobby des grands corps ? Qu'est-ce que cela change ? Pourquoi l'article de loi a-t-il failli être amendé ? On en parle avec Evelyne Jardin, qui coanime le blog Doctrix . L'essentiel de l'info : " Les deux amendements gouvernementaux numéros 610 et 620 dont l'objectif était d'atténuer le texte sur la reconnaissance du doctorat ont été rejetés par l'Assemblée. Le petit Nicolas en thèse Avertissement: On nous a souvent demandé ce que nous faisions comme travail de recherche. Malgré tous nos efforts pour rester vagues et un peu compréhensibles, nos parents, nos amis répliquaient invariablement à nos explications: 'oui, oui...' en soupirant plus ou moins, plus intrigués que jamais. Aussi nous sommes nous résignés à raconter aux masses étonnées non pas notre travail, mais ce qu'est la vie du thésard. Il semblerait que nous ayons réussi, à en croire les premières réactions. Le petit Nicolas en thèse Le Directeur de Thèse

Les entreprises ont tort de se méfier des jeunes thésards et des chercheurs - Paroles d’entrepreneurs Stéphane Cassereau, directeur de l'Ecole des Mines de Nantes, estime que les recruteurs ont tort de négliger le vivier des jeunes thésard. Il propose des mesures pour mettre fin à la méfiance des employeurs. C'est encore une exception française et fort regrettable: les docteurs en entreprise sont rares et peu considérés chez nous alors qu'ils sont très recherchés dans les autres pays développés, où ils se voient proposer des carrières attrayantes. les7questions Les 7 questions les plus stupides habituellement posées lors d'une soutenance de thèse La préparation d'une thèse est une épreuve pénible qui comporte de nombreux rites tribaux. Ceux-ci feront probablement l'objet de nombreux travaux chez les sociologues et anthropologues du futur, mais la rédaction de Parenthèse, toujours à la pointe du progrès, a décidé de se pencher ce mois-ci sur un passage particulièrement délicat, à savoir la Soutenance de Thèse, qui n'est pas sans rappeler par sa brutalité la Grande Cérémonie Initiatique des Papous de Nouvelle-Guinée, abondamment décrite par Lévy-Brul dans son oeuvre maîtresse « La Mythologie Primitive ». Nous allons nous intéresser plus particulièrement à la partie la plus cruelle de ce cérémonial, intitulée « Les Questions Du jury » (parfois aussi appelée « La Mise à Mort », bien que ce terme soit inexact, car il arrive souvent que l'impétrant survive plusieurs jours à l'épreuve), (j'en vois déjà qui sont tout verts...). Attitude à avoir :

Les atouts de la formation par la recherche « Quels aspects de votre formation doctorale avez-vous "vendu" en priorité auprès des recruteurs ? », « Occupez-vous un emploi en lien avec votre sujet de thèse ? » et même « Avez-vous masqué votre doctorat ? ». Thésard, une vie de loser Qui a conscience de la façon dont se traduit la paupérisation des jeunes surdiplômés aujourd'hui ? S'il est entendu que se lancer dans une carrière de chercheur n'a jamais été une sinécure, le quotidien de nombreux jeunes chercheurs de nos jours tient du sacerdoce. Car voici la vie d'un jeune chercheur en sciences humaines ou sociales aujourd'hui. Prenons un idéal type : celui d'un jeune provincial tout juste diplômé en DEA. Voulant poursuivre en thèse de doctorat, il postule dans une des universités parisiennes selon le calcul évident qu'une fois docteur, il aura plus de chances d'accéder à un poste au vu du nombre de facultés en place dans la capitale (il sait déjà que les chances sont infimes d'être recruté dans une université où l'on est inconnu).

Faut-il vraiment faire un doctorat ? Les universités produisent de plus en plus de thésards et de “post-doc”, qu’elles utilisent souvent elles-mêmes comme enseignants sous-payés. Un gâchis scientifique et humain. Dans la majorité des pays, il faut avoir un doctorat pour mener une carrière académique. Le doctorat est une introduction au monde de la recherche indépendante, une sorte de chef-d’œuvre intellectuel créé par un apprenti, en étroite collaboration avec un directeur de thèse. Les règles à suivre pour obtenir ce grade varient énormément selon les pays, les universités et même les sujets.

Jacob Barnett, 12 ans, va t-il remettre en question la théorie de la relativité d’Einstein ? photo: iupui.edu Jacob Barnett alias « Jake » est un jeune américain de 12 ans qui fait le buzz actuellement aux Etats-Unis. L’adolescent pourrait tenter de remettre en question la célèbre théorie de la relativité d’Einstein E=mc². Originaire d’Hamilton dans l’état de l’Indiana, Barnett souffre du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme qui dans son cas l’a transformé en génie. Avec un Quotient intellectuel de 170 (plus que celui d’Albert Einstein), il prépare actuellement son doctorat à l’Université de l’Indiana IUPUI (joli coup de pub pour l’établissement universitaire) et devrait commencer à travailler en tant que chercheur prochainement.

Related: