background preloader

Qu'est-ce que l'équation de Kaya ?

Qu'est-ce que l'équation de Kaya ?
L'équation de Kaya dernière version : février 2014 site de l'auteur : www.manicore.com - contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com Emissions de gaz à effet de serre, économie, intensité énergétique, population... Il y aurait un lien entre ces diverses grandeurs, que chacun - physiciens, économistes ou politiques, ingénieurs, démographes - aime à utiliser dans son coin ? Une équation, géniale parce que si simple (et, comme on va le voir, si terrible !) Cette équation part du principe, très simple - et dont des générations de collégiens se souviennent sûrement ! Notre égalité de départ est on ne peut plus évidente. Jusque là, tout le monde devrait suivre ! Quel intérêt ? En effet, la division des émissions par l'énergie (GES/TEP) porte le nom de "contenu en CO2 de l'énergie" : c'est la quantité de CO2 qu'il faut émettre pour disposer d'une quantité d'énergie donnée. Nous pouvons alors répéter l'exercice consistant à multiplier et diviser par le même nombre. Nous avons maintenant écrit :

http://www.manicore.com/documentation/serre/kaya.html

Related:  Production EnergieDéveloppement Durable

Qu'est-ce que l'effet falaise ? Documentation > Tout ce qui est radioactif > Tout ce qui est radioactif > Qu'est-ce que l'effet falaise ? Qu'est-ce que l'effet falaise ? Juin 2012 Intervention d’Yves Cochet, député de Paris, à l’Assemblée nationale, le 14 octobre 2008 M. le président. La parole est à M. Yves Cochet, pour le groupe GDR. M. Équation de Kaya Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'équation de Kaya relie des facteurs du niveau de production par l'Homme de dioxyde de carbone (dans le cadre des interrogations relative à l'effet de serre). Elle indique que le niveau total d'émission peut s'exprimer comme le produit de quatre facteurs : la population, le PIB par habitant, l'intensité énergétique par unité de PIB produite, le contenu CO2 par unité d'énergie consommée.

Andre d'Orlean page personnelle publications Publications [Les textes récents (2006-2011)] [Ouvrages de recherche] [Directions d'ouvrages] Le B.A BA des négaWatt - Constats et enjeux En matière d’énergie, toutes les prévisions restent fondées sur l’hypothèse que la croissance économique des années passées va continuer au cours du 21e siècle. Comme si... Comme si cette croissance pouvait perdurer à jamais dans le cadre limité de notre biosphère. Energie : Le grand bluff du développement durable Sur l'écran de ce cinéma parisien, la voiture file à vive allure dans un paysage désertique. Dans son sillage, de l'herbe pousse miraculeusement sur le bitume, tandis que s'élève la voix off de la navigatrice Ellen MacArthur : " Je rêve qu'un jour l'automobile ne laisse plus de traces sur la planète. " " Imposteur ! " crie soudain un spectateur.

Courbe de Phillips Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La courbe de Phillips aux États-Unis dans les années 1960 Mise en évidence en 1958, la courbe de Phillips est une courbe illustrant une relation empirique négative (relation décroissante) entre le taux de chômage et l'inflation ou taux de croissance des salaires nominaux. Cette relation s'explique par le fait qu'au-delà d'un certain niveau de chômage, les salariés ne sont plus en position de force pour exiger une hausse de salaire ; le partage des gains de productivité s'effectue alors en faveur de l'entreprise. Il y a deux interprétations : Une interprétation keynésienne selon laquelle il y a un très fort lien entre la croissance des salaires nominaux et l'inflation ;

Éco-fiscalité et transport durable : entre prime et taxe ? Grâce aux moyens de transport qui sont à notre disposition qu'il s'agisse de la voiture, du train ou de l'avion et à la disparition des contrôles aux frontières nationales, la mobilité est devenue naturelle pour chacun, nous permettant ainsi de nous déplacer librement, quelle que soit la durée de notre voyage. Mais la mobilité a un prix. D'abord, une demande croissante de transport, laquelle a engendré des problèmes qui constituent précisément une menace pour la mobilité et qui n'est pas compatible avec le principe de durabilité. Ensuite, le coût énergétique et la pollution qui en découlent pèsent sur le développement des infrastructures et des réseaux de transport. Ainsi, pollutions, nuisances et étalement urbains sont des indicateurs de cette nouvelle urbanité qui entretiennent une forte dépendance vis-à-vis de l'automobile.

Énergie : le défi de l’après-pétrole, consommer moins et produire sans polluer - Les inventions qui ont fait avancer le monde et celles qui nous attendent - Histoire éco - Enquêtes La découverte du pétrole, à la fin du XIXe siècle, puis son exploitation ont donné le coup d’envoi d’une nouvelle révolution industrielle. Chauffage, éclairage, automobile, aviation : les progrès technologiques rendus possibles par cette énergie abondante et bon marché ont fait décoller la croissance. Mais, depuis une vingtaine d’années, le prix de l’or noir tend à augmenter, ses réserves diminuent et l’on prend conscience que les gaz à effet de serre dégagés par sa combustion réchauffent le climat et menacent la planète. Le défi énergétique a donc changé. Il s’agit aujourd’hui de nous désintoxiquer.

Rabhi : « C'est la civilisation la plus fragile de l'Histoire » Pierre Rabhi chez lui (Audrey Cerdan/Rue89). Le grand public a un peu entendu parler de lui lors de sa pré-campagne présidentielle de 2002, ou dans le dernier film de Coline Serreau. Chez les écolos convaincus, il est un des penseurs qui comptent le plus. Croissance = Dette = Facture énergétique ? Il a surnommé ça « la tache de Rorschach« . Olivier Rech, ancien responsable du pétrole à l’Agence internationale de l’énergie, est l’un des rares à faire le rapprochement entre croissance, dette et consommation d’hydrocarbures. Un rapprochement que nul n’envisage pour l’heure dans les facultés d’économie ou à Science Po. Dommage. Le lien, tel que l’expose M.

Related: