background preloader

Le cabinet de réflexion ou la caverne alchimique

Le cabinet de réflexion ou la caverne alchimique
Le profane qui demande a être initié aux mystères de la Franc-Maçonnerie peut il imaginer ce qui l’attend et les épreuves que celui-ci devra surmonter afin de recevoir la lumière ? Non, mais son instinct lui laisse entrevoir un « changement », une « transmutation » qui se prépare au plus profond de lui. Le chemin qu’il vient de prendre c’est celui de l’Initiation, du latin Initiare qui veut dire commencer, car c’est bien une quête initiatique que celui-ci vient d’entreprendre. En effet, l’Initiation c’est la purification, purification de l’ « Homme Cosmique » qui après le drame de la Chute édénique, entraînant sa propre destruction, cherche à se régénérer afin de réintégrer le paradis perdu. Le cabinet de réflexion utilise le langage universel de la symbolique, afin de faire vivre au profane sa première épreuve, qui est celle de la terre. Le ternaire alchimique est également présent, car indispensable au processus alchimique de formation de la pierre philosophale. Related:  Alchimie - ArticlesFranc-Maçons - A Classer

Connais toi toi-même (planche écrite pour mon élévation au grade de compagnon en 2004) | Bisogna Morire : le monde tel qu'il est Connais toi toi même (première partie : Antiquité grecque, premier christianisme, philosophies orientales) « Retourne à la source, trouve la sérénité, c’est la voie de la nature » Lao Tseu, Tao Te King. Cette injonction socratique est très célèbre car, selon la légende, elle se trouvait gravée sur l’architrave du temple ionique d’Apollon Pythien à Delphes. Par cette longue description initiale, nous voulons attirer l’attention sur le paradoxe suivant : la célèbre phrase delphique montre une voie sans réellement proposer une quelconque méthode. Socrate, dans l’extrait précédent, se questionne sur la nature de son être, monstrueux ou divin. Même s’il n’est pas affirmé de façon aussi directe, le connais toi toi-même est présent également dans les philosophies bouddhiste et hindouiste. Dans la Bible, hébraïque et chrétienne, le connais toi toi-même est présent et ce dès la Genèse puisque dieu fit l’homme à sa ressemblance (Gen, 1, 26). « Le ciel est durable et la terre dure longtemps.

intro_alchimie [on ne pouvait guère avoir deux personnalités aussi opposées. il n'en est pas moins remarquable d'observer que tous deux se sont passionnés pour l'Art sacré.] Partie II : c'est l'occasion de l'examen de l'un des textes les plus connus du corpus alchimique : la Tourbe, autrement dit l'Assemblée des Philosophes, point de jonction entre l'alchimie grecque et l'alchimie arabe ; mais aussi, passage obligé vers les textes, à peine plus tardifs d'Artephius, tant étudiés par E. Chevreul et Fulcanelli... C'est encore l'occasion de prendre l'avis d'un égyptologue distingué, Gaston Maspero, sur les relations entre Ostanès le Mède et Démocrite d'Abdère. Jacques-Joseph Ebelmen (1814-1852) Est-ce un hasard, si les Mémoires d'Ebelmen ont été réunis dans un ouvrage préfacé par Chevreul ?

The Music of Freemasonry Livre du Maître Etes-vous Maître Franc-Maçon? Je le suis; l'acacia m'est connu. Déjà le Compagnon affirmait avec assurance sa qualité de Maçon; le Maître fait preuve, dans sa réponse, de non moins de confiance en lui-même. Il sait que seuls les Frères du même grade sont qualifiés pour le juger; et comme il a obtenu le grade suprême, la fermeté de sa réponse se trouve justifiée. Mais afin de se distinguer de ses Frères Compagnons et Apprentis, le Maître donne d'emblée une preuve de ses connaissances plus étendues en affirmant que l'acacia lui est connu. A l'origine, ce symbole était étranger à la Franc-Maçonnerie; il est difficile de dire aujourd'hui comment il y fut introduit. Sans doute, celui qui donne correctement cette réponse se fera-t-il reconnaître Maître Franc-Maçon, du moins au point de vue formel; mais cela ne signifie pas que celui qui s'est justifié de la sorte soit effectivement un Maître de l'Art Royal. A quoi reconnaîtrai-je que vous êtes Maître Franc-Maçon? Il se rapporte à l'obligation.

GEMINI & DANIEL COLOGNE L'dée alchimique - suite des articles de Berthelot - [les exposés concernant les métaux sont répartis entre plusieurs endroits du Spceulum. Dans la version initiale en deux parties, ces exposés se trouvent dans le Speculum naturale : au livre V (oeuvre du troisième jour), au livre XXV, consacré à l’alchimie, et probablement dans le livre XXIX où est présentée la philosophie naturelle. Dans la version en quatre parties du Speculum maius, les divers renseignements concernant les métaux sont répartis entre trois des quatre volumes : le Naturale, dans l’hexameron, les présente dans l’oeuvre du troisième jour (livre VII) ; on les trouve aussi dans le Doctrinale, au livre XI, consacré aux arts mécaniques, sous la rubrique « alchimie » ; certaines de leurs applications apparaissent dans les textes consacrés à la médecine (Doctrinale, livres XII -XIV) ; un exposé les concerne dans cette division de philosophie naturelle qu’est la physica (Doctrinale, livre XV) ; et enfin ils apparaissent dans le résumé en tête de l’Historiale.

Propos sur la civilisation - Persée Maurice-A. Arnould duction rapide dans la langue anglaise, qui l'adopta seize ans plus tard 3, sa présence dans un texte en prose de Jean Racine cité (sans référence précise) dans le «Grand Dictionnaire uni¬ versel du XÏXe siècle » de Pierre Larousse 4 et l'existence depuis le XVIe siècle du verbe civiliser montrent que le mot civilisation était reçu dans la conversation au temps de Mirabeau. Celui-ci conçut d'ailleurs un ouvrage destiné à faire pendant à L'Ami des Hommes, et dont il ne subsiste que le brouillon ; il l'intitula L'Ami des Femmes ou Traité de la Civilisation 5. L'un des sens premiers de civiliser était : rendre civil, c'est-à-dire courtois, comme le définit Furetière en son «Dictionnaire universel », lequel donne (ou donnera) les exemples suivants : «Il n'y a rien de plus propre à civiliser et polir un jeune homme que la conversation des dames » ; «La prédication de l'Évangile a civilisé les peuples barbares les plus sauvages » 6. 5 Benveniste, op. cit., p. 49.

Hiram & Salomon Illustration tirée de la collection "L'Homme et son histoire", tome 1 : "Les premières civilisations", Édition du Club France Loisirs, Paris 1997. L'étude de cet épisode de l'histoire antique est possible grâce à deux sources principales : l'Ancien Testament et les ouvrages de l'historien Flavius Josèphe(1) qui vécut en Israël au Ier siècle de notre ère. Au début du X°siècle av.J.C., Hiram succéda à son père Abibaal roi de Tyr. Il travailla au développement et à la prospérité de sa cité en agrandissant les deux ports et en les reliant par un canal qui traversait la ville. Il érigea de nouveaux temples pour Melqart et Astarté. Son activité ne manqua pas d'attirer l'admiration de ses voisins et contemporains les rois d'Israël, David et Salomon, avec qui il entretînt des liens amicaux et commerciaux. Désireux d'offrir un temple pour son Dieu, le roi David contacta Hiram pour les préparatifs. Le pacte entre Hiram et Salomon fut honoré et dura vingt ans. Hiram, le maître Maçon :

Le symbolisme Maçonnique de l'Etoile Flamboyante Puisque pour accéder au grade de Compagnon, le Maçon encore Apprenti doit effecteur cinq voyages, que pour mieux se comprendre et pour mieux appréhender le monde qui l’entoure le Compagnon Franc-Maçon doit voyager et que tout voyage doit commencer au début du chemin, tournons nos yeux vers l’Etoile Flamboyante et suivons la voie qu’elle nous trace sur le chemin de la Connaissance et de la vraie Lumière. L’Etoile Flamboyante, pentagramme à cinq branches, nous rappelle tout d’abord que le grade de Compagnon est intimement lié au nombre cinq et que ce nombre cinq est lui-même intimement lié à l’Etoile. Dès la cérémonie d’augmentation de salaire, le futur Compagnon fait cinq voyages, il est sensibilisé à l’ouverture des cinq sens et prend connaissance des cinq ordres d’architecture. Il est également consacré Compagnon Franc-Maçon par cinq coups de maillet sur l’Epée Flamboyante du Vénérable Maître. Cette Etoile est donc semblable à l’homme. Il est encore dit dans la Bible (Exode 34,29) :

Related: