background preloader

Babylone (royaume)

Babylone (royaume)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. 1894 – 539 av. J. Le royaume de Babylone à la mort de Nabuchodonosor II Le royaume de Babylone s'est épanoui en Mésopotamie du sud du début du IIe millénaire av. À partir du moment où il met la main sur les vieilles cités du sud mésopotamien héritières des civilisations de Sumer et d'Akkad, le royaume de Babylone devient l'héritier de leurs anciennes traditions, et un centre culturel et religieux rayonnant dans tout le Proche-Orient ancien et même le monde antique. Le nom de Babylone est resté bien vivant durant les siècles qui ont suivi sa chute grâce à la trace que la ville et son royaume ont laissé dans plusieurs écrits qui en parlaient, rédigés du temps où ils étaient encore prestigieux. La période du royaume babylonien est documentée par une vaste quantité de sources écrites. Le royaume de Babylone s'est épanoui en Mésopotamie du sud du début du IIe millénaire av. Période paléo-babylonienne (environ de 2004 à 1595 av. (en) Jack M. Related:  Babylone - Cité EtatBabylone

Babylonien (langue) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le babylonien est la dénomination par laquelle on désigne un dialecte de l'akkadien, parlé en Babylonie à partir du début du IIe millénaire av. J.-C., et qui est pendant longtemps la langue littéraire et diplomatique par excellence du Proche-Orient. Le babylonien parmi les langues sémitiques de l'antiquité[Quand ?]. L'histoire de la langue babylonienne est découpée en quatre grandes périodes : paléo-babylonien, parlé dans la première moitié du IIe millénaire av. Le médio-babylonien est la langue écrite dans les textes de la Babylonie kassite (1595-1155), et des dynasties de la fin du IIe millénaire dans le sud mésopotamien. Le néo-babylonien est écrit en Babylonie dans la première moitié du Ier millénaire av. C’est le dernier état de la langue akkadienne attesté, à une époque où cette langue n‘est plus beaucoup parlée, s‘étant faite supplanter par l‘araméen.

Babylone (symbole) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Babylone était une ville antique de Mésopotamie (actuel Irak). Une forte valeur symbolique a été attachée à cette grande capitale au fil des temps. La Bible, qui en fait le symbole de la corruption et de la décadence, en transmet le souvenir et le prestige qui survécurent à sa chute. Caractérisée par l'orgueil dans l'ancienne alliance, l'Apocalypse en fait la représentation de la fausse religion alliée au pouvoir temporel. Dans la Bible, la première Babylone, capitale de l'empire, montre la puissance du monde sur les hommes. Plus tard, le Livre d'Isaie décrit la chute d'un roi de Babylone, dont la tradition chrétienne fera Lucifer, stigmatisé lui aussi pour son orgueil : « Et au jour où Yahweh te fera reposer de ton labeur, de tes anxiétés, et de la dure servitude qu’on t’avait imposée, tu entonneras cette satire : contre le roi de Babylone, et tu diras : Comment a fini le tyran, a cessé l’oppression ?

Souverains de Babylone Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Ceci est la liste des souverains de Babylone. Première dynastie de Babylone : la dynastie amorrite[modifier | modifier le code] 1894-1881 : Sumu-abum1881-1845 : Sumu-la-El1845-1831 : Sabium1831-1813 : Apil-Sîn1813-1793 : Sîn-Muballit1793-1750 : Hammurabi1750-1712 : Samsu-iluna1712-1684 : Abi-eshuh1684-1647 : Ammi-ditana1647-1626 : Ammi-saduqa1626-1595 : Samsu-ditana Troisième dynastie de Babylone : la dynastie kassite[modifier | modifier le code] IVe dynastie : Seconde dynastie d'Isin (1157/1025 av. Ve dynastie : Seconde dynastie du Pays de la Mer (1025-1006 av. 1025-1009 : Simbar-Shipak1009 : Ea-mukin-zeri1009-1006 : Kashshu-nadin-ahi VIe dynastie : dynastie de Bazi (1004-984 av. 1005-989 : Eulmash-shakin-shumi988-986 : Ninurta-kudurri-usur Ier986 : Shirikti-Shuqamuna VIIe dynastie : dynastie « élamite » (984-943 av. 985-980 : Mar-biti-apla-usur

Les Babyloniens Les Babyloniens Le peuple Babylonien, à proprement parler, n'existe pour ainsi dire pas : il est le resultat des divers mélanges de populations : Akkadiens, Sumériens, Kassites, Amorrites... L'Empire Babylonien, lui , sera un élément politique central dans la mosaïque mésopotamienne, et ce du Xème siècle av. jusqu'au IIème siècle, avec la période dite "néo-babylonienne". Parmi les grands souverains babyloniens, on trouve Hammurabi (-1750) Nabuchodonosor (-605 -562)...

Jardins suspendus de Babylone Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les jardins suspendus de Babylone sont un édifice antique, considéré comme une des sept merveilles du monde antique. Ils apparaissent dans les écrits de plusieurs auteurs grecs et romains antiques (Diodore de Sicile, Strabon, Philon d'Alexandrie, etc.), qui s'inspirent tous de sources plus anciennes disparues, dont le prêtre babylonien Bérose. C'est à ce dernier que l'on doit l'histoire de la construction de ces jardins par Nabuchodonosor II afin de rappeler à son épouse, Amytis de Médie, les montagnes boisées de son pays natal. Lors de la redécouverte et des fouilles de Babylone (dans le sud de l'Irak actuel) au début du XXe siècle, l'emplacement des jardins suspendus a été cherché. Les données des textes antiques[modifier | modifier le code] Les sources écrites[modifier | modifier le code] Les jardins suspendus apparaissent dans les textes d'une poignée d'auteurs grecs et d'un Romain. Diodore de Sicile (Ier siècle av.

Code d'Hammurabi Contexte de rédaction[modifier | modifier le code] Du point de vue de la littérature juridique, le royaume babylonien dispose de structures judiciaires typiques de la tradition mésopotamienne : le roi est le juge suprême, les membres de l'administration (notamment les gouverneurs) ont souvent des attributions judiciaires de même que les autorités locales (conseils d'Anciens et conseils de quartiers des villes), mais il existe également des juges professionnels (dayyānum). Ces autorités rendent souvent justice de façon collégiale, après une procédure d'instruction reposant sur la recherche de preuves, notamment des témoignages et des documents écrits comme des contrats[3],[4]. Sources : la stèle et les copies[modifier | modifier le code] Stèle du Code[modifier | modifier le code] La stèle mesure 2,25 mètres de haut et 55 centimètres de large environ, taillée dans un monolithe de basalte noir extrait dans les montagnes du Zagros ou de Haute Mésopotamie[9]. — Prologue du Code[23]. D.

Les mythiques jardins suspendus de Babylone auraient bien existé... mais ailleurs -- Histoire Secrète L'emplacement de l'une des sept merveilles de l'Antiquité est purement et simplement remis en question par une universitaire britannique, rapporte le Guardian. Les mythiques jardins suspendus supposés dominer Babylone restaient en partie un mystère, puisque les archéologues n'avaient jamais réussi à en trouver la trace, conduisant certains à douter de leur existence même. Après dix-huit années de recherches, Stephanie Dalley, de l'université d'Oxford, pense avoir rassemblé suffisamment de preuves pour conclure que ces fabuleux jardins avaient en fait été construits à Ninive, à presque 500 km au nord de Babylone, au début du VIIe siècle av. J.-C. Un écart de localisation qui redistribue quelque peu les forces en présence, puisque Ninive se situait du côté des Assyriens, dans le nord de la Mésopotamie, et non chez les Babyloniens, plus au sud, leurs ennemis jurés - les deux territoires se trouvant dans l'actuel Irak.

Babylone; Les empires babyloniens L'Ancien empire babylonien Avec l'affaiblissement de la puissance d'Ur (Ur III), vers le milieu du XXe s. av. J.-C, les grandes cités de la Basse-Mésopotamie s'émancipent et retrouvent leurs anciennes rivalités, tandis que Amorrites, venus du Nord-Ouest, s'implantent progressivement dans la région, où ils feront de Babylone leur capitale. La situation de Babylone avec Hammurabi. Hammourabi.Véritable fondateur de l'hégémonie babylonienne, Hammurabi centralise le pouvoir et tente de donner aux peuples soumis à son sceptre une organisation unique au point de vue administratif, judiciaire et religieux. La justice est rendue par des tribunaux ecclésiastiques et par des tribunaux civils. Le Code d'Hammourabi) Le dieu Enki semble bien avoir été pour les très anciens Sumériens le dieu du monde terrestre; depuis le début des temps historiques ce rôle a été dévolu à Enlil, dieu de Nippur. Les successeurs de Hammurabi.Après Hammurabi la situation politique se modifie. Kassites et Assyriens

Related: