background preloader

« Monsanto papers » : la guerre du géant des pesticides contre la science

« Monsanto papers » : la guerre du géant des pesticides contre la science
Pour sauver le glyphosate, la firme américaine a entrepris de nuire par tous les moyens à l’agence des Nations unies contre le cancer. Premier volet de notre enquête. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart et Stéphane Horel « Nous avons déjà été attaqués par le passé, nous avons déjà subi des campagnes de dénigrement, mais nous sommes cette fois la cible d’une campagne orchestrée, d’une ampleur et d’une durée inédites. » Christopher Wild a vite replié sa haute silhouette et son sourire. Les toits de Lyon se déroulent en contrebas de la tour où siège le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), derrière les épaules de son directeur. Christopher Wild a pesé chaque mot avec une gravité à la mesure de la situation. Les hostilités ont été ouvertes à une date bien précise : le 20 mars 2015. C’est aussi le Léviathan de l’industrie agrochimique. Le glyphosate, clef de voûte de Monsanto

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/06/01/monsanto-operation-intoxication_5136915_3244.html

Related:  Pesticides réglementationBayer - MonsantoEconomie

Données sur le glyphosate : les eurodéputés écologistes saisissent la justice européenne Des députés européens écologistes ont saisi la Cour de justice de l'Union européenne pour accéder aux études sur lesquelles l'Efsa a basé son avis pour juger que l'herbicide controversé glyphosate ne présenterait pas de risque cancérogène. Quatre eurodéputés du groupe des Verts/Alliance libre européenne (ALE) ont annoncé, ce 1er juin, avoir saisi la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) pour obliger l'Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) à publier les études sur lesquelles elle s'est fondée pour conclure, en novembre 2015, que le glyphosate "n'était probablement pas cancérigène pour l'Homme". Les avis scientifiques divergent sur le rôle de la substance herbicide glyphosate dans l'apparition de cancers, alors que la Commission européenne a proposé, le 16 mai dernier, de renouveler son autorisation de mise sur le marché pour dix ans. La Convention d'Aarhus en appui Inciter les agences européennes à privilégier la transparence au secret commercial

Monsanto Bayer = fusion de l’Agent Orange et du ZyklonB Monsanto, on connaît. C’est le prototype de la multinationale nuisible. Celle qui a inventé « l’agent orange », un produit tueur dérivé de l’herbicide 2,4,5-T, utilisé massivement par l’aviation étasunienne pour défolier les forêts du Vietnam où évoluaient les Viêt-congs. Résultats encore réels 50 ans après avec des palanquées de cancers et de malformations de naissance, mais aussi – retour du boomerang – des séquelles nombreuses chez beaucoup d’anciens combattants US. Monsanto est depuis des décennies responsable de scandales sanitaires à répétition ayant provoqué la mort de dizaines de milliers de personnes : agent orange mais aussi PCB, dioxine, OGM, aspartame, hormones de croissance, herbicides Lasso et Roundup, etc... Bayer, c’est un géant européen de la chimie.

Les grandes banques françaises derrière le projet d'oléoduc combattu par les Sioux Depuis plusieurs mois, les Sioux de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Sud, s’opposent à un projet d’oléoduc qui menace des sites culturels ancestraux et leurs sources d’eau. Cette infrastructure, qui vise à faciliter l’exploitation du pétrole de schiste de la région, a bénéficié du financement de plusieurs grandes banques internationales, dont BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale et Natixis. Celles-ci se trouvent aujourd’hui ciblées par les militants écologistes. Pertubateurs endocriniens et glyphosate : l'Europe ne parvient pas à prendre position Cinquième loupé pour la Commission européenne. Mardi 30 mai, elle a renoncé à présenter au vote sa définition et ses "critères d’identifications" des perturbateurs endocriniens. Ces produits chimiques capables de modifier le système hormonal sont présents partout : produits d’hygiène, meubles, électronique, alimentation... L’enjeu est pourtant de taille.

Bayer met 59 milliards d’euros sur la table pour acheter Monsanto La transaction est l’une des plus importantes fusions-acquisitions engagées dans le monde depuis le début de l’année. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Denis Cosnard Le chimiste Bayer a annoncé, mercredi 14 septembre, acheter le fabricant controversé de pesticides et semences OGM Monsanto pour 66 milliards de dollars (59 milliards d’euros), dans ce qui constitue l’acquisition la plus chère jamais payée par un groupe allemand. « Bayer et Monsanto ont signé mercredi un accord de fusion ferme », au prix de 128 dollars par action en numéraire, a annoncé Bayer dans un communiqué. Le chimiste a dû relever à plusieurs reprises depuis mai son offre avant d’obtenir l’accord du fabricant américain du pesticide Roundup. Déjà puissant dans les pesticides, plus faible dans les semences, Bayer devient ainsi le numéro un mondial incontesté de ces deux types de produits.

Uber, vers la fin du mythe collaboratif? Coup de grisou dans la Silicon Valley ! Pour la justice californienne, Barbara Ann Berwick, chauffeuse indépendante pour Uber, est une employée comme une autre. La raison : elle prend ses ordres auprès de la plate-forme. Comme à son habitude, la start-up américaine a fait appel de cette décision a priori anodine. Mais si celle-ci était confirmée, tout le modèle économique d’Uber, qui repose sur le paiement à la tâche au détriment de l’activité salariée, pourrait être remis en cause, jusqu’à causer sa disparition sous sa forme actuelle. Glyphosate et cancer : un toxicologue américain relance le débat La Commission européenne a proposé un renouvellement de l'autorisation du glyphosate pour 10 ans, après le feu vert des agences d'expertise européennes. Ces dernières auraient sous-estimé des études démontrant des cas de cancers sur des rongeurs. Dans une lettre adressée le 28 mai au président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le toxicologue américain Christopher Portier dénonce l'évaluation scientifique d'études, menée par l'Agence de sécurité alimentaire européenne (Efsa) et l'Agence européenne des produits chimiques (Echa), qui sous-estimeraient le lien entre plusieurs cas de cancer et la substance herbicide glyphosate. Ces agences d'expertise "ont échoué à identifier tous les cas statistiquement significatifs d'augmentation d'incidence de cancers, dans les études de cancérogénicité chronique menées sur les rongeurs", a indiqué M. Portier dans sa lettre.

Pesticides: Bayer prêt à ouvrir grand son portefeuille pour Monsanto Soixante-deux milliards de dollars, soit environ 55 milliards d'euros. C'est l'énorme prix que Bayer met sur la table. Le succès de cette fusion en ferait la plus grosse acquisition d'un groupe étranger par une entreprise allemande, loin devant celle à quelque 36 milliards de dollars de Chrysler par Daimler à la fin des années 1990. Un géant mondial des pesticides, engrais et semences naîtrait de ce rapprochement entre Bayer, dont les pesticides dits "tueurs d'abeilles" sont décriés par certains, et Monsanto, également fabricant du controversé pesticide Roundup. "Cette transaction représente une énorme opportunité pour les actionnaires de Monsanto", a promis, lors d'une conférence téléphonique, le patron de Bayer, Werner Baumann, qui est aux manettes du chimiste allemand depuis seulement le début du mois.

De l’autoroute publique aux péages privés, par Philippe Descamps « L’usage des autoroutes est en principe gratuit (1). » Enjolivée par cette belle proclamation, la loi de 1955 portant statut des autoroutes a instauré dans les faits la règle du péage. Ce texte restaurait l’un des droits féodaux abolis par la Révolution française, et fondait un système mêlant investissements publics et bénéfices privés. Le recours aux sociétés d’économie mixte concessionnaires d’autoroutes (Semca, dont le capital reste contrôlé majoritairement par l’Etat) financées par le péage n’était dans un premier temps prévu que « dans des cas exceptionnels » ; mais il devint rapidement la norme, au nom du « rattrapage ».

Encadrement des produits phyto : les riverains ne sont toujours pas protégés L'arrêté qui encadre l'utilisation des produits phytopharmaceutiques a été publié au journal officiel. Il reste fidèle au projet de document et conserve les allégements sur les mesures de protection des riverains et des travailleurs. L'arrêté relatif à la mise sur le marché et à l'utilisation des produits phytopharmaceutiques et de leurs adjuvants a été publié au journal officiel du 4 mai. Ce document aboutit après de longues discussions et oppositions. Possibilité d'interdictionL'arrêté introduit une possibilité de restreindre ou interdire par arrêté préfectoral en cas de risque exceptionnel et justifié, l'utilisation des pesticides. Cet arrêté motivé doit préciser les produits, les zones et les périodes concernés ainsi que les restrictions ou interdictions d'utilisation prescrites.

La 4e marche mondiale contre Monsanto fait le plein D'autres marches «citoyennes» contre Monsanto étaient prévues dans une quarantaine de villes de France. A Toulouse entre 200 et 250 personnes ont manifesté. A Bordeaux, ils étaient plus d'un millier à défiler en chantant «Tout le monde déteste Monsanto» ou «Pesticides on n'en veut pas». Quelque 800 personnes ont défilé à Lyon.

Effrayante cette tentative de prise de contrôle sur la science et sur la recherche scientifique ! On se croirait revenu aux temps des procès de l'inquisition ou de celui de Galilée. Sauf que la motivation, au lieu d'être religieuse, est ici de basse économie ! Les gains scandaleux de quelques-uns, aux dépens de la santé du plus grand nombre... by lanava Jun 1

Related: