background preloader

« La surexposition des jeunes enfants aux écrans est un enjeu majeur de santé publique »

« La surexposition des jeunes enfants aux écrans est un enjeu majeur de santé publique »
Dans une tribune au « Monde », des médecins et professionnels alertent sur les graves troubles du comportement et de l’attention qu’ils observent de plus en plus chez les petits. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Collectif TRIBUNE. Nous recevons de très jeunes enfants stimulés principalement par les écrans, qui, à 3 ans, ne nous regardent pas quand on s’adresse à eux, ne communiquent pas, ne parlent pas, ne recherchent pas les autres, sont très agités ou très passifs. Captés ou sans cesse interrompus par les écrans, parents et bébé ne peuvent plus assez se regarder et construire leur relation. Ces deux mécanismes – captation de l’attention involontaire et temps volé aux activités exploratoires – expliquent à eux seuls les retards de langage et de développement, présents chez des enfants en dehors de toute déficience neurologique. Désorganisations du comportement Des troubles relationnels : l’enfant ne sait pas entrer en contact avec les autres. Related:  Plan de rechercheenseignement-et-numerique

Isolement social, troubles de la vue… Quels sont les dangers des écrans sur les enfants Familiers de plus en plus tôt avec les téléphones ou les tablettes numériques, les enfants passent beaucoup de temps devant les écrans. Ces derniers émettent une lumière bleue pouvant avoir un impact sur la vue. Ces petits gadgets numériques semblent inoffensifs mais sont en réalité, assez dangereux. Dans 7 ans, un enfant né en 2015 aura passé 365 jours sans interruption sur un écran. Il est bon de rappeler que Steve Jobs, fondateur d’Apple, interdisait à ses enfants de toucher à l’iPad. , il en va de même chez Evan Williams (fondateur de Twitter), chez qui les enfants privilégient les livres plutôt que les tablettes. Aujourd’hui, la plupart des écrans contiennent des LED, responsables de l’émission de lumière bleue. Cette fameuse lumière bleue peut également dérégler le cycle circadien, plus communément appelé l’horloge biologique. Le temps passé derrière un écran est du temps passé en moins à bouger. Les écrans sont devenus un élément incontournable des foyers.

Le jeu l’Oracle du Net indique comment les algorithmes vous calculent en ligne! Comprendre comment les algorithmes modèlent et influencent nos actions en ligne, c’est aujourd’hui essentiel. Le jeu gratuit l’Oracle du net est un projet interactif, une création inédite, fruit d’une collaboration entre le Laboratoire d’Innovation Numérique de la CNIL (LINC) et la designer Victoria Duchatelle. A l’aide d’un simple navigateur et d’un plug in, l’objectif de l’expérience pour tous en ligne, baptisée l’Oracle du Net est de créer des interactions avec les internautes et de les inviter à s’interroger sur la manière dont les algorithmes les calculent lorsqu’ils surfent sur le Web. Jeu en ligne pédagogique sur les algorithmes et calculs L’Oracle du Net, c’est d’abord un personnage, Hally, qui prend par la main les internautes dans leur navigation sur les réseaux sociaux et moteurs de recherche, afin de révéler le fonctionnement des algorithmes et enjeux qui y sont associés. Les 3 étapes du jeu l’Oracle du Net L’expérience de l’Oracle du Net se déroule en 3 étapes distinctes :

Apprend-on mieux sur un support papier ou sur un écran ? Faut-il privilégier les outils numériques via les TIC (Technologies de l’information et de la communication) ou internet pour apprendre ? Est-ce que le support papier ne serait-il pas dépassé en ce début du XXIème siècle ? L’écran ne serait-il pas l’avenir pour apprendre et mémoriser ? Une étude britannique (Kate Garland, de l’université de Leicester) a démontré que la mémorisation d’une information, qu’elle soit lue sur papier ou sur écran, est quasi identique. Par contre l’avantage certain du numérique et la possibilité de gagner du temps dans la création d’un support et de pouvoir le diffuser, ce que ne permet pas le papier. Enfin internet et les TIC permettent d’avoir accès à un contenu extrêmement riche et varié, ce que ne permettait pas l’époque du tout papier. L’usage du numérique est différent selon les matières car les besoins ne sont pas identiques. 92% des jeunes préfèrent la lecture papier que de lire sur un écrant (Tablette, ordinateur ou smartphone).

Quelle éthique pour le design ? Le designer Gauthier Roussilhe (blog) est parti à la rencontre de 12 designers à travers l’Europe pour parler d’éthique appliquée à leur métier. Il en a ramené un documentaire (également disponible sur Vimeo), qui pose des questions sur le sens du design. A quoi sert le designer ? Comment faire pour qu’il travaille pour le bien de tous ? Quelles vertus doit-il porter, défendre ? Recontraindre le design ? On entend notamment James Auger (@crapfutures), professeur associé au M-ITI à Madère, adepte d’un design critique, qui utilise les objets pour interroger notre rapport à la technologie (voir notamment la conférence qu’il donna à Lift en 2009). La pile à gravité de James Auger est une parfaite illustration des principes qu’il a publiés récemment (avec Julian Hanna et Enrique Encinas) dans un manifeste pour « recontraindre le design » (.pdf), qui se présente plus comme un anti-manifeste qu’autre chose. Image : les propositions iconoclastes du manifeste pour recontraindre le design.

Écrans : les enfants surexposés enclins aux troubles autistiques Facteur de risque Dès 2013, l’Académie des Sciences avait déjà averti sur le rôle potentiellement néfaste des écrans, en déconseillant en particulier les visionnages passifs, notamment la TV. Ils incitaient aussi les parents à détourner leurs enfants des jeux vidéos avant 6 ans. « Entre 2 et 6 ans, l’enfant joue par lui-même à faire semblant, expliquait alors Olivier Houdé, psychologue du développement et l’un des rédacteurs du rapport de l’Académie. Les retards de développement ne sont pas les seuls risques associés aux tablettes, smartphones et autres écrans chez les enfants. Une étude de l’Inserm inisistait également sur un risque accru d’obésité en fonction de l’exposition aux écrans à l’âge de deux ans. Pour limiter leur impact, la règle des « 3-6-9-12 » est simple à appliquer.

Questions de classe(s) Le lundi 28 et mardi 29 novembre s’est tenue sur le campus d’Orsay une formation syndicale animée par Sud éducation 91 sur les impacts du numériques sur l’éducation et l’enseignement. Les nombreux intervenants, spécialistes en pédopsychiatrie, professeurs "ludistes" en rupture avec les injonctions bureaucratiques sur l’usage du numérique ou pédagogues critiques ont tiré un bilan alarmant de l’usage du numérique sur la santé des enfants et dans l’enseignement. Outre qu’aucune étude sociologique ne confirme les bienfaits de son usage pédagogique dans les apprentissages, que son usage irraisonné, dans et hors de l’école, place les enfants, dès le plus jeune age, plus de 6 heures face à des écrans, son poids bureaucratique pèse de façon de plus en plus contraignante sur le métier des enseignants (Livret de compétence, LSUN etc). Comment agir face à l’invasion numérique dans le champs de l’éducation ?

Cette étude démontre qu’amener son ordinateur à l’école est néfaste pour son éducation Restez curieux. Suivez nous ! Une récente étude montre à quel point l’usage d’un ordinateur pour prendre des notes est inutile. Pire, l’utilisation d’internet nuit gravement à la concentration, et donc aux résultats des étudiants. Des ordinateurs omniprésents En l’espace d’une vingtaine d’années, l’ordinateur portable a envahi nos vies. Une étude de 2014 avait déjà prouvé que la prise de note manuelle était plus efficace pour la mémoire, notamment en raison de la mémoire manuelle plus importante qu’elle permet. Une perte de temps et de concentration considérable Les chercheurs se sont demandés ce que faisaient les étudiants sur leurs ordinateurs pendant les cours. Le panel observé passe donc près de la moitié de son temps à se distraire sur internet plutôt que d’apprendre ! Comment la technologie nous aliène Pourquoi donc les étudiants passent-ils autant de temps sur le net tout en sachant que cela nuit à leur apprentissage? C’est ce que l’on appelle l’économie de l’attention.

Comment rendre les algorithmes responsables ? Les atouts Débat: le numérique à l'école Patricia PichonInspectrice de l’Education nationale, chargée de la mission pour le numérique à la Direction des services départementaux de l’Education nationale du département de la Loire.Après une expérience d’enseignante à l’école primaire de 1980 à 1989, elle devient formatrice jusqu’en 2002. Puis de 2002 à 2009, Inspectrice en charge de deux circonscriptions : Montbrison et Saint-Chamond. Depuis 2008, elle pilote la mission départementale TICE. Depuis septembre 2009, elle est également Inspectrice pour l’école maternelle avec différentes missions académiques. Joëlle ... débat biennale du Design - INTERVENANTS - Suite débat biennale du Design - PLUS D'INFOS - Suite

Prendre ses cours sur ordinateur : avantages et inconvénients Les avantages : une meilleure organisation et une prise de note facilitée Malgré les nombreux débats sur l'ordinateur en cours, il est indéniable que la machine facilite beaucoup la prise de notes pour certains étudiants. L'écriture est plus rapide, il est possible de se corriger en temps réel, de modifier la structure, la police... Autre avantage : pouvoir intégrer des liens directement dans les cours, de façon à pouvoir accéder rapidement aux informations supplémentaires lors de la relecture. De plus, le rangement est plus facile : il suffit de nommer correctement les documents de cours (« chimieorga.doc » par exemple), puis de classer ces différents fichiers dans un dossier, et le tour est joué ! Enfin, quand un professeur donne un exemple comme « le site XXX est un véritable exemple de ce que nous sommes en train de voir », il est toujours intéressant d'aller vérifier l'information dans la minute. ➜ À voir aussi : Prise de notes : comment être efficace ?

Related: