background preloader

La Grande Collecte

La Grande Collecte

http://www.lagrandecollecte.fr/lagrandecollecte/fr

Related:  Première Guerre mondiale et espoirs de paixPremière Guerre MondialeSites Généralistes

Le rugby et la Grande Guerre la Ligue nationale de rugby et la Fédération française de rugby, soutenues par la Mission du centenaire, participent aux commémorations. A l'occasion de la finale du Top 14, l'historien Alexandre Lafon, conseiller de la Mission du centenaire, revient sur l'implication des rugbymen dans la Première Guerre mondiale. Le football-rugby a connu avant 1914 une large diffusion par le biais de clubs locaux en France qui disposait d’une équipe nationale intégrée au tournoi des Cinq Nations dès 1910. Le premier club à être fondé en 1872 à l’initiative de marins anglais est Le Havre Athlétique Club.

Retrouver 14-18 : cent ans de cinéma vus par Laurent Véray Cet entretien constitue la troisième et dernière partie d’un grand entretien avec Laurent Véray, professeur d’études cinématographiques et audiovisuelles à l’université Paris III, portant sur le cinéma «de» et «sur» la Grande Guerre. L’époque de la Grande Guerre a été l’occasion de la mise en place d’un modèle du «film de guerre», d’un dispositif cinématographique pérenne qu’on retrouve jusque dans la production contemporaine. Sur le fond aussi, 14-18 constitue un objet cinématographique récurrent, souvent retravaillé, notamment dans les deux dernières décennies.

Les monuments aux morts Le monument aux morts d’Annot (Alpes-de-Haute-Provence). Photo : Xavier Lambours © La Documentation française. Agrandir l'image C’est juste au sortir du conflit que sont érigés partout en France des monuments aux morts de la Grande Guerre ; dans chaque ville, chaque village, là où ces hommes vivaient et travaillaient. Sur les champs de batailles, là où ils sont tombés, leurs restes reposent dans de grands cimetières et ossuaires. Ces marques de mémoire et de deuil sont analysés par Annette Becker dans "La Grande Guerre, entre mémoire et oubli" (Cahiers français n° 303, juillet-août 2001).

La déshumanisation des soldats Contexte historique Pendant les hostilités de 1914 à 1918, dans tous les pays belligérants, les peintres, comme la grande majorité des artistes et des intellectuels, mobilisés ou non, participent avec sincérité à la culture de guerre en produisant des œuvres plus ou moins patriotiques. Mais compte tenu de l’extrême brutalité du conflit, et surtout de sa durée conduisant à de cruelles désillusions, certains de ces peintres tentent de représenter ce qu’ils perçoivent de la réalité en modifiant leur style pictural. La guerre moderne doit apparaître de manière moderne. Au milieu des années vingt les mouvements de remémoration et de célébration sont au cœur des préoccupations des artistes.

1914 - 2014.... "Vivement la guerre qu'on se tue." Louis-Ferdinand Céline. Sinon, le dernier combattant de La grande guerre est mort en 2008. Elle a englouti près de 500 écrivains parmi le million 300 000 «morts pour la France» recensés par le ministère de la défense. La civilisation s’y est follement égorgée. Lettres de soldats Lettre d’Eugène-Emmanuel Lemercier à sa mère, 22 février 1915 « Tu ne peux savoir, ma mère aimée, ce que l’homme peut faire contre l’homme. Voici cinq jours que mes souliers sont gras de cervelles humaines, que j’écrase des thorax, que je rencontre des entrailles.

De faibles lueurs dans la nuit: le pacifisme durant la Première Guerre Mondiale. À Craonne, le 5 novembre 1998, le premier ministre français Lionel Jospin se prononce officiellement, pour la première fois, en faveur d’une mémoire incluant une part de ceux qu’André Loez a appelé « les refus de guerre »: « Certains de ces soldats, épuisés par des attaques condamnées à l’avance, glissant dans une boue trempée de sang, plongés dans un désespoir sans fond, refusèrent d’être des sacrifiés. Que ces soldats, « fusillés pour l’exemple », au nom d’une discipline dont la rigueur n’avait d’égale que la dureté des combats, réintègrent aujourd’hui, pleinement, notre mémoire collective nationale. » L’avancée est timide, mais la réaction du Président Jacques Chirac ne se fait guère attendre: «Au moment où la nation commémore le sacrifice de plus d’un million de soldats français qui ont donné leur vie entre 1914 et 1918 pour défendre la patrie envahie, l’Elysée trouve inopportune toute déclaration publique pouvant être interprétée comme la réhabilitation de mutins»

Lettres de poilus pacifistes Verdun,Le 18 mars 1916,Ma chérie, Je t'écris pour te dire que je ne reviendrai pas de la guerre. S'il te plaît, ne pleure pas, sois forte. Le dernier assaut m'a coûté mon pied gauche et ma blessure s'est infectée. Les médecins disent qu'il ne me reste que quelques jours à vivre. Quand cette lettre te parviendra, je serai peut-être déjà mort. Première Guerre Mondiale : de Mons à Cambrai, laissez-vous guider par l’ange Parler de guerre, parler de paix : les deux sont intrinsèquement liés. Surtout au Mundaneum puisque son co-fondateur, Henri La Fontaine, reçut le Prix Nobel de la Paix en 1913 à la veille du conflit mondial. Aujourd’hui, le Mundaneum, en collaboration avec le futur Mons Memorial Museum et l’Office du Tourisme de la Ville de Mons, ainsi que ceux de Cambrai et du Caudrésis et Catésis, participe au projet européen inter-régions « La Grande Guerre – Corps, armes et paix ». Désormais, toute commémoration de cette importance se voit augmentée par les technologies numériques. Début août sera donc lancée une application qui proposera aux visteurs 6 parcours multimédia : 3 en Belgique, 3 en France. À Mons, un premier parcours sera consacré aux « Anges de Mons » apparus pour aider les Britanniques, comme le dit la légende.

Related: