background preloader

L'Opéra de Charles Garnier

L'Opéra de Charles Garnier
Contexte historique La construction du nouvel Opéra de Paris Décidée en 1858 pour remédier à la vétusté et à l’incommodité de la salle de la rue Le Pelletier, la construction du nouvel Opéra de Paris fut le cœur d’une magistrale démonstration de l’urbanisme selon le Second Empire. Sous l’égide du baron Haussmann (préfet de la Seine de 1853 à 1870), l’édifice fut construit pour répondre aux luxueux plaisirs réclamés par le Tout-Paris et la cour impériale. En même temps, il devait être l’un des « phares » dont le baron parsema la capitale pour rythmer les nouvelles voies de circulation. Le quartier alentour fut alors totalement remodelé, faisant disparaître plusieurs hôtels particuliers du XVIIIe siècle. Analyse des images Les acteurs d’un chantier luxueuxLa visite de Napoléon III et d’Eugénie sur le chantier témoigne de l’importance qu’avait aux yeux de l’Empereur le nouvel Opéra, qui fut, après le Grand Louvre, le monument majeur de son règne et le plus coûteux. Interprétation

http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=29

Related:  IconoMonuments historiques~La beauté Parisienne~

L'Opéra de Charles Garnier La construction du nouvel Opéra de Paris Décidée en 1858 pour remédier à la vétusté et à l’incommodité de la salle de la rue Le Pelletier, la construction du nouvel Opéra de Paris fut le cœur d’une magistrale démonstration de l’urbanisme selon le Second Empire. Sous l’égide du baron Haussmann (préfet de la Seine de 1853 à 1870), l’édifice fut construit pour répondre aux luxueux plaisirs réclamés par le Tout-Paris et la cour impériale.

Les Halles de Paris à travers l'histoire Contexte historique Origine des halles de Paris Les origines des halles de Paris remontent à 1137, date à laquelle Louis VII décide de créer un marché sur le lieu-dit des Champeaux, situé extra muros, à l’endroit d’anciens marécages. Bientôt intégrées au centre de Paris qui s’étend progressivement au-delà de la ceinture marécageuse, les halles deviennent un grand centre d’échanges prospère. Elles ne cessent alors de s’agrandir et de se transformer au fil des siècles, des halles en bois édifiées par Philippe Auguste en 1183 puis par Louis IX en 1263 à la construction d’une nouvelle halle aux blés en 1769 et à l’aménagement du cimetière des Innocents en marché aux fleurs, fruits et légumes, en passant par la reconstruction sous Henri III de la place principale, le Carreau, que l’on borde de maisons dotées au rez-de-chaussée de galeries, les fameux « piliers » des halles, et l’élargissement des voies attenantes. Analyse des images

Notre-Dame de Paris Siège de l’archevêché, la cathédrale Notre-Dame de Paris fut construite en l’honneur de la Vierge Marie sur l’île de la Cité, le berceau de Paris. Sa construction, qui débute en 1163, s’inscrit dans un grand chantier de réaménagement de la ville. L’île abrite les bâtiments symboles du pouvoir royal (le palais de la Cité dont il ne reste aujourd’hui que la Conciergerie et la Sainte-Chapelle) au nord et du pouvoir religieux (cathédrale Notre-Dame, cloître des chanoines, palais épiscopal, Hôtel-Dieu) au sud. La première d'Hernani. Avant la bataille Contexte historique Après Martignac, plus libéral que Villèle, Charles X charge en août 1829 le prince de Polignac de former un nouveau ministère sans tenir compte de la volonté des Chambres. Les principaux ministres incarnent la fidélité à l’Ancien Régime et sont l’objet d’une réelle impopularité. Soumise à l ’examen de la censure, la pièce de Victor Hugo est cependant autorisée alors que sa précédente création, Marion Delorme, avait été interdite par Charles X pour « atteinte à la majesté royale ». Le 29 septembre 1829, Hugo invite ses amis chez lui pour donner lecture d’Hernani, ou l’Honneur castillan, l'histoire d'amour malheureuse d'un proscrit, Hernani, pour une jeune infante, doña Sol. On s'enthousiasme pour cette pièce qui rompt avec les canons du théâtre classique, notamment avec les trois unités de temps, de lieu et d'action énoncées par Boileau sous le règne de Louis XIV.

Histoire de l'OnP 1661 Louis XIV fonde l’Académie royale de Danse, avec pour mission de former les artistes et de codifier l’art chorégraphique. 1669L'Académie royale de Musique est fondée à l'instigation de Colbert. Sous la tutelle royale, cette institution rassemble une troupe de chanteurs, le premier orchestre professionnel de France et le corps de Ballet de l’Académie royale de Danse. Egalement nommée Académie d’opéra ou Opéra, elle a pour mission de promouvoir l’opéra français à Paris et dans les villes les plus considérables du royaume. L’Académie n’est pas subventionnée : elle vit de ses recettes propres. Ce n’est qu’après la Révolution française que son directeur bénéficiera d’une aide de l’Etat moyennant un cahier des charges.

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIXe siècle Une carrière exceptionnelle À la fin de 1857, quand il commande au peintre Jules Héreau six panneaux muraux retraçant sa vie afin de les placer dans l’hôtel particulier qu’il vient de faire construire rue Pigalle, Eugène Scribe (1791-1861) peut à bon droit s’enorgueillir d’être devenu, en cinquante ans de carrière, l’auteur dramatique français le plus joué et le plus apprécié, dans son pays comme à l’étranger. Son répertoire, riche de 425 pièces, lui a permis d’être élu en 1834 à l’Académie française et de cumuler reconnaissance officielle et faveur du public.

Un passé recréé : Pierrefonds Contexte historique D’une forteresse à une folie architecturale Construit à la fin du XIVe siècle pour Louis de Valois, frère de Charles VI, Pierrefonds subit son premier siège dévastateur au début du XVIIe siècle. Sur ordre de Richelieu, ce repaire de la noblesse hostile à la politique du cardinal fut démantelé. La Tour Eiffel Initialement voulue comme un monument éphémère, la tour Eiffel [ image principale ] a été construite pour l’Exposition universelle organisée à Paris en 1889, sous la IIIe République. Il s’agit d’une commande de l’État qui souhaite commémorer le centenaire de la Révolution française. L’œuvre de Gustave Eiffel témoigne de l’esprit de rivalité qui animait les pays participants lors de ces manifestations internationales, vues comme des vitrines du progrès.

Related: