background preloader

Freinet, Montessori, Steiner : ces écoles qui changent la vie des élèves et des profs - Education

Freinet, Montessori, Steiner : ces écoles qui changent la vie des élèves et des profs - Education
Dans la classe de Nina, enseignante à l’école Steiner de Vern-sur-Seiche [1], au sud de Rennes, il n’y a pas de notes, ni d’évaluation. « Quand on fait une dictée, on la corrige ensemble. Cela m’est égal de leur mettre une note ensuite, explique l’institutrice. Que vont-ils apprendre de plus ? Ils découvrent en corrigeant ce qu’ils peuvent améliorer. Cela leur donne confiance en eux. » Ici, pas de tension ni de compétition liées aux notes. Pas de pression. Classes coopératives La solution ? « Ces écoles ne mettent pas les savoirs savants au-dessus des autres, explique Marie-Laure Viaud, maître de conférence en Sciences de l’éducation et auteure de plusieurs livres sur l’éducation nouvelle. Freinet : favoriser « l’auto-apprentissage » de l’enfant Les techniques pédagogiques de Célestin Freinet, instituteur français du début du 20ème siècle, sont utilisées dans une vingtaine d’écoles publiques en France. L’apprentissage de la confiance en soi est aussi un principe fort de cette pédagogie.

https://www.bastamag.net/Freinet-Montessori-Steiner-ces

Related:  Evaluation - Pour l'abolition de la note scolaire ?*friend xxxx (docs A)pedagogieÉducationPEDAGOGIES ALTERNATIVES

Evaluer sans notes ! dispositifs numériques et utilisation des résultats Dans cette période assez mouvementée autour de l’évaluation, nous nous proposons de faire état d’un dispositif inspiré de recherche faites sur le terrain de l’EPS à propos de l’évaluation des élèves, en termes de progrès et d’apprentissages... Tout commence il y’a quelques années, avec des outils bureautiques classiques et un jeu de dossard constitué de 4 couleurs. Le principe était de permettre aux élèves de se situer dans un contexte d’apprentissage sur la base de 3 items forts dans les objectifs assignés au cycle. Un dispositif que nous étudierons ultérieurement. Mais un dispositif cherchant à identifier les élèves qui avancent vite et ceux qui avaient un peu plus de difficultés.

Chyawanprash, confiture ayurvédique pour régénérer le corps et l’esprit Consommé chaque jour par des millions de personnes en Inde, enfants, adolescents, jeunes et moins jeunes et depuis des milliers d’années, le chawanprash (Chah’-vahn-prash), littéralement Chyavan, en honneur du nom de son inventeur et Prash, nourriture en sanskrit, est un reconstituant et rajeunissant selon le Charaka Samhita, un des principaux ouvrages de référence de l’Ayurvéda. Présent sous la forme d’une marmelade que l’on peut tartiner sur une tranche de pain ou consommer directement à la cuillère, il est tout spécialement indiqué pour apporter vigueur et vitalité au métabolisme et au système immunitaire. Il est un tonique idéal pour la digestion; nettoie les poumons; protège des maladies de l’appareil respiratoire (rhume, bronchite, asthme, etc.) tout en renforçant votre organisme dans son ensemble et en rétablissant l’équilibre des 3 doshas (vata, pitta et kapha). Bienfaits du Chyawanprash:

Apprendre à apprendre (3/4) : peut-on lutter contre la procrastination La procrastination est un problème qui touche beaucoup de domaines, comme les finances, la santé, voire au niveau collectif, la gestion des crises écologiques, comme Hubert Guillaud l’a expliqué dans nos colonnes (voir aussi ici), mais c’est aussi un cauchemar pour l’étudiant ou le lycéen, surtout lorsqu’il est livré à lui-même, tenu de préparer ses examens et rendre ses travaux… Et cela concerne aussi au premier chef l’adulte désireux d’apprendre par lui-même, que ce soit à l’aide de ressources en ligne, comme les Moocs, ou à l’ancienne avec des livres… Selon une étude publiée en 2014 par le site Studymode et présentée par le Huffington Post, 87 % des étudiants et lycéens américains tendraient à retarder le moment de se mettre à travailler. Les raisons d’une telle attitude ?

Le travail invisible (Crédit photo AFP) Cette semaine, j’ai pas mal bossé. Voici mon emploi du temps. 8.00 : rendez-vous avec les parents de Kevin. Parce que bon, ça commence à bien faire, le poil dans la main a tellement poussé qu’il lui cache sa ligne de vie. 13.00 : dans le bureau du directeur, signature du PAI (Projet d’Accueil Individualisé) pour Nathan, en présence de la maman, à cause son allergie aux œufs, à l’arachide, au gluten, à la protéine de lait, aux noix, aux kiwis (c’est Nathan qui est allergique, pas la maman, encore que je me demande, elle a vraiment une petite mine). Éducation alternative: Montessori ou Steiner ou Freinet? Voilà un certain temps que nous songions à rédiger un article sur ce sujet. Le sujet est large et pourrait certainement servir de base à plusieurs thèses de doctorats. Mais le but de cet article est de donner les grandes lignes afin que les parents s’y retrouvent. D’entrée de jeu, Emmanuelle et moi sommes des parents Montessori. Nous ne sommes pas pour autant des spécialistes en la matière, mais devons vous informer que nous avons peut-être un parti pris. Ceci étant dit, nous avons tenté d’être aussi impartial que possible.

#sansnotes – et maintenant, les questions qui fâchent Pour conclure cette première partie du dossier consacré aux évaluations sans notes, nous abordons trois questions qui traversent le débat public, questions d’ordre politique, pédagogique, éducatif. Pour y répondre, des extraits d’articles de blogs, ou des spécialistes et praticiens de terrain prennent la parole pour livrer leur analyse. Nous partirons pour cela des trois idées reçues suivantes. Vingt recettes pour vous soigner avec le vinaigre de cidre Aujourd’hui, pour la plupart des gens, le vinaigre n’évoque que la sauce vinaigrette. Mais au-delà de ses qualités gustatives, sait-on encore comment cet ingrédient s’est imposé à tous dans l’alimentation d’abord et dans la trousse à pharmacie familiale ensuite ? Trois qualités fondamentales ont imposé le vinaigre dans les foyers des nos aînés : Il était indispensable à la conservation des alimentsIl facilite la digestion.C’est un produit antiseptique de première main.

Apprendre à apprendre (2/4) : l’importance du corps Une chose que les futurs éducateurs devront sans doute prendre en compte, c’est le rôle du corps et de l’exercice dans la pratique éducative. C’est un point que nous avons déjà abordé dans un précédent article, mais qui tend à se confirmer… L’exercice qui semble avoir le plus d’impact sur nos capacités cognitives est aussi le plus simple, puisqu’il s’agit de la marche. Barbara Oakley ne manque pas de le souligner : « Un chimiste remarquablement inventif du milieu du XIXe siècle, Alexander Williamson, a observé qu’une promenade solitaire valait une semaine dans le laboratoire pour l’aider à faire progresser son travail… Marcher stimule la créativité dans beaucoup de domaines : ainsi nombre d’écrivains célèbres, tels Jane Austen, Carl Sandburg et Charles Dickens, ont trouvé l’inspiration au cours de leurs fréquentes et longues promenades. » De récents travaux donnent raison à Williamson et à Dickens.

Pourquoi les notes posent vraiment problèmes. Avec le lancement de la conférence nationale sur l’évaluation des élèves, le débat sur l’évaluation a été relancé. Et souvent plutôt mal. Oui la notation pose problèmes ! Illustration concrète d’une alternative éducative à l'école : le choix de la Pédagogie Freinet A 10h, le travail individualisé s’organise. Il y a un faible « rendement » de l’enseignement collectif, l’enfant ne travaille efficacement qu’individuellement ou en équipe réduite (binôme). Dans la classe traditionnelle tous les élèves doivent faire la même chose en même temps : les élèves rapides s’ennuient vite, il faut attendre ceux qui ont besoin de plus de temps, les plus lents transpirent ! L’enseignant se règle sur une moyenne qui ne favorise qu’une petite partie de la classe. Dans une classe il y a autant d’élèves que de

Oui aux compétences à l’école, mais pas n’importe comment ! Ce texte de Jean-Michel Zakhartchouk est une réponse au journal Libération qui a publié le 31 octobre 2012 un article sur le Livret Personnel de Compétences, en donnant la parole à quatre collègues. Il est trop facile de se moquer du livret de compétences utilisé dans les écoles et collèges et qui va être « simplifié », comme le font les enseignants interrogés dans le numéro de mercredi 31 octobre de Libération, pages 14 et 15 « un livret de compétences qui perd des cases ». Oui, on peut toujours se gausser de telle formulation, en reprochant d’ailleurs aux compétences énoncées dans ce livret à la fois d’être trop générales et floues, et trop détaillées et relevant d’une « bureaucratisation du savoir ». Oui, on peut dénoncer l’ « usine à cases », une expression d’ailleurs due à quelques-uns dont je suis qui sont en réalité des défenseurs d’un vrai livret de suivi des compétences, fonctionnel et d’usage simple.

Related: