background preloader

Quelle influence des nouvelles technologies sur l’organisation du travail ?

Quelle influence des nouvelles technologies sur l’organisation du travail ?
De l’influence des nouvelles technologies sur l’organisation du travail L’organisation du travail de bureau seul ou en équipe a peu évolué dans la forme. Seulement à partir des années 1950/60, l’emploi régulier du téléphone, des machines à écrire, à calculer, puis plus tard du micro-ordinateur, ont bouleversé l’ambiance des lieux de travail. Fin des années 1970, l’arrivé du micro-ordinateur à bouleversé les habitudes avec une organisation artificielle et sur densifiée des espaces paysagers. Généralement très calme, recueilli pour certains, puisque dans le même esprit que les moines. Nouvelles exigences, nouvelles organisations Ce manque d’intégration et d’appropriation a perturbé entre autre paramètre bureautique, les relations humaines et les conditions de travail. Les nouvelles technologies, malgré de multiples intérêts, sont une nouvelle source de stress insidieuse qui coûte cher à l’organisme humain, mais aussi très cher aux entreprises. Une nouvelle relation à l’objet Related:  Recherche d'informations

L'impact des nouvelles technologies dans la société actuelle - [Apprendre en ligne] Avec tous les moyens technologiques découverts et inventés ces dix dernières années et notre dépendance à ceux-ci, sommes-nous capables de nous en passer aujourd’hui ? 1 : Souvenirs souvenirs. Souvenez-vous il y a une quinzaine d’années quand il n’y avait ni téléphones portables ni internet. Certains, étant nés dans cette époque de technologie, sont à dix mille lieue de s’imaginer la vie sans toutes ces choses, les autres eux, qui ont connu, vu et vécu petit à petit cette progression de la technologie, sont les premiers à avoir oublié et remplacé leurs habitudes d’avant cela par ces nouvelles inventions. 2 : Développement et conséquence. 3 : Peut-on s’en passer ? À l’école est-il devenu indispensable d’utiliser l’ordinateur ?... Sur le plan humain, est-ce que depuis l’arrivé d’internet communiquons nous mieux que par le passé ? 4 : Prendre conscience. En permanence obnubilé par des nouveautés, ne sommes-nous pas victime d’excès ?... 5 : Vice ou vertu ? 6 : Combat, capitulation ou victoire ?

Et si l’innovation technologique nuisait à la société humaine? Temps de lecture: 5 min L’innovation est censée être le remède au marasme économique. Et si au contraire elle en était la cause? C’est une question que se posent économistes et travailleurs au moins depuis la Révolution industrielle. Certes, l’automatisation rend obsolètes certains emplois humains peu qualifiés, mais elle introduit aussi de nouvelles catégories d’emplois qui le sont à l’extrême, des ingénieurs aux gestionnaires d’équipement en passant par le secteur de la banque et du blogging. Le progrès technique a-t-il changé de nature? Pourtant, la reprise économique sans emplois que nous connaissons en ce moment ainsi qu’une tendance à plus long terme vers les inégalités de revenus et de richesses poussent certains intellectuels à se demander si la dernière vague d’automatisation n’est pas différente de celles qui l’ont précédée. Remplacer les travaux manuels par des machines dans les exploitations agricoles et les usines était différent, s’inquiètent certains.

Les nouvelles technologies vont-elles réinventer l’homme ? | Revue Etudes Les technologies d’information et de communication ont la discutable vertu de propager des idées capables de mobiliser des mouvements d’opinions qui incitent parfois à réunir les moyens pour les réaliser. C’est ainsi que se développent dans le cyberespace des associations dites « transhumanistes » qui tentent de persuader nos contempo­rains de la prochaine émergence d’un homme nouveau, grâce aux technologies nouvelles axées sur la maîtrise du vivant et l’augmentation des facultés cognitives. L’Association trans­humaniste mondiale a ainsi vu le jour en 1998 aux États-Unis, et s’est donné un Manifeste qui revendique notamment « le droit moral de ceux qui le désirent, de se servir de la techno­logie pour accroître leurs capacités physiques, mentales ou reproductives et d’être davantage maîtres de leur propre vie. Plan de l'article : Les techniques ont-elles inventé l’homme ?

La technologie est-elle l’avenir de l’homme? (1) Une controverse internationale sur l’amélioration des humains est en cours, qu’on peut faire remonter à un rapport publié en 2003 sous l’égide de la National Science Foundation des États-Unis. Ce débat place l’avenir des êtres humains dans le contexte du progrès technologique. Il interroge la transformation du corps et de l’esprit humains, mais aussi l’abolition de la mort et la fusion des hommes et des machines. Contrairement aux spéculations du passé qui restaient largement théoriques, ce débat s’inscrit dans la perspective de réalisations dans un avenir pas si lointain. Il est également marqué par un puissant déterminisme technologique. Située d’emblée dans une perspective si impressionnante, la discussion fait surgir des attentes inhabituelles pour les débats techniques. Cette contribution ne vise pas à déterminer si et à quel point les attentes d’une « amélioration technique » sont réalistes. Les visions de l’humanité augmentée Des capacités humaines nouvelles ou améliorées

"L'innovation, une opportunité pour mettre ou remettre l'humain au coeur des projets" L'homme du futur sera-t-il augmenté ou amputé par la technologie? En offrant de nouveaux possibles, les avancées technologiques façonnent l’évolution de nos comportements, tout en créant de nouvelles habitudes et dépendances. Opportunités pour certains, risques pour tous, forgent le changement de société dont nous sommes témoins et acteurs. Avec la convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, de l’informatique et des sciences cognitives, nous sommes passés à l’ère des technosciences. Le vivant et le non-vivant, interconnectés par un Internet de toutes choses, sont des sources inépuisables de données et de génération de flux informationnels. Le corps, le cerveau humain, les mouvements, les comportements, les sentiments ou les émotions sont un minerai informationnel capté et traité en permanence par des opérations arithmétiques et logiques. Les fournisseurs de technologies considèrent l’individu comme un système d’information. Humain simplifié L’humain doit-il être modifié, éventuellement augmenté par la technique? Qui prendra le contrôle

Quels impacts des technologies de communication sur l’Homme qui vient ? Par Alicia Tang, France Télévisions, Direction de la prospective Notre société et notre monde sont en train de se transformer de manière irréversible du fait de la révolution numérique qui accélère notre capacité à communiquer et à échanger, affranchit les frontières spatiales et temporelles, et finalement fait évoluer la définition même de l’être humain. Alors que les altérations technologiques étaient autrefois réservées aux plateformes numériques, c’est désormais la matière et le corps humain qui deviennent sujets à expérimentations, modifications, notamment à travers l’assimilation de plus en plus poussée des objets connectés et leur capacité à créer de nouveaux langages. Pierre Calmard, CEO d’iProspect France prédit dans son essai "L’Homme à venir, comment le numérique va nous transformer" que ces transformations irréversibles vont faire émerger un Homme nouveau, un mutant biotechnologique. Au commencement, l’évolution technologique appliquée à la communication

Progrès technique et mutations du travail : hier et aujourd’hui | Vie publique Bibliographie Acemoglu D. et Autor D., “What Does Human Capital Do? A Review of Goldin and Katz’s The Race Between Education and Technology”, Journal of Economic Literature, 50(2), 2012, p. 426-463. Acemoglu D. et Robinson J. A. (2013). Why Nations Fail: The Origins of Power, Prosperity, and Poverty, Londres, 2013, Profile Books Ltd. Arntz M., Gregory T., Zierahn U., “The Risk of Automation for Jobs in OECD Countries. Baldwin R., The Great Convergence: Information Technology and the New Globalization, Harvard University Press, 2016. Blinder A. Frey C.B. et Osborne M., “The Future of Employment: How Susceptible are Jobs to Computerisation?” Goldin C. Gordon R. Goos M. et Manning A., “McJobs and MacJobs: the Growing Polarisation of Jobs in the UK”, dans Dickens et al. Johnson L. Katz L. OCDE, Automatisation et travail indépendant dans une économie numérique, Synthèses sur l’avenir du travail, Éditions OCDE, Paris, 2016.

L’innovation technologique, un bienfait pour le bien-être au travail ? L’innovation technologique a une incidence indéniable en entreprise, notamment sur la qualité de vie au travail. Ses nombreux bénéfices sont toutefois à contrebalancer avec certains effets néfastes qu'elle peut provoquer : addiction, sur-sollicitation, voire vide émotionnel. Si l’innovation technologique alimente le débat, notamment quand il est question de son impact sur le recrutement, son incidence directe sur la qualité de vie au travail n’est plus à remettre en cause. Le doute n’est plus permis quant à l’apport des technologies de nombreux domaines (simplifications, rationalisation ou encore flexibilité). Une source indéniable d’optimisation… … pouvant se révéler contre-productif Pourtant, de nombreuses voix se sont élevées pour questionner cette analyse largement répandue. Mais quelle entreprise (à de très rares exceptions près) peut imaginer s’en passer aujourd’hui ? Un garde-fou : les managers Une source indéniable d’optimisation… … pouvant se révéler contre-productif

L’innovation, vecteur de croissance ? C’est prouvé ! Innover, ça paye ! La preuve : 45 % du PIB de l’Union européenne est produit par les secteurs les plus actifs en droit de propriété intellectuelle. Autrement dit, ce sont les secteurs qui protègent le plus leurs actifs immatériels qui contribuent le plus à la croissance économique, et qui dessinent l’avenir du panorama entrepreneurial européen. Une bonne nouvelle pour l’industrie du futur et les nouvelles technologies liées au climat, dont le poids ne cesse de croître. La propriété intellectuelle, un droit multifacette Ce chiffre provient d’une étude menée de concert par l’Office européen des brevets (OEB) et l’Observatoire européen de la propriété intellectuelle (UEIPO). Les droits pris en compte couvrent tout le panel habituel, de la marque déposée aux droits d’auteur, en passant bien évidemment par les brevets d’invention, et les dessins et modèles. Une contribution à la société non négligeable Un miroir de l'innovation en Europe

L’innovation, moteur de vie ou mal nécessaire? L’innovation, moteur de vie ou mal nécessaire? En 1999, les sociologues Luc Boltanski et Eve Chapiello publiaient Le nouvel esprit du capitalisme (Gallimard). Selon eux, cette pensée avait réussi à transformer les valeurs issues de Mai 68 en biens de consommation, alimentant ainsi la machine infernale d’une société vouée à la réification de l’individu. Cette analyse avait accédé au rang de mantra pour une certaine gauche déstabilisée par sa soumission progressive à une économie de marché omnipotente… Ce n’est pas une réponse à cet essai que propose le philosophe Luc Ferry dans son dernier ouvrage, L’innovation destructrice, paru chez Plon en mai de cette année. Ferry en interroge surtout l’une de ses composantes essentielles, l’innovation, tout en plaçant le libéralisme économique d’aujourd’hui face à ses contradictions. Anonyme et mécanique, l’innovation sans fin dessine le paradoxe fondamental de nos sociétés qu’ausculte le philosophe français. Luc Ferry ne se voile pas la face.

L’OBSERVATOIRE ACTINEO. Quelle influence des nouvelles technologies sur l’organisation du travail ? [en ligne] Disponible sur : <www.actineo.fr/article/quelle-influence-des-nouvelles-technologies-sur-lorganisation-du-travail> (consulté le 1/03/201)

Les informations fournies sur le site www.actineo.fr sont uniquement destinées à communiquer des informations et résultats de recherches, travaux et études réalisées pour le compte d’ACTINEO, observatoire de la qualité de vie au bureau.

L’article relève que les espaces de bureau ne sont pas adaptés à l’utilisation massive des TIC, ils n’ont pas fait l’objet d’une réflexion. Selon l’article, les TIC sont sources d’un stress insidieux, les taches se multiplient, la dématérialisation du travail de bureau implique plus d’abstraction, qui augmente la charge mentale, elle même déjà encombrée d’un flux d’information inquantifiable. Perte de la notion de « limite », écart entre la capacité humaine et la capacité technologique. L’individu est soumis a une plus grande fatigue psychique, les relations humaines s’en trouvent plus tendues.

La notion de bureau fixe tend à disparaître. Selon l’article, « Aujourd’hui, la productivité se mesure qualitativement et non plus quantitativement et va surement modifier les habitudes de travail » => bureau nomade. De moins en moins de bureau cloisonnés, repenser la configuration des immeubles. Les conditions matérielles de travail, les lieux le matérielle, le décor sont encore négligées.

Dans les espaces de travail commun, chaque individu doit avoir son « autonomie acoustique ». Dans ces lieux de travail les inconvénients sont le dérangement de la concentration par la circulation des autres personnes, l’impression de déstabilisation, la non appropriation de son lieu de travail.

L’article note que les entreprises du tertiaire qui ne prennent pas en compte l’aménagement sérieux des espaces de travail, induisent sur leur employés un stress supplémentaire qui se traduira de façon insidieuse par des absences supplémentaires. by lecompte_groupeb Mar 5

Related: