background preloader

Les 5 chiffres qui montrent l'explosion du bio en France

VIDÉO - À l'occasion de notre émission spéciale sur le bio, Le Figaro fait le point sur ce secteur en pleine croissance. En l'espace d'une dizaine d'années, le bio s'est installé dans les cuisines et le quotidien des Français. Preuve de ce succès, l'Agence Bio, un groupement d'intérêt public français qui effectue chaque année un état des lieux du secteur, a qualifié 2016 «d'historique». Si l'engouement de la part des consommateurs est fort, celui des agriculteurs l'est tout autant. Nombre d'entre eux se sont tournés vers cette culture plus respectueuse de l'environnement. Tour d'horizon des principaux chiffres du secteur: • 7 milliards d'euros de chiffre d'affaires En 2016, les consommateurs de l'Hexagone ont dépensé 7 milliards d'euros pour acheter des aliments labellisés sans produits phytosanitaires ni OGM, un record. • 47.185 opérateurs bio Cette année encore, le nombre d'acteurs de la filière a augmenté. • 5,7% de la surface agricole française Related:  FICHE D'ACTIVITÉ ADOC 1Marché du Bio

Le marché de la bio en France En 2019, le marché bio de l'Union européenne approchait 45,2 milliards d'euros. Plus de 343 600 exploitations agricoles cultivaient près de 14,7 millions d’hectares selon le mode biologique dans l'Union européenne à 28 (y compris les surfaces en conversion), soit 8,1 % de la surface agricole utile européenne. English version here 103 pays s’étaient dotés d’une réglementation pour l’agriculture biologique fin 2019. Le marché bio mondial a atteint 103,5 milliards d'euros en 2018 et a dépassé 112 milliards d'euros en 2019. La surface mondiale cultivée suivant le mode biologique est estimée à près de 71,5 millions d’hectares fin 2018. See English version here En 2019, l'observatoire de l'Agence BIO a réalisé une analyse réalisée de la filière grandes cultures bio dans l'UE pour le compte de la commission bio grandes cultures (Intercéréales - Terres Univia). Vous pouvez consulter la synthèse de l'étude et la présentation.

L’alimentation, grand marqueur des inégalités sociales en France D’après une étude de l’Anses, les habitudes et modes de consommation alimentaires des Français sont un miroir des inégalités sociales. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Clément Le Foll Mercredi 12 juillet, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a publié sa troisième étude sur les habitudes alimentaires des Français (INCA 3). Réalisé tous les sept ans, ce vaste rapport analyse de manière minutieuse les comportements et habitudes alimentaires des Français. L’étude a été menée entre 2014 et 2015 sur un échantillon de 5 800 personnes représentatives de la population (près de 3 100 adultes et 2 700 enfants), à raison d’un, deux ou trois jours chacune, soit 13 600 journées de consommation et 320 000 aliments analysés. Des aliments similaires, mais en proportions différentes Chez les adultes, la consommation alimentaire est positivement associée au niveau d’étude. Produits bio et compléments alimentaires Les niveaux d’études élevés moins regardant sur le prix

Chiffres de la bio en France Télécharger les derniers chiffres de l'agriculture biologique et son marché >> Télécharger l'ensemble des figures du dossier au format HD En 2017, on estime que les métiers de l’agriculture biologique comptent près de 134 500 emplois directs (les emplois dans les fermes bio et ceux liés aux activités de transformation et de distribution), soit 16 500 de plus qu’en 2016. Ce sont 49 200 emplois directs qui ont été créés depuis 2012, avec une croissance annuelle moyenne de +9,5 % depuis 5 ans. Alors que l’emploi agricole diminue à un rythme de -1,1 % en moyenne annuelle entre 2010 et 2015, l’emploi dans la production agricole biologique a progressé de 10 669 emplois en temps plein entre 2017 et 2016, soit +13,7 % : une performance. Source Bilan annuel de l’emploi agricole (BAEA), Agreste Chiffres et Données Agriculture n°238, juillet 2017 Au 31 décembre 2017, 54 044 opérateurs étaient engagés en agriculture biologique, soit +14,7 % en un an. Source: Agence BIO/OC

Cosmétiques bio Huile d'olive et vitamine E | © Zeva Oelbaum/CORBIS Partager cet article - En 2008, le marché français de la cosmétique biologique a réalisé un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros, en hausse d’environ 20% par rapport à l’année précédente. Les produits bio ne représentent cependant que 2 à 3% du marché cosmétique en France, selon la Fédération des Entreprises de la Beauté (FEBEA). - Un groupe d’harmonisation européen, composé de six associations*, travaille depuis plusieurs années à la mise en place d’un nouveau label européen pour les cosmétiques bio, baptisé "Cosmos" ("cosmetic organic standard"). Il devrait voir le jour au début de l’année 2010. Faute d’une législation européenne contraignante, plusieurs labels de cosmétique bio ont vu le jour ces dernières années en Europe, chacun possédant son propre cahier des charges. Le label "Cosmétique écologique et biologique", par exemple, est décerné par l’organisme de certification français Ecocert. - Vers le 100% bio

Le marché de la bio en France La bio en France : un marché qui ne connaît pas la crise ! Elle ne cesse de faire parler d’elle et c’est tant mieux. Avec une croissance à deux chiffres – plus de 50% depuis 2007 – l’agriculture biologique est un secteur en dynamique constante. En 2017, la vente de produits AB a atteint plus de 7 milliards d’euros en 2016, soit une progression de 500 millions d’euros par rapport au premier semestre 2016. A l’instar de l’année précédente, cette croissance est portée par les rayons fruits et légumes mais aussi épicerie. Grande distribution vs magasins spécialisés en bio Ce sont les grandes et moyennes surfaces (GMS) qui engrangent les meilleures ventes de produits bio : + 18% au premier trimestre 2017, par rapport à la même période, en 2016. Arrivent ensuite, les magasins spécialisés bio, avec une progression de 12% de leurs ventes (soit, + 156 millions par rapport à 2016). Enfin, la vente directe représente quant à elle 11% du marché. Le top 5 des produits bio Principales motivations ?

Les nanoparticules dans les sucreries et les gâteaux inquiètent « 60 Millions... Sur dix-huit produits sucrés testés par le magazine, des nanoparticules de dioxyde de titane ont été retrouvé systématiquement, dans des proportions variées. Potentiellement toxiques et surtout non signalés sur les emballages. Voici ce que reproche dans son édition de septembre 60 Millions de consommateurs aux additifs présents sous forme de nanoparticules dans 100 % des sucreries testées par le magazine. Un constat qui inquiète la publication quant à d’éventuels effets sur la santé. Cible des tests pratiqués, l’additif E171 – ou dioxyde de titane – est composé en partie de nanoparticules. « On sait que les nanoparticules (…) peuvent passer la barrière intestinale et se retrouver dans différents organes, comme le foie, le cœur, les poumons, et on ne sait pas encore ce qu’elles peuvent devenir », a expliqué Patricia Chairopoulos, coautrice de l’étude. Lire aussi : Alerte sur les dangers du dioxyde de titane E171, un additif alimentaire très courant Dix-huit produits testés

Marché du bio : entre croissance et inquiétude Partagez : Tandis que le marché du bio en France se place en 2e position au niveau européen, l’émergence des produits labellisés AB est de plus en plus palpable dans les rayons des supermarchés. Cependant, bien que la demande croissante montre l’importance du naturel dans les habitudes alimentaires des Français, cet engouement met en difficulté les producteurs qui éprouvent des difficultés à suivre le rythme. Le marché du bio, un succès croissant Certes, les produits issus de l’agriculture biologique ne représentent encore qu’une part infime du marché de l’alimentaire et notamment sur le territoire, mais elle continue de se développer doucement mais sûrement. >>> En 2008, selon l’Agence Bio, en France, l’agriculture bio s’étendait sur près de 584 000 ha, c’est à dire sur 2,12% de la surface agricole totale seulement. Ces espaces pourraient peut-être réduire les importations de l’étranger. Actuellement, la croissance des produits bio vendus en grandes surfaces est en pleine expansion.

Les 7 profils-types des consommateurs de produits bio Alors que les ventes de produits bio sont en augmentation depuis plusieurs années, on en sait plus sur leurs consommateurs, leurs attentes et leurs perceptions. Découvrez leur segmentation et les 7 catégories de consommateurs de produits bio. De vraies différences parmi les consommateurs de produits bio Entre l’envie de manger mieux et plus sainement, la volonté d’un « retour aux racines » au niveau des produits consommés et la défiance d’une partie de l’opinion publique après les multiples scandales alimentaires ces dernières années, le « bio » s’est installé durablement parmi les tendances de consommation. Avec, d’après l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique, 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2012, les ventes des produits bio en France ont quasiment doublé depuis 2007 (2.1 milliards d’euro). Il existe 7 profils-types de consommateurs de produits bio. Pour Robert I.

Whoua! Cette article est vraiment interessant merci KGV pour cette information! by tpebmn Oct 9

Related: