background preloader

Abigail & Brittany Hensel - The Twins Who Share a Body

Abigail & Brittany Hensel - The Twins Who Share a Body
Related:  Bizarre F-L

Haïti, un art loin d’être naïf Agauche de l’entrée principale, devant la porte H (comme Haïti), est installée une sculpture en aluminium sertie de motifs bariolés. Debout sur quatre pieds, l’ensemble dégage durant la journée une lourdeur pompeuse, semblable à celle d’un dais, cet ouvrage dont on pare aussi bien les trônes que les tombeaux, - une ambiguïté à l’image de l’histoire du pays. Mais de nuit, la structure change de physionomie. Illuminée par des lampions de toutes les couleurs, elle se transforme en lanterne géante, un havre féerique ciselé dans les ténèbres parisiennes. La Porte d’Haïti est la première des 167 œuvres présentées dans l’exposition «Haïti. Deux siècles de création artistique». Passée la porte, le visiteur n’est pas au bout de ses surprises. Guyodo, son auteur, y voit pour sa part une métaphore de sa condition d’artiste : «Je suis moi-même un handicapé. En haut des escaliers, voici l’espace d’exposition à proprement parler. «Farce». Première halte. Un effort salué par Hervé Télémaque. Haïti.

Make Everything OK Max Klinger Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Klinger. Biographie[modifier | modifier le code] Klinger est né à Leipzig et a étudié à Karlsruhe. Admirateur des travaux d'Adolph von Menzel et de Francisco Goya, il devint rapidement un graveur compétent et imaginatif. En 1903, il fut un des membres fondateurs de l'Association des Artistes allemands, le Deutscher Künstlerbund. Œuvres[modifier | modifier le code] Friedrich Nietzsche (bronze, vers 1904), Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Sur les autres projets Wikimedia : Max Klinger, sur Wikimedia Commons

An Essay by Einstein -- The World As I See It "How strange is the lot of us mortals! Each of us is here for a brief sojourn; for what purpose he knows not, though he sometimes thinks he senses it. But without deeper reflection one knows from daily life that one exists for other people -- first of all for those upon whose smiles and well-being our own happiness is wholly dependent, and then for the many, unknown to us, to whose destinies we are bound by the ties of sympathy. "I have never looked upon ease and happiness as ends in themselves -- this critical basis I call the ideal of a pigsty. "My passionate sense of social justice and social responsibility has always contrasted oddly with my pronounced lack of need for direct contact with other human beings and human communities. "My political ideal is democracy. "This topic brings me to that worst outcrop of herd life, the military system, which I abhor... "The most beautiful experience we can have is the mysterious. See also Einstein's Third Paradise, an essay by Gerald Holton

Alfred Kubin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Alfred Kubin Alfred Leopold Isidor Kubin, né à Litoměřice le 10 avril 1877 et mort à Wernstein am Inn (district de Schärding) le 20 août 1959, est un écrivain, dessinateur, graveur et illustrateur de livres autrichien. Biographie[modifier | modifier le code] Il naît d'une mère pianiste et d'un père géomètre. Son père, se remarie la même année avec la sœur de sa dernière épouse, qui mourut à son tour un an plus tard en donnant naissance à Rosalie, sa deuxième sœur. À la suite de nombreux échecs scolaires, son père décide en 1891 de l'envoyer à l'École des arts appliqués de Salzbourg, mais malgré un début plutôt prometteur, Kubin est renvoyé l'année suivante en raison de ses mauvais résultats. La Tombe d'Alfred Kubin au cimetière du Wernstein am Inn. Durant l'année de 1899, Kubin entre à l'Akademie der Bildenden Künste München, dans la classe de Nikolaos Gysis mais il ne vient pas souvent en cours et est forcé d'abandonner ses études.

19 pictures which scream NO EXCUSES Probably one of the only times I think saying, “No” is alright, as in No Excuses. No Excuses must be one of the strongest things you can tell yourself, because it wakes you up and lets you know what you’re actually saying to yourself… … to hold yourself back. Nothing more, nothing less. However legitimate, reasonable, excusable, tired, bored, unmotivated, lazy, partied out, discouraged, listless, lethargic, stupid, slack or whatever the hell you are, guess what? There’s probably someone out there worse off and always willing to try anyway. Boom. No excuses to not smile and be happy Age is not an excuse bro! Jung Da Yeon: Age 43. No excuses to not make ART! No excuses to not make beautiful music No excuses to not coexist peacefully No excuses to not get along No excuses to get your ass to exercise No excuses to not be happy with all the shit you own No excuses to not be thankful No excuses to not move on with life No excuses for the life you own Being fat is not an excuse Support here on Patreon!

Le Cauchemar (Füssli) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Cauchemar est un tableau du peintre Johann Heinrich Füssli, conservé depuis son achat en 1954, au Detroit Institute of Arts[1]. Depuis son exposition en 1782 à la Royal Academy de Londres, cette peinture est devenue célèbre et, du fait de cette renommée, Füssli en a peint au moins trois autres versions. L'interprétation de l'œuvre a considérablement changé au cours du temps. La toile semble dépeindre simultanément une femme rêvant et le contenu de son cauchemar. Le Cauchemar offre simultanément l'image d'un rêve — en dépeignant l'effet du cauchemar sur la femme — et le rêve en image — en représentant symboliquement la vision du sommeil[2]. Pour les spectateurs contemporains, le tableau évoque le rapport entre, d'une part l'incube et le cheval (une jument) et, d'autre part, les cauchemars. Le Rêve du berger (1798). Le Cauchemar (1783)Gravure de Thomas Burke Füssli a peint d'autres versions du tableau en raison du succès du premier.

8 TEDtalks That Will Change Your Life Forever 1. Juan Enriquez: Will our kids be a different species? Juan asks in this compelling TEDtalk ‘can we upgrade ourselves?’ Read more in his book Homo Evolutis. 2. Brené tells us a story about expanding our perception in a way that could change our lives forever. Read more in her book The Gifts of Imperfection: Let Go of Who You Think You’re Supposed to Be and Embrace Who You Are 3. Jane is a gamer. Read more in her book Reality Is Broken: Why Games Make Us Better and How They Can Change The World 4. We often hear that success is a choice, that it is right around the corner and is for everybody to grasp. Read more in his book Status Anxiety 5. Daphne shows the world how an outdated education system can be outperformed in many ways by something new. 6. Do you eat? Learn more about Incredible Edible here 7. Scilla wants to know how to deal with violence in a non-violence way. 8. In this amazing talk full of fire and passion Wade takes us to some of the worlds remote regions and their people.

Johann Heinrich Füssli Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Füssli. Johann Heinrich Füssli Johann Heinrich Füssli par James Northcote (1778) Œuvres réputées Johann Heinrich Füssli ou Henry Fuseli, (7 février 1741 à Zurich – 16 avril 1825 (à 84 ans) à Putney Hill) était un peintre et écrivain d'art britannique d'origine suisse. Filiation[modifier | modifier le code] Il est le fils de Johann Caspar Füssli (1706 – 1782) et Anna Elisabeth Waser.Il est le frère de Johann Kaspar Füssli (1743 – 1786), entomologisteIl épousa Sophia Rawlins en 1788, mais ils n'eurent pas d'enfant. Biographie[modifier | modifier le code] Johann Heinrich Füssli, né dans une famille zurichoise Suisse, est le deuxième des dix-huit enfants que ses parents ont eux. Après être entré dans les ordres en 1761, Füssli est forcé de quitter la Suisse pour avoir aidé Lavater à dénoncer un magistrat dont la puissante famille cherchait à se venger. Cavalier attaqué par un serpent géant, vers 1800

Futurisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le futurisme est un mouvement littéraire et artistique européen du début du XXe siècle (de 1909 à 1920), qui rejette la tradition esthétique et exalte le monde moderne, en particulier la civilisation urbaine, la machine et la vitesse. §Historique[modifier | modifier le code] Le futurisme est né en Italie autour du poète Filippo Tommaso Marinetti (Manifeste du futurisme, 1909). Un mouvement « Valet de Carreau » a existé en Russie (appelé également cubo-futurisme) dans les années 1910-1917 (Vladimir Maïakovski, Kasimir Malevitch, Velimir Khlebnikov, Piotr Kontchalovski, Mikhaïl Matiouchine, Ilia Machkov, Aristarkh Lentoulov, Gontcharova, Kouprine, Tatline, etc.). Le futurisme prône l'amour de la vitesse (Luigi Russolo, Dynamisme d'une automobile, 1912-1913) et de la machine (exalte la beauté des voitures), ainsi que la nécessité de la violence pour débarrasser l’Italie du culte archéologique du passé. Italie Russie Bulgarie Belgique

Alfred Jarry Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Jarry. Alfred Jarry Œuvres principales Biographie[modifier | modifier le code] En 1888, sa mère s’installe avec ses deux enfants à Rennes. Ses publications lui permettent cependant de rencontrer Marcel Schwob, Alfred Vallette (directeur du Mercure de France) et sa femme Rachilde. En 1894 et 1895, il dirige L'Ymagier avec Remy de Gourmont : Recueil de gravures anciennes et nouvelles, d’études artistiques et philologiques qui paraît en fascicules trimestriels, in-quatro. Le 20 janvier 1898, une représentation d’Ubu Roi par des marionnettes (dues à Pierre Bonnard) est donnée au théâtre des Pantins, à Paris. Alfred Jarry à bicyclette Dans l’ouvrage Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien, édité après sa mort, il définit la 'Pataphysique comme « la science des solutions imaginaires, qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité ». Traductions

Ubu Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. François Ubu, dit le Père Ubu, est un personnage de fiction créé par l’écrivain français Alfred Jarry. Capitaine de dragons, officier de confiance du roi Venceslas, décoré de l’ordre de l’Aigle rouge de Pologne, ancien roi d’Aragon, comte de Sandomir ; puis roi de Pologne, docteur en pataphysique, et grand maître de l’ordre de la Gidouille. Il apparaît pour la première fois dans la pièce de théâtre Ubu roi. Origine du personnage[modifier | modifier le code] La personnalité du Père Ubu est forgée à partir de celle de Monsieur Hébert, professeur de physique au lycée de Rennes[1]. Le personnage d'Ubu est devenu proverbial, symbole du délire du pouvoir et de l'absurdité des hiérarchies politiques. Écrits d'Alfred Jarry sur Ubu[modifier | modifier le code] Écrits d'autres auteurs sur Ubu[modifier | modifier le code] Quelques artistes ayant fait le portrait d'Ubu[modifier | modifier le code] Musiques[modifier | modifier le code]

Interzone (Le Festin nu) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Interzone est un pays de fiction placé en Afrique du Nord, n'apparaissant sur aucune carte, sorti de l'imagination de William S. Burroughs dans son livre Le Festin nu. L'Interzone n'a pas de campagnes : le pays est un enchevêtrement de rues ressemblant à un cerveau humain. Mettre la mention « Interzone » sur une carte demanderait de refaire une carte complète du monde. Le statut de l'Interzone reste flou vis-à-vis de son gouvernement : il est censé être une colonie française, mais les Français se font rares, voire n'apparaissent pas. Les émissionnistes : selon leurs théories, en plaçant un émetteur dans le cerveau d'un bébé à sa naissance, il suivra tous les ordres venant d'une antenne spéciale. En face de l'Interzone se trouve une île (appelée simplement « l'Île »). Le docteur A. Portail de la science-fiction

Related: