background preloader

Les besoins fondamentaux de la personne selon Virginia Henderson

Les besoins fondamentaux de la personne selon Virginia Henderson
Related:  aides familialesM9 Traitement des informationsM9 Traitement des informations

Grille de Virginia Henderson et diagrammes Retour à Maslow - Retour à PMSI Exchaquet - Retour au PIAF - Retour à prrésentation RAI - Retour au Grenier Grille des 14 besoins de Virginia Henderson 3 pages I - Besoin de respirer 1 - Sans gêne 2 - Dyspnée. 3 - À besoin d'aide technique (aérosol). 4 - Ventilation assistée. I I - Besoin de boire et manger 1 - Mange seul. 2 - Installation/stimulation. 3 - À besoin d'aide partielle et/ou surveillance. 4 - À besoin d'aide totale (faire manger, nutripompe, etc). III - Éliminer (urines) 1 - Continence. 2 - À besoin d'aide (wc avec aide, urinal, bassin). 3 - Incontinence jour ou nuit. 4 - Incontinence jour et nuit. Éliminer (selles) 1 - Transit normal. 2 - À besoin d'aide (wc avec aide, bassin, laxatif). 3 - Incontinence, diarrhée, constipation épisodique. 4 - Incontinence en permanence. IV - Se mouvoir et maintenir une bonne posture 1 - Se déplace seul. 2 - Se déplace avec aide (canneÉ) ou avec une personne. 3 - Se déplace avec l'aide de deux personnes. 4 - Alité en permanence, lever interdit.

Gestion de l'information envers les patients Précédent Suivant Tout patient a le droit d’être informé sur son état de santé. L’information doit lui être donnée tout au long de sa prise en charge. Le plus important n’est pas de rechercher la preuve parfaite pour justifier que l’information a bien été donnée mais de s’assurer que le patient a bien compris et assimilé les informations. L’information du patient est le fondement de l’expression même de sa liberté à consentir ou de refuser les soins. La loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé l’inscrit dans le code de santé publique comme un principe général et fondamental dans la relation soignant-soigné. Le devoir d’information, une obligation définie par la loi L’information du patient est un devoir pour tout professionnel de santé et un droit pour tout patient. Définition du devoir d’information Selon l’article L1111-2 du code de santé publique « Toute personne a le droit d’être informée sur son état de santé ». L'urgence Notes

Le secret professionnel – Infirmier en Santé au Travail Les Infirmiers en Santé au Travail sont des Infirmiers Diplômés d’Etat (IDE) qui exercent leur profession en milieu de travail et sont soumis à des obligations relevant de différents Codes.Le secret professionnel se décline sur plusieurs plans. Principes généraux Tous les professionnels intervenant dans le système de santé (médecin, infirmière…) doivent respecter le secret professionnel : Le droit au respect de la vie privéeLe secret médical L’obligation de discrétion professionnelle L’obligation de réserve des fonctionnaires Les infirmiers connaissent bien le secret professionnel qui est un des piliers de la profession. Exercice en santé au travail et secret professionnel Dans le monde de la santé au travail, il existe des spécificités propres à ce mode d’exercice comme le secret de fabrication et le secret s’appliquant aux Secouristes prenant en charge les blessés ou malades. Les secouristes du travail Secret de fabrication Secret partagé Le DMSTIl est tenu par le médecin du travail.

Définition du handicap Le handicap se présente sous de multiples formes et n’a pas de définition univoque. Il est à distinguer de la maladie ou de l’accident, qui peuvent être à l’origine du handicap, définitif ou passager. Par exemple la dégénérescence de la macula (partie de la rétine qui permet la vision fine) entraîne des difficultés à voir donc à lire, faire certaines activités et finalement à sortir seul, d’où des répercutions sociales qui limitent l’individu dans ses relations avec l’environnement. On met désormais en évidence cette notion d’interaction entre les caractéristiques individuelles d’une personne (la déficience) et son environnement. À la classification par pathologies s’est substituée dans les années 2000 une approche plus globale, prenant en compte le contexte dans lequel l’individu évolue. Cette conception dynamique du handicap a l’inconvénient de compliquer l’estimation du nombre de personnes concernées.

Le dépôt des biens et des valeurs à l'hôpital et en clinique Partie intégrante de l’accueil d’un patient dans un établissement de santé, le dépôt de ses biens et de ses valeurs n’est pas une procédure toujours facile à appliquer et à expliquer. Exposée dans la loi n°92-614 du 6 juillet 1992, aujourd’hui abrogée et retranscrite dans ses éléments essentiels aux articles L 1113-1 à L 1113-10 du code de la santé publique, cette procédure distingue très clairement les biens des valeurs et les régimes de responsabilité qui en découlent. La loi et son décret n°93-550 du 27 mars 1993, aujourd’hui codifié aux articles R 1113-1 à R1113-9 du code de la santé publique, imposent la réalisation par le personnel paramédical, d’un inventaire des biens du patient et de ses valeurs. Se pose immédiatement la question : que sont les biens et que sont les valeurs ?Les biens ou objets personnels du patient sont, d’une manière générale « ceux dont la nature justifie la détention pendant l’hospitalisation ». Les biens ne sont pas les valeurs Éléonore Fréneau

La démence en Belgique | Fondation Recherche Alzheimer La démence est une maladie qui touche essentiellement les personnes agées. L’étude Qualidem, menée par une équipe de chercheurs de l’Université de Liège et de la KU Leuven, estime que le nombre de cas de démence en Belgique touche près de 9,3% de la population de 65 ans et plus. Parmi les personnes âgées de 85 ans et plus, ce chiffre s’élève à 26,4% et à 34,8% pour les personnes de 90 ans et plus. Deux patients sur trois sont des femmes. Dans notre pays, le nombre de personnes âgées augmentera considérablement au cours des prochaines décennies. Pour l’année 2000, la Belgique comptait 2.249.411 personnes de 60 ans et plus soit 21,9% de la population totale. En 2001, en Belgique, le nombre d’individus atteints de démence représentait 161.000 personnes (9.3% des 1,73 millions de personnes âgées).

Recueil de données - Démarche de soins - Cours soignants 1. Définition Le recueil de données est la première étape de la démarche clinique, elle consiste à rechercher, recueillir et rassembler, toutes les informations en lien avec une situation. 2. Sources d'informations Patient : Entretien informel Entretien formel Entourage du patient : Famille Amis Examen clinique : Paramètres vitaux Etat clinique Posture Comportement Aspect corporel Equipe pluridisciplinaire : Professionnel intervant auprès du patient Dossier du patient : Dossier administratif Dossier médical Dossier infirmier Dossiers d'archives 3.

Dignité des patients et respect des soignants Comité de rédactionDr B. Kiefer, rédacteur en chef ; Dr G. de Torrenté de la Jara, Pr A. Pécoud, Dr P. La pyramide des besoins de Maslow La pyramide des besoins schématise une théorie élaborée à partir des observations réalisées dans les années 1940 par le psychologue Abraham Maslow sur la motivation. L’article où Maslow expose sa théorie de la motivation, A Theory of Human Motivation, est paru en 1943. Il ne représente pas cette hiérarchie sous la forme d’une pyramide, mais cette représentation s’est imposée dans le domaine de la psychologie du travail, pour sa commodité. La pyramide est constituée de cinq niveaux principaux. Source : C’est au contact de l’Autre que Je me modifie. La principale critique du modèle de Maslow repose sur le postulat discutable où l’individu passerait d’un niveau à l’autre une fois seulement les besoins du niveau inférieur satisfaits ; or tout être humain n’a pas nécessairement ce mode de hiérarchisation de ses besoins, tant dans sa vie personnelle que professionnelle. 3 types de besoins non hiérarchisés, et non exclusifs :

Transmission ciblées en 14 fiches pratiques mauvaise dentition ou prothèse inadaptée,mastication incorrecte Actions Prévoir une consultation chez un dentiste. Veiller à une alimentation en rapport avec la dentition. Effectuer des soins d'hygiène bucco-dentaire après les repas. Éduquer le patient à la nécessité d'une mastication correcte. Faire les transmissions écrites et orales des observations à I' I D.E. mauvaise état ou lésions de la muqueuse buccale Effectuer des soins de bouche réguliers. Surveiller l'état de la muqueuse buccale. Ne pas donner d’aliments acides. Alimentation déséquilibrée, non adaptée à l'âge du patient et à ses goûts, insuffisante ou trop abondante, inappétence Installer confortablement le patient. Stimuler l'appétit du patient par une présence agréable et créer une ambiance conviviale. Soigner la présentation des plateaux repas. Respecter les goûts et habitudes alimentaires et laisser un temps suffisant pour le repas. Surveiller le poids régulièrement. Prescription d'un régime alimentaire. .

Un autre regard sur la maladie d’Alzheimer (et les maladies apparentées) | Fondation Roi Baudouin “Les personnes qui ne savent pas bien ce qu’est la maladie ont tendance à nous éviter parce qu’elles sont mal à l’aise ”, disent les personnes atteintes elles-mêmes. Voilà pourquoi la Fondation publie une brochure pour aider tout un chacun à apprivoiser la maladie d’Alzheimer et essayer de mieux la comprendre. Cette brochure colorée, teintée d’humour, a pour but de lutter contre les idées fausses parce que chaque malade reste avant tout une personne à part entière ! Essayer de mieux comprendre cette maladie nous permettra de mieux accompagner aujourd’hui les personnes qui en sont atteintes avec ... plus Essayer de mieux comprendre cette maladie nous permettra de mieux accompagner aujourd’hui les personnes qui en sont atteintes avec plus de respect, de considération et de solidarité. L’objectif de cette brochure est de nuancer les images négatives que nous avons des maladies de la mémoire.

Transmissions ciblées - Démarche de soins - Cours soignants 1. Définition Les transmissions ciblées sont une méthode d’organisation des transmissions écrites, centrées sur les problèmes de santé du patient de manière précise, simplifiée et structurée, qui permet de visualiser la cohérence entre le problème et ses caractéristiques, et oriente le choix des interventions et l'évaluation de l'efficacité de celles-ci. 2. La rédaction des transmissions ciblées comprend 5 éléments : M-C-D-A-R M : Macrocible C : Cible D : Données A : Actions R : Résultats 2.1 Macrocible La macrocible est une analyse-synthèse des données recueillies dans la situation de soins, qui permet de déduire les problèmes de santé et d'orienter la mise en œuvre des soins. 2.1.1 Structure 2.1.2 Catégories 2.2 Cible La cible est un énoncé concis et précis, en lien avec les données, qui attire l’attention par rapport à un problème, une difficulté ou un évènement positif ou négatif pour la personne soignée. 2.2.1 Bonnes cibles 2.2.2 Erreurs de cibles 2.3 Données 2.4 Actions 2.5 Résultats

Related:  zabou49