background preloader

Art [espace] public, un cycle de rencontres-débats et d'expériences singulières, du 18 janvier au 16 mars 2012

Art [espace] public, un cycle de rencontres-débats et d'expériences singulières, du 18 janvier au 16 mars 2012
Related:  MASTER-ESPE-ART-PLASTIQUE

Dossier | L'art contextuel. Un entretien avec Paul Ardenne | esse arts + opinions L'art contextuel. Un entretien avec Paul Ardenne Écrit par André-Louis Paré ANDRÉ-LOUIS PARÉ : Vous avez jusqu'à ce jour publié plusieurs ouvrages et articles ayant pour sujet l'art contemporain, et la plupart du temps vous semblez avoir une prédilection pour le travail artistique qui s'élabore dans les marges du système institutionnel et que vous qualifiez d'inorganique», concept que vous élaborez dans certains textes de L'art dans son moment politique (La lettre volée, 1999) en liaison avec ceux de « micropolitique » et de « périphérie ». PAUL ARDENNE : Mon approche est double. A-L. P. A-L. P. A-L. P. A-L. P. A-L. P. A-L. P.

Introduction à la marche à pied comme discipline et expérience artistiques Voici le texte, légèrement réécrit, de la conférence intitulée "La marche à pied comme pratique et expérience artistiques", que j'avais prononcée le 20 janvier 2011 au 10neuf, Centre Régional d'Art Contemporain, à Montbéliard, dans le Doubs. Il est accompagné des images légendées qu'il commente. Préambule : la marche comme thème iconographique La représentation du marcheur dans les arts visuels ou les Beaux-Arts recouvre un corpus immense et concerne une histoire comparable en longueur à celle de la représentation visuelle, et au même titre que l’histoire de la représentation visuelle, elle est toujours en cours, comme le montrent par exemple, pour rapporter deux occurrences récentes parmi des centaines, certaines images photographiques de Valérie Jouve intitulées Les Passants (série du milieu des années 2000), ou dans un autre champ disciplinaire, le film Gerry de Gus Van Sant (2002), dans lequel nous est montré la longue déambulation à pied de deux amis égarés dans un désert.

Les modes de temporalité dans la peinture d'histoire de la Renaissance au romantisme | Motifs Ce texte est une correction du sujet d’agrégation externe d’arts plastiques pour l’épreuve d’histoire de l’art. Il ne se présente cependant pas comme une dissertation et ne prétend pas non plus à un statut officiel. Par ailleurs, il reprend beaucoup d’idées et d’exemples tirés d’ouvrages ou d’auteurs de référence, sans prétendre à beaucoup de nouveauté. Il peut cependant être utile aux candidats admissibles ou pas, et à tous ceux qui s’intéressent à ce sujet. Alberti et l’historia Alberti dit que le plus grand problème pour un peintre, ce n’est pas de peindre un colosse, mais une histoire (historia). Le temps et l’espace sont donc associés par la théorie albertienne de l’histoire. Alberti cite seulement un exemple non antique, celui de Giotto, dans une mosaïque (perdue) représentant Jésus marchant sur l’eau à Rome : Flashback : l’ars memoriae des images médiévales Mais cette association d’un exemple antique et d’un exemple médiéval est trompeuse. Mais il y a plus. La diachronie : Poussin

Articles - Louis Marin : 1 – « La notion d’infini chez Pascal », Annales de l’Université d’Istanbul, 1963. 2 – « Pascal ve 17. Yüzil bilim devrimi » (« Pascal et la révolution scientifique du XVIIe siècle »), Arastirma (« Recherche ») (Felsefe Arastirmalari Enstitüsü, Dil ve Tarih – Cografya Fakültesi, « Institut de recherche philosophique, Faculté des lettres, histoire et géographie », Ankara), 1963, vol. I, p. 237-242. [Télécharger article en PDF] 1 – « Réflexions sur la notion de modèle chez Pascal », Revue de Métaphysique et de Morale, 1967, vol. 72, n° 1, p. 89-108. 1 – « La question de l’homme », Revue internationale de Philosophie, 1968, n° 3-4, p. 308-332. 2 – « L’analyse du récit pictural : à propos de Poussin », contribution au Secondo Seminario internazionale Le Strutture narrative, Urbino, 24-30 juillet 1968, non publiée. 1 – « Éléments pour une sémiologie picturale », in B. 2 – « Notes sur une médaille et une gravure : étude sémiologique », Revue d’Esthétique, 1969, n° 2, p. 121-138. 8 – « R.

L'Expresso du 26 février 2007 Primaire : La dernière attaque de Robien ? " Le ministre de l’Education Nationale a annoncé la tenue d’un Conseil Supérieur de l’Education jeudi 22 mars qui devrait se prononcer sur des modifications importantes des programmes de l’école élémentaire" annonce le Snuipp. Le syndicat dénonce la procédure et le contenu de la mesure. Pour le Snuipp, "aucune proposition, aucune concertation, n’ont été présentées aux organisations syndicales et aux enseignants du 1er degré… Le SNUipp estime inadmissible que de telles modifications soient préparées en catimini et adoptées dans la précipitation en mettant les acteurs de l’école devant le fait accompli sans tenir compte de leur expérience professionnelle". Communiqué "C'est la fin du blog. Lire la suite La France et l'Europe de l'éducation Quel pays a le plus fort nombre d'élèves par enseignant ? Eurostat Affaire Veuillet : le ministre persiste Le site de R. Laïcité : Les Sikhs veulent leur lycée Dépêche Enseignants : Les hausses de salaire Au B.O. Article

Les notions dans les arts plastiques – Arts Plastiques Les constituants dans les arts plastiques sont : forme, espace, lumière, couleur, matière, corps, support, outil, temps. Les autres thèmes sont des extensions de ces constituants. Le mouvement par exemple est la combinaison du temps et de l'espace. Un article illustré avec les définitions illustrées des constituants plastiques ici: Allez sur le forum pour suggérer vos idées de thématiques: Le blanc dans l'art: Le blanc dans l’art L'espace littéral et l'espace suggéré dans l'art: Le flou dans l'art: le flou dans l’art La forme dans l'art: Le geste dans l'art: Le cerne, le contour dans l'art: Le mouvement dans l'art : Divers :

L’espace dans l’art – Arts Plastiques La maîtrise de l’espace et de ses représentations a été et est encore un sujet phare dans l’histoire de l’art. Elle a permis de grandes avancées notamment dans les arts de la guerre jusqu’à la modélisation numérique à laquelle nous assistons aujourd’hui. L’espace est un enjeu majeur. De sa représentation jusqu’à son intrusion dans l’oeuvre, l’espace est une question fondamentale à laquelle se heurte tout artiste de toutes les époques.Les différentes techniques de représentation en perspective ont toutes en commun l’intention de représenter la vue d’objets à trois dimensions sur une surface, en tenant compte des effets de l’éloignement et de leur position dans l’espace par rapport à l’observateur. « Bien des sciences supposent l’espace; l’art, quant à lui, le produit. » Jean-Paul Galibert La Préhistoire Dans cette peinture rupestre, la forme du mur de la caverne épouserait-elle les formes du corps du cerf ? L’Egypte ancienne L’Antiquité La période byzantine Le Moyen-âge La Renaissance

Les 7 notions principales du cours d’arts plastiques » Les @rts etc… Les 7 notions principales qui vont revenir souvent pendant les quatre années de collège sont : 1. Couleurs comme les couleurs du cercle chromatique. Ou celle d’un tableau abstrait : August Macke par exemple. Pour avoir un petit aperçu de l’histoire des couleurs, cliquez ici Et sinon pour tout savoir sur les couleurs, cliquez ici 2. Comme dans le DRIPPING inventé par Jackson Pollock (1912-1956) qui consiste à jeter ou laisser couler de la peinture sur une immense toile posée au sol sur laquelle le peintre se déplace : 3. C’est une technique développée à la Renaissance (XVème et XVème siècle) qui permet de donner l’illusion d’un espace en volume (tridimensionnel) dans un espace plat et limité ( l’espace bidimensionnel du support : toile, mur, papier …) Ici une drôle de perspective : Relativité par Maurits Cornelis Escher (1898-1972) lithographie, 1953. 4. C’est l’art de mettre en forme les objets du quotidien. Chaises Little chair Tulip imaginées par Pierre-Paulin (1927-2009) en 1965. 5. 6. 6bis.

Le geste dans l’art – Arts Plastiques Dans l’art d’autrefois, les gestes étaient bien codifiés pour aboutir à des catégories artistiques définies. Il y avait le « peindre », le « dessiner », le « graver », le « sculpter », l' »encadrer », etc. Le geste, comme acte réfléchi dans la genèse de l’oeuvre a été pris en compte dans les traités de géométrie ou de peinture à la Renaissance. C’est Alberti qui écrit le premier dans son traité sur la peinture « je trace d’abord sur la surface à peindre un quadrilatère … ». Le geste fondateur du peintre est désigné: c’est d’abord un tracé géométrique qui délimite les bords de la peinture. Puis, dans le cours de l’histoire de la peinture, le geste pictural s’affirme de plus en plus pour devenir une touche bien particulière chez les impressionnistes puis les pointillistes. Il faudra attendre Kandinsky avec son « Point et ligne sur plan » pour décliner toute une série de gestes en montrant que ceux-ci ont un impact sur la toile. Les définitions du geste: Terme de danse. Accumuler: Assembler:

situation de valéry - larvatus prodeo Les pages qui suivent sont un commentaire pour la conférence sur Baudelaire lue par Paul Valéry à Monaco le 19 février 1924. Une étude d’importance historique considérable, Situation de Baudelaire touche à toutes grandes questions de la poétique de Valéry autant que de celle de Baudelaire. Bien que le poète fût contraint à simplifier sa pensée par le caractère officiel des circonstances de la présentation de ce texte, on peut y trouver des abondants témoignages de l’étendue et de la profondeur de sa philosophie de la théorie littéraire. D’ailleurs, grâce à son importance critique, ce texte peut être regardé comme contenant les prolégomènes à toute étude baudelairienne. Ces pages sont donc destinées à servir d’une préface à ma propre étude sur Baudelaire. L’Auteur et son œuvre Au moment de la conférence, il y a 57 ans que Baudelaire fut mis sous terre. Même aujourd’hui, vingt ans après la parution de ses cahiers, la pensée valéryenne reste méconnue. Rousseau. Le Classicisme Poétique.

Qu'est-ce que la déconstruction? (entre Kant et Derrida) Il y a une fascination contemporaine autour de Kant que Derrida avait impulsée par sa manière habile de rendre sensible le décadrage du criticisme. Kant, par ses trois critiques, construit une étrange anagramme qu’il s’agit de redessiner en marge de sa continuité affichée. Prise dans son sens étymologique, une anagramme est un chamboulement, une inversion des lettres dont la lecture se trouve du coup démantelée. En quel sens suivre alors ce graffiti, la composition de ses filaments et de ses lignes désorientées dans une doctrine philosophique « Critique », elle qui pose en son cœur la question de son orientation : comment s’orienter dans la pensée ? Il y a un conflit au sein des différentes doctrines dont Kant n'aborde que fort tardivement l’anagramme. De ce démantèlement vont surgir des nébuleuses qui confèrent au Criticisme sa complexité architectonique. Aucun livre ne possède de véritable couverture, ne se laisse barder de cuir, d’un fermoir nettement tranché.

Related: