background preloader

Mémétique

Mémétique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La mémétique utilise le concept de mème, pour étudier les évolutions de la culture avec une approche Darwinienne étendue. Si la génétique se base sur le concept de gène, pour étudier la nature, la mémétique se base sur le concept de mème, pour étudier la culture. On y étudie le comportement des codes et schémas informationnels appelés mèmes, dans leurs milieux physico-chimiques et socio-culturels : l’homme, l’animal, la machine (tout support mémoriel). Elle associe les sciences de autour de l'étude de l'évolution des phénomènes culturels dans le temps et l'espace physico-social, dans une approche culturo-centrée. Elle s'inscrit dans le mouvement du darwinisme étendu, cette tendance d'une généralisation de la théorie de l'évolution qui s'observe dans des domaines aussi variés que ceux de l'intelligence artificielle, des neurosciences, de la systémique, la psychologie, ou la sociologie. Origine[modifier | modifier le code] Certains[Qui ?]

Déconstruction Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour l'approche architecturale, voir Déconstructivisme La déconstruction est une méthode, voire une école, de la philosophie contemporaine. Ce concept, participant à la fois de la philosophie et de la littérature, a eu un grand écho aux États-Unis, où il est assimilé à la philosophie postmoderne, et plus globalement à l'approche divergente de la philosophie continentale d'Europe. Historique de la notion de déconstruction[modifier | modifier le code] La déconstruction chez Heidegger[modifier | modifier le code] Le terme de déconstruction apparaît chez Jacques Derrida pour la première fois dans De la grammatologie sans traduire explicitement des termes heideggeriens. « Tous les deux signifiaient dans ce contexte une opération portant sur la structure ou l’architecture traditionnelle des concepts fondateurs de l’ontologie ou de la métaphysique occidentale. La déconstruction chez Derrida[modifier | modifier le code] Portail de la philosophie

Retour au mythe pa en RELIGIOLOGIQUES, 15 (printemps 1997) Orphée et Eurydice: mythes en mutation RETOUR AU MYTHE PAÏEN DANS L'OEUVRE D'ANNA de NOAILLES Les récits mythiques ayant perdu en grande partie leur capacité d’ordonner, de justifier et même de forger l’expérience humaine du monde, il semble que la poésie moderne soit devenue le lieu privilégié pour l’actualisation ou la réactivation de l’imagination mythique. D’après Saint-John Perse, «[q]uand les mythologies s’effondrent, c’est dans la poésie que trouve refuge le divin(1)». Par l’entremise essentielle de la nature, d’abord, il s’agit bien d’un retour au paganisme chez ce poète d’ascendance mixte, à la fois grecque, ou «classique», par sa mère, et roumaine, ou «barbare», par son père.(4) «L’Offrande à la nature», le poème le plus célèbre de son premier recueil, Le Coeur innombrable (1901), met en scène une nature personnifiée dès le premier vers: «Nature au coeur profond sur qui les cieux reposent [...]»

Lucifer Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Non mentionné dans le texte biblique, le nom Lucifer est utilisé dans la Vulgate pour traduire le « porteur de lumière » du Livre d'Isaïe. Associé à l'orgueil, Lucifer est assimilé par la tradition chrétienne à Satan, présenté dans le Livre d'Hénoch comme un puissant archange déchu à l'origine des temps pour avoir défié Dieu et ayant entraîné les autres anges rebelles dans sa chute. Dans la mythologie romaine[modifier | modifier le code] Pour le jésuite Tournemine au XVIIIe siècle, Lucifer est celui qui apporte la clarté, les « lumières », la connaissance et la révolte. La Lune et Vénus au-dessus de l'observatoire du Paranal au Chili Lucifer apparaît notamment à la fin du deuxième chant de l'Énéide de Virgile comme porteur de l'aurore au lendemain de la chute de Troie : « Iamque iugis summae surgebat Lucifer Idaeducebatque diem, Danaique obsessa tenebant limina portarum, nec spes opis ulla dabatur. » Jésus et Lucifer[modifier | modifier le code]

Physique quantique Physique quantique 1. Introduction 1.1. Les faits expérimentaux conduisant à la Physique quantique La nature, corpusculaire ou ondulatoire, de la lumière est discutée depuis longtemps. A partir du début du 20ème siècle, des faits expérimentaux, tels que : l’effet Compton (collision élastique lumière-matière), le rayonnement du corps noir (variation avec la longueur d’onde du flux lumineux émis par les corps), l’effet photoélectrique (extraction des électrons d’un métal par une onde électromagnétique), les spectres de raies (émission de lumière par les atomes gazeux et, en particulier, par l’atome d’Hydrogène), l’expérience de Franck et Hertz (pertes d’énergie subies par des électrons accélérés à la suite de collisions avec les atomes d’un gaz), mettent en évidence le caractère corpusculaire de la lumière. 1.2. 1.2.1. L’effet Compton, la théorie du rayonnement du corps noir, l’effet photoélectrique associent à l’onde électromagnétique une corpuscule appelée photon. 1.2.2. Balle de fusil : ð .

Palingénésie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mais, la palingénésie est, plus simplement, le retour à la vie, dans la nature, des divers éléments de la nature. Les plantes se nourrissent de minéraux, les animaux se nourrissent de plantes, les hommes[Lesquels ?] Antiquité[modifier | modifier le code] « Quand l'âme des bêtes et des oiseaux ailés a jailli hors du corps… elle voltige là-même, inutile, jusqu'à ce qu'un autre animal la ravisse, mêlée au souffle de l'air… Les mêmes, dans les demeures, deviennent les uns des pères et pères et fils et épouses aux beaux atours et mères et filles, par des générations qui se succèdent l'une l'autre… L'âme humaine, selon de certains cycles de temps, passe dans des animaux, de celui-ci en celui-là ; tantôt elle devient un cheval, tantôt un mouton, tantôt un oiseau terrible à voir… ou bien elle rampe sur la terre divine, rejeton des froids serpents[3] » — Orphée, fragments 223-224 édi. Platon expose ainsi la palingénésie orphique : — Phédon, 40)

Related: