background preloader

Tribunal Monsanto : la firme américaine reconnue coupable d’atteinte aux droits humains

Tribunal Monsanto : la firme américaine reconnue coupable d’atteinte aux droits humains
Six mois après le procès citoyen intenté au géant de l’agrochimie, les juges ont rendu, mardi, leur « avis consultatif » et demandent la reconnaissance de l’écocide dans le droit international. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Rémi Barroux Les conclusions du Tribunal international Monsanto sont sans appel. La compagnie américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles a été reconnue coupable de pratiques portant atteinte à de nombreux droits humains. Elle était accusée de crimes contre l’humanité et d’écocide, se voyant notamment reprocher la commercialisation de produits toxiques ayant causé la mort de milliers de personnes, comme les polychlorobiphényles (PCB), le glyphosate – utilisé dans des herbicides comme le Roundup commercialisé par la multinationale –, ou encore l’acide 2,4,5-trichlorophénoxyacétique, constituant l’« agent orange », un herbicide pulvérisé par avion par l’armée américaine durant la guerre du Vietnam. Alerter l’opinion et faire avancer le droit

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/04/18/tribunal-monsanto-la-firme-americaine-reconnue-coupable-d-atteinte-aux-droits-humains_5113185_3244.html

Related:  Responsabilité environnementaleEcocide

#AvantLeVote : que proposent les candidats en matière d’environnement ? L’attitude face au nucléaire et aux énergies renouvelables est la principale ligne de fracture des onze candidats à l’élection présidentielle. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Au contraire de l’économie, de la sécurité ou des sujets de société qui sont traités dans à peu près tous les programmes, l’environnement reste inégalement traité selon les sensibilités politiques. A des différences quantitatives que l’on peut chiffrer (l’environnement est, sur neuf thèmes traités, le sixième en nombre de propositions), existent également des divergences d’approche où plusieurs familles se dessinent.

Fin de vie : la loi entre timidement en vigueur Les demandes de « sédation profonde et continue » augmentent par endroits mais, globalement, les pratiques des professionnels n’ont pas changé. LE MONDE | • Mis à jour le | Par François Béguin La loi sur la fin de vie, promulguée le 2 février 2016, a-t-elle changé la façon dont on meurt en France ? Fruit d’une promesse de campagne de François Hollande, le texte des députés Alain Claeys (Vienne, Parti socialiste, PS) et Jean Leonetti (Alpes-Maritimes, Les Républicains, LR) devait notamment garantir aux Français que, l’heure venue, ils auraient le droit, si leur douleur ne pouvait être soulagée, de « dormir avant de mourir » grâce à une « sédation profonde et continue » jusqu’au décès. La loi avait suscité des inquiétudes dans le milieu des soins palliatifs, où l’on craignait qu’elle ne permette des euthanasies masquées.

Notre consommation alimentaire épuise les eaux souterraines L’utilisation excessive des aquifères pour la production agricole met en péril les approvisionnements à la fois en nourriture et en eau. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Entre manger et boire, il faudra bientôt choisir. Nous utilisons toujours plus de produits alimentaires qui épuisent les eaux souterraines non renouvelables. Les tribunaux de la planète (3/4) : Naomi Klein, procureure d'ExxonMobil Le pétrolier ExxonMobil : coupable. Le gouvernement du Brésil : coupable. Les 90 multinationales responsables de 63% des gaz à effet de serre : coupables. Vendredi dernier, à Paris et Montreuil (Seine-Saint-Denis), les verdicts se sont enchaînés pour condamner les responsables du dérèglement climatique et d’autres destructions de l’environnement. En marge de la COP21, des militants écologistes venus du monde entier et leur figures de proue – le chef brésilien Raoni, l’essayiste canadienne Naomi Klein ou l’activiste indienne Vandana Shiva – ont profité d’être réunis à Paris pour mener les procès dont ils ont toujours rêvés.

Le Conseil d’Etat face au casse-tête du « droit à l’oubli » La rapporteure publique a proposé de demander à la justice européenne le « mode d’emploi » du droit au déréférencement. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martin Untersinger Depuis le 13 mai 2014 et la décision – retentissante – de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de débouter Google dans une affaire de « droit à l’oubli », juristes et experts du numérique s’arrachent les cheveux au sujet du droit au déréférencement. Le Conseil d’Etat a été saisi par quatre internautes ayant échoué à se voir appliquer ce droit et il sera la première juridiction suprême européenne à se prononcer sur ce sujet complexe. Lire aussi : Google va modifier la façon dont il applique le « droit à l’oubli » Grande créativité « Reconnaissons la nature comme sujet de droit » Pour la juriste Valérie Cabanes, dans une tribune au « Monde », il faut redéfinir les valeurs pivots de notre système juridique afin d’affirmer nos liens d’interdépendance avec les autres formes de vie. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Valérie Cabanes (Juriste spécialisée dans le droit international humanitaire et les droits humains) TRIBUNE. Durant dix mille ans, nous avons prospéré en tant qu’espèce grâce à des conditions climatiques favorables et des milieux de vie fertiles et foisonnants de biodiversité. Mais l’industrie s’est dernièrement imposée sur les milieux naturels en occupant l’espace et en perturbant les équilibres de l’écosystème terrestre. Le climat s’est emballé, la biodiversité s’est effondrée, la pollution est omniprésente, et les conditions mêmes de la vie sur Terre commencent à être menacées.

Une BD magistrale sur les ravages de la firme pétrolière Texaco en Amazonie équatorienne Un superbe reportage dessiné vient de paraître aux éditions Les Arènes BD sur la tentaculaire affaire Texaco/Chevron. Condamnée en 2011 à une amende record de 9 milliards de dollars pour avoir saccagé l'Amazonie équatorienne pendant plus de 20 ans, la compagnie pétrolière américaine refuse toujours de payer. Souvenez-vous, c'était en 2016, GEO vous emmenait à la piscine. A la piscine… de pétrole. En reportage en Amazonie équatorienne, nous participions alors au "toxic tour" organisé par les plaignants de l'affaire Texaco/Chevron, dans l'une des zones les plus polluées au monde.

Surpopulation : « Les prisons françaises sont des cocottes-minute » La contrôleuse générale Adeline Hazan propose la mise en place d’un numerus clausus dans les prisons pour répondre à la surpopulation carcérale, qui a atteint un nouveau record en juillet. LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Marine Forestier En visite à la maison d’arrêt de Nîmes, lundi 8 août, le premier ministre, Manuel Valls, a annoncé que le gouvernement présentera à l’automne un plan pour le parc pénitentiaire français, en situation de surpopulation carcérale depuis plusieurs années.

Related: