background preloader

Théorie des supercordes

Théorie des supercordes
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vue d'artiste de la théorie des supercordes Actuellement, le problème le plus fondamental en physique théorique est la grande unification, ou, autrement dit, l'harmonisation de la théorie de la relativité générale, qui décrit la gravité, et s'applique bien aux grandes structures (étoiles, planètes, galaxies), et de la mécanique quantique qui décrit les trois autres forces fondamentales connues : électromagnétique (EM), l'interaction faible (W) et forte (S). La physique des particules élémentaires modélise celles-ci comme des points dans l'espace et les fait interagir à distance nulle, ce qui amène à des résultats de valeurs infinies. Les physiciens ont développé des techniques mathématiques, dites de renormalisation, pour éliminer ces infinis, qui fonctionnent pour les forces électromagnétiques, nucléaire forte et nucléaire faible, mais pas pour la gravité : à distance nulle la théorie de la gravité d'Einstein ne fonctionne pas.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_supercordes

Related:  Physique quantiqueScience - divers

QUELLE SCIENCE POUR DEMAIN Léon Raoul : A partir de cette dualité, nous allons découvrir le principe qui crée l'atome. Pour cela, nous n'allons pas prendre un aimant, mais deux aimants. Deux aimants qui se trouvent maintenant à grande distance séparés par du vide. Comment est-ce possible que les particules soient séparées par du vide puisque tout est rempli de cette force ? Eh bien à force de vouloir intégrer l'extérieur, la conscience a l'impression de grossir, de grossir, et les centres de volonté se concentrent. la conscience est d'abord + 5 - 5, + 100 - 100, + 100 000 - 100 000, et à force d'intégrer l'énergie qu'elle croit extérieure, sous forme de " grains ", elle finit par se trouver éloignée d'un autre centre de conscience où la même concentration s'opère. Frank : Il faut évidemment, pour comprendre cela, comprendre que l'esprit unique se croit partout, que le centre de la conscience est partout.

Comprendrons-nous jamais la physique quantique ? Pour inaugurer ses conférences sur la physique données à Cambridge en 1871, James Clerck Maxwell avait annoncé que dans quelques années "les hommes de sciences passeraient leur temps à ajouter quelques décimales aux grandes constantes de la physique". C'est vrai qu'aujourd'hui, une partie de leur travail consiste à préciser ces constantes fondamentales. Trente ans plus tard toutefois, Max Planck jetait dans la mare sa formule du spectre du corps noir, la première onde de choc de la révolution quantique. Plus d'un siècle plus tard, les échos de cette révolution se propagent toujours dans les couloirs et font encore plus de bruit depuis que l'on connaît les succès de la physique quantique. A part chanter la gloire de la Physique, qu'avons-nous appris en 100 ans de quantique et quelles sont les conséquences de toutes ces découvertes ?

Pourquoi la physique quantique nous pose autant de problèmes philosophiques ? La physique quantique pose un problème fondamental : quelle est la nature de la réalité et dans quelle mesure atteignons nous cette réalité ? Cette question, posée dès les débuts de la physique quantique, stagne sans que les scientifiques et les philosophes s’y attellent de nouveau. A cela une raison : la société refuse de faire évoluer sa philosophie en fonction des avancées de la science... Ilya Prigogine dans « La nouvelle alliance » : "A l’époque où Engels écrivait la « Dialectique de la nature », il pouvait sembler que la science physique elle-même s’était dégagée du mécanisme, et imposait l’idée d’un développement historique de la nature. Engels cite trois découvertes fondamentales, celle de l’énergie et des lois de ses transformations qualitatives, celle de la cellule, entité constitutive du vivant qui permet de comprendre à la fois l’unité du monde vivant et la capacité des organismes à se développer, enfin la découverte darwinienne de l’évolution des espèces.

Intrication quantique entre objets macroscopiques ! La Théorie de la Double Causalité (TDC) vient de recevoir un soutien très inattendu de la part d'un physicien de renom - Stephen Hawking - qui dans son dernier livre "The Great Design" traduit en français sous le titre "Y a-t-il un grand architecte dans l'univers ?" reprend tous ses arguments de base, y compris celui qui pouvait sembler le plus stupéfiant: le concept de déterminisme inversé, qui s'avère tout à fait équivalent à la Cosmologie Descendante - ou Cosmologie Top-Down - avancée par Stephen Hawking, puisqu'il écrit page 171: <<En cosmologie, il faut renoncer à voir l'histoire de l'univers selon une approche ascendante supposant une histoire unique avec un point de départ et une évolution, mais au contraire adopter une approche descendante en remontant le cours des histoires possibles à partir du présent.... Mais ce n'est pas tout ! En prétendant donc répondre à la question "Y-a t-il un grand architecte dans l'univers ?" Pour conclure, voici deux petites distractions:

La physique quantique, Castaneda ou l'invitation à changer de paradigme Cet article commence par un scoop : nous sommes à l’origine du monde qui nous entoure. En somme, plus besoin d’une pseudo explication comme un big bang d’il y a plusieurs milliards d’années, le grand bang se situe ici et maintenant, comme une étincelle de conscience, qui, à chaque instant, finit par devenir un véritable flambeau, et qui nous guide dans le chaos initial des mondes. L'action de la pensée La physique quantique nous amène à considérer que la matière est dépendante de l’observateur. L’expérience du chat de Schrödinger montre que tant que « les choses » ne sont pas révélées, toutes les hypothèses sont, en puissance, vérifiées. Le monde serait alors dans un état latent avant l’émergence du mental ou de l’esprit.

Un nanofil de silicium défie les lois de la physique quantique › Physique <p>Mesurant 4 atomes de large pour 1 de hauteur, le nanofil ci-dessus conduit le courant aussi efficacement qu'un banal fil de cuivre. Or, les lois de la physique quantique, qui s'appliquent habituellement à l'échelle nanométrique, auraient normalement dû empêcher l'apparition d'un tel phénomène <em>(crédits : Bent Weber)</em></p> Alors qu'à l'échelle de l'atome, les lois de la physique classique s'effacent au profit de celles de la physique quantique, une expérience vient de montrer... que ce n'est pas toujours le cas. "Un résultat surprenant". Tels sont les mots utilisés par l'éminent physicien David K.

Et si la théorie d'Einstein s'étendait au-delà de la vitesse de la lumière ? La théorie de la relativité restreinte d'Einstein affirme que la vitesse de tout corps ne peut pas dépasser celle de la lumière. Mais des chercheurs australiens sont parvenus à étendre les équations de cette théorie pour permettre des voyages dépassant cette limite. La vitesse de la lumière peut-elle être dépassée ? Si la physique actuelle affirme que non, la réponse n'est pas toujours aussi tranchée et a même été remise en question il y a peu.

École de Copenhague (physique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’école de Copenhague ou interprétation de Copenhague est un courant de pensée qui donne une interprétation cohérente de la mécanique quantique. Elle considère que le caractère probabiliste de la mécanique quantique et que les relations d’incertitude de Heisenberg proviennent de l’interaction entre l’appareil de mesure et ce qui est mesuré, c’est-à-dire du fait que, au niveau atomique, l’effet de l’appareil de mesure sur son objet ne peut pas être négligé. D’autre part, elle considère que parler d’objets indépendamment de toute mesure n’a pas de sens ; en particulier, on ne peut pas connaître l’évolution d’un système entre deux mesures. Cette interprétation proposée par Niels Bohr, Werner Heisenberg, Pascual Jordan, Max Born porte le nom de Copenhague car l’institut de physique que dirigeait Bohr et où Heisenberg et Pauli étaient de fréquents visiteurs était situé à Copenhague. Werner Heisenberg répond

La Théorie de la Psyché Quantique Le film Synchronicity de Jan Diederen sur François Martin J'ai le plaisir de vous présenter sur cette page François Martin et sa théorie de la synchronicité, ainsi qu'une synthèse d'une correspondance amicale que j'ai eu avec lui. François est un collègue du CNRS qui s'intéresse à la synchronicité au point d'en proposer lui aussi un modèle explicatif, la Théorie de la Psyché Quantique. Affaire Sokal Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Sokal. L'affaire Sokal a pour origine la publication d'un article qui s'avéra ensuite être un canular par le physicien Alan Sokal dans la revue Social Text. L'expression fait référence à toutes les controverses qui en résultèrent. Mysticisme quantique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mysticisme quantique est une expression contemporaine désignant un ensemble de croyances métaphysiques et de pratiques connexes qui cherchent à établir un rapport entre la conscience, l’intelligence, certaines philosophies orientales et les théories de la mécanique quantique et ses interprétations[1],[2],[3],[4],[5],[6] venant soutenir une vision panthéiste de l'univers. Du point de vue de la majorité de la communauté scientifique, le mysticisme quantique repose sur des interprétations erronées ou insuffisamment fondées de la mécanique quantique. Définition[modifier | modifier le code]

Related: