background preloader

Conseil national des Chambres Régionales de l'Économie Sociale

Conseil national des Chambres Régionales de l'Économie Sociale
Missions | Services | Saisine | Réseau des Observatoires Régionaux Porté par le CNCRES, l’Observatoire national de l’Economie Sociale et Solidaire est le lieu de convergence de la mesure et de l’observation de l’économie sociale et solidaire. Il permet d'établir des liens entre les acteurs de l'ESS, pouvoirs publics, producteurs d’études et universitaires autour de travaux sur l’économie sociale et solidaire. L'Observatoire national s'appuie sur le réseau de compétences des Observatoires régionaux de l'ESS pour conduire une méthodologie homogène, scientifique et cohérente entre les territoires, afin d’assurer leurs fonctions d’étude, de veille, d’aide à la décision et de prospective. Il a notamment participé, en collaboration avec l'INSEE et la DIIESES, à la définition du périmètre de l'ESS en 2007, permettant ainsi d'analyser l'évolution d'un champ particulièrement dynamique et innovant. Les missions de l’Observatoire L’offre de services Saisine de l’Observatoire Ses publications

L’observatoire de l’animation – Observatoires Une histoire, un objectif Issue des mouvements d’Education populaire, l’animation socioculturelle apparaît au milieu des années 70, et signe sa convention collective en 1988.Trois ans plus tard, la Commission Paritaire Nationale Emploi Formation (CPNEF) est créée. C’est en 2001 que la branche abandonne son appellation de “socioculturelle”. Son objectif est clairement affiché : développer les activités d’intérêt social dans les domaines culturels, éducatifs, de loisirs et de plein air. Haut de la page Dates et chiffres clés 1988 : 1ère convention collective1991 : création de la CPNEF2001 : création de l’observatoire, confirmé dans l’accord du 4 octobre 2004La branche Animation c’est 12 000 entreprises adhérentes représentant 150 000 salariés (Personnes physiques) (données 2006) L’observatoire de l’animation Les enquêtes sur l’emploi Études réalisées “Enquête Emploi Formation 2001” - réalisée par Ithaque - janvier 2002. Études en cours

Observatoire de la CRESS PACA Mission générale de l'Observatoire régional de l'économie sociale et solidaire en Provence-Alpes-Côte d’Azur A l’origine, la mise en œuvre de la fonction d’observation de l’économie sociale et solidaire est liée à la conjonction de trois phénomènes : le dynamisme de création d’activités, d’emplois et d’entreprises de l’économie sociale et solidaire, l’adaptation indispensable de l’appareil statistique pour appréhender pleinement le secteur, la nécessité de disposer de données fiables permettant d’orienter les choix stratégiques de développement de l’économie régionale adaptés aux besoins des populations. La Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS) a réalisé les premières études en 1999 donnant une photographie du poids de l’économie sociale et solidaire en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. L’Observatoire Régional a une fonction d'étude, d’aide à la décision et d’appui à la coopération des entreprises de l'économie sociale et solidaire.

Le mois de l'ESS ConcertES CEDEF - Qu'est-ce que l'économie sociale et solidaire ? Le fonctionnement des acteurs de l'économie sociale et solidaire répond à des modes de gestion spécifiques, qui s'appuient sur un cadre juridique adapté. Les principes de l'économie sociale et solidaire Le concept d'économie sociale et solidaire (ESS) désigne un ensemble d'entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations, dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d'utilité sociale. Ces entreprises adoptent des modes de gestion démocratiques et participatifs. Elles bénéficient d'un cadre juridique renforcé par la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire. L'ESS emploie 2,4 millions de salariés en France, soit 12,8% de l'emploi privé, selon le bilan de l'emploi dans l'économie sociale en 2016, publié par Recherches et solidarités en juin 2017. La loi du 31 juillet 2014 Quelles sont les structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) ?

Observatoire National de la Pauvreté et de l'Exclusion Sociale • CRES Ile de la Réunion • - Chambre Régionale de l’Economie Sociale Coopératives | Observatoire européen de l'Économie sociale Les bénéfices des coopératives sont donc surtout répartis proportionnellement à l’activité de ses membres et non au nombre de parts sociales détenues. Les secteurs d’activité des coopératives sont extrêmement variés : l’agriculture, l’industrie, le secteur bancaire, les transports, le logement, le tourisme, la pêche, l’éducation, la presse, les arts, le commerce… Au niveau européen et selon le rapport 2012 du CESE sur l’économie sociale en Europe, on dénombre plus de 207.000 coopératives au sein des 27 Etats membres, soit 4,7 millions des travailleurs (emplois directs) et 108 millions de coopérateurs. 2012 fut l’Année internationale des coopératives. L'Union européenne et les coopératives Pour rappel, en 1992, la Commission présentait trois statuts pour la création de la société coopérative, la société mutuelle et l’association européennes. Le statut de la société coopérative européenne a été adopté le 22 juillet 2003 par le Conseil des ministres de l’Union européenne. Lire la résolution

L’économie sociale et solidaire : enjeux, défis et perspectives - CETRI, Centre Tricontinental Un type d’économie conférant « un aspect humanitaire à l’économie... », selon une déclaration récente du Ministre tunisien de la formation professionnelle et de l’emploi, Hafedh Laamouri [1]. Un secteur impossible à développer dans le marché capitaliste, régulé ou non, selon José Luis Coraggio (2011), l’un des meilleurs spécialistes latino-américains de la question. L’économie sociale et solidaire (ESS) ne serait-elle qu’un terme fourre-tout, aux contours suffisamment flexibles ou flous, pour que chacun puisse y voir ce qui l’intéresse, quitte à lui donner un sens – à la fois signification et orientation – opposé ? Contours, généalogie et définitions la finalité de service à la collectivité ou aux membres, plutôt que le profit ; l’autonomie de gestion ; un processus de décision démocratique, basé sur le principe « un Homme, une voix » ; et la primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus. Potentiel et limites de l’économie sociale

Observatoire des inégalités

Related: