background preloader

Super Robust Robot Hand

Handroid is a low-cost, flexible robot hand | Crave ITK, a Japanese start-up that makes eclectic products such as walking sticks and gardening tools, is developing a low-cost, flexible robot hand that could be used in hazardous environments. The Handroid is a remotely-operated hand with five movable fingers. It weighs roughly 1.6 pounds. As seen in the promo vid below, users can operate it with a master-slave glove system so that their hand movements are reproduced by Handroid. That could come in handy in places like the Fukushima Daiichi nuclear plant, where workers have struggled to manipulate doors with iRobot PackBots. ITK, a spinoff of a machining company near Nagoya, wants to develop the Handroid into a prosthetic that can pick up electrical impulses from a user's muscles, just like Touch Bionics' i-Limb Pulse . But as a robot appendage, it could cost only a fraction of the price of the i-Limb Pulse. ITK's got moxie for a small company in the Japanese hinterland, and I wouldn't be surprised if it turns this into a real product.

Meet ATLAS! NKH Documentary "Robot Revolution" Developing Robots for Dangerous Fukushima Decommission Process Real robot Kirobo: Toyota's Robot Astronaut Heading for International Space Station Meet the Teams: DARPA Robotics Challenge Track A Robots

[HD]Robot Walking Like Your Girlfriend - HRP 4 Humanoid Robot Größter vierbeiniger Schreitroboter der Welt Google vient d'acheter une flotte de robots militaires. Pour quoi faire? Google vient d’acheter une imposante flotte de robots. L’entreprise a confirmé une information du New York Times selon laquelle elle vient d'acquérir Boston Dynamics, le fabriquant de machines aussi célèbres que BigDog, Atlas, Petman, Cheetah et Wildcat. L’entreprise, basée dans le Massachusets, fait partie des plus avancées au monde dans le secteur des machines à quatre et à deux jambes. Certaines sont humanoïdes, quand d’autres ont l’apparence d’animaux prédateurs. publicité Qu’est-ce que Google pourrait vouloir faire d’une armée de robots militaires? Google a affirmé au New York Times qu’il honorerait les contrats existants de Boston Dynamics, notamment un prototype développé pour la DARPA pour 10,8 millions de dollars du robot Atlas, dédié à un potentiel usage humanitaire lors de catastrophes comme celle de Fukushima. Au lieu de ça, mon intution est que l’entreprise voit le développement de robots comme l’extension naturelle de sa préoccupation première, l’intelligence artificielle.

Robots that fly... and cooperate The dynamics of this robot are quite complicated. In fact, they live in a 12-dimensional space. — Vijay Kumar Synopsis Vijay Kumar and his team build flying quadrotors, small, agile robots that swarm, sense each other and form ad hoc teams – for construction, surveying disasters and far more. Talk recorded 29 March 2012. About the Speaker At the University of Pennsylvania, Vijay Kumar studies the control and coordination of multi-robot formations. L'automatisation est le «Voldemort» du monde du travail | Rob Lever Selon une étude réalisée par le centre américain de recherche Pew, 48% des 1900 experts interrogés entre novembre 2013 et janvier 2014 estiment que l'essor de l'automatisation va détruire des emplois et augmenter les inégalités de revenus. «L'automatisation, c'est Voldemort: la puissance terrifiante dont personne ne souhaite prononcer le nom», a commenté Jerry Michalski, fondateur du groupe de réflexion Relationship Economy Expedition qui réunit des patrons. Pour Lee Rainie, directeur du projet internet de Pew, la conquête de la robotique et de l'intelligence artificielle va nécessiter «une transformation du travail, en particulier dans le domaine du transport, de la restauration rapide et de la médecine». Avec pour conséquence, selon lui, «un rétrécissement de la classe moyenne et une explosion du nombre de chômeurs» mais cette évolution vers davantage de robotisation peut se faire «de manière plus efficace et plus productive».

Le premier «robot origami» voit le jour | Jean-Louis SANTINI Ces ingénieurs ont seulement utilisé des feuilles de papier et de polystyrène, qui change de forme avec la chaleur, ainsi que des micro-circuits électroniques et des batteries. Ils ont programmé en trois dimensions un petit robot qui de lui-même a pris des formes complexes en quatre minutes et commencé à avancer à la vitesse de 5,4 centimètres par seconde, le tout sans aucune intervention humaine. La disposition des charnières dans le polystyrène ainsi que l'ordre du pliage s'est effectué grâce à des circuits chauffants commandés par un logiciel. Cette avancée révélée jeudi dans la revue américaine Science qu'il est possible de fabriquer rapidement de façon automatique et à bas coûts des machines intelligentes capables d'interagir avec leur environnement. Les scientifiques se sont inspirés de processus d'auto-assemblage observés dans la nature, comme par exemple la manière dont des acides aminés forment des protéines complexes dotées de fonctions sophistiquées. Un robot à 100 dollars

Related: