background preloader

Qu'est-ce que l'Etat ?  - Approfondissements Découverte des institutions

Qu'est-ce que l'Etat ?  - Approfondissements Découverte des institutions
<p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> L’État est à la fois une réalité historique et une construction théorique, ce qui explique la difficulté de le définir de manière pleinement satisfaisante. Dans ses Contributions à la théorie générale de l’État (1921), le juriste Carré de Malberg le définit comme une "communauté d’hommes, fixée sur un territoire propre et possédant une organisation d’où résulte pour le groupe envisagé dans ses rapports avec ses membres une puissance suprême d’action, de commandement et de coercition". Il souligne ainsi la double acception de la notion d’État, qui correspond à un mode d’organisation sociale territorialement défini et à un ensemble d’institutions caractérisées par la détention du monopole de l’édiction de la règle de droit et de l’emploi de la force publique. L’émergence de la conception moderne de l’État Le terme même d’État s’est imposé relativement tardivement.

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/qu-est-ce-que-etat.html

Related:  questions politiquesECO 4.1 régulation Etat marchéPolitiqueSpé : Sciences Sociales et PolitiquesTP NUMERIQUE -ECM

Quels sont les principes fondamentaux de la République française ?  - Quels sont les héritages et les principes de la Vème République ? Découverte des institutions <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Les principes fondamentaux de la République française sont énoncés dans sa devise : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Ils se traduisent par des droits intangibles, à la fois politiques et sociaux, qui ont été reconnus aux citoyens par les différents régimes républicains. Le rôle économique de l'État  <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Le rôle de l’État, c’est-à-dire l’ensemble des collectivités publiques nationales, dans l’économie d’un pays fait depuis longtemps l’objet de controverses entre économistes, selon qu’ils sont plutôt favorables à un État neutre ou, au contraire, à un État interventionniste, fortement impliqué dans les sphères économique et sociale. Au début du XIXe siècle, en réaction à l’absolutisme royal, les économistes libéraux dits "classiques", comme Adam Smith, ne prêtaient à l’État, pour l’essentiel, que des fonctions régaliennes (diplomatie, sécurité extérieure et intérieure, justice).

L'idée de Nation  <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Définition de la Nation La Nation est davantage une construction idéologique qu’une réalité concrète, ce qui explique la difficulté de lui donner une définition pleinement satisfaisante. Son étymologie est liée à la notion de naissance (nascere). Ainsi, à l’époque médiévale, l’idée de nation renvoie ainsi à un groupe d’hommes à qui l’on attribue une origine commune. Débat de la primaire à droite : une posture agressive sera une posture perdante Les candidats à la primaire de la droite et du centre (montage AFP). La tenue d’une primaire à droite est un fait totalement inédit. La droite française a en effet longtemps fonctionné sur la "culture du chef" du parti qui devient naturellement le candidat à l’élection présidentielle. Elle avait ainsi beaucoup critiqué la primaire de la gauche en 2011 sur le thème qu’être obligé d’organiser une primaire révélait l’impossibilité d’un consensus sur un candidat et un programme. La droite a déjà tentée une "petite primaire". C’était en 2007 lorsque Michèle Alliot-Marie avait voulu disputer à Nicolas Sarkozy la désignation comme candidat de l’UMP.

Qu'est-ce-que l'Etat de droit ?  <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> L’État de droit peut se définir comme un système institutionnel dans lequel la puissance publique est soumise au droit. Les différents types de régimes politiques  - Approfondissements Découverte des institutions <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> On désigne par régime politique le mode d’organisation des pouvoirs publics : mode de désignation, compétences, définition des rapports entre les différents pouvoirs). Les régimes politiques sont le fruit du jeu des forces politiques dans le cadre institutionnel défini par la Constitution ou par la coutume. S’ajoutent d’autres facteurs, historiques, idéologiques, culturels, qui déterminent la nature des régimes politiques.

Le Français Jean Tirole prix Nobel d'économie L'économiste français Jean Tirole a reçu ce lundi 13 octobre le prix Nobel d'économie pour son « analyse de la puissance du marché et de la régulation ». Ni plus ni moins que « l’un des économistes les plus influents de notre époque ». C’est par ces mots que le comité Nobel a annoncé lundi 13 octobre que le Français Jean Tirole, chercheur à l'université de Toulouse et président de l’Ecole d’Économie de Toulouse, s’était vu décerné le prix Nobel d’économie. Ses travaux sur « la puissance du marché et de la régulation » ont donc été couronnés par la plus haute distinction de sa discipline. Il est le troisième Français à obtenir cette récompense : avant lui Gérard Debreu (1983) et Maurice Allais (1988) avaient également été primés.

RÉPUBLIQUE NUMÉRIQUE(no 3399) - Amendement no 518 Les citoyens sont les premiers concernés par notre politique. Ils ne sont que trop souvent des spectateurs. Par cet amendement, j’attends qu’ils deviennent de véritables acteurs et je souhaite leur permettre d’accéder à la décision politique. Loi renseignement: le Conseil constitutionnel censure la surveillance hertzienne La surveillance des communications sans contrôle est inconstitutionnelle. Au nom de la "défense des intérêts nationaux", l'article L.811-5 de la loi sur le renseignement permettait aux pouvoirs publics de s'affranchir du code de procédure pénale, afin de surveiller sans contrôle les communications hertziennes. Les "Sages" du Conseil constitutionnel l'ont censuré ce vendredi. Pour eux, cette disposition constitue "une atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée et au secret des correspondances".

ÉTAT D'URGENCE Institué, pour la France, par la loi du 3 avril 1955 et motivé alors par la situation en Algérie, l'état d'urgence est un régime exceptionnel qui, certains troubles intervenant, renforce les pouvoirs de l'autorité administrative. C'est un régime intermédiaire entre l'état de siège et la situation normale. L'état d'urgence peut être déclaré sur la totalité ou sur une partie du territoire métropolitain ou des départements d'outre-mer soit en cas de péril imminent résultant d'atteintes graves à l'ordre public, soit en cas d'événements présentant, par leur nature et par leur gravité, le caractère de calamité publique. Déclaré, ainsi que l'indique la loi de 1955, par le seul législateur — mais une ordonnance d'avril 1960 étend ce pouvoir déclaratif et habilite le gouvernement à le prononcer par décret en Conseil des ministres —, il ne peut être prorogé au-delà d'une durée de douze jours que par une loi qui fixe sa durée définitive.

La démocratie contrariée - C6R Les modalités d’organisation du découpage des circonscriptions, le mode de scrutin et le refus de la proportionnelle, les seuils de représentativité, sont quelques uns des facteurs dont les effets "pervers" sont trop souvent mis de côté dans les analyses du "phénomène" abstentionniste. Si l’on veut que les citoyens retrouvent le chemin des urnes, et gagner la bataille nécessaire contre cette "démocratie contrariée", ce sont donc des réformes en profondeur qu’il faut engager, comme l’argumente Paul Alliès dans cet article écrit pour le Club Mediapart. Bernard Vivien Les raisons sociales, culturelles et politiques de l’abstention ont fait l’objet de nombreuses analyses. Par contre le silence règne sur les structures du vote et les contraintes qui pèsent sur la liberté de cet acte présenté comme l’emblème civique de la démocratie.

Le prix Nobel d’Economie au Français Jean Tirole A 61 ans, ce chercheur en économie à l’université de Toulouse est récompensé par le prix de la banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel pour ses travaux sur la régulation des marchés comptant une entreprise (monopole) ou quelques unes (oligopole). >>> Réécoutez l'interview de Jean Tirole dans les Matins de France Culture. Avec les commentaires des économistes Jean-Marc Daniel et Agnès Bénassy-Quéré Jean Tirole XAVIER DE FENOYL © PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI

Related: