background preloader

Contre l'obscurantisme et la censure : "Lire est le propre de l'homme. De l'enfant lecteur au libre électeur" - Les actualités de l'École des lettresLes actualités de l'École des lettres

Contre l'obscurantisme et la censure : "Lire est le propre de l'homme. De l'enfant lecteur au libre électeur" - Les actualités de l'École des lettresLes actualités de l'École des lettres
Dessin d’Alan Mets © l’école des loisirs L’école des loisirs a publié voici quelque temps un recueil de témoignages et réflexions de cinquante auteurs et illustrateurs pour l’enfance et la jeunesse auquel les polémiques actuelles sur le livre et l’éducation redonnent une très vive actualité. Ce manifeste de 192 pages, disponible gratuitement, très largement diffusé, se propose de rappeler l’importance du livre dans le développement de l’enfant et de l’adolescent, ainsi que le lien vital qui existe entre lecture, éducation, liberté et, donc, démocratie. Comme le souligne Marie-Aude Murail, « ce n’est pas la lecture qui est en danger, ce sont les illettrés ». Certains pseudo-lecteurs de livres pour la jeunesse – mais vrais agitateurs – souhaitent régulièrement tirer parti de l’ignorance et des peurs pour tenter de disqualifier, auprès des parents et d’une opinion qu’ils espèrent perméables, auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, et, bien sûr, personnels de l’Éducation publique.

http://actualites.ecoledeslettres.fr/education/lire-est-le-propre-de-lhomme-de-lenfant-lecteur-au-libre-electeur/

Related:  CensureRessources littérature / littérature de jeunesseLectures et Littératures - jeunesseLoi 1949 et Censure

Et au CDI ? Archives La sélection pour 2017 2018 du prix des Incorruptibles vient de paraître ! Pour toutes les informations sur ce prix littéraire jeunesse, décerné par les jeunes, rendez-vous sur le site des Incos. Article en cours Le petit lexique indispensable du manga La bande dessinée japonaise comme les arts martiaux possèdent son propre langage. Le Figaro a sélectionné les mots nécessaires à la compréhension de ce que les férus du genre considèrent comme un art à part entière. Manga se traduit de manière littérale par «dessin dérisoire». Pour le grand artiste Hokusai, son créateur, il signifiait plutôt «croquis inachevé». Le genre a ses codes, ses rites, son ésotérisme et son vocabulaire. Pour le lecteur francophone, de plus en plus friand de Manga, Le Figaro a sélectionné les mots et les expressions qu'il faut connaître pour comprendre toute sa finesse.

Alexandre Vigneault et Charles-Éric Blais-Poulin Tabou, censure et réalité Bine, personnage principal de la série de livres qui porte son surnom, n'est pas un gentil fils à maman. Ce n'est pas un ado mal intentionné, mais il est un peu baveux, ce qui fait dire à son créateur, Daniel Brouillette, qu'il a «une des séries jeunesse les plus crunchy» sur le marché québécois. Lecture pour vieux débutants, exercices pour motiver Dessiner un profil de lecteur : ce document permet, après avoir fait passer quelques tests aux élèves, de tracer un profil qui montrera les forces et faiblesse du lecteur et permettra de remédier en mettant l'accent sur des difficultés identifiées Comment on lit ? : un extrait d'un superbe article trouvé dans "Le monde de l'éducation" Méthodes ! : quelques mots sur les méthodes courantes, pour les décrire, pas pour les démolir... elles sont toutes utiles. La mémoire : un élément important... que je n'ai commencé à explorer que très récemment

theconversation Pourquoi les petites filles sont-elles attirées par telles couleurs, tels jouets ou telles histoires ? Comment se fait-il qu’elles préfèrent souvent s’habiller en rose et jouer les princesses, tandis que les garçons s’identifient plutôt à Dark Vador, à de farouches guerriers ou à des astronautes ? En réalité, les histoires que nous leur racontons peuvent faire toute la différence. Selon certaines études, les histoires ont une influence très importante sur la façon dont les enfants perçoivent les genres et les rôles culturels qui leur sont traditionnellement assignés. Les histoires ne sont pas uniquement un outil d’alphabétisation ; elles charrient des valeurs, des croyances, des attitudes et des normes sociales qui jouent sur la façon dont les enfants perçoivent la réalité. Au cours de mes propres recherches, j’ai découvert que les enfants apprennent comment se conduire et comment réfléchir à travers les personnages qu’ils rencontrent dans les histoires qu’on leur raconte.

« On tue à chaque page! » À l'occasion du cinquantième « anniversaire » de la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, s'est tenu au Centre national de la bande dessinée et de l'image d'Angoulême un colloque intitulé « Cinquante ans de censure? ». Ce livre en est issu. Une loi moderniste répressive On ne rappellera pas ici le contenu de la loi de 1949, supposée protéger la jeunesse des publications malsaines, et élargissant ses prérogatives à l'examen des publications de « toute nature » (soit l'ensemble de la production imprimée). Cette loi a longtemps souffert d'un manque d'analyse historienne.

Les Booktubeurs, critiques littéraires enthousiastes sur YouTube Se conseiller des livres est plutôt quelque chose de naturel. Que ça soit entre potes, à la bibliothèque, chez son libraire, ou dans un club de lecture, c’est gratifiant d’inviter ses semblables à se plonger dans un livre que l’on a adoré en espérant qu’ils partageront notre propre enthousiasme. Cette pratique évolue avec son temps, et avec la place centrale occupée par les réseaux sociaux dans nos vies, grandit aussi l’envie de communiquer autour de ses dernières lectures avec le plus grand nombre de personnes possible.

L'invention du livre de poche, entre démocratisation de la lecture et réactions épidermiques Un livre plus petit, moins cher, et donc plus accessible : c'est le pari qu'Henri Filippachi fait en 1953 en lançant la collection du Livre de Poche. Ce format, si familier aujourd'hui, a pourtant suscité de vives réactions à l'époque. Exploration en archives, à l'occasion du Salon Livre Paris. Sa majesté des mouches - William Golding « On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même ». Cet adage célèbre, William Golding l'avait peut-être à l'esprit lorsqu'il préfaça lui-même son roman « Sa Majesté des Mouches » d'une note autobiographique dans laquelle il annonce d'emblée la couleur d'un esprit résolument indépendant par ces mots : « le salut de l'humanité réside en chacun de nous, non pas dans un système, une croyance, ou à l'intérieur d'une frontière donnée. L'ennemi n'est pas au-dehors, mais en dedans ».Le système, les croyances, les frontières, William Golding, prix Nobel de littérature 1983, va s'ingénier à les mettre à bas dans ce court roman intense. Faisant s'échouer sur une île déserte du Pacifique une vingtaine de collégiens britanniques d'âges différents mais de culture et d'éducation communes, l'auteur nous propose un récit qui n'a, à mon sens, vraiment rien à voir avec les oeuvres de Defoë ou de Tournier ayant elles aussi une île déserte pour décor. Challenge NOBEL 2013 - 2014

Goncourt des lycéens Le prix Goncourt des lycéens est organisé par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la Fnac, l’association Bruit de Lire, le rectorat de Rennes et Réseau Canopé, une invitation à dépasser les frontières de la classe. Ce prix littéraire est décerné par 56 classes de lycées généraux, technologiques et professionnels. Il permet aux jeunes lecteurs lycéens d’élire, parmi les 14 romans de la sélection Goncourt, l’œuvre la plus représentative de leurs valeurs et de leurs goûts littéraires. À travers les témoignages des enseignants et des élèves impliqués, découvrez outils et ressources pour participer et agir en classe, afin de faire de ce prix littéraire votre Goncourt des lycéens.

Related: